Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/442

Cette page n’a pas encore été corrigée
434
le quart livre.


s’estoit tresbien confessé, avoit communié, comme bon catholicque, & par le conseil du Curé s’estoit au plonge caché dedans le benoistier, en l’estat que l’avions trouvé.

Sus l’instant qu’on nous racontoit ceste histoire, eusmez advertissement que la vieille avoit trompé le Diable, & guaigné le champ. La manière feut telle. Le Diable vint à la porte du Laboureur, & sonnant s’escria.

O villain, villain. Cza, ça, à belles gryphes.

Puys entrant en la maison guallant & bien deliberé, & ne y trouvant le Laboureur advisa sa femme en terre pleurante & lamentante.

Qu’est cecy ? demandoit le Diable. Où est il ? Que faict il ?

Ha (dist la vieille) où est il le meschant, le bourreau, le briguant ? Il m’a affolée, ie suis perdue, ie meurs du mal qu’il m’a faict.

Comment ? dist le Diable : Qu’y a il ? Ie le vous gualleray bien tantoust.

Ha, dist la vieille, il m’a dict le bourreau, le tyrant, l’esgratineur de Diables, qu’il avoit huy assignation de se gratter avecques vous, pour essayer ses ongles il m’a seulement gratté du petit doigt icy entre les iambes, & m’a du tout affolée. Ie suys perdue, iamais ie ne gueriray, reguardez. Encores est il allé ches le mareschal soy faire esguizer & apoincter les gryphes. Vous estez perdu monsieur le Diable mon amy. Saulvez vous, il n’arrestera poinct. Retirez vous, ie vous en prie.

Lors se descouvrit iusques au menton en la forme que iadis les femmes Persides se præsentèrent à leurs enfans fuyans de la bataille, & luy monstra son comment à nom ?

Le Diable voyant l’enorme solution de continuité en toutes dimentions, s’escria : Mahon, Demiourgon, Megère, Alecto, Persephone, il ne me tient pas. Ie m’en voys bel erre. Cela ? Ie luy quitte le champ.

Entendens la catastrophe & fin