Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/236

Cette page n’a pas encore été corrigée


285 c EUTHYDÈME 164

c vous avez peur, vous les jeunes, qu'on fasse sur moi l'essai comme sur un Carien l S Moi qui suis vieux, je suis prêta en courir le risque, et je me livre à Dionysodore que voici comme à Médée de Golchide 2 . Qu'il me mette à mort et, s'il le veut, me fasse cuire ; sinon, qu'il agisse à sa guise, pourvu qu'il me rende vertueux ! »

Là-dessus Gtésippe : « Moi aussi, Socrate, je suis prêt à me remettre aux mains des étrangers, même s'ils veulent m 'écorcher encore plus qu'ils ne font en ce moment, à condi- tion que ma peau se change finalement, non pas en outre,

d comme celle de Marsyas 3 , mais en vertu. A la vérité, Diony- sodore que voici croit que je me fâche contre lui ; mais moi, je ne me fâche pas : je le contredis sur les points où il me paraît avoir tort avec moi. Ne va donc pas, toi, brave Diony- sodore, donner à la contradiction le nom d'injure ; car l'injure est autre chose. »

Reprise Alors Dionysodore : « Yeux-tu dire,

de la discussion Gtésippe, dit-il, que la contradiction entre Dionysodore existe ? » e et ctési PP e - « Parfaitement, et j'en suis bien

convaincu. Serait-ce que toi, Dionysodore, tu ne crois pas à la possibilité de contredire?»

« Tu ne saurais pourtant prouver que tu aies jamais entendu personne en contredire un autre. »

« Tu dis vrai ; mais en ce moment je te prouve que j'entends Gtésippe contredire Dionysodore. »

« Voudrais-tu en rendre raison ? »

« Parfaitement. »

« Voyons, dit l'autre. Y a-t-il pour chaque chose des

façons d'en parler? — Parfaitement. — Gomme elle est, ou

comme elle n'est pas ? — Gomme elle est. — En effet, Gté-

286 a sippe, situ t'en souviens, dit-il, nous avons démontré tout à

1 . Sur un être sans valeur. Expression proverbiale ; cf. Lâches, 187 b.

2. Médée avait persuadé aux filles de Pélias de mettre en pièces le corps de leur père, promettant de lui rendre la jeunesse. Mais elle ne prononça pas les formules magiques qui l'auraient rappelé à la vie. Le sujet avait été traité par Euripide dans Les Péliades (455).

3. Le silène Marsyas, fier de son talent sur la flûte, osa défier Apollon citharède. Le dieu l'écorcha vif, et de sa peau fit une outre qu'on voyait suspendue sur la place de Célaenes, en Phrygie.

�� �