Page:Michelet - OC, Histoire de France, t. 1.djvu/212

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Gaule. « On rapporte qu’alors Chlogion, homme puissant et distingué dans son pays, fut roi des Francs ; il habitait Dispargum, sur la frontière du pays de Tongres. Les Romains occupaient aussi ces pays, c’est-à-dire vers le midi jusqu’à la Loire. Au delà de la Loire, le pays était aux Goths. Les Burgundes, attachés aussi à la secte des ariens, habitaient au delà du Rhône, qui coule auprès de la ville de Lyon. Chlogion, ayant envoyé des espions dans la ville de Cambrai, et fait examiner tout le pays, défit les Romains et s’empara de cette ville. Après y être demeuré quelque temps, il conquit le pays jusqu’à la Somme. Quelques-uns prétendent que le roi Mérovée, qui eut pour fils Childéric, était né de sa race[1]. »

Il est probable que plusieurs des chefs des Francs, par exemple ce Childéric, qu’on nous présente comme fils de Mérovée, père de Clovis, avaient eu des titres romains, comme au siècle précédent Mellobaud et Arbogast. Nous voyons en effet Égidius, un général romain, un partisan de l’empereur Majorien, un ennemi des Goths et de leur créature l’empereur arverne Avitus, succéder au chef des Francs, Childéric, momentanément chassé par les siens. Ce n’est pas sans doute en qualité de chef héréditaire et national[2], c’est comme maître de la milice impériale qu’Égidius remplace Childéric. Ce dernier, accusé d’avoir violé des vierges libres, s’est retiré chez les Thuringiens, dont il enlève la reine ; il retourne parmi les Francs

  1. Grégoire de Tours.
  2. App. 80.