Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/432

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 413 —

quatre voûtes reposant sur une colonne ; un arc-doubleau portant sur deux têtes de murs sépare la première travée de la seconde qui est voûtée en cul-de-four (voy. la coupe longitudinale (50) sur la ligne CD et la coupe transversale (51) sur la ligne A B du plan). Les embrasures F, G (49) étaient fermées à l’intérieur par des portières (voy. Embrasure).

Coupe.tour.XVe.siecle.Langres.2.png

Des évents H permettaient à la fumée de s’échapper de l’intérieur de la salle. Deux petits réduits I devaient renfermer la provision de poudre. Cette tour était couronnée dans l’origine par une plate-forme et un parapet crénelé derrière lequel on pouvait placer d’autres pièces ou des arquebusiers. Ces parties supérieures ont été modifiées depuis longtemps. La batterie barbette domine la crête du parapet des courtines voisines de 1 mètre environ ; c’était encore là un reste de la tradition du moyen âge. On croyait toujours devoir faire dominer les tours sur les courtines[1] (voy. Tour ). Cette incertitude dans la construction des défenses pendant les premiers temps de l’artillerie donne une grande variété de dispositions, et nous ne pouvons les signaler toutes. Mais il est bon de remarquer que le système de fortifications si bien établi de 1300 à 1400, si méthodiquement combiné, est dérangé par l’intervention des bouches à feu dans les siéges, et que les tâtonnements commencent à partir de cette dernière époque pour ne cesser qu’au XVIIe siècle. Telle était la force des traditions féodales qu’on ne pouvait rompre brusquement avec elles, et qu’on les continuait encore, malgré l’expérience des inconvénients attachés à la fortification du moyen âge en face de l’artillerie à feu. C’est ainsi qu’on voit longtemps encore et jusque pendant le XVIe siècle les mâchicoulis employés concurremment avec les batteries couvertes, bien que les mâchicoulis ne fussent plus qu’une défense nulle devant du canon. Aussi de Charles VIII à François Ier, les villes et les châteaux ne tiennent pas devant une armée munie d’artillerie, et l’histoire pendant cette période ne nous présente plus de ces siéges prolongés si fréquents pendant les XIIe, XIIIe et XIVe siècles. On faisait du mieux qu’on pouvait pour approprier les anciennes fortifications au nouveau mode d’attaque et de défense, soit en laissant parfois les vieilles murailles subsister en arrière de nouveaux ouvrages, soit

  1. Nous devons à M. Millet, architecte attaché à la Commission des monuments historiques, les dessins de cet ouvrage de défense.