Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/102

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 83 —

On ne s’arrêta pas là ; ces masses de constructions élevées pour maintenir les arcs-boutants ne pouvaient satisfaire les constructeurs du XVe siècle, qui voulaient que leurs édifices parussent plus légers encore qu’ils ne l’étaient réellement. Dans quelques églises, et notamment dans le chœur de l’église du Mont-Saint-Michel-en-Mer, ils remplacèrent les éperons A de flanc, par des arcs bandés d’un contre-fort à l’autre, comme une succession d’étrésillons destinés à rendre tous les contre-forts des arcs-boutants solidaires.

De tout ce qui précède on peut conclure que les architectes du moyen âge, après avoir résolu le problème de la construction des voûtes sur des piles minces et isolées, au moyen de l’arc-boutant, ont été frappés, sitôt après l’application du principe, des difficultés d’exécution qu’il présentait. Tous leurs efforts ont eu pour but d’établir l’équilibre entre la poussée des voûtes et la résistance des arcs-boutants, à baser ce système sur des règles fixes, ce qui n’était pas possible, puisque les conditions d’équilibre se modifient en raison de la nature, du poids, de la résistance et de la dimension des corps. Les hommes d’un génie supérieur, comme il arrive toujours, ont su vaincre ces difficultés, plutôt par l’instinct que par le calcul, par l’observation des faits particuliers que par l’application de règles absolues. Les constructeurs vulgaires ont suivi tels ou tels exemples qu’ils avaient sous les yeux, mais sans se rendre compte des cas exceptionnels qu’ils avaient à traiter ; souvent alors ils se sont trompés. Est-ce à dire pour cela que l’arc-boutant, parce qu’il exige une grande sagacité de la part du constructeur, est un moyen dont l’emploi doit être proscrit ? Nous ne le croyons pas. Car de ce que l’application d’un système présente des difficultés et une certaine finesse d’observation, ce n’est pas une raison pour le condamner, mais c’en est une pour l’étudier avec le plus grand soin.


Arc de décharge. C’est l’arc que l’on noie dans les constructions au-dessus des linteaux des portes, au-dessus des vides en général, et des parties faibles des constructions inférieures pour reporter le poids des constructions supérieures sur des points d’appui dont la stabilité est assurée. Les archivoltes des portails et portes sont de véritables arcs de décharge (voy. Archivoltes, variété de l’Arc); toutefois on ne donne guère le nom d’arcs de décharge qu’aux arcs dont le parement affleure le nu des murs, qui ne se distinguent des assises horizontales que par leur appareil, et quelquefois cependant par une faible saillie. Dans les constructions romaines élevées en petits matériaux et en blocages, on rencontre souvent des arcs de décharge en briques et en moellons noyés en plein mur, afin de reporter les pesanteurs sur des points des fondations et soubassements établis plus solidement que le reste de la bâtisse. Cette tradition se conserve encore pendant la période romane. Mais à cette époque les constructions en blocage n’étaient plus en usage, et on ne trouve que très-rarement des arcs destinés à diviser les pesanteurs dans un mur plein. D’ailleurs dans les édifices romans la construction devient presque toujours un motif de décoration, et lorsqu’en maçonnant on avait besoin d’arcs de décharge on