Nobiliaire et armorial de Bretagne/K

◄  J
L  ►

K

Kaer voyez Keraer (de).

* Kaerbout on Kerbout (de), sr dudit lieu et de Coesquelen, par. de Meneac, — de la Ville-Gueneal, par. de Guilliers, — de la Vallee, par. de Loudeac, de la Villeau-Voyer,

par de la Chapelle-sous-Ploermel.

Réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Ménéac et Guilliers, év. de Saint-Malo, Loudéac et Plourhan, év. de Saint-Brieuc.

De gueules à trois fermaux d’argent.

Jean, vivant en 1427, père de Pierre, marié à N. Boudart, dame de Coufisquelen ; Sylvestre, père 1o de Caro, sr de Kerbout, vivant en 1513; 2o de Thomas, sr de la Ville—Gueneal, marié à Jeanne de Chateautro, dont Yves, sr de la Ville-au-Voyer. Une branche cadette, établie dans le Maine des le xve siècle, et maintenue a l'intendance de Tours en 1698, remonte à Jean, de la suite du duc dans son voyage à Rouen en 1419, marié à Guillemette l’Epervier, dame de Gemasse. Cette branche, alliée de nos jours en Bretagne aux Barberé, Poulpiquet-du-Halgouët et du Plessix-cCAr gentry, a produit : Yves, abbé de Tiron au diocèse de Chartres en 1426 ; Lancelot, baron de Gemasse en 1618, et sr de Verrières, de Couléon et de la Cruche, paroisse de Teillé, chevalier de l'ordre et gentilhomme de la chambre du Roi en 1608 ; une fille a Saint-Cyr en 1730.

Karuel (orig. de Normandie, y maint. en 1666), sr de * Merey, — de la Panniere, —

de Gadencourt, — de Chambines.

D’argent à trois merlettes de sable ; à la bordure de gueules. Raoul, époux en 1448 de Jeanne du Val de Martainville, père d’ Oudin, marié à Jeanne d’Anfreville ; Pierre, chevalier de Malte en 1600; un commandeur de Saint-Lazare en 1722 ; un maréchal de camp en 1734 dont le fils s’établit en Bretagne, ou cette famille s’est alliée depuis 1742 aux du Poulpry, Aragon et Lantivy.

Keradreux ou Caradreux (de), sr dudit lieu, — des Aulnays, par. de Lanouée, — du Breil-Hay, par. de Saint-Gilles, — de Saint-Malo, par. de Ploermel, — vicomte de Neuvillette, au Maine, en 1578, — sr de la Fontaine, par. de Mohon, — de la Villemoysan, par. de la Croix-Helléan.

Anc. ext., ref. 1669, rinq gen, ; ref. et montres de 1440 à 1513, par, de Lanouee, Ploermel et Romille, ev. de Saint-Malo, et Saint-Gilles, ev. de Rennes.

D’argent à trois léopards d’azur.

Guillaume, docteur es lois en 1378 ; Jean, fils Guillaume, de la ligue des seigneurs contre les Penthièvre en 1420, épouse Olive de Bodegat, dont Jean, marié à Marie de Montauban, conseiller du duc et maitre-d’hotel d’Alain de Rohan, qui lui donna la garde naturelle de ses enfants, Jean et Catherine de Rohan. Il laissa trois fils : 1o René, attaché à la maison de Jean II, vicomte de Rohan, et amant de Catherine de Rohan, sa soeur, massacré par les gens du vicomte en 1479 ; 2o Alain, homme d’armes dans une montre de 1473 ; 3o Jean, père de Bertrand, sr de Neuvillette, époux en 1510 de Gillette Hay, dame du Breil.

La branche aînée fondue en 1655 dans Lantivy.

Keraer ou Kaer (de), sr dudit lieu, par. de Locmaria-Keraer, — du Plessis, par. de Crach, — de Kerambourg, par. de Landaul, — de Roguedas, par. d’Arradon.

De gueules à la croix d’hermines, ancrée et gringotée d’or. Devise : Pour loyauté maintenir

Normand, mentionné dans un compte-rendu au duc Jean le Roux en 1287 ; Jeanne, abbesse de Saint-Sulpice de Rennes. † 1240.

Fondu au xive siècle dans Malestroit, d’ou la seigneurie de Keraer, érigée en vicomté en 1553, a appartenu successivement aux Montalais et Maud, et depuis 1727 aux Robien.

Keraeret (de), sr dudit lieu et de Knechbourret, par. de Plougoulm, — de Kerraenguy, par. de Siberil, — de Rermelegan, par. de Plouider, — de Lescadec, par. de Plouuevez-Lochrist.

Réf. et montres de 1448 à 1534, dite par., év. de Léon. Burelé d’argent et de gueules, à deux guivres affrontées d’azur en pal, entrelacées dans les burelles. Devise : Pa elli, (Quand tu pourras). Alain, époux d’Amice de Kerouzeré, veuve en 1448 ; Alain, chanoine de Léon, † 1414 ; Thomas, prevôt de l'hôtel de la duchesse Anne en 1489 et capitaine de Brest, marié à Jeanne le Bart, veuve d’Olivier de Coëtlogon.

La branche aînée fondue dans Saint-Gou&znou, puis de Ploeuc, Goulaine et du Han.

Keraeret, voy. Kernaeret et Kernazret (de) .
Kerahes (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Tromeur de Carhaix.

Echiqueté ; au franc canton d’hermines (Sceau 1306).

Daniel, fils Olivier, témoin d’un accord entre Hervé de Léon et Pierre de Kergorlay en 1306.

Kerahuis, voyez Keravis (de).
Keralain (de), sr dudit lieu, par. de Plumelin.

Réf. et montres de 1448 à 1536, par. de Plumelin, év. de Vannes.

De gueules au lion d’or, armé et lampassé d’argent.

Keralbaud (de), sr dudit lieu, par. de Ploeren, — de Cardelan, par, de Baden, — de

Keriargon, par. de Belz.

Anc. ext., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Ploeren, év. de Vannes.

D’azur à trois croix pattées (aliàs : ancrées) d’or. Devise : Spes trina salutis. Guillaume, vivant en 1426, épouse Henriette de Moguero ; un lieutenant des maréchaux de France à Auray en 1781.

Keraldanet (de), sr dudil lieu et du Rascol, par. de Lannilis, — de (iarzjan, par. de Plouvien, — du Rouazle, par. de Dirinon, — de Kerbloc’hou, — de Lestremeur, par. de Bodivit, — de Lanros, par. d’Ergue-Armel.

De gueules au chef endenché d’or de cinq pièces.

Hervé, entendu dans l’enquête pour la canonisation de Charles de Blois en 1371. Fondu dans d’Acigné.

Les srs de Kervern et de Kerouzern, paroisse de Braspartz, déboutés à la réformation de 1670.

Keralio (de), voyez Arthur
Keralio (de), voyez Guynement.
Keralio (de), sr dudit lieu, par. de Plouguiel.

Réf. 1427, par. de Plouguiel, év. de Tréguier.

D’or au léopard de sable. Devise : Virtus sibisola sufficit.

Guillaume, chevalier de Rhodes, tué à la prise de cette place en 1522.

La branche aînée fondue au xve siècle dans Scliczon.

Keraliou (de), (ramage du Faou), sr dudit lieu, de Kerangouez et de Kercorentin,

par. d’Hanvec.

Réf. 14*26, dite par., év. de Cornouaille.

D’argent à cinq hermines de sable au chef endenché de même, comme Kerdrein.

Fondu dans Kervennec.

Keraly (de), sr dudit lieu, par. de Bubry, — du Foz, par. de Melrand, — de Talhouët, — de Saint-Sauveur, — comte du Chesnay, par. de Guipel, — sr de Kervenic. — du Boishamon, — de la Ville-Alain, — de Kerabel, — de Cohignac, par de Plouray.

Anc. ext. chev., réf. 1669, huit gén. ; réf. et montres de 1448 à 1536, par. de Bubry, év. de Vannes.

D’azur à la fleur de lys d’or, accomp. de trois coquilles d’argent.

Guillaume, praticien exempt, vivant en 1422, marié à Jeanne de Saint-Nouay ; deux conseillers au parlement en 1619 et 1686.

Keramanach (de), sr dudit lieu et de Trelflec’h, par. de Plounevez-du-Faou, — de la Forest, par. de Braspartz.

Réf et montres de 1426 à 1536, dites par., év de Cornouaille.

D’argent à trois jumelles de gueules ; au canton d’or, chargé d’un lion de sable (Mss. Gaignières).

Pierre, ratifie le traité de Guérande en 1381.

Keramanac’h (de), sr dudit lieu, par. de Lanneufret, év. de Léon.

D’or au cormoran de sable (G. le B.). Devise : Littora proedatur.

Moderne du Poulpry.

Kerambart (de), sr dudit lieu, par. de Landaul.

Réf. de 1426 à 1536, par. de Laudaul et Saint-Gilles d’Hennebont, év. de Vannes.

Porte trois coquilles, au chef chargé d’un lion issant (Sceau 1357) ; alias : fascé de six pièces (Sceau 1396).

Yvonhet, donne quittance de ses gages et de ceux des gens d’armes de sa compagnie en 1357.

Kerambellec (de), sr dudit lieu, par. de Pleumeur-Gautier.

Réf et montres de 1481 à 1543, par. de Plouër, év. de Tréguier.

De sable à la fleur de lys d’argent, accostée de deux épées de même.

Olivier, de la paroisse de Plourivo, anobli avant 1448.

Moderne Kerjagu.

Keramborgne (de), sr dudit lieu, par. de Plouaret, — de la Touche-Mulloche, par. de Saint Jean-de-Béré, — de la Rivière et de Braies, par. de Soudan.

Réf. de 1427 à 1478, dites par., év. de Tréguier et Nantes.

De gueules à un heaume de profil d’or, accomp. de trois coquilles d’argent.

Conan, abbé de Bégard en 1428 ; Pierre, chevalier de Saint-Jean de Jerusalem, commandeur de la Feuillée et du Palacret en 1463 ; Conan, abbé du Relec en 1479.

La seigneurie de Keramborgne a été possédée depuis par les Perrien.

Keraminou (de), sr dudit lieu, par. de Taulé, — de Kernus, — de Tromelin, par. du

Minihy de Léon.

Ref. et montres de 1426 a 1503, dites par., et par. de Plougasnou, ev. de Léon et Treguier.

D’argent à la fasce dazur, surmontée d’une merlette de même ; voyez Cazin, Cosquerguen, Gepproy, Kergoz, Kerhallic et le Levier.

Keramoroc'h (de), sr dudit lieu, par. de Plounevez-Moëdec, év. de Tréguier.

