Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/132

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[échauguette]
— 130 —

ment, ainsi que l’indique le tracé ponctué MN. On trouve assez souvent, dans nos anciennes forteresses, beaucoup d’échauguettes disposées de cette manière, au moins quant au mâchicoulis de face ; mais il ne faut pas prendre pour telles des latrines qui souvent ont la même apparence extérieure, et ont leur vidange sur le dehors (voy. Latrines), quand ce dehors est un fossé ou un escarpement.

Coupe.echauguette.Mont.Saint.Michel.en.Mer.png

Ainsi que nous avons l’occasion de le constater bien des fois dans le Dictionnaire, les architectes des XIIIe, XIVe et XVe siècles, employaient les encorbellements toutes les fois que ce système de construction pouvait leur être utile ; il arrive souvent qu’on est obligé, dans les bâtisses, de donner aux parties supérieures plus de surface qu’aux parties inférieures des maçonneries. Les architectes du moyen âge s’étaient soumis à ces besoins ; ils n’hésitaient jamais à faire emploi du système des encorbellements, et se tiraient avec beaucoup d’adresse des difficultés qu’il présente, tout en obtenant des constructions parfaitement solides.

Sur l’un des fronts de l’enceinte du château de Véz (voy. le plan d’ensemble de ce château à l’article Donjon, fig. 45), il existe encore de belles échauguettes semi-circulaires flanquantes, dont nous donnons la vue perspective extérieure (16). Sur le talus de la courtine naît un contre-fort rectangulaire peu saillant, qui, au moyen de trois corbelets, porte un demi-cylindre inférieur sur lequel posent quatre assises profilées arrivant à former un puissant encorbellement portant l’échauguette. La bascule