Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/158

Cette page a été validée par deux contributeurs.


La grand’salle a et cette annexe b occupaient toute la hauteur du bâtiment en aile. La tour e était munie de cinq étages de défenses, flanquait la courtine et commandait le dehors des lices.

La garnison logeait dans l’aile du nord, et au rez-de-chaussée les cuisines étaient très-probablement disposées en l. Un grand escalier à vis f montait aux deux étages de cette aile au-dessus du rez-de-chaussée. La tour g contient de grandes latrines à tous les étages, ce qui indique sur ce point un nombreux personnel. Ces latrines sont ingénieusement disposées pour éviter l’odeur. Elles ont à l’étage inférieur une large fosse avec conduit latéral pour l’extraction des matières, et tuyau de ventilation[1]. Un poste était établi dans les salles h. Les deux tours UU’, les mieux conservées de tout le château, sont admirables comme construction et dispositions défensives ; tous leurs étages, sauf les caves, sont munis de cheminées. Deux autres salles réservées à la garnison sont situées en m. C’était par la salle n que l’on descendait aux vastes caves qui s’étendent sous l’aile de l’ouest. Nous donnons en B le plan de l’étage inférieur de l’aile du nord au niveau du sol des lices, qui se trouve à huit mètres en contrebas du sol de la cour intérieure. En p est une petite poterne fermée seulement par des vantaux. C’était par cette poterne que devaient sortir et rentrer les rondes en cas de siége et avant la prise des lices. Pour se faire ouvrir la porte, les rondes se faisaient reconnaître au moyen d’un porte-voix pratiqué à la gauche de cette poterne, et qui, se divisant en deux branches dans l’épaisseur du mur de refend, correspondait au poste du rez-de-chaussée h et au premier étage. Il fallait ainsi que deux postes séparés eussent reconnu la ronde pour faire ouvrir la poterne par des hommes placés dans un entresol situé au-dessus de l’espace q, à mi-étage. Mais ces hommes n’entendaient pas le mot de passe jeté par ceux du dehors dans le porte-voix, et ne devaient aller ouvrir la poterne, en descendant par un escalier de bois pratiqué en u, qu’après en avoir reçu avis du poste supérieur. D’ailleurs, en cas de trahison, le poste voûté de l’entresol, ne communiquant pas avec le rez-de-chaussée de la cour, n’eût pas permis à l’ennemi de s’introduire dans le château, en admettant qu’il fût parvenu à surprendre ce poste. Une fois la ronde entrée par la poterne p, il était nécessaire qu’elle connût les distributions intérieures du château ; car, pour parvenir à la cour, il lui fallait suivre à gauche le couloir s, se détourner sous l’aile de l’est, monter par le petit escalier à vis t, passer sur un pont volant assez élevé au-dessus de la cour Q, et se présenter devant la porte X fermée de vantaux et par une herse. Si une troupe ennemie s’introduisait par la poterne p, trois couloirs se présentaient à elle, dont deux, les couloirs r et k, sont des impasses ; elle risquait ainsi de s’égarer et de perdre un temps précieux.

Si les dispositions défensives du château de Pierrefonds n’ont pas la grandeur majestueuse de celles du château de Coucy, elles ne laissent pas

  1. Voy. Privé.