Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/428

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[flèche]
— 426 —

employait aussi les fixés, par petites parties, pour orner les vêtements des statues, les devants d’autels, les retables, les tombeaux. On en voit jusque dans les pavages (voy. Application, Peinture).

FLÈCHE, s. f. Ne s’emploie habituellement que pour désigner des clochers de charpenterie recouverts de plomb ou d’ardoise, se terminant en pyramide aiguë. Cependant, les pyramides en pierre qui surmontent les clochers d’églises sont de véritables flèches, et l’on peut dire : la flèche du clocher vieux de Chartres, la flèche de la cathédrale de Strasbourg, pour désigner les sommets aigus de ces tours. En principe, tout clocher appartenant à l’architecture du moyen âge est fait pour recevoir une flèche de pierre ou de bois ; c’était la terminaison obligée des tours religieuses[1]. Ces flèches coniques ou à base carrée, dans les monuments les plus anciens, sont d’abord peu élevées par rapport aux tours qu’elles surmontent (voy. Clocher) ; mais bientôt elles prennent plus d’importance : elles affectent la forme de pyramides à base octogone ; elles finissent par devenir très-aiguës, à prendre une hauteur égale souvent aux tours qui leur servent de supports ; puis elles se percent de lucarnes, d’ajours, et arrivent à ne plus former que des réseaux de pierre, comme les flèches des cathédrales de Strasbourg, de Fribourg en Brisgau, de Burgos en Espagne. Constructeurs très-subtils, ainsi qu’on peut le reconnaître en parcourant les articles du Dictionnaire, les architectes du moyen âge ont dû apporter une étude toute particulière dans la construction de ces grandes pyramides creuses de pierre, qui s’élèvent à des hauteurs considérables et sont ainsi soumises à des causes nombreuses de destruction. S’ils ont déployé, dans ces travaux difficiles, une connaissance approfondie des lois de stabilité et d’équilibre, des matériaux et de l’effet des agents atmosphériques sur leur surface, ils ont fait preuve souvent d’une finesse d’observation bien rare dans la composition de ces grandes pyramides dont la silhouette tout entière se détache sur le ciel. Ils ne trouvaient, d’ailleurs, aucun exemple, dans l’antiquité ou les premiers monuments du moyen âge, de ces sortes de compositions, qui appartiennent exclusivement à cet art français laïque du milieu du XIIe siècle. On remarquera, en effet, qu’avant cette époque (voy. Clocher), les couronnements plus ou moins aigus des tours d’églises à base circulaire ou carrée ne sont que des toits de pierre ou de bois, qui n’ont qu’une importance minime ou qui ressemblent plutôt à un amas qu’à une composition architectonique. Malgré l’effort des architectes, on sent que ces couvertures ne se relient pas au corps de la bâtisse, que ce ne sont que des superpositions ; tandis que, déjà, la flèche du clocher vieux de Notre-Dame de Chartres forme avec sa base un ensemble, une composition homogène. Ces qualités sont bien plus sensibles encore dans les flèches de Senlis, de Vernouillet, de

  1. Voy., dans le 7e Entretien sur l’Architecture, la façade de l’église Notre-Dame de Paris avec ses flèches projetées et laissées inachevées.