Fascé d’or et de gueules, comme du Chastel de Bruillac, à la bordure engreslée de gueules (G. le B.).

Kerampuil (de), voyez Saisy.
Kerandraon (de), voyez Roche ou Roche-Héron (de la).

Kerandraon (de), voyez Cabon.

Keranec’h, voyez Kernec’h (de).

Keranével (de), voyez Hayeux (des).

* Keranflech (de), sr dudit lieu, par. de Milizac. — du Rest et Trongall, par. de Plouguin, — de Rosneven et de la Garenne par. de Pestivien, — de Launay, par. de Plusquellec, — de Treuzvern, par. de Plougonver, — de Rosquelven, par. de Glorael.

Maint. à l’intend. en 1702, et par arrêt du pari, de 1778, anc. ext., douze gen. ; ref. et montres de 1427 a 1562, par. de Milizac, Plouguin et Plourin, ev. de Leon, et Pestivien, ev. de Gornouaille.

D’argent au croissant surmonté d’une rose et accomp. de trois coquilles, le tout de gueules. Devise : Potius mori quam foedari.

Mérien, vivant en 1420, épouse Jeanne Hélou, dont Prigent, sr de Rosneven, marié à Jeanne du Vieux-Chastel ; un sous-lieutenant aux gardes françaises en 1770, puis chef de division des armées catholiques et royales.

La branche aînée fondue en 1551 dans le Ny.

Keranflec’h (de), voyez Gilart.

* Kerangal ou Querangal (de), srde la Hautière, — de Kerascoët, — de Moustoirlan, — des Essarts, év. de Saint-Brieuc,

D’argent à l’aigle de sable, perchée sur une branche d’olivier de sinople, fruit de de gueules.

Hervé, archer en brigandine, dans une montre de 1489 ; un alloué de Saint-Brieuc en 1748, député agrégé de cette ville aux États de 1758 ; un lieutenant de vaisseaux, chevalier de Saint-Louis en 1781, f capitaine de vaisseaux.

Keranglas (de), sr dudit lieu, par. de Ploubezre.

R£f. et montres de 1445 a 1513, par. de Ploulec’h et Ploumiliau, ev. de Treguier.

D’argent à trois fasces d’azur.

Kerangomar (de), sr dudit lieu, par. de Taule.

De pourpre au dextrochère ganté d’argent, tenant un épervier de même, grilleté d’or (G. le B.), voyez Honoré (l’).

Fondu dans Kerouzéré.

Kerangoué (de), voyez Malescot.

Kerangréon (de), sr dudit lieu, ev. de Treguier.

D’or à deux fasces nouées de gueules, accomp. de huit merlettes de même, 3.

2. 2. et 1 (G. le B.), comme Matignon, Gamepin et Yacenou.

Keranguen (de), sr dudit lieu et de Kerincuff, par. de Plouenan, — de Kerdelan, —

de Belair, par. de Brelez, — de Trogurun, près Lesneven, — de Kervasdoue, — du Cosquer, — de Kerlosquet, par. du Minihy de Leon, — de rennanec’h, par. de Plougasnou, — de TrecLillac, par. de Botsorhel, — de Kerbrat, — de PeDfeunteun, — du Fransic, par. de Taule, — de Kervoazou, par. de Plougonven, — de Lanrivinec, par. de Plougoulm.

Anc. ext., ref. 1669, huit gen. ; ref. et montres de 1427 à 1534, par. de Plouenan et Plougoulm, év. de Léon.

D’argent a trois tourteaux de gueules, comme Kerguinou et Pfiillac. Devise : Laca évez (Prends garde).

Hervé, vivant en 1443, épouse Margilie de l’Estang.

Keranguen (de), sr dudit lieu, par. de Pleumeur-Gautier.

Réf. et montres de 1427 à 1481, dite par., év. de Tréguier.

D’or au lion morné de gueules, alias : parti au 1 : un lion ; au 2 : un sautoir (Sceau 1381).

Perrot, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Guillaume, abbé de Carnoët en 1421 ; mais nous ne savons à quelle famille Keranguen il appartenait.

Keranguès (de), voyez Réau.
Keranmear (de), sr dudit lieu, par. de Kerlouan.

Réf. de 1426 a 1445, dite par., et par. de Kernouez, év. de Léon.

D’argent au croissant de gueules, surmonté de trois fleurs de lys de même.

Fondu en 1557 dans Parcevaux.

Keranmoal (de), sr du Carpont, ress. de Saint-Renan, év. de Léon.

D’argent à trois bars de gueules, en fasces l’un sur l’autre (Arm. 1696).

Yves, notaire royal à Brest en 1696.

Kerannou ou Kerrannou (de), (ramage de Rannou), sr dudit lieu, de Gorrequer et de Kersaliou, par. de Plabennec, — de Kervasdoue, — de Kermaze, — de Gouelet-an-Coat,

— de Keranstreat, par. de Plougonvelin.

Anc. ext., réf. 1668, sept gén. ; réf. et montres de 1426 à 1503, par. de Plougonvelin, év. de Léon.

Losangé d’argent et de sable, qui est Rannou ; à la bande de gueules, chargée de trois trèfles d’argent.

Guillaume, vivant en 1503, épouse Jeanne de Keroulas.

Keranraiz (de), sr dudit lieu, par. de Plouaret, — de la Rigaudière, — de Goatcanton, par. de Melguen, — de Kervastar, par. d’Elliant, — de Cofttredan, — de Runfao,

par. de Ploubezre.

Réf. et montres de 1427 a 1481, par. de Plouaret, év. de Tréguier, et Melguen, év. de Cornouaille.

Vairé d’argent et de gueules. Devise : Raiz pe bar. (Ras ou comble).

Un seigneur de ce nom croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Atom, mari£ a Tiphaine de Pestivien, entendu dans Tenqudte pour la canonisation de saint Yves en 1330 ; Olivier et Alain son neveu, au nombre des dcuyers du combat des Trente en 1350 ; fiven, marié en 1369 a Tiphaine le Vayer, dame de la Rigaudifere, ratifie le traits de Guérande en 1381.

La branche aînée fondue en 1432 dans Montauban, d’ou la seigneurie de Keranraiz a appartenu successivement aux Rohan-Gukmenb, Boisdon et Hay de Bonleville ; la branche de Coatcanton et de Kervastar fondue vers 1410 dans du Perrier, puis le Saux, Kerloarguen, Garnk et de Ploeuc.

Keranraiz (de), sr de la Fosse, par. de Plourin, — de Coëtnempren, par. de Trefflaouenan, — de Lescoat, par. de Lanarvilly.

Réf. et montres de 1427 à 1538, par de Plourin, Plouvien, Kernilis et Trefflaouenan, év. de Leon.

La branche de Coëtnempren fondue dans Coëtélez.

Kerantour (de), sr dudit lieu, par, de Ploujean, év. de Tréguier.

D’or à une fleur de lys d’azur, accomp. de trois coquilles de gueules (G. le B.). voyez Kerougant.

Fondu vers 1250 dans Goësbriand.

Keraot (de), sr dudit lieu, év. de Léon.

Ecartelé au 1 et 4 : de sable, au dextrochère d’argent, tenant un épervier de même ; aux 2 et 3 : d’argent au greslier d’azur, lié en sautoir de gueules (G. le B.).

Kerascouët (de), sr dudit lieu, par. de Plouguin, — de Kerlaouenan, par. de Plobannalec.

Réf. et montres de 1536 à 1562, par. de Plobannalec et Treffiagat, év. de Cornouaille.

De gueules à deux billettes d’argent en chef, et une gourde d’or en pointe (G. le B.) Alain, de la paroisse d’Hanvec, entendu dans l’enquête pour la canonisation de Charles de Blois en 1371.

La branche aînée fondue dans Kerlec’h, d’ou la seigneurie de Kerascouët a appartenu successivement aux Parcevaux, Olivier du Vieux-Chatel, Raison et la Boissiere.

Kerasmant (de), év. de Tréguier.

De sable à trois besants d’argent. (G. le B.)

Kerasquer (de), sr de Quilimadec et de Coettrez, par. de Ploudaniel, — de Tronjoliff, par. de Plougar.

Réf. et montres de 1443 à 1534, dites par., év. de Léon. D’argent à deux haches d’armes de gueules en pal, voyez Mahé et le Vayer. Fondu en 1595 dans Penancoët puis Barbier.

* Keratry (de), sr dudit lieu, par. de Ploare, — de Mesanlez, par. d’Ergue-Gaberic, — de Kerbiquet.

Ext., ref. 1670, six gén., montre de 1562, par. de Beuzec-Conq, év. de Cornouaille.

D’azur au greslier d’argent, surmonté d’une lance (alias : d’un pal) de même, comme Landanet. Devise : Gens de bien passent partout.

Francois, vivant en 1535, épouse Frangoise de Kerandraon ; un pair de France de nos jours, fils d’un président de la noblesse par élection, aux États de 1774.

La branche aînée fondue dans Kernicher.

Keraudren (de), sr dudit lieu et de Kerguyomar, par, de Plougonven, — de Keradam.

Réf. et montres de 1441 a 1543, dite par., ev. de Treguier.

La branche aînée fondue dans le Du.

Keraudren (de), sr dudit lieu, par. de Pluneret, — de la Villegicquel, par. de Remungol, — de Lannouan, par. de Landevant.

Ref. 1448, dites par., ev. de Vannes.

D’azur & la croix d’or, cantonnée de quatre étoiles de même ; alias : d’azur a la coquille d’or, accomp. de trois étoiles de même (Arm. de l’Ars). Un seigneur de cette maison commandait la noblesse de Vannes k la prise de Redon en 1487.

Keraudy (de), sr dudit lieu et de Kergreguen, par. de Plouneventer, — de Kerlouquet, par. de Carantec, — de Lohennec, par. de Pleyber-Ghrist, — de Kerherve, par. de Dirinon. Ref. et montres de 1448 a 1534, par. de Plouneventer, Guipavas, Pleyber-Ghrist, Saint-Thegonnec et Carantec, ev. de Léon.

D’argent {alias : d’or) & deux fasces de sable.

Jean, sénéchal de Landerneau en 1505.

La branche de Lohennec fondue dans le Borgne puis du Dresnay.

  • Kerautem (de), sr dudit lieu, par. de Carnoët, — du Cours, — du Poullinec, — de

Kerguern,

Anc. ext., ref. 1669, huit gen. ; ref. et montres de 1447 a 1562, par. de Carnoët, év. de Cornouaille.

De gueules a trois fasces d’argent ; alias : surmontées d’un lambel (Sceau 1421).

