Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/252

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[citerne]
— 249 —

Quelques-uns de ces cimetières de grandes villes furent assez richement décorés de cloîtres, sur les murs desquels on retraça en peinture la danse macabre, la légende des trois morts et des trois vifs, les scènes de la Passion de Notre-Seigneur. Toutefois, pendant le moyen âge, les cimetières indépendants des églises furent l’exception ; ils ne constituaient pas, comme en Italie, un édifice complet ; ce n’était guère qu’une clôture au-dedans de laquelle les siècles accumulaient, sans ordre, les monuments privés, des portions de galeries, de petites chapelles, des croix, des ossuaires, des édicules de toutes sortes. Le cimetière monumental disposé d’une façon symétrique n’appartient qu’aux établissements religieux, et, quand il n’est pas une simple clôture, il affecte alors les dispositions des cloîtres (voy. Cloître).

CIRCONVALLATION et CONTREVALLATION (lignes de). Fossés avec ou sans remparts de terre et de palissades que les assiégeants faisaient autour d’une place investie, pour se mettre à l’abri des sorties ou des secours du dehors et enfermer complètement les assiégés (voy. Architecture Militaire, Château, Siége).

CITERNE, s. f. Cave destinée à recueillir et conserver les eaux pluviales. Les abbayes et les châteaux du moyen âge, situés souvent sur des collines élevées, étaient dépourvus de sources naturelles ; on suppléait à ce manque d’eau par des citernes creusées dans le roc ou maçonnées, dans lesquelles venaient se réunir, par des conduites, les eaux pluviales tombant sur les combles des bâtiments et sur l’aire des cours.

Le cloître de l’abbaye de Vézelay possède une belle citerne, du XIIe siècle, qui se compose de deux nefs voûtées soutenues par une rangée de petits piliers carrés. Cette citerne n’était pas la seule que possédât l’abbaye ; elles étaient toutes creusées dans le rocher et soigneusement enduites à l’intérieur. Presque toutes les citernes du moyen âge sont pourvues d’un citerneau, destiné à recevoir tout d’abord les eaux et à les rejeter, clarifiées, dans la citerne. À cet effet, le citerneau est placé à un niveau supérieur à celui du fond de la citerne, et se compose d’une auge percée de trous latéraux, ainsi que l’indique la fig. 1. Le citer-