Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/221

Cette page n’a pas encore été corrigée
213
chapitre xlv.


loit son laurier domesticque. Ainsi dict Lampridius que l’empereur Heliogaballus pour estre reputé diuinateur, par plusieurs festes de son grand Idole, entre les retaillatz fanaticques bransloit publicquement la teste. Ainsi declare Plaute en son Asnerie, que Saurias cheminoit branslant la teste, comme furieux & hors du sens, faisant paour à ceulx qui le rencontroient. Et ailleurs exposant pourquoy Charmides bransloit la teste, dict qu’il estoit en ecstase. Ainsi narre Catulle en Berecynthia & Atys du lieu, on quel les Mænades femmes Bacchicques, prebstresses de Bacchus, forcenées, diuinatrices, portantes rameaulx de Lierre, bransloient les testes. Comme en cas pareil faisoient les Gals escouillez prebstres de Cybele, celebrans leurs offices. Dont ainsi est dicte scelon les antiques Theologiens : car Κυϐιστᾶν signifie, rouer, tortre, bransler la teste, & faire le torti colli. Ainsi escript T. Liue, que es Bacchanales de Rome, les homes & femmes sembloient vaticiner à cause de certain branslement & iedigation du corps par eulx contrefaicte. Car la voix commune des Philosophes, & l’opinion du peuple estoit, vaticination ne elire iamais des cieulx donnée sans fureur & branslement du corps tremblant & branslant, non seulement lors qu’il la receuoit, mais lors aussi qu’il la manifestoit & declairoit. De faict Iulian Iurisconsulte insigne quelques foys interrogé, si le serf seroit tenu pour sain, lequel en compaignie de gens fanaticques & furieux, auroit conuersé, & par aduenture vaticiné, sans toutesfoys tel branslement de teste, respondit elire pour sain tenu. Ainsi voyons nous de præsent les precepteurs & Pædagoges esbranller les testes de leurs disciples (comme on faict vn pot par les anses) par vellication & erection des aureilles