Henry, donne quittance de ses gages et de ceux de 19 écuyers de sa chambre en 1421 ; Guillaume, vivant en 1447, épouse Anne de la Forest.

La branche aînée fondue dans Kermerc’hou.

Kerautem (de), rojez Kermerc’hou (de).

Kerautret (de), sr dudit lieu, par. de Plougoulm, ev. de Leon. Porte deux chevrons, cantonnSs de trois quintefeuilles (Sceau 1357). Hue, chevalier, sénéchal de Limoges, donne quittance de ses gages et de ceux de 27 écuyers de sa compagnie en 1357.

Fondu dans Kujs, puis Traonelom, d’où la seigneurie de Kerautret a appartenu successivement aux Penhott, Cre€hqubrault, Kerhofrit, Eon du Vieuxchdtel et Penfentenyo.

Kerautret (de), voyez Déauguer (le).

Keravéon, par. d’Erdeven, év. de Vannes, baronnie en 1636 en faveur du sr de

Talhouët, voyez Talhouët.
Keravis ou Kerahuis (de), sr dudit lieu, de Kerollivier, de Kerneguez et de Kerballer, par. de Bocqueho.

Ext , réf. 1669, six gén. ; réf. et raontres de 1481 à 1535, par. de Bocqueho, év. de Tréguier.

D’argent à la bande d’azur, chargée de trois coquilles d’argent.

Richard, vivant en 1481, épouse Adeline Henry.

La branche ainée fondue vers 1500 dans le Forestier.

Keravis (de).

Ecartelé au 1 : une croix tréflée ; au 4 : d’hermines au chef chargé de trois fleurs de lys, qui est du Quélennec ; au 2 : six annelets ; au 3 ; fretté ; sur le tout, un lion (Sceau 1450, (Blancs-Manteaux) ; alias : une croix cantonnée au premier canton de six billettes (Arm. de l’Ars.).

Philippe, écuyer de la compagnie d’Olivier de Clisson, dans une montre de 1376 ; Yvon, capitaine de Châtel-Audren en 1450.

Kerazgan (de), sr dudit lieu, par. de Kermaria-Sulard, év. de Tréguier.

D’argent à la fasce de gueules, chargée d’un vautour d’or (G. le B.).

Kerbain (de).

Gironné d’argent et de sable de huit pièces (G. le B.), comme le Roux.

Kerbalanec (de), voyez Botloré.

Kerbervet (de), sr dudit lieu, de Kerropertz et de Penhoet, par. de Crandchamp, —

de Lesvellec, par. de Saint-Ave, — de Lanigou, par. de Pluraergat.

Réf. et montres de 1426 a 1536, dites par. , év. de Vannes.

De gueules à trois macles d’or, comme Bignan ; alias de gueules à six besants d’or (Arm. de l’Ars.)

Yves, abbé de Villeneuve en 1510.

Fondu dans Trévégat.

Kerbescat (de), sr dudit lieu, par. de Ploumoguer, — de Kerarstang, par. de Plouzane.

Réf. et montres de 1426 à 1503, par. de Ploumoguer, OuSssant et Plouzane, év. de Léon.

D’or au lion morné de sable, comme Léon, chargé d’une cotice de gueules, comme Kerret.

Kerbic (de), sr du Boisyvon (en breton Coét£ozen), par. de Landouzan, ev. de Léon.

Francois, signe la capitulation des Ligueurs de Léonen 1594 ; Frangoise, fiile du price 1 dent, Spouse en 1602, Claude de Kerouartz, chevalier de l’ordre du Roi.

Kerbihan (de), sr de Glizargant, par. de Pluzunet, — du Pouilladou, par. de Prat, — de Runanfaven.

Ext., ref. 1669, sept gen. ; ref. et monlresde 1481 a 1543, par. de Pluzunet, ev. de Treguier.

D’argent a trois bande3 d’azur ; au franc canton de mftme, charge d’une quintefeuille d’argent, voyez la Haye.

Guillaume, vivant en 1481, epouse Catherine Martin ; Jacques, abbé de CoStmalouen en 1502.

Kerbiquet (de), sr de Lesmelchen, par. de Plouneour-Trez, — de Kerbrat, par. de Goulven.

Ref. et montres de 1426 a 1534, dites par., ey. de Leon.

D’argent à une quintefeuille de sable, comme Co&’tquelven.

Kerbiquet (de), voyez Kerguelen (de).

Kerbiriou (de), s p dudit lieu, par. de la Forest, prfcs Landerneau, — de Kerdelen, — de Tresséol, par. de Plounevez-Porzay.

De sable à trois molettes d’argent (G. le B.).

Fondu dans le Maucazre.

Kerblois (de), ev. de Vannes.

D’argent à trois hures de sanglier arrachées de sable (Arm. 1696).

Un syndic d’Hennebont en 1696.

Kerboudel (de), sr de la Courpean, de la Gree et de la Morivifere, par. d’Erbray, — du Port-de-Roche, par. de Fougeray, — - de la Lande, par. de Moisdon, — de la Motteau-Chancelier, — du Bodouet et de la Jou, par. de Fay. Ext. ref. 1668, gen., ress. de Nantes.

D’azur (alias : de sable) a deux ép<5es d’argent garmes d’or, passSes en sautoir, les pointes en bas.

Rent, Spouse en 1546, Jeanne de la Grée, dame de la Courpean et du Port-de-Roche, dont : Jacques, prévôt des maréchaux et capitaine de Ch&teaubriant, pour le duc de Mercœur, en 1591, marié en 1579 à Louise des Ridellières ; un conseiller au parlement en 1607 ; un maitre des comptes en 1624 ; un chevalier de Tordre en 1644, et un page du Roi en 1734.

Kerbou ou Kerbon (de), s p de Treboul, par. de Plobannalec, ev. de Gornouaille. Deb , iéf. 1670, ress. de Quimper.

Kerboulard (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Nolf, — du Plessis-Brisegault, — du Pradic, par. de Plumergat, — de Kermelin, par. de Saint-Ave.

Anc. ext., chev., réf. 1670, sept gen. ; ref. et montres de 1426 a 1536, par. de Saint-Nolf, év. de Vannes.

De gueules à l’aigle d’argent, armée et becquée d’or.

Jean, maitre d’hôtel de Richard de Bretagne en 1419, Spouse Jeanne Pigeault.

Kerbouric (de), sr dudit lieu, par. de Servel, — de Crec’hlec’h, par. de Langoat, — de Goazven, par. de Brelevenez. — de la Rivtere, par. de Treduder, — de Traonantrez, par. de Plouguiel, — de Kerlast, par. de Quiraper-Guezennec, — du Cosquer. par. de Louannec. — de Pontgauthier, — de Kerloaz, par. de Ploulec’h, — de Pennanec’h, par. de Guimaëc, — de la Boissière.

Anc. ext., ref. 1669 huit gen. ; ref. et montres de 1427 a 1535, par. de Servel et Louannec, év. de Treguier.

D’argent au sautoir de gueules, accomp. de quatre quintefeuilles de même, comme CoMquis, Co&lestrdmeur, le Grand, du Plessix et Plusquellec.

Holland, sénéchal de Léon, porte un lion sur un sceau de 1307 ; Francois, vivant en 1427, Spouse Jeanne de KerlSau ; Frangois, chevalier de Rhodes, commandeur de Mouiins en Bourbonnais, † 1518 ; Francois, chevalier de Maite en 1577. Kerbouriou (de), ev. de Treguier.

De sinople au lion morné d’argent (G. le B.), comme Paignon.

Kerbout, voyez Kacrbout (de).

Kerboutier (de), sr dudit lieu, par. de Noyal-Pontivy, — du Guernic, par. de Plescop, — de Botcoarch, par. de Saint-Patern, — du Pargo, par. de Ploeren.

Ref. et montres de 1448 a 1536, par. de Plescop, Saint-Patern et Quistinic, év. de Vannes.

D’argent au pin de sinople, fruité d’or, le fut chargé d’un sanglier de sable, voyez BSnerven, le Grand, Kerfar£guin, Kerpaen et Morin.

Jean, maitre des comptes en 1477.

La branche de Botcoarch fondue vers 1610 dans Aubin ; la branche du Pargo fondue vers 1666 dans Gibon.

Kerbrat (de), sr dudit lieu, par. de Plabennec.

Réf. de 1426 a 1444, par. de Plabennec, ev. de Léon.

De gueules à trois quintefeuilles d’or.

Fondu dans CMelez.

Kerbréder (de), sr dudit lieu, par. de Plouvien, ev. de Leon.

Ecartelé au 1 et 4 : d’azur à une main gantée d’argent, tenant un épervier de même, qui est la Roche ; aux 2 et 3 : d’argent à six tourteaux de sable, accomp. d’un croissant de même en abyme (G. le B.).

Kerbriec (de), sr duditlieu, par. de Plourin, -de Keranstreat et de Kerorven, par. de Ploumoguer.

Ref. et montres de 1426 a 1503, par, de Plourin, ev. de Leon.

D’or à trois fasces d’azur (Arm. del’Ars.).

Kerbusso (de), sr dudit lieu par. de Plemet — du Verger, par de Gaulnes.

Ext., ref. 1669, sept gen., ress. de Dinan ; ref. et montres de 1469 a 1535, par. de Plemet, ev. de Saint-Brieuc.

D’azur a trois croissants d’or.

Le nom ancien de cette famille est Thomas ; Louis Thomas, sr de Kerbusso, vivant en 1469, pfere de Louis, marié à Isabeau Guéhenneuc, veuve en 1513.

Kerbuzig, sr dudit lieu, par. de Locquemeau, — de Kerdu, par. de Ploumilliau, — de Keranglaz. par. de Ploubezre, — de Kerlaoufenan, par. de Ploulec’h.

Réf. et montres de 1463 a 1543, par. Locquemeau, Ploumilliau et Ploubezre év. de Tréguier.

De sable fretté d’or, un annelet de même en chef. Voyez Garec, Perrot, Plouezog’h et Quenquizou.

Fondu dans Coitanscours.

Kercabin, sr dudit lieu, par. de Plouec, — de Kerlan, par. de Plounerin, — de Kermarquer, par. de Pleubihan, — de Keriavilly, par. de Plouaret, — de Kerbersault, par. de Plehedel, — du Traon, — de la Villeneuffve, — de Locseny. Ext., ref. 1669, cinq gen., ref. et montres de 1481 a 1543, par. de Plounérin, ev. de Treguier.

De gueules à trois croix pattées d’argent.

Henry, vivant en 1481, épouse Jeanne du Dresnay ; deux conseillers au parlement depuis 1570.

