Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Avant la révolution il n’y avoit que ce qu’on appeloit le petit peuple qui payoit les droits. MM. les secrétaires du roi, maison, couronne de FRance étoient privilégiés, l’université avoit ses privilégiés, les commensaux du Roi, qui étoient innombrables, étoient aussi privilégiés, & avec le certificat d’une main privilégiée qu’on exhiboit aux commis, on entroit sa bourriche en ne payant pas même le quart de ce qu’auroit payé le petit peuple pour pareille friandise ; M. le Duc, Madame la Duchesse, le Comte, le Marquis avoient soin de s’abonner, quand le privilége leur faisoit faux bon, & l’abonnement à certains égards valoit une exemption.

E.

ÉCLAIRER : expression figurée & incendiaire, insérée dans une lettre écrite à un représentant de la nation, & lue dans l’assemblée ; il étoit dit dans cette missive qu’on n’auroit pas dû lire, il étoit dit, si je m’en rappelle bien : prévenez vos nobles que leurs châteaux seront éclairés. Les nobles ont haussé les épaules & ont oublié le malheureux calembourg, dont je ne fais mentions, que parce que quelques journaux l’ont trouvé délicieux, sur-tout les journaux qu’on proclame. Voyez le mot Journal.

ÉGALITÉ : selon le nouveau régime, état respectif des Citoyens d’une nation libre, ordre qui les nivelle tous.