Ouvrir le menu principal

Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/489

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
115
COMME ILS SE CONSOLENT.


qu’on ne lui prescrive de l’en gratifier. D’où vient ce caprice, car Fessange est joli comme l’Amour ? C’est que depuis sa malheureuse aventure avec le comte de Vitbléreau[1] l’Adonis est déchu. L’on en a fait des gorges chaudes dans l’hospice, et Zoé se trouve du nombre de celles qui ne font point de grâce, dans leur opinion, aux bardaches amateurs.

Le Prélat. — Approcez, mes enfants… Plus resserrés, nous ferons un meilleur effet dans les glaces.

Il avait raison : les trois groupes n’étant plus qu’à deux pieds à peu près l’un de l’autre, le coup d’œil est déjà bien plus piquant. Sa Grandeur, pour lors étudiant en silence différentes manières de poser les cinq mannequins qui ne sont pas le sien, parvient, au bout de quelques minutes, à saisir un effet qui paraît l’enchanter.

Dans ce nouvel état de choses, les trois femmes sont nues : aux pieds du prélat est la négrillonne, assise sur un coussin ponceau, la bouche à portée du nonchalant engin de Sa Grandeur, et destinée à le glottiner. À droite, Dardamour, demeurant assis

  1. Voyez la page 174, quatrième numéro.