Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/185

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 166 —

politiques. Jusqu’à Louis XIV c’est un fleuve rapide, fécondant, varié dans son cours, roulant dans un lit tantôt large tantôt resserré, attirant à lui toutes les sources, intéressant à suivre dans ses détours ; sous Louis XIV, ce fleuve devient un immense lac aux eaux dormantes, infécondes, aux reflets uniformes, qui étonne par sa grandeur mais qui ne nous transporte nulle part, et fatigue le regard par la monotonie de ses aspects. Aujourd’hui les digues sont rompues et les eaux s’échappent de toutes parts en désordre par cent issues ; où vont-elles ? Nul ne le sait.

Avec la Renaissance s’arrêtent les développements de l’architecture religieuse en France. Elle se traîne pendant le XVIe siècle indécise, conservant et repoussant tour à tour ses traditions, n’ayant ni le courage de rompre avec les formes et le système de construction des siècles précédents, ni le moyen de les conserver (voy. Architecture Religieuse). L’architecture monastique frappée au cœur s’arrête court. L’architecture civile prend un nouvel essor pendant toute la durée du XVIe siècle et produit seule des œuvres vraiment originales (voy. Architecture Civile). Quant à l’architecture militaire, il n’est pas besoin de dire qu’elle se modifie profondément au moment où l’artillerie vient changer le système de l’attaque et celui de la défense des places fortes.

architecture religieuse. Chez tous les peuples l’architecture religieuse est la première à se développer. Non-seulement au milieu des civilisations naissantes, le monument religieux répond au besoin moral le plus puissant, mais encore il est un lieu d’asile, de refuge ; une protection contre la violence. C’est dans le temple ou l’église que se conservent les archives de la nation, ses titres les plus précieux sont sous la garde de la Divinité ; c’est sous son ombre que se tiennent les grandes assemblées religieuses ou civiles, car dans les circonstances graves, les sociétés qui se constituent, ont besoin de se rapprocher d’un pouvoir surhumain pour sanctionner leurs délibérations. Ce sentiment que l’on retrouve chez tous les peuples, se montre très-prononcé dans la société chrétienne. Le temple païen n’est qu’un sanctuaire où ne pénètrent que les ministres du culte et les initiés, le peuple reste en dehors de ses murs, aussi les monuments de l’antiquité là où ils étaient encore debout, en Italie, sur le sol des Gaules, ne pouvaient convenir aux chrétiens. La basilique antique avec ses larges dimensions, sa tribune, ses ailes ou bas côté, son portique antérieur, se prêtait au culte de la nouvelle loi. Il est même probable que les dispositions de l’édifice romain eurent une certaine influence sur les usages adoptés par les premiers chrétiens du moment qu’ils purent sortir des catacombes et exercer leur culte ostensiblement. Mais dans les limites que nous nous sommes tracées, nous devons prendre, comme point de départ, la basilique chrétienne de l’époque carlovingienne, dont les dispositions s’éloignaient déjà de la basilique antique. Alors on ne se contentait plus d’un seul autel, il fallait élever des tours destinées à recevoir des cloches pour appeler les fidèles, et les avertir des heures de prières. La tribune de la basilique antique n’était pas assez vaste pour contenir le clergé nombreux réuni dans