Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/80

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[salle]
— 77 —

n’a pas d’étage inférieur conformément à l’usage général ; elle est couverte par deux berceaux de bois lambrissés. C’est d’ailleurs une assez pauvre construction[1]. Il est vrai de dire qu’au XIIIe siècle, le château de Blois n’était qu’une résidence sans grande valeur. Autrement importante était la grand’salle du château de Montargis, dont du Cerceau, dans Les plus excellens bâtimens de France, nous a conservé des plans et détails très-précieux. La grand’salle du château de Montargis remplissait exactement le programme admis dès le XIIe siècle : salle basse, salle du premier étage avec grand perron ; communications avec l’habitation seigneuriale, le donjon (voy. Château, fig. 15).

Grand.salle.chateau.Montargis.png

Voici (fig. 3) le plan de ce bâtiment au premier étage. Le rez-de-chaussée était voûté sur une épine de colonnes. Un escalier monumental à trois rampes, A[2], partait de la cour du château, et s’élevait, en passant sur des arches, jusqu’au niveau de la salle du premier étage. Ce vaisseau,

  1. Voyez les Archives des monuments historiques, publiées sous les auspices du ministère de la Maison de l’empereur.
  2. Voyez, à l’article Escalier, la figure 2, qui donne le détail de ce perron bâti ou réparé par Charles VIII. Voyez, à ce sujet, le texte de du Cerceau.