Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/127

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[échauguette]
— 125 —

rieure de cet ouvrage, et en B sa coupe. L’échauguette s’élève beaucoup au-dessus de la courtine ; elle est munie, à son sommet, comme celle-ci, de beaux mâchicoulis de pierre sur sa face et ses deux retours ; de plus, ainsi que le fait voir la coupe, au droit du mur faisant fond entre les contre-forts, est pratiqué un second mâchicoulis C, comme une rainure de 0,25  c. de largeur environ. Si l’assaillant se présentait devant l’échauguette, il recevait d’aplomb les projectiles lancés par les mâchicoulis vus D et, obliquement, ceux qu’on laissait tomber par le second mâchicoulis masqué C ; car on observera que, grâce au talus E, les boulets de pierre qu’on laissait choir par ce second mâchicoulis devaient nécessairement ricocher sur ce talus E et aller frapper les assaillants à une certaine distance du pied de l’échauguette au fond du fossé. Les deux contre-forts, le vide entre eux et le talus étaient donc une défense de ricochet, faite pour forcer l’assaillant à s’éloigner du pied du rempart et, en s’éloignant, à se présenter aux coups des arbalétriers garnissant les chemins de ronde de la courtine. Ces échauguettes flanquent les courtines, ainsi que le font voir les plans supérieurs (10 et 10 bis). Elles permettaient encore à un petit poste de se tenir à couvert, à l’intérieur, sous la galerie G, et de se rendre instantanément sur le chemin de ronde supérieur H, au premier appel de la sentinelle[1].

Plan.echauguette.Avignon.2.png

La vue perspective intérieure (11) fait comprendre la disposition du petit poste couvert qui intercepte le passage au niveau du chemin de ronde de la courtine ; elle explique les degrés qui montent à la plate-forme de l’échauguette, et rend compte de la construction de l’ouvrage. N’oublions pas de mentionner la présence des corbeaux A qui étaient placés ainsi à l’intérieur du rempart pour recevoir une filière portant des solives et un plancher, dont l’autre extrémité reposait intérieurement sur des poteaux, afin d’augmenter la largeur du chemin de ronde en temps de guerre, soit pour faciliter les communications, soit pour déposer les projectiles ou établir des engins. Nous avons expliqué ailleurs l’utilité de ces chemins de ronde supplémentaires (voy. Architecture Militaire, fig. 32 et 33).

Ces sortes d’échauguettes interrompant la circulation sur les courtines avaient, comme les tours, l’avantage d’obliger les rondes à se faire reconnaître soit par la sentinelle placée au sommet de l’ouvrage, soit par le

  1. Le plan 10 est pris au niveau du parapet du chemin de ronde de la courtine ; le plan 10 bis, au niveau du parapet de l’échauguette.