Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/263

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 244 —

opposées comme beaucoup d’églises rhénanes (voy, Architecture Religieuse) : A est le chœur à l’orient, la confession sous le sanctuaire ; BD l’exèdre, la place de l’abbé et des dignitaires ; C l’autel de sainte Marie et de saint Gall, avec une sorte de galerie alentour, intitulée sur le plan involutio circum ; derrière l’autel dédié à saint Gall est son sarcophage. E des stalles pour les religieux, les deux ambons pour lire l’épître et l’évangile ; F divers autels ; G les fonts baptismaux ; H un second chœur à l’occident ; I un second exèdre pour les religieux ; K l’école, avec ses cours disposées comme les impluvium romains, et des salles alentour ; des latrines isolées communiquent au bâtiment par un passage ; à l’ouest de ce bâtiment, des celliers, une boulangerie et une cuisine pour les hôtes ; L la sacristie à la droite du chœur oriental ; M une salle pour les scribes à la gauche du chœur, avec bibliothèque au-dessus ; NN deux escaliers à vis, montant dans deux salles circulaires où se trouvent placés des autels dédiés aux archanges saints Michel et Gabriel ; O l’entrée de l’église réservée au peuple, avec narthex ; autour du sanctuaire I un double collatéral pour les fidèles ; P le vestibule des familiers du couvent ; R le vestibule des hôtes et des écoliers. Le long du bas côté nord sont disposées diverses salles destinées aux maîtres des écoles, à ceux qui demandent asile, des dortoirs ; S le réfectoire avec vestiaire au-dessus ; T le cellier avec salle au-dessus pour conserver des provisions de bouche ; U des bains ; V le dortoir avec chauffoir au-dessous ; le tuyau de la cheminée est isolé ; X des latrines isolées et réunies au dortoir par un passage étroit et coudé ; Y la cuisine avec passage étroit et coudé communiquant au réfectoire ; ces passages sont évidemment disposés ainsi afin d’empêcher les odeurs de se répandre, soit dans le dortoir, soit dans le réfectoire ; Z l’officine pour faire le pain sacré ; b le jardin potager, chaque plate-bande est indiquée avec le nom des légumes qui doivent y être cultivés ; b’ la maison du jardinier ; d le verger avec l’indication des arbres à fruits et leur nom ; e un bâtiment réservé aux novices d’un côté et aux infirmes de l’autre avec chapelle double, chacun de ces bâtiments contient un cloître avec salles alentour, des chauffoirs, des latrines isolées ; f les poulaillers et le logement du chef de la basse-cour ; g le logement du médecin ; h un petit jardin pour cultiver des plantes médicinales ; h’ la pharmacie ; i le logement de l’abbé ; j la cuisine de l’abbé, un cellier, des bains, et les chambres de ses familiers ; l le logement des hôtes avec écurie, chambres pour les serviteurs, réfectoire au centre, chauffoir et latrines isolées ; m des logements avec écuries et étables pour les palefreniers, les bergers, porchers, les familiers, les serviteurs, etc. ; n l’habitation des tonneliers, cordiers, bouviers, avec étables ; des magasins de grains, une officine pour torréfier des graines ; o des bâtiments destinés à la fabrication de la cervoise, des

    suspiceris autem me hæc ideo elaborasse, quod vos putemus nostris indigere magisteriis ; sed potius, ob amorem tui, tibi soli perscrutanda pinxisse amicabili fraternitatis intuitu crede. — Vale in Christo semper memor nostri, amen. »