Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/290

Cette page n’a pas encore été corrigée


303 c EUTHYDÈME 192

à bout d'une pareille tâche * ! Vos discours, Euthydème et Dionysodore, ont toutes sortes de beautés. Mais une, parti- culièrement, est magnifique : c'est que la plupart des hommes, même les gens de poids et de renom, vous laissent

d tout à fait indifférents et que vous n'avez cure que de vos pareils. Pour ma part j'en suis bien sûr : vos discours ne sauraient plaire qu'à un fort petit nombre de gens, pareils à vous ; les autres en ont une idée 2 qui les ferait rougir, j'en suis certain, de réfuter autrui avec de semblables raison- nements plutôt que de se voir réfutés eux-mêmes. Et voici encore ce qu'il y a de civil et d'obligeant dans vos discours : quand vous déclarez qu'il n'existe rien de beau ni de bon ni de blanc ni quoi que ce soit de ce genre, et qu'il n'est absolu-

e ment rien qui diffère du reste, en fait vous cousez tout bon- nement la bouche aux gens, comme vous le dites d'ailleurs ; mais ce n'est pas seulement à autrui, c'est à vous-mêmes que vous semblez le faire : procédé fort gracieux qui enlève à vos discours tout caractère choquant. Enfin — point capital — vos inventions sont de telle sorte et vous y avez mis tant d'art qu'un instant suffirait à n'importe qui pour les apprendre. Je l'ai constaté, pour ma part, en écoutant Ctésippe, et en voyant avec quelle promptitude instantanée il était capable 304a de vous imiter 3 . A cet égard votre science, s'il s'agit de la communiquer promptement, est sans doute une belle chose; mais elle ne se prête pas à la discussion publique. Si vous m'en croyez, vous vous garderez de parler devant un nombreux auditoire, de peur qu'il n'ait bientôt tout appris sans vous en savoir gré. Autant que possible, discutez entre vous, seul à seul; et, s'il faut le faire en présence d'un autre, que ce soit seulement devant qui vous donne de l'argent. Ces mêmes

1. La science de l'éristique ; cf. 272 a tocuttjv vuv è£eipYaa0ov.

2. Pour ce sens de voeïv : se faire une idée de, cf. Rép., 5o8 d.

3. Avec la ponctuation que nous avons adoptée, to péyKj-cov otc (le point capital, à savoir que, etc.) dépend de à'yvwv. 'Qç... oioç l'vjv (en voyant que... il était capable) dépend aussi de la notion impliquée dans lyvcov. Une autre construction consiste à faire de xô tjié-pcrTov oxt... une proposition indépendante (le point capital est que, tour bien connu); en ce cas il faut mettre une ponctuation forte après àcv6p<)facv, et entendre syvtov... cî)ç : j'ai constaté comme (ou combien). Mais l'asyndète est un peu dure, quoiqu'on puisse en trouver d'autres exemples.

�� �