La seigneurie de Kercabin a éte possédée depuis par les Laurent, Lanloup, Lannion et Stapleton.

Kercabus (de), sr dudit lieu et du Bois-Nozay, par. de Saint-LypharJ, — de Kerfelice, par. d’Herbignac, — de Sourzac et de Merionnec, par. de Mesquer, — de la Haye, par. de Pontch&teau, — de Henleix, par. de Saint Nazaire.

Anc. ext., ref. 1668, sept gen ; ref. de 1428 a 1453, par. d’Herbignac, ev. de Nantes.

D’argent fretté de sable, une croix alésée de gueules en abyme.

Guillaume, vivant en 1480, épouse Perrine Jollan.

La branche aînée fondue dans Kerpoisson.

Kercadio (de), voyez Quintin.

Kercadoret (de), sr dudit lieu, ev. de Léon.

Deb. ref. 1669.

D’azur à trois cyprès d’or, accomp. en chef d’un croissant et d’une fleur de lys d’argent. (G. le B.).

Kercaradec (de), voyez Bouçzo.

Kerc’hac (de).

De gueules à trois poissons d’or posés en pairle, la tête au centre de l’écu (Arm. de l’Ars).

Kerc’hoënt ou querc’hoënt, voyez Kerhoënt (de)

Kerdalaëz (de) sr dudit lieu et de Kerjagu, par, de Plourin, — de Kerouanton, par. de Plabenoec

Ref. et montres de 1426 a 1534, elites par., ev. de Leon.

D’or à deux fasces d’azur.

Kerdanet (de), voyez Miorcec.

Kerdaniel (de), voyez Metayer (le)

Kerdaniel (de), sr dudit lieu, par. de Gurunhuel, — de Kern*, — de Kerberec, — deKerias, par. de Bourbriac, — de Kerampalier, par. de Louargat.

Anc. ext., ref. 1669, six gen. ; ref. et montres de 1427 a 1543, par. de Gurunhuel, ev. de Tréguier.

D’argent à deux vautours de sable, adossés du corps et affronts par leurs têtes, dévorant un cœur de gueules.

Yves, vivant en 148 !, épouse Catherine de Kerambellec.

Kerdegasse (de), sr dudit lieu, par. de Beuzec-Cap-Caval, — de Keroulas et de Kersaliou, par. de Plomeur.

Réf. et montres de 1426 a 1536, dites par., ev. de Cornouaille.

De sable billete* d’argent ; alias : d’or a la croix ondée dc gueules. Kerdellech (de voyez Couffon.

Kerderien (de), sr dudit lieu, par. de Tredarzec, — du Modest, par. de Brelevenez, — de Kerozern, — de Kergadiou, — de Kersalaun, — de Kerroudault, — de Keramblouc’h, par. de Trezeny.

Déb, ref. 1670 ; ref. de 1535 a 1543, par. de Brelevenez, Trezeny et Langoat, ev. de Treguier.

D’azur au griffon d’or, qui est Kerdirien, 6cartelé dHtlory (G. le B.) ; alids : d’or au lion d’azur, charge* de croisilles d’or sans nombre.

Kerdouar (de), sr dudit lieu, par de Plabennec, ev. de Léon.

D’argent à trois tourteaux de gueules, comme Keranguen, Kerguinou et Peillac, accomp. de six merlettes de même, rangées en orle.

Moderne : Bellingant.

Kerdrian (de) voyez Madis.

Kerdreffec (de), sr dudit lieu et du Ster, par. de Cleden-Poher.

Ref. et montres de 1426 a 1562, dite par., ev. de Cornouaille.

D’argent à trois fasces de gueules (G. le B.) ; alids : 6cartelé d’or et d’azur (Arm. de l’Ars.).

Jean, abbé de Saint-Maurice de CarnoSt en 1479 ; autre Jean, abbé du méme monastère en 1529, † 1541.

Fondu dans le Vayer de Kerandantec.

Kerdrein (de), sr dudit lieu, de Kerberiou et de Treberon, par. de Crozon.

Ref. et montres de 1426 a 1562, dite par., ey. de Cornouaille.

D’hermines au chef endenchS de sable, comme Keraliou.

Kerdreiz (de), ev. de Vannes.

D’argent à deux fasces de gueules (Sceau 1306). Geoff toy, chatelain de Suscinio en 1306. Kerdrel (de), voyez Audren.

Kkrdu (de), voyez CoStaudon (de).

Kerduel (de), sr dudit lieu, par. de Pleumeur-Bodou, — de Keranforest, — de Kerjean, par. de Louannec, — de Kerambeliec, par. de Guimafcc.

Ref. 1427, par. de Louannec, ev. de Treguier.

De gueules à six annelets d’argent ; au chef cousu d’azur (alids : d’or), charg£ de trois quintefeuilles d’argent (aliàs : de gueules).

La branche ainée fondue en 1477 dans Hingant ; la branche de Kerambeliec fondu* dans Kerverder, puis le Guennec et Pastour.

Kerébars ou Querébars (de), voyez Prigent.

Kerédern (de), voyez Denis.

Kerédy (de), sr dudit lieu et de la Villeneuve, par. d’Yvignac.

Réf. et montres de 1428 a 1513, dite par., ev. de Saint-Malo.

De gueules à quatre fusées d’argent, accomp. de huit besants de mdme. (Arm. de l’Ars.).

Robin, croisé en 1248 (cab. Courtois ; Robin, ratifie le traité de Guérandea Dinan en 1381.

Keremar (de), sr dndit lieu et du Boischateau, par. de Corlay, — de la Garenne, par. du Bodéo, — de Kerslainguy, par. d’AHineuc, — de Vaugaillard, par. de Merleac, — de la Villemeno, par. de Tredaniel, — de Kerdavjr, — de Kerphilippes, — de Kerlagadec. — de Richebourg

Ext., ref. 1670, six gen., ref. et montres de 1543 a 1569, par. du Bodeo, la Harmoye et Allineac, ev. de Cornouaille et Saint-Brieuc.

D’argent à trois chouettes de sable, membrées et becquées de gueules.

Pierre, vivant en 1481, épouse Catherine Boufissel ; un brigadier des armées navales en 1768 † 1794

Famille éteinte dans Castellan.

Kerenec (de), sr dudit lieu.

Réf. et montres de 1427 a 1481, par de Plounevez-Lochrist. ev. de Leon.

D’azur au lion morné d’argent.

Kerenec (de), sr dudit lieu, par. du Minihy, ev. de Leon.

D’azur ou lion vair d’argent et de gueules (G. le B.). Devise : Dieu m’aime.

Fondu dans Kerscao, puis en 1686 Kersaint-Gilly.

Kerengarz (de), sr dudit lieu, par. de Lannilis, — de Belair, par. de Breles, — de Roudouziel, — de Crec’hgouriou, par. de Ploudaniel. — de Pennendreff, par. de Plourin, — de Penalan, — de Kerroc’hic, par. de Plouvien, — de Penanroudoux. Anc. ext. ref. 1669, sept gen. ; ref. et montres de 1426 a 1534, par. de Lannilis, Plourin et Plouvien, ev. de Leon.

D’azur au croissant d’argent. Devise : Tout en croissant.

Jean, reçut en 1364 de Jean de Montfort, des lettres d’abolition pour avoir suivi le parti de Charles de Blois ; Pierre, vivant en 1100 epouse Louise, dame de Pennendreff, dont : Even, marié a Jeanne de KerGrault.

La branche ainée fondue dans le Com, puis Fenhoadic et du Loutt ; la branche de Pennendreff fondue dans Kersauson.

Kerennou ou Kerguennou (de), sr dudit lieu et de Kergroas, par. de Plougasnou.

Ref. et montres de 1463 a 1543 par. de riougasnou, ev. de Treguier.

Porte une fasce vivrée (alias : bretessée) (Sceau 1372).

Kerenor (de), sr du Helloc’h et du Botgouez, par. de Bourbriac, — du Oosquer, — de Rumelin, — de Saint-Norgant, par. de Bothoa, — de Kerret, — de KormelVen, par. de Tromeven, — du Pare.

Ext., ref. 1669, six gen., ref. et jnontres de 1481 a 1543, par. de Bourbriac, ev. de Treguier.

Ecartelé aux i et 4 : d’argent ( alids : d’dr) au paon rouant de sable ; aux 2 et 3 : d’argent a trois coquilles de gueules, un croissant de même en abyme, commeJ£gou.

Jean, écuyer dans une montre de 1420 ; Bertrand, vivant en 1481, Spouse Catheline Collet. (Famille éteinte).

KERÉON (DE), voyez DALL (LE).

KERÉRAULT (DE), sr dudit lieu, par. de Plougastel-Daoulas, — de Kergoff, près Lesneven, — du Mesguen, — de la Grée-Mareuc, par. de Guer, — de Penlan, — du Bois-Sauveur, (en breton Coatsalver) par. de Lanmeur, — de Tremedern et de Kergomar, par, de Guimaëc.

Anc. ext ref. 1669, huit gén., ress. de Morlaix ; réf. et montres de 1448 a 1562, par. de Plougastel-Daoulas, év. de Cornouaille. D’azur fretté d’argent, une fleur de lys de même sur l’azur, en chef. Devise : Mervel da véva. (Mourir pour vivre).

Maurice, vivant en 1436, père de Jean, marié à Catherine du Rible ; une dame de Saint-Cyr en 1703, † 1756.

La branche de Trémédern fondue en 1655 dans Bégasson, puis Grignart ; la branche du Bois-Sauveur fondue dans le Marant.

KERÉREL ou KERREL (DE), sr dudit lieu, par. de Crédin, — de Kergarz, par. de Réguiny, — de Coëtbras, — de Saint-Malo, — de Kerlouis. Anc ext., ref. 1669, huit gén., ref. et montres de 1441 à 1536, par de Crédin et Réguiny, év. de Vannes.

De gueules a la croix d’argent, cantonnée de quatre cygnes de même, becqués et membrés de sable.

Le nom ancien de cette famille est GICQUEL ; Guillaume Gicquel fils Olivier, vivant en 1481, épouse Marie Madio ; Nicolas, marié à Jeanne du Houlle, prit lettres en 1550 pour changer son nom en celui de Kerérel ; voyez GICQUEL. Fondu dans (G)ourdan.

KERESCANT (DE), sr dudit lieu, par. de Pleudaniel. Deb. ref. 1671, ress. de Lannion.

Ecartelé d’argent et de sable, comme Kernec’hriou. Un notaire-passe en 1503.

KERESPERTZ (DE), sr dudit lieu, par. de Trédarzec, — de Trostang, — de Goazirec, — de la Haye, — de Tromelin, — de Pratanscours, — du Portzou, par. de Plounez, — de Pontglo, par. de Pleumeur-Gautier.

