Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/292

Cette page n’a pas encore été corrigée


304 b EUTHYDÈME i 9 3

b conseils, si vous êtes sages, vous les donnerez aussi à vos dis- ciples : qu'ils ne discutent jamais avec personne, sauf avec vous ou entre eux. Car c'est la rareté, Euthydème, qui donne du prix ; l'eau est ce qu'il y a de meilleur marché, quoique « le premier des biens », selon Pindare*. Mais allons! dis-je, voyez à nous admettre auprès de vous, Glinias que voici et moi-même. »

Après cet entretien et d'autres menus propos nous nous en allâmes. Avise donc au moyen de prendre avec moi les

c leçons de ces deux maîtres : songe que ces gens-là se font forts d'instruire qui veut les payer, sans exception de naturel ni d'âge. Et, détail particulièrement intéressant pour toi, ils n'empêchent en aucune façon, disent-ils, de s'adonner même aux affaires 2 . Bref, n'importe qui peut aisément recueillir leur science.

Perplexité Criton. — Ma foi ! Socrate, j'ai person-

de Criton. nellement plaisir à entendre causer,

L'interlocuteur e t j e serais heureux de m'instruire. anonyme. Pourtant j'ai peur d'être, moi aussi, de

ceux qui ne ressemblent pas à Euthydème, de ces gens dont d tu parlais toi-même 3 , qui préféreraient se voir réfutés par des raisonnements de ce genre plutôt que de réfuter les autres. Mais au fait, bien qu'il me semble plaisant de t'adresser des remontrances, je veux te rapporter ce que j'ai entendu. Un de ceux qui vous quittaient, sache-le, vint à moi, pendant que je me promenais. C'est un personnage qui se croit d'une science accomplie, un de ces hommes dont l'habileté s'exerce sur les discours destinés aux tribunaux. « Criton, dit-il, tu n'écoutes point ces savants? — Non, par Zeus ! répondis- je, je n'ai pu m'approcher assez pour entendre distincte- ment, à cause de la foule. — Pourtant, reprit-il, il valait la e peine d'entendre. — Pourquoi ? dis-je. — Tu aurais entendu discuter des hommes qui sont aujourd'hui les plus savants

i . Socrate veut dire : C'est la rareté (et non la valeur réelle) qui donne du prix aux choses. Ainsi l'eau a par elle-même une grande valeur, mais, comme elle n'est pas rare, on ne peut la qualifier de tfuiov ; elle est au contraire eùtovoxatov. Allusion au début célèbre de la première Olympique: "AptciTov jxèv Oôtop, etc.

2. Criton, on l'a vu, s'adonne à l'agriculture (291 e).

3. Voir 3o3 d.

�� �