Page:La France foutue, 1796.djvu/80

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ACTE TROISIÈME.



SCÈNE PREMIÈRE.

LA FRANCE (1).

Je suis enfin foutue !… et ces triples couleurs (2),
Symbole de ma honte et de tous mes malheurs,
De cet affreux bordel, sont, hélas ! la livrée (3)
À quels tristes excès me vois-je enfin livrée !
Mon voile était sans tache, et seul il était blanc !
Son éclat précieux est souillé par le sang (4).
De vierge que j’étais me voilà république ;
Je suis à tout le monde et ma honte est publique.
Chacun me fout, chacun veut être mon fouteur (5),
Et personne ne craint d’alarmer ma pudeur.
Sans égards, oubliant mes droits de souveraine,
Sans états et sans nom, l’on me traite en romaine.
Chacun est citoyen, et semble être à Paris
Le citoyen nouveau de son nouveau pays.
Le français, qui jadis du monde était l’exemple (6) !