Anc. ext., ref. 1669, huit gen., ref. et montres de 1427 a 1543, dites par., ev. de Tréguier et Saint-Brieuc.

D’or à six roses de gueules ; aliàs : accomp. d’un croissant de même en abyme. Guillaume, abbé de Saint-Maurice de Carnoët en 1407 ; Jean, blessé au siege de Châteauceaux en 1420 ; Olivier, son fils, marié à Marie de Troguindy ; Alain, chef d’une autre branche, auteur des sr de Trostang, épouse vers 1427 Marguerite Prigent ; un volontaire au combat de Saint-Cast, en 1758.

KERÉVER (DE), voyez Guillotou.

Kerfaven (de), sr dudit lieu, par. de Plounéventer, év. de Léon.

D’argent à la fasce de gueules (G. le B.).

Moderne : Brézal.

Kerfaréguin ou Kervéguérin (de), sr dudit lieu, par. de Loctudy.
Réf. et montres de 1481 à 1562, par. de Loctudy, év. de Cornouaille.
D’argent au chêne de sinople englanté d’or, le fût chargé d’un sanglier de sable en furie, allumé et défendu d’argent ; voyez Benerven, Le Grand, Guéguen, Kerboutier, Kerpaen et Morin.

Fondu en 1660 dans Penfentenyo.

Kerfloux (de) (ramage de Trémillec) sr de Kerazan, par de Loctudy, — de Penamprat.
Réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Loctudy, év. de Cornouaille.
De gueules à trois croissants d’argent, au lambel de même.
Kerfors (de) sr dudit lieu. par. d’Ergué-Gaberic, — de Kerderff, par de Gouëzec.
Réf. et montres de 1481 à 1562, par. d’Ergué, Saint-Mathieu de Quimper et Gouëzec, év. de Cornouaille.

D’argent au greslier d’azur, enguiché et lié de même.

Moderne : la Marche.

Kerfaval (de), sr dudit lieu, par. de Ploujean, év. de Tréguier.
D’azur à la croix d’argent, chargée en cœur d’une billette de gueules, et cantonnée de quatre molettes d’argent, comme Larchiver.

Moderne : Gillouart, puis le Borgne et Ségaler.

Kergaladen (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Ségal, — du Drévers, par. de Pleyben.
Maint. à l'intend. en 1699, six gén. ; réf. et montres de 1481 à 1562, par. de Saint-Ségal, Pleyben et Quimerc’h, év. de Cornouaille.
D’argent au greslier de sable ; aliàs : surmonté d’un oiseau d’or ; au chef d’azur. (G. G.).

Deux chevaliers de l'ordre, père et fils en 1654.

Kergaradan (de), sr dudit lieu et de Trévouëzel, par. de Pleubihan, — de Kerprigent.
Ext., réf 1668, six gén. ; réf. 1535, par. de Pleubihan, év. de Tréguier.
D’argent au pin de sinople fruité d’or, le fût charge d’un cerf au naturel.

Jean, vivant en 1481, épouse Jeanne de Kerroignant. La branche ainée fondue dans Kermel.

Kergadéau (de), voyez Trogoff (de).
Kergadiou (de), sr dudit lieu et de Trégarn, par. de Plourin, — de Kermeur, — de Trémobihan, par. de Guipronvel, — du Dellec, — de Saint-Rouel, — de Châteaumen,

par. de Taule, - de Kerneguez, par. de Saint-Mathieu de Morlaix, — de Coëtcongar, par.de Ploujean, — de Ranorgat, par. de Plouguerneau, - de Plivern, par. de Cléder. Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1427 a 1534, par. de Plourin et Cléder. év. de Léon.

Fascé ondé d’argent et d’azur ; au franc-canton d’hermines (Sceau 1404.) Devise : De bien en mieux.

André, épouse en 1365. Amice, dame de Trégarn, dont : Hamon, marié à Jeanne du Chastel, père 1o d’ Hervé, qui a continué la branche ainée ; 2o de Guy, sr de Kermeur, auteur de la branche de Trémobihan ; André, prisonnier des Anglais en 1427 ; un secrétaire du duc François II en 1478 ; François, chevalier de Saint-Michel en 1660. La branche ainée fondue en 1690 dans Lesildry, puis en 1703, Trécesson ; la branche de Trémobihan fondue dans du Bois de la Maisonfort.

Kergadiou (de), sr dudit lieu, par. de Bourbriac.

Réf. 1463, par. de Pleubihan, év. de Tréguier. D’argent à deux fasces de gueules, comme Traonfes. La branche ainée fondue dans Cléauroux, puis Bégaignon.

Kergallic, voyez Kerhallic (de).
Kergaradec (de), voyez Jumeau (le).
* Kergariou (de), sr dudit lieu, par. de ploujean, — de Kervolongar, par. de Garlan, — de Goazian etde Kerveguen, par. de Plouigneau, — de Keramprévost, par. de Plourin, de Kerhael, par. de Locquirec, — de Portzaraparc et du * Cosquer, par. de Plounevez-Moedec, — de Pluscoat, par. de Botlézan, — de Penanprat, par. de Guimaëc, — de Kereven, — de Pontglo, par. de Pleumeur-Gautier, — des Fossés, — de Kermadeza et de Trobriand, par. de Plougasnou, — de la Ville-pepin, — du Domaine — des Planches — du châtel, — de Launay, — de Kerverault, — de Kergrist et de * Coêtillio. par. de Ploubezre, — de Kerpol, par. de Plouaret, - de Rosconnet, — de Locmaria, — de Coatlez, - de la * Grandville (en breton, Guermeur). par. de Bringolo.

Anc. ext. chev., ref. 1669, neuf gén., ref. et montres de 1427 a 1543, par. de Ploujean, ev. de Treguier

D’argent fretté de gueules ; au canton de pourpre chargé d’une tour d’argent, maçonnée de sable, voyez Hamon. Devise : Là ou ailleurs, Kergariou.

Guillaume, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Rolland, épouse vers 1340, Marie du Ponthou ; dont Even, marié vers 1386 à Catherine Gourmelon, de la maison de Kerjan, en Plouézoc’h , Alexandre, gouverneur de Morlaix en 1586 ; deux pages du Roi en 1738 ; un conseiller au parlement en 1756. La branche ainée fondue au xvi* siècle dans la Forest, d’où la seigneurie de Kergariou a appartenu successivement aux du Parc-Lesversault, Caradeuc et la Fruglaye.

La branche de Coetillio a fait ses preuves pour les honneurs de la cour en 1789 et a produit trois frères capitaines de vaisseaux, l'un tué dans un combat naval en 1780, les deux autres, chefs de division des armées navales en 1786, fusillés à Quiberon en 1795 ; la branche du Cosquer a produit un maréchal de camp en 1791, décapité en 1794 : la branche de la Grandville a produit un comte de I’Empire, pair de France en 1827 et la terre de la Grandville a été constituée en majorat au titre de baron, par lettres de 1829.

Kergazan (de), sr de Kergadégan, — de Kerpleust, év. de Tréguier. (G. le B.)
Kergeffroy (de) voyez Guillaume.
Kerglan (de), sr dudit lieu par. de Plougonver, év. de Tréguier

D’or à dix annelets de gueules (G. le B).

Kerglezrec (de), sr dudit lieu, par. de Trébeurden, év de Tréguier.

De gueules à la croix d argent, fleuronnée d’or, cantonnée de quatre annelets (G. le B.), voyez Kerhamon. Moderne : Cresolles.

Kergne'ch, voyez Kergrec’h (de).
Kergoat ou Kergoët (de), sr dudit lieu, par. du Tréhou, év. de Léon.

D'or au cyprès d’azur (G. le B.).

Yvon, de la paroisse de Lesneven, franchi de fouages, suivant mandement de 1441 .

Kergoët (de), sr dudit lieu, par. de Moëlan, év. de Cornouaille.

D’argent au croissant de gueules, accomp. de cinq étoiles de même. fondu vers 1400 dans Guer.

Kergoët (de) sr dudit lieu, — de Coetridiou, — de Kerizit, par. de Daoulas.

Réf. et montres de 1426 a 1536, dite par., év. de Cornouaille ; De gueules à six besants d’argent.

La branche de Kerizit fondue dans Taillart. moderne : le Forestier.

Kergoët (de), sr dudit lieu et de Guernjahan, par. de Guiclan.

Réf. et montres de 1427 a 1534, dite par., év. de Léon. Fondu dans le Scaff, puis du Chastel-Mezle. Moderne : Oriot.

Kergoët (de), sr dudit lieu, de Kerguz et du Vieux-Chastel, par. de Saint-Hernin,

— du Guilly, par. de Lothey, — de Tronjoly, de Mengueffret, de Kermarlret et de la Motte, par. de Gourin.

Anc. ext. chev., réf. 1669, six gén. ; réf. et montres de 1426 à 1562, dites par. et par. de Pleyben, év. de Cornouaille.

D’argent à cinq fusées rangées et accolées de gueules, accomp. en chef de quatre roses de même, voyez Kervénozael. Devise : En christen mad, mé bev en Doué (En bon chrétien, je vis en Dieu). Henri, fils Henri, fait un accord avec le vicomte de Rohan en 1296 ; Yves, médecin ordinaire des ducs Jean IV et Jean V, puis évéque de Tréguier en 1401 ; Guillaume, vivant en 1*81, épouse Plezou de Coëtquévéran ; Henri et Vincent, abbés de Langonnet de 1477 à 1514 ; un chevalier de L'ordre en 1629 ; deux pages du Roi en 1690 et 1706. La branche ainée fondue dans Quélennec, d’où la seigneurie de Kergoët a passé successivement aux Lesmais, Perrien, le Moyne de Trévigny, Saint-Simon, Courcy en Normandie, Kergus et Roquefeuil.

Le sr de Kerriou, paroisse de Saint-Ségal, débouté à la réformation de 1669,

Kergoët (de), sr dudit lieu, par. de Clohars-Fouesnant, — de Keroulain, par. de Heuven.

Réf. et montres de 1426 à 1481, dites par., év. de Cornouaille. Emanché d’argent et d’azur (Arm. de l'Ars). Fondu dans Lanros puis en 1580 Penfentenyo, en faveur desquels la seigneurie de Kergoët a éte erigée en baronnie sous le nom de Cheffontaines, en 1680.

Kergoët (de), (ramage du Faou), sr dudit lieu. — de Kerestat, par. du Minihy, — de

Tronjoly, par. de Cleder, — de Kerangouez, — de Penancofct, pres Saint-Renan, — du Refuge.

