Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/190

Cette page n’a pas encore été corrigée


i4o EUÏHYDÈME

dialogues *. Au contraire, suivant Raeder 2 , YEuthydème sup- pose déjà YEuthyphron et même le Gorgias. Gomperz va plus loin encore : il observe que YEuthydème subordonne à la science philosophique par excellence, c'est-à-dire la dialecti- que, les disciplines spéciales, et il conclut que ce dialogue, déjà fort éloigné du Protagoras et du Gorgias, est très voisin des ouvrages dialectiques d'époque postérieure 3 .

L'examen des critères stylistiques conduit à ranger YEu- thydème bien après le Protagoras, plus tard que le Gorgias, dans le même groupe que le Ménon et le Cratyle 4 . On arrive à la même conclusion quand on étudie les idées, l'objet même du dialogue, et la polémique à laquelle il se rattache. L'an- tériorité du Protagoras semble prouvée par un détail signifi- catif: Platon y établit que la vertu est une science et peut s'enseigner ; or, YEuthydème admet sans discussion, comme une vérité déjà démontrée, que la socpîa s'enseigne (282 c). L'enquête relative à l'art de régner (ou politique) aboutit dans YEuthydème à une difficulté qui n'est pas résolue: quelle science cet art doit-il procurer aux hommes ? C'est qu'en s'adressant à la politique, Socrate n'a pas pris la bonne voie : non plus que la rhétorique, la politique n'est cette sagesse suprême qui, pouvant à la fois produire et utiliser ce qu'elle produit, transforme en bien des réalités indifférentes. Déjà la solution a été indiquée dans le Gorgias, où Socrate expose que le véritable orateur politique doit se proposer de faire naître la justice dans l'âme de ses concitoyens (5o4 d-e), et par suite en avoir lui-même la science (5o8 c). Or, cette science, la philosophie seule la donne ; Socrate croit être un des rares Athéniens, sinon le seul, qui cultive le véritable art politique (52 1 d). L'embarras manifesté dans YEuthydème avec tant d'insistance nous paraît être la preuve 5 , non pas, comme le pense Horn 6 , que ce dialogue est antérieur au Gorgias, mais tout au contraire qu'il l'a suivi. La question est, aux yeux de Platon, d'importance capitale. 11 y a déjà fait une

1. Id., p. i8i-i83.

2. O. I, p. i46.

3. O. L, p. 566, note.

(x. G. Ritter, 0. /., p. a5£.

5. Voir supra, p. i3a.

6. O. I, p. 181.

�� �