Ouvrir le menu principal

Arbre <
Index alphabétique - A
> Archivoltes
Index par tome

ARC, s. m. C’est le nom que l’on donne à tout assemblage de pierre, de moellon, ou de brique, destiné à franchir un espace plus ou moins grand au moyen d’une courbe. Ce procédé de construction, adopté par les Romains, fut développé encore par les architectes du moyen âge. On classe les arcs employés à cette époque en trois grandes catégories : les arcs plein cintre, formés par un demi-cercle (1) ; les arcs surbaissés ou en anse de panier, formés par une demi-ellipse, le grand diamètre à la base (2) ;
Arcs.medievaux.png
les arcs en ogive ou en tiers-point, formés de deux portions de cercle qui se croisent et donnent un angle curviligne plus ou moins aigu au sommet, suivant que les centres sont plus ou moins éloignés l’un de l’autre (3). Les arcs plein cintre sont quelquefois surhaussés (4) ou outre-passés, dits alors en fer à cheval (5), ou bombés lorsque le centre est au-dessous de la naissance (6).
Arcs.medievaux.2.png

Jusqu’à la fin du XIe siècle, l’arc plein cintre avec ses variétés est seul employé dans les constructions, sauf quelques rares exceptions. Quant aux arcs surbaissés que l’on trouve souvent dans les voûtes de l’époque romane, ils ne sont presque toujours que le résultat d’une déformation produite par l’écartement des murs (7), ayant été construits originairement en plein cintre. C’est pendant le XIIe siècle que l’arc formé de deux portions de cercle (et que nous désignerons sous le nom d’arc en tiers-point, conformément à la dénomination admise pendant les XVe et XVIe siècles), est adopté successivement dans les provinces de France et dans tout l’Occident. Cet arc n’est en réalité que la conséquence d’un principe de construction complètement nouveau (voy. Construction, Ogive, Voûte) ; d’une combinaison de voûtes que l’on peut considérer comme une invention moderne, rompant tout à coup avec les traditions antiques. L’arc en tiers-point disparaît avec les dernières traces de l’art du moyen âge, vers le milieu du XVIe siècle ; il est tellement inhérent à la voûte moderne qu’on le voit longtemps encore persister dans la construction de ces voûtes ; alors que déjà, dans toutes les autres parties de l’architecture, les formes empruntées à l’antiquité romaine étaient successivement adoptées. Les architectes de la renaissance voulant définitivement exclure cette forme d’arcs, n’ont trouvé rien de mieux que d’y substituer, comme à Saint-Eustache de Paris, vers la fin du XVIe siècle, des arcs en ellipse, le petit diamètre à la base ; courbe désagréable, difficile à tracer, plus difficile à appareiller, et moins résistante que l’arc en tiers-point.

Outre les dénominations précédentes qui distinguent les variétés d’arcs employés dans la construction des édifices du moyen âge, on désigne les arcs par des noms différents, suivant leur destination ; il y a les archivoltes, les arcs-doubleaux, les arcs-ogives, les arcs formerets, les arcs-boutants, les arcs de décharge.