Anc. ext., réf. 1 669, dix gén ; réf. et montres de 1426 a 1534, par. de Cléder et du Minihy, év. de Léon.

D’azur au léopard d’or, qui est Faou, chargé sur l'épaule d’un croissant de gueules. Devise : Si Dieu plaist.

Jean, témoin dans un accord entre le vicomte de Rohan et Hervé de Léon en 1288 ; Guyomarc’h, épouse vers 1360, Marie de Kergoniou, de la paroisse de Ploudaniel. La branche de Tronjoly fondue vers 1730 dans Parcevaux.

Kergoët (de), sr de Kerhuidonez, év. de Tréguier.

D’or au pin de sinople, fruité d’or (G. le B.). On trouve Rolland, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; mais nous ne savons à laquelle des familles de Kergoët il appartenait.

Kergoët (de) sr dudit lieu, de Mindrouc'h et de Bresserien, par. de Priziac, — de

Runello, par. de Langonnet.

Réf. et montres de l426 à 1536, par. de Priziac, év. de Vannes. Porte deux fasces nouées ; au franc canton chargé d’une barre engreslée (Sceau 1430).

Kergoët (de), voy. Henry.
Kergoff (de), sr dudit lieu et de Pratalan, par. de Plouider.

Anc. ext., réf. 1670, sept gén. ; réf. et montres de 1448 à 1534, par. de Pouider, év. de Léon.

D’argent à la fasce de gueules, accomp. de six macles d’azur, 3. 3, celles-ci rangées 2 et 1.

Christophe, fils Bernard, vivant en 1502, épouse Anne le Vayer.

Cette famille portait anciennement le nom de Dérian, voyez Dérian.
Kergomar (de), sr de Beauvais.

Déb., réf., 1669, ress. de Morlaix.

Kergongar (de), sr dudit lieu, par. de Plounevez-Lochrist, év. de Léon.

D’azur à trois cloches d’or. (G. le B.).

Fondu dans Coëtquelfen.

* Kergorlay (de), (ramage de Poher), baron dudit lieu, par. de Motreff, — sr de Frinandour, par. de Quimper-Guézennec, — du Cleuzdon, par. de Plougonver, — de Keriavilly, par. de Plouaret, — baron de Pestivien et sr de Bulat, par. de Pestivien, — sr de Lossulien, par. de Guipavas, — de Rimaison, par. de Bieuzy, — de Talvern, par. de Plumeliau, — de Guengat, par. de ce nom, — de Kerangouez, par.du Minihy, — de Creac’hcaribot et du Plessix, par. de Plougar, — du Botcozel, par. de Haut-Corlay,

— de Kersalaun, par. de Plouvien, — de Tromenec, par. de Landéda, — de Trouzilit, par. de Plouguin, — de Coetvoult, par. de Saint-Thegonnec, — de Kerroignant, par. de Plouvorn, — de Mescaradec, par. de Lannilis, — de Kerbabu.

Anc. ext. chev., réf. 1671, onze gén, ; réf. et montres de 1481 a 1562, par. de Plougonver et Plouaret, év. de Tréguier et Haut-Corlay, év. de Cornouaille. Vairé d’or et de gueules (Sceau 1312). Devise : Ayde-toi Kergorlay et Dieu t’aidera.

Pierre, croisé en 1249 et 1270 ; Geoffroi, son frère, croisé en 1249 (cab. Courtois) ; Pierre, tué à la bataille de Mons-en-Puelle en 1304 ; Jean, tué à la bataille d’Auray en 1364, marié à Marie de Léon, dont deux filles, Jeanne et Aliénor. Jean, auteur de la branche qui existe encore, épousa vers 1395, Alix Bilsic, dame du Cleuzdon et de Keriavilly, dont : Jean, marié en 1414 à Isabeau de Tournemine, fait prisonnier au siège de Pontorson en 1427 ; deux chevaliers de l'ordre en 1596 et 1629. Alain-Marie, sr de Kersalaun et de Trouzilit, capitaine aux gardes francaises, blessé à la bataille de Fontenoy en 1745, lieutenant-général, † 1787, laissa deux fils, pairs de France, sous la Restauration, dont les enfants sont seuls représentants de cette illustre maison, alliée à celles de Penthièvre, Rohan, Avaugour, Rieux, Lion, Montfort, Beaumanoir, etc. Trois membres admis aux honneurs de la cour en 1785 et 1787. La branche ainée tomba en quenouille à la fin du xiv e siècle en la personne de Jeanne, dame de Kergorlay, mariée en 1383 à Raoul de Montfort, et d’ Aliénor sa soeur, qui rentra en possession de la baronnie de Kergorlay qu’elle transmit par mariage à la maison de Beaumanoir. Cette seigneurie a été possédée depuis par les Coetquen, Bellouan, Avaugour-Saint-Laurent et de Ploeuc.

La branche du Cleuzdon fondue dans du Cleux du Gage.

Kergoual (de), sr dudit lieu, de Kernaour et de Gorréploué, par. de Plouescat, — de Bréhonic et de Lanzéon, par. de Plounevez-Lochrist.

Réf. et montres de 1448 à 1534, par. de Plouescat et Guisseny, év. de Léon. D’azur à une fasce d’or, accomp. en chef d’un dextrochère soutenant un épervier, le tout d’argent.

Jean, premier doyen du Follgoat en 1423.

La branche de Lanzéon fondue dans la Hate, puis Toulgoët en 1688 le Gualès.
Kergonnan (de), sr dudit lieu, év. de Cornouaille.

Porte un lion chargé d’une bande (Sceau 1368). Jean, huissier de salle de la duchesse, en 1414.

Kergoulouarn (de), sr dudit lieu, de Kerlavan et du Rosmeur. par. de Plouvorn, — de Castelmen, par. de Taulé.

Réf. et montres de 1448 à 1503, dites par., év. de Léon. D’argent à trois fusées de gueules.

La branche ainée fondue dans Simon, puis le Rouge. Moderne : Alain de la Marre, puis Berthou et la Bourdonnaye-Montluc.

Kergouniou (de), sr dudit lieu, prfes Lesneven, év. de Léon.

Pascé d’or et de sable de six pièces, brisé en chef d’un croissant de même (G. le B.).

Fondu dans Gouzillon, puis Touronce.

Kergournadec’h (de), sr dudit lieu et de Kersaudy, par. de Cléder, — de Lesraean et de Kermouchou, par. de Plounevez-Lochrist — de Kermoal, par. de Ploujean, — de Saint-Antoine, par. de Plouezoc’h, — de Kermorvan, de Kerastang etde Tregoadalen, par. de Plougasnou.

Réf. et montres de 1426 à 1543, par. de Cléder, Plounévez-Lochrist et Plougasnou, év. de Léon et Tréguier.

Echiqueté d’or et de gueules (Sceau 1288). Devise : En diex est, et Chevalerie de Kergournadec’h.

Salomon, fils Nuz, caution de Sylvestre de Coetmeur dans un accord avec Hervé de Léon en 1260 ; Alain, marié à Plaisance de Poher, devait un chevalier a l’ost du duc en 1294 : Guyomarc’h, époux de Marguerite du Chastel, leva aide et taille sur ses vassaux pour la garde de Lesneven, par commandement de Charles de Blois en 1357 ; Guyon, gentilhomme de la chambre du duc, vivant en 1426, épouse Isabeau de Coëtquenan, dont Alliette, dame de Kergournadec’h, mariée en 1473 à Maurice de Coëtquelfen, qui prit les nom et armes de Kergournadec’h.

Cette seigneurie a été possédée depuis par les Kerhoent, Rosmadec, le Sénéchal, par acquet en 1741, Pinsonneau ; puis Bidé de la Grandville, Hautefort, et Maillé ; nunc : Budes de Guébriant.

Suivant une tradition rapportée par Albert le Grand, cette famille aurait pour auteur un jeune guerrier de Cléder, nomme Nuz, qui combattit au VI e siècle un dragon qui désolait le Léon, et a qui Guitur, comte du pays, donna en récompense la terre qui, en mémoire de son exploit, fut appelée Ker-gour-na-dec’h (la maison de l’homme qui ne fuit pas).

Kergoz ou Kergos (de), sr dudit lieu, par. de Clohars-Fouesnant.

Montre de 1481, dite par., et par. de Pleuven, év. de Cornouaille. D’argent à la fasce d’azur, surmontée d’une merlette de même. Devise : Aime qui t'aime, ou M qui TM.

Fondu dans Guyomar’ch, puis Sergroadez ; par acquet Hernothon, et par alliance Kernafflen.

Les familles Cazin, Cosquerguen, Geffroy, Keraminou, Kerhallic et le Levier, portent

les mêmes armes, soit pleines, soit brisées.
Kergoz ou Kergos (de), voyez Kernafflen (de).

Kergozou (de), sr dudit lieu. par. de Quimper-Guézennec, — de Trostang, — de

Lanozou, — de Kersalic, par. de Plouha.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1427 à 15 3, par. de Quimper-Guézennec. év. de Tréguier et Yvias, év. de Saint- Brieuc. De gueules à la croix pleine d’argent, chargée d’une cotice de même. Pierre, vivant en 1447, épouse Constance le Lez, dont : Yvon, vivant en 1493, marié à Marguerite l’Epervier.

Kergrag’h (de), sr de la Vieuville, ress. de Saint-Renan.

D’azur à trois têtes de léopard d’or (Arm. 1696). Un notaire royal à Recouvrance en 1730.

Kergravan (de), év. de Tréguier.

De sable à la fasce d’argent, accomp. de trois croisettes de même (G. le B.).

Kergrec’h, voyez Kernec’h (de).
Kergré (de), voyez Normant (le).
Kergré (de).

De gueules au besant d’argent, croisé d’azur, accomp. de huit losanges d’argent en orle, chargées chacune d’un sautoir de gueules (Arm. 1690). Un procureur fiscal de Guingamp en 1696.

*Kergrist (de), sr dudit lieu, de Kervern et du Vieux-Chastel, par. de Ploubezre, — de Kerdual, par. de Ploumilliau, — de Kermoal, de Keravel et de Kerlescant, par. de Plouec, — de Kerthomas, — de Kerambellec, par. de Plouaret, — de Kergadiou, du Plessix et de Goazanarbant, par. de Plestin, — de Kerarapuil et de Treuscoat, par. de Heyber-Christ, — de Ponthaer, — du Chemin-Neuf, — de Kerriou, — de Kervégaa, — de Treziguidy, par. de Pleyben.

