Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/15

Cette page a été validée par deux contributeurs.
xv
AVANT-PROPOS.

ter un mot ni de changer une phrase. À ce sujet, je dois faire observer qu’on ne trouve pas dans le manuscrit original certains passages publiés en 1852. Cependant, ils n’ont pu être communiqués que par l’auteur, et je les ai placés sous le titre Additions, dans un supplément qui suit immédiatement le texte.


J’ai dit en commençant que Coignet personnifiait le soldat de l’Empire, comme Fricasse personnifiait le soldat de la République. L’un a combattu en effet pour une idée, comme l’autre s’est battu pour un homme. Tous deux ont eu la même foi, tous deux ont souffert avec le même courage, ont montré au plus haut degré la volonté de bien faire et le sentiment du devoir, ce sentiment qui distinguera toujours l’homme d’élite, à n’importe quel rang. Pour le reste, les caractères de nos deux soldats diffèrent.

Fricasse est relativement instruit, et j’ai dit combien grande était l’ignorance de Coignet. Fricasse a une élévation morale réelle. Coignet n’a que des impressions et ne les raisonne pas. C’est un honnête homme, et il n’aime pas les gendarmes156 ; il n’aime pas non plus les bai-