Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment Pantagruel arriua en l’Iſle ſonnante, & au bruit qu’entendiſmes. Chapitre I.


Contivant noſtre routte, nauigaſmes par trois iours ſans rien deſcouurir, au quatriefme aperceuſmes terre, & nous fut dit par noſtre pillot, que c’eſtoit l’Iſle Sonnante, & entendiſmes vn bruit de loing venant, frequant & cumuicueux, & nous ſembloit à l’ouir que fuſſent cloches groſſes, petites & médiocres, enſemble ſonnantes comme ſon faict à Paris, à Tours, Gergeau, Nantes & ailleurs, es iours des grandes feſtes : plus approchions plus entendions celle ſonnerie renforcée.

Nous doubtions que feuſt Dodone, auecques ſes chauderons, ou le porticque dit Heptaphone, en Olympie, ou bien le bruit ſempiternel du Coloſſe érigé ſus la ſepulture de Mennon en Thebes d’Égypte, ou les tintamarres que iadis on oyoit autour