Anc. ext., réf 1669, sept gén., réf. et montres de 1426 à 1543, par. de Ploubezre et Ploumilliau, év. de Tréguier, et Pleyber-Christ, év. de Léon. D’or a quatre tourteaux de sable, 3. 1, au croissant de même en abyme, comme Prigent. Devise : Sanctum nomen ejus.

Jean, juge des régaires de Léon en 1395 ; Alain, archer de la garde du duc en 1453 ; Jean, vivant en 1463, épouse Marie Salliou, de la maison de Lesmais ; Goulven, auditeur des comptes en 1558 ; deux sénéchaux de Morlaix au xvie siècle. La branche ainée fondue dans Kergariou, puis Barbier.

Kergroadez (de), baron dudit lieu, par. de Plourin, — baron de Kerlec’h et sr de Kerver, par. de Ploudalraezeau, — du Hois, — de Tromanoir, par. de Plouenan, — de Châteaumen. par. de Taulé, — de Keromnfcs, par. de Garantee. — de Kerangomar et de Guernisac, par. de Taule — du Guernbihan, — de Kervastard, par. de Bothoa, — de Kergoz, par. de Clohars-Fouesnant, — de Kerozal, par. de Flouguin, — de l'Estang et de Brunault, par. de Trebrivan, — de Treanna par. d’Elliant. — de Lostannet — Vicomte de Coetmenec’h, par. de Plouider.

Anc. ext., chev., réf. 1670, onze gén. ; réf. et montres de 1427 à 1534, par. de Plourin, év. de Léon.

Fascé de six pièces d’argent et de sable. Devise : En bonne heure. Robert, époux de B^none Cam, 1 1315 ; Hamon, marié vers 1360 à Jeanne du Chattel ; Robert, chevalier dans une montre de 1378 ; Robert, prisonnier des Anglais devant le Mont-Saint-Michel en 1427, marié en 1413 Isabelle du Quélennec ; Amice, abbesse de la Joie en 1474 ; François, chevalier de l'ordre, en 1598, suivit le parti du Roi pendant les guerres de la Ligue, et épousa l # en 1591 Claude, dame de Kerlec’h, f en 1593 Gillette de Quélen.

Fondu en 1732 dans Kerouarlz, d’oii la seigneurie de Kergroadez a passmen 1754 aux d’Houchin, puis en 1779 aux Bessuéjouls de Roquelaure.

Kergroas (de), sr dudit lieu, — de Treuzvern, par. de Plougonver, — de Penvern,

prés Morlaix, — de Keroual, par. de Pleyber-Christ, — du Beuzidou, — de Kervézec, par. de Garlan, — de Kermarquer, — de Kermorvan.

Anc. ext. réf. 1670, neuf gén. ; réf. et montres de 148J à 1543, par. de Plougonver, év. de Tréguier.

D’azur à la croix tréflée d’argent.

Guillaume, vivant en 1427, épouse Aliette de Keramelin ; deux gouverneurs du chateau du Taureau en 1624 et 1627.

Kergroas (de), sr dudit lieu, par. de Tredarzec, év. de Tréguier.

D’argent à la croix pattée de gueules, cantonnée de quatre macles de même (G. le B.), comme Richemont.

*Kergu (de), sr dudit lieu, par. de Megrit, — de Travers, par. d’Erquy, — des Loges, par. de Saint-Igneuc, - de Belleville, — du Boisgerbault, par. de Ruca, — du Predero, des Note, du Vaujoyeux, du Gue et du Tertre, par. de Planguénoual.

Anc. ext. chev., réf. 1668, neuf. gén. ; réf. et montres de 1469 à 1535, par. de Megrit, év. de Saint-Malo, Erquy, Henansal et Saint-Igneuc, év. de Saint-Brieuc. D’argent a l’épervier essorant de sable, armé, becqué longé et grillé d’or. Olivier, épouse vers 1378 Thomine de Québriac, dont : Tristan, marié à Jeanne Ferré ; Bertrande, gouvernante des Claristes de Dinan en 1632 ; un capitaine garde-côtes au combat de Saint-Cast en 1758 ; deux chevaliers de Malte en 1779 et 1781 ; une abbesse de Kerlot en 1787.

Kerguéguen ou Kerveguen (de), voyez Kerveguen.
Kerguéhéneuc (de), sr dudit lieu, par. de Bignan, év, de Vannes.

D’argent coupé de gueules, au lion de l'un en l'autre (G. le B.). Fondu dans Kermeno.

* Kerguélen (de), sr dudit lieu et de Tremarec, par. de Saint-Thoix, — de Kermatéano, par. de Plougastel-Saint-Germain. — de Kerroc’h, par. de Landrévarzec, —

de Penanjun, par. de Briec, — de*Kerbiquet, — de Kersaint,’— du Guermeur, — de Kergoat, par. de Melguen, — de Kerlaouenan, — de Kerfily, — du Carpont, — de Kernalec.

Anc. ext., ref. 1666, neuf gén., et maint. à l'intend. en 1702 ; réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Saint-Thoix, Plougastel et Landrevarzec. év. de Cornouaille. D’argent à trois fasces de gueules, surmontées de quatre mouchetures de sable, voyez Drémiet. Devise : Vert en tout tempt. Guillaume, vivant en 1413, épouse Isabeau du Quistinic ; un page du Roi en 1715 ; un chevalier de Saint-Lazare en 1724 ; un capitaine de vaisseau en 1772 connu par ses voyages de découvertes, nommé contre-amiral en 1793, † 1797 ; deux pages de Madame et de la comtesse d’Artois en 1782.

On trouve Hervé, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; mais nous ne savons à quelle famille Kerguélen il appartenait.

Kerguélen, sr du Mendy, par. de Plabennec.

Ext., réf. 1671, ress. de Saint- Renan. Ecartelé aux 1 et 4 : d’or au houx arraché de sinople, qui est Kerguélen ; aux 2 et 3 : échiqueté d’argent et de gueules, qui est du Mendy. Noël vivant en 1503, épouse Marie du Poulpry.

Kerguélen (de), voyez Kerguvelen (de).
Kerguélen (de), sr dudit lieu, du Penquer, de Penannec’h, de Kerollain et de Kerstrat, par. de Pouldergat.

Réf. et montres de 1536 à 1562, dite par., év. de Cornouaille. Parti au 1 : un lion chargé d’une macle ; au 2 : un sautoir accomp. en chef d’une molette (Sceau 138J) ; alias : un chevron accomp. en chef de deux hermines (Sceau 1489).

Yvon, accompagne le duc au voyage d’Amiens en 1425 ; Jean, homme d’armes de la retenue du sire de Lescun en 1465 et écuyer de Charles le Téméraire, épousa l'héritière de la maison de Liques en Boulonnais, passa au service de France en 1477 à la mort du duc de Bourgogne, et fut nommé par Louis XI capitaine de Corbeil ; en 1489, il commandait à Arras une compagnie d’ordonnance du Roi Charles VIII, dont il était chambellan, et mourut à Corbeil ou il fut enterré.

Moderne du Couëdic.

Kerguen (de), voyez Kerven (de).
Kerguennec (de), voyez Kervennec (de).
Kerguennou (de), voyezKerennou (de).
Kerguern (de), voyez Kervern (de).
Kerguern ou Kervern (de), sr de Penfrat, par. de Trégourez, — de Keriolet.

Maint. à l’intend. en 1704, ress. de Quimper. D’argent à l’aulne de sinople.

Kerguern (de), sr dudit lieu, par. de Dirinon, év. de Cornouaille.

D’azur à trois annelets d’argent. (G. le B.).

Fondu au xve siècle dans Lanvilliau, puis Tréanna.
Kerguern ou Kerguern-Mendu (de) (ramage de Clécunan), sr dudit lieu, par. de Dirinon, — de Kernizi, par. de Plougastel-Daoulas, — de Lanvaon.

Anc. ext., réf. 1670, huit gén. ; réf. et montres de 1526 à 1562, par. de Dirinon et Plougastel-Daoulas, év. de Cornouaille.

De sable à trois aigrettes huppées d’argent, comme Clécunan ; alias : brisé d’une étoile de même en chef, pour la branche de Kernizi. Devise : Utinàm. Mathieu, sr de Kerguern, vivant en 1426, épouse Constance de Kergoët ; Jean, sr de Kernizi, vivant en 1426, épouse Alice Buzic, dont Hervé marié à Isabelle de Kerret, de la maison du Fresque ; Louis, abbé de Landévennec, † 1534 ; un capitaine de vaisseau tué, à Quiberon en 1795.

Kerguern (de), sr dudit lieu, par. de Guipavas, év. de Léon.

D’argent fretté d’azur (G.le B.), comme Goasmoal. Fondu vers 1300 dans Cornouaille.

Kerguezangor (de), sr dudit lieu, par. de Naiziu, — de Kcrjezequel, par. de Moustoir-Remungol, — de Launay et de Keriel, par. de Mûr, — de la Villeaudren, par. de Cadelac, — de la Ville-Normand.

Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Vannes, Cornouaille et Saint-Brieuc.

De gueules à la croix pattée et alésée d’argent ; aliàs : d’or à deux fasces de gueules (Arm. de l’Ars.).

Thomas, dans l'armée du vicomte de Rohan au siège de Guingamp, en 1488. La branche ainée fondue dans du Pou ; la branche de la Villeaudren fondue dans la Villéon .

Kerguézay (de), sr dudit lieu, de Guermorvan, de Belleisle et de Coetqueziou, par.

de Louargat, — de Traondoun, — de Kergomar et de Kerneguez, par. de Loguivy, — de Coetizac et de la Coudraye, par. de Bretevenez.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Louargat, Loguivy-Lannion et Brelevenez, év. de Tréguier.}} D’hermines à la fasce de gueules, chargée de trois molettes d’or. Jean, vivant en 1368, épouse Mahotte de Traondoun, dont : Yvon, marié à Prigente Merou, dame de Kergomar ; Claude, chevalier de Saint-Michel, maréchal de camp et gouverneur de Guingamp en 1587, + 1623.

Fondu en 1657 dans Goësbriand.

Kerguezec (de) sr dudit lieu, par. de Trédarzec, — du Carpont. par. de Louannec, — de Kericuff, par. de Ploezal, — de Jusse, — de Brays, par. de Cesson, — de Coetbruc, — de Tregoezel, par. de Pleubihan — de Troguindy, par. de Tonquedec.

Anc. ext., réf., 1668, dix gén. ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Tredarzec, Penvenan et Tonquedec, év. de Tréguier.

Ecartelé aux 1 et 4 : d'argent au chêne arraché de sinople ; aux 2 et 3 : d’azur plein.

