Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/106

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 87 —

le XIIIe siècle, à acquérir une connaissance parfaite de leur force de résistance, et de leurs effets sur les piles et les murs, ils mettaient un soin particulier dans le choix des matériaux qui devaient les composer, dans leur appareil, et la façon de leurs joints. L’architecture romaine n’a fait qu’ouvrir la voie dans l’application des arcs à l’art de bâtir ; l’architecture du moyen âge l’a parcourue aussi loin qu’il était possible de le faire, au point d’abuser même de ce principe à la fin du XVe siècle, par un emploi trop absolu peut-être, et des raffinements poussés à l’excès.

La qualité essentielle de l’arc, c’est l’élasticité. Plus il est étendu, plus l’espace qu’il doit franchir est large, et plus il est nécessaire qu’il soit flexible. Les constructeurs du moyen âge ont parfaitement suivi ce principe en multipliant les joints dans leurs arcs, en les composant de claveaux égaux, toujours extradossés avec soin. Ce n’est qu’au XVIe siècle, alors que l’art de bâtir, proprement dit, soumettait l’emploi des matériaux à des formes qui ne convenaient ni à leurs qualités, ni à leurs dimensions, que l’arc ne fut plus appliqué en raison de sa véritable fonction. Le principe logique qui l’avait fait admettre, cessa de diriger les constructeurs. En imitant ou croyant imiter les formes de l’antiquité romaine, les architectes de la renaissance s’écartaient plus du principe de la construction antique que les architectes des XIIe et XIIIe siècles ; ou plutôt, ils n’en tenaient nul compte. Si dans leurs constructions massives, inébranlables, les Romains avaient compris la nécessité de laisser aux arcs une certaine élasticité en les extradossant, et en les formant de rangs de claveaux concentriques, lorsqu’ils avaient besoin de leur donner une grande résistance, à plus forte raison dans les bâtisses du moyen âge, où tout est équilibre, et mouvement par conséquent, devait-on ne pas perdre de vue le principe qui doit diriger les architectes dans la construction des arcs. Du jour où l’on cessa d’extradosser les arcs, où l’on voulut les composer de claveaux inégaux comme dimension, et comme poids par conséquent, les appareiller à crossettes, et les relier aux assises horizontales, au moyen de joints droits à la queue, on ne comprit plus la véritable fonction de l’arc (voy. Construction, Voûte ).

ARCADE, s. f. Mot qui désigne l’ensemble d’une ouverture fermée par une archivolte. On dit : les arcades de ce portique s’ouvrent sur une cour. Le mot arcade est général, il comprend le vide comme le plein, l’archivolte comme les pieds-droits. On dit aussi : arcade aveugle pour désigner une archivolte ou arc de décharge formant avec les pieds-droits une saillie sur un mur plein. Les arcs de décharge des bas côtés de l’église de Saint-Étienne de Nevers (voy. Arc, fig. 74) sont des arcades aveugles. Les arcades aveugles sont très-souvent employées dans les édifices romans du Poitou, de l’Auvergne, de la Saintonge et de l’Angoumois ; toutefois, quand elles sont d’une petite dimension, on les désigne sous le nom d’Arcature (voy. ce mot). Les constructeurs de l’époque romane donnant aux murs de leurs édifices une forte épaisseur suivant la tradition romaine, et