Ouvrir le menu principal

Page:La France foutue, 1796.djvu/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ACTE SECOND,




SCÈNE PREMIÈRE,

L’ANGLETERRE, LE DUC D’ORLÉANS.



L’ANGLETERRE.

Tout seconde mes vœux, et je brûle d’apprendre
Comment vous avez pu jusqu’ici vous y prendre :
Racontez-moi, Seigneur, ce que vous avez fait.


D’ORLÉANS.

Madame, en un moment j’ai conçu mon projet :
Et pour mieux assurer sa prompte réussite,
La France a dans sa cour mes amis à sa suite,
De ses femmes d’atours et de celles d’honneur (1),
J’ai gagné le suffrage et j’ai séduit le cœur.
J’ai corrompu sa garde, excepté tous les Suisses (2),
Lafayette créera de nouvelles milices (3).
Le tartuffe Necker, habile à calculer (4),

D 2