Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aussi bien que d’un même cœur. » Du reste, il importait peu pour l’Église que ces propositions fussent ou ne fussent pas dans le livre d’un évêque qui, comme j’ai dit, avait vécu très attaché à l’Église, et qui était mort dans une grande réputation de sainteté. Mais il paraît bien, dans le soin qu’ils prirent de perpétuer la querelle, et de troubler toute l’Église pour une question aussi frivole que celle-là, que c’était en effet aux personnes qu’ils en voulaient, et que leur vengeance ne serait jamais satisfaite qu’ils n’eussent perdu M. Arnauld, et détruit une sainte maison contre laquelle ils avaient prononcé cet arrêt dans leur colère : Exinanite, exinanite usque ad fundamentum in ea[1].

Ils publièrent donc que la soumission de leurs adversaires était une soumission forcée, et qu’ils étaient toujours hérétiques dans le cœur. Ils ne se contentaient pas de les traiter comme tels dans leurs écrits et dans leurs sermons. Il n’y eut sorte d’inventions dont ils ne s’avisassent pour le persuader au peuple, et pour l’accoutumer à les regarder comme des gens frappés d’anathème. Ils firent graver une planche d’almanach où l’on voyait Jansénius en habit d’évêque avec des ailes de démon au dos, et le pape qui le foudroyait, lui et tous ses sectateurs. Ils

  1. « Anéantissez, anéantissez en elle jusqu’aux fondements. » — Ps cxxxvi, 10.