Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
59
BLAISE PASCAL

inventé la Roulette aprez, cela ne contredit pas à ce que je dis ; car il la trouva sans y penser, et d’une maniere qui fit bien voir qu’il n’y avoit pas d’application, comme je le diray dans son lieu[1].

Immediatement aprez et lorsqu’il n’avoit pas encore vingt quatre ans, la Providence de Dieu ayant fait naistre une occasion qui l’obligea de lire des escrits de pieté[2], Dieu l’esclaira de telle sorte par cette sainte lecture, qu’il comprit parfaittement que la Religion chrestienne nous oblige à ne vivre que pour Dieu, et à n’avoir point d’autre objet que luy, et cette verité luy parut si evidente, si necessaire et si utile, qu’elle termina toutes ses recherches : de sorte que des ce temps là il renonça à toutes les autres connoissances pour s’appliquer uniquement à l’unique chose que Jesus-Christ appelle necessaire[3].

Il avoit jusqu’alors esté preservé, par une protection particuliere de la Providence, de tous les vices de la jeunesse ; et ce qui est encore plus estrange à un esprit de cette trempe et de ce caractere, il ne s’estoit jamais porté au libertinage pour ce qui regarde la Religion, ayant tousjours borné sa curiosité aux choses naturelles, et il m’a dit plusieurs fois qu’il joignoit cette obligation à toutes les autres qu’il avoit à mon pere, qui, ayant luy mesme un tres grand respect pour la Religion, le luy avoit inspiré des l’enfance, lui donnant pour maxime que tout ce qui

  1. Voir la Préface de Florin Perier aux Traités de 1663, t. III, p. 278 et le récit de Marguerite Perier, t. I, p. 134.
  2. Vide supra, p. 17 sqq.
  3. Il est inutile de souligner l’inexactitude de ce texte : à prendre à la lettre le récit de Madame Perier, la « conversion » de 1646 au jansénisme aurait suivi les expériences et les recherches sur le vide, et marqué le renoncement définitif de Pascal à la recherche scientifique ; on sait qu’au contraire l’activité scientifique de Pascal n’a jamais été plus grande qu’entre les années 1647 et 1654.