Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/173

Cette page n’a pas encore été corrigée


ISOTIGE ia3

cette pause arrête l'attention sur les étonnants progrès que Clinias, paralysé d'abord par les sophistes, a réalisés grâce à la méthode de Socrate ; elle fait ressortir la difficulté de la recherche, et prépare avec une espèce de solennité la discus- sion finale. En montrant l'importance du problème à résou- dre, elle accuse l'impuissance des sophistes, et nous achemine vers la conclusion.

Les deux sophistes mis en scène sont

llB .. l • e J** originaires de Chios, à ce que croit So-

éris tiques. J , . ; \ .

crate. Apres avoir émigré a Inurium,

ils ont été bannis de cette ville, et depuis de nombreuses années ils vivent en Grèce. Au moment de l'entretien, ils sont de passage à Athènes, mais ils y ont déjà fait un séjour (273 e) l'année d'avant ou la précédente (272 b ; cf. 287 c). Jusqu'alors ils se piquaient des connaissances les plus variées : experts à toutes les formes de la lutte, notamment à l'hoplo- machie, ils se vantaient d'en enseigner le secret moyennant salaire. Leur habileté s'étendait à tout l'art de la guerre, à la tactique, à la stratégie ; bref, à tout ce que doit savoir un chef d'armée. En outre ils excellaient aux luttes judiciaires : ils savaient parler eux-mêmes devant un tribunal, et enseigner l'art de composer des discours appropriés à un auditoire de juges. Ce savoir si divers les apparentait à Hippiasd'Élis. Car l'activité d'Hippias embrassait toutes les choses de l'esprit ; il parlait avec la même facilité sur l'astronomie, l'arithmétique, la géométrie, les syllabes, les rythmes, les modes et la mné- motechnie ; il discourait sur les généalogies des héros, la fon- dation des cités et l'antiquité en général ; il composait de magnifiques exhortations, des épopées, des tragédies et des dithyrambes 1 . Et, comme les sophistes de YEuthydème, il pra- tiquait avec virtuosité les arts manuels : orfèvre, ciseleur, ver- rier, cordonnier, tisserand, il avait fabriqué lui-même son anneau, son cachet, son strigile, sa fiole à huile et ses vêtements 2 . Mais aujourd'hui Euthydème et Dionysodore tiennent pour accessoires leurs talents de naguère ; la science qu'ils professent est Yérislique (272 b) : ils excellent à réfuter, qu'il s'agisse de vérité ou d'erreur. L'objet de leur étude est

1. Hippias majeur, a85 b sq. (cf. Hipp. min., 367 e sq.) ; 286 a b ; Hipp. min., 368 c d.

2. Hippias min., 368 b c.

�� �