Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/374

Cette page n’a pas encore été corrigée
366
le quart livre.

Il m’en soubvient (dist Epistemon) & encores me frissonne & tremble le cœur dedans sa capsule, quand ie pense es prodiges tant divers & horrificques les quelz veismes apertement cinq & six iours avant son depart. De mode que les seigneurs de Assier, Chemant, Mailly le borgne, Sainct Ayl, Villeneusve Laguyart, maistre Gabriel medicin de Savillan, Rabelays, Cohuau, Massuau, Maiorici, Bullou, Cercu, dict Bourguemaistre, François Proust, Ferron, Charles Giraud, François Bourré, & tant d’aultres amis, domesticques, & serviteurs du deffunct tous effrayez se reguardoient les uns les aultres en silence sans mot dire de bouche, mais bien tous pensans & prevoyans en leurs entendemens que brief seroit France privée d’un tant perfaict & necessaire chevallier à sa gloire & protection, & que les cieulx le repetoient comme à eulx deu par proprieté naturelle.

Huppe de froc (dist frère Ian) ie veulx devenir clerc sus mes vieulx iours. I’ay assez belle entendouoire, voie. Ie vous demande en demandant, comme le Roy à son sergent, & la Royne à son enfant, ces Heroes icy & Semidieux des quelz avez parlé, peuvent ilz par mort finir ? Par nettre dène ie pensoys en pensaroys qu’ilz feussent immortelz, comme beaulx anges, Dieu me le veueille pardonner. Mais ce reverendissime Macrobe dict qu’ilz meurent finablement.

Non tous (respondit Pantagruel). Les Stoiciens les disoient tous estre mortelz, un excepté, qui seul est immortel, impassible, invisible. Pindarus apertement dict es deesses Hamadryades plus de fil, c’est à dire plus de vie, n’estre fille de la quenoille & filasse des destinées & Parce iniques, que es arbres par elles conservées. Ce sont chesnes, des quelz elles nasquirent scelon l’opinion de Callimachus,