Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


devaient être renfermées. Ces douze victimes obéirent sans qu’il leur échappât la moindre plainte, et firent seulement leurs protestations contre la violence qui les arrachait de leur monastère ; et tout le reste de la communauté fit les mêmes protestations. Il n’y a point de termes qui puissent exprimer l’extrême douleur de celles qui demeuraient. Les unes se jetaient aux pieds de l’archevêque, les autres se jetaient au cou de leurs Mères, et toutes ensemble citaient M. l’archevêque au tribunal du souverain juge, puisque tous les autres tribunaux leur étaient fermés. Elles s’attendrissaient surtout à la vue de la Mère Agnès-de-Saint-Paul, qu’on enlevait ainsi à l’âge de soixante-treize ans, accablée d’infirmités, et qui avait eu tout nouvellement trois attaques d’apoplexie. Tout ce qu’il y avait là de gens qui étaient venus avec l’archevêque ne pouvaient eux-mêmes retenir leurs larmes. Mais l’objet, à mon avis, le plus digne de compassion était l’archevêque lui-même, qui, sans avoir aucun sujet de mécontentement contre ces filles, et seulement pour contenter la passion d’autrui, faisait en cette occasion un personnage si peu honorable pour lui, et même si opposé à sa bonté naturelle.

Quelques-uns de ses ecclésiastiques le sentirent, et ne purent même s’en taire à des religieuses qu’ils voyaient fondre en larmes auprès d’eux. Pour lui, il était au milieu de cette troupe de religieuses en larmes