Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sion. La plupart des victimes que l’on avait arrachées y reviennent consommer leur sacrifice ; la bonne odeur de ce saint désert, qu’elles avaient répandue dans le monde pendant leur exil, y en attire un grand nombre d’autres.

Le 14 juillet, M. Grenet, curé de Saint-Benoît, est nommé supérieur des religieuses. Ce fut un vrai père pour ces saintes filles.

Le 23, la Mère Marie-Madeleine Du Fargis est élue abbesse. La communauté était alors composée de 64 religieuses de chœur. Le 2 octobre, on donne l’habit à cinq novices, dont trois l’étaient avant la persécution.

1671. — Le premier janvier, M. de Péréfixe meurt dans des transports et des regrets cuisants de tout ce qu’il avait fait contre des religieuses qu’il avait toujours reconnues dans le fond de son cœur pour innocentes.

La mort, qui avait enlevé la Mère Angélique au commencement de la persécution, enlève le 19 février, dans le calme de la paix rendue à l’Église, sa sainte et incomparable sœur la Mère Agnès.

1672. — Le 30 juillet, la Mère Du Fargis est continuée abbesse.

Clément X confirme la séparation des deux maisons de Port-Royal par une bulle du 13 septembre 1672.

Madame la duchesse de Longueville, qui avait été le principal instrument dont Dieu s’était servi pour