Raoul, épouse vers 1402, Catherine de Pontgio ; Geoffroi, prête serment au duc entre les nobles de Tréguier et Goëllo en 1437 et épouse Jeanne de Kerderien ; Guillaume, gen tilhomme de la chambre du roi François ler, en 1530 ; deux conseillers au parlement depuis 1618 ; un président de la noblesse par Election aux Etats de 1762 ; un volontaire au combat de Saint-Cast en 1758 et un page du Roi en 1786. La branche de Jussé et de Brays éteinte en 1722.

Kerguien (de), sr dudit lieu. par. de Perros-Guirec év. de Tréguier.

Réf. et montres de 1427 à 1481, dite par.,év. de Tréguier.

D’azur à une pomme de pin d’or, accomp. de trois quintefeuilles de même. Moderne : le Borgne de Goasven.

Le sr de Kerbernez, débouté à la reformation de 1670, ressort de Lannion.

Kerguiffinan (de), sr dudit lieu, par. de Loctudy.

Réf. et montres de 1426 à 1442 dite par., év. de Cornouaille.

D’azur à deux fasces d’or (alias : d’argent).

Une branche établie en Picardie a produit : Leonard, sr d’Hardivilliers, près Roye, auditeur des comptes de Paris, père de Madeleine, dame d’Hardivilliers, mariée à Charles Barentin, président aux comptes de Paris en 1640.

Kerouiffineg (de), voyez Bastard (le).
Kerguiniou (de), sr dudit lieu, par. de Ploubezre, — de Lescorre, par. de Lanmeur.

Réf. et montres de 1427 a 1543, par. de Ploubezre, év. de Tréguier. D’argent au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d’or.

Kerguiniou (de), sr de Kerurangueo, par. de Ploulsc’h.

Réf. et montres de 1481 à 1543, dite par., év. de Tréguier. D’argent à trois tourteaux de gueules, comme Keranguen et Peillac. Raoul, cordelier de Guingamp, chargé par la comtesse de Penthièvre de poursuivre la canonisation de Charles de Blois en 1371.

Kerguiris (de), sr dudit lieu, par. de Lanvaudan, — de Locunole, de Locohiern, de

Coetrivoas et de Kernours, par. de Kervignac.

Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Vannes. D’argent à six annelets de gueules (G. le B.). La branche de Coetrivoas fondue dans Talhouët-Keravéon.


Kerguiris (de), sr du Bezit.

Déb., réf. 1668, ress. d’Auray.

D’argent à trois cerises de gueules (Arm. 1696).

Kerguizec (de), sr dudit lieu et de Menéguen par. de Surzur, — de Rohean, par. de

Sérent, — de Kerfus, par. de Saint-Andre-des-Eaux, — de la Sauldraye, par. de Plumelée, — de Tohannic. par. de Saint-Patern.

Réf. et montres de 1448 à 1536, par. de Surzur, et Saint-Patern, év. de Vannes.

Ecartelé aux 1 et 4 : vairé d’or et d'azur, comme Bois-de-la-Salle et Rochefort, aux 2 et 3 : de gueules plein.

Pierre, traité comme rebelle par la duchesse Anne et décapité en 1489 ; un chevalier de l'ordre en 1573.

La branche ainée fondue dans le Sénéchal.

Kerguiziau (de), sr dudit lieu, par. de Bohars, — de Tronjoly et de Quijac, par. de Lamtezellec, — de Penfeld, par. de Guilers, — de *Kervasdoué et de Kerscao, par. de Plouzan* 4 , — de Treleon, par. de Milizac, — de Keranliou, — de Kerbiriou, par. de Crozon, — de Keravel et de Kerestat, par. du Minihy de Léon.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1427 à 1534, par. de Bohars, Lambézellec, Guilers, Plouarzel et Plouzane, év. de Léon. D’azur à trois têtes d’aigle (alias : d’épervier), arrachées d’or. Devise : Spes in Deo.

Henry, écuyer dans une montre reçue par du Guesclin, au siège de Brest en 1373 ; Jean, vivant en 1427, épouse Adelice le Normand ; Alain, sr de Kervasdoué, épouse vers 1480 Méance de Quilbignon ; Jean, abbé de Daoulas, † 1581 ; Jean, chevalier de Saint-Michel en 1639, marié en 1627 à Frangoise de Kergroadez ; un lieutenant aux chasseurs à cheval de la Bretagne en 1788, fusillé à Quiberon en 1795.

La branche ainée fondue vers 1530 dans du Louët.

Kerguizien (de), sr dudit lieu, par. de Ploudalmézeau.

Réf. et montres de 1426 à 1503, dite par., év. de Léon.

D’or à trois roses de gueules, comme Maucazre.

Kerguvelen (de) (ramage de Kerroignant), sr dudit lieu, — du Tromeur, par. de Plouvorn, — de Kernoaz, — de Gorréquer, — de Kergaradec et de Penhoat, par. de Plounevez-Lochrist, — de Kergonan, — de Kerestat, par. du Minihy.

Anc. ext., ref. 1669. sept gén. ; réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Plouvorn et Plounévez, év. de Léon.

D’azur à la main dextre d’argent en pal, qui est Kerroignant ; aliàs : accomp. de trois étoiles de même.

Hervé, vivant en 1443, épouse Jeanne de Keranraiz. La branche de Kergaradec fondue en 1621 dans le Jumeau ; la branche de Penhoat fondue en 1752 dans le Borgne de la Tour ; la branche de Kerestat fondue dans Kergoët.

Kerouz (de), sr dudit lieu, par. de Taulé, — de Troffagan, par. de Lanhouarneau, — de Gouzillon, par. de Saint- Vougay — de Keramprovost, par. de Plouenan, — de Coetvoult, par. de Houigneau, — de Mezambez et des lies, par. de Guimaftc, — de Belair et des Salles, par. du Minihy, — de Kergoet, par. de Saint-Hernin, — de Kerlouet, par. de Plevin, — du Boisgario, par. de Spezet, — du Pellem, — de Kerdanet, par. de Taulé, — de Guernaon.

Anc. ext. chev , réf. 1669, huit gén. ; réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Taulé, Lanhouarneau, Saint- Vougay, le Minihy et Plouenan, év. de Léon. D’argent au greslier d’azur, enguiché et lié de gueules. Devise : Voluntas Dei.

Bertrand, sr de Troffagan , vivant en 1426, épouse Jeanne de Quélen ; Olivier, vivant en 1443 auteur de la branche de Mezambez, épouse Anne du Quélennec. Un gouverneur du chateau du Taureau en 1569 ; un gouverneur du Minihy de Léon en 1700 ; un conseiller au parlement en 1777. Fondu dans Roquefeuil.

Kerguz (de), sr dudit lieu, par. de Trégourez, — de Kerstang, par. de Gourin, — de

Stanglévénez.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén. ; réf. et montres de 1426 à 1562, dites par., év. de Cornouaille.

D’azur a la croix pattée d’argent.

Yvon, vivant en 1447, épouse Catherine de Tréanna ; Pierre, maitre des requêtes ordinaires du Roi et abbé de Quimperlé en 1500, † 1520 ; un conseiller au parlement en 1683.

Kerguz, voyez kergu (de).
Kerhalec (de), en frangais Sauldraye et Soraye (de la), voyez ces mots.
Kerhallic (de), voyez Gonidec (le).
Kerhallic ou Kergallic (de), sr dudit lieu, par. de Carantec, — de Kernantec.

Anc. ext., réf. 1669, quatre gen. ; réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Carantec, Taulé et le Minihy, év. de Léon. D’argent à la fasce d’azur, surmontée d’une merlette de même, voyez Cazin, Cosquerguen, Gepproy, Keramjnou, Kergos et Le Levier. Hervé, vivant en 1534, épouse Beatrix Laurens. Fondu dans le Gonidec.

Kerhalz (de), sr dudit lieu, par. de Plabennec.

Réf. et montres de 1444 à 1481, dite par., év. de Léon. D’or au huchet de sable, lié de même. Jean, anobli par mandement vérifié en la Chambre, en 1438.

Kerhamon (de), sr dudit lieu, par. de Servel, év. de Treguier.

De gueules au sautoir d’argent, accomp. de quatre annelets de même (G. le B.), comme Kerglezrec.

Fondu dans Cruguiel.

Kerharo (de), sr dudit lieu, par. de Beuzec-Cap-Sizun, — de Guilguiffin, par. de

Landudec, — de Trevennan, par. de Cleden-Cap-Sizun.

Montre de 1480, par. de Beuzec, év. de Cornouaille. De gueules au massacre ; aliàs : rencontre de cerf d’or (G. le B.). Fondu dans Tivarlen, puis, en 1598, de Ploeuc.

Kerhoas (de), sr dudit lieu, par. de Guiclan, — de Cofctgoulouarn et du Quelennec,

par. de Saint-Thégonnec.

Ext., ref. 1670, cinq gén. ; ress. de Lesneven.

D’azur à trois étoiles d’or.

Jean, partagé en 1545, épouse Catherine de Lanlouet.

Kerhir (de), voyez Cillart.

Kerhoënt (de), sr dudit lieu, par. du Minihy, — de Troheon, par. de Sibiril, — de Botquenal, par. de Loperhet, — de Coetquelven etdu mescouin, par. de Plougouverst, — de Kergournadec’h, par. de Cléder, — de Coëtenfao et de Locmiria, par. de Seglien, — de Botigneau, par. de Clohars-Fouesnant, — de Treanna, par. d’Elliant, — de Brunault, par. de Trebrivan — de l’Estang, — de Crec’quérault, par. de Plouvorn, — de Kerautret, de Keranfaro et de Keroulaouen, par. de Plougoulm, —

de Landeboc’her, par de Plouzevede, — de Morizur, par. de Plouider, — de Kerandraon par. de Plouguerneau, — de Penhoet, par. de Saint-Thegonnec, — du Mescouez, par. de Plongasnou, — de Rozarvilin, — de Keroullé, par. de Ploudiry, — de Kerandunven, — du Lorieuc, par. de Grossac, — marquis de Montoir en 1743, au Maine, — vicomte de Donges. — baron de Becherel, — sr de Kermassonnet et de Coetmadeuc, par. de Kervignac.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1426 a 1534, par. du Minihy, Plougoulm et Sibiril, év. de Léon.

Pour armes antiques : losangé d’argent et de sable, comme Auffroy. Devise : Sur mon honneur. Moderne : Ecartelé de Kergournadec’h et de Kerriec-Coetenfao, sur le tout : de Kerhoënt.

Jean et Hervé, hommes d’armes dans une montre de Jean de Penhoët en 1420, pour le recouvrement de la personne du duc ; Pierre, épouse, vers 1426, Havoise de Kerouzéré dont Pierre, marié en 1462 à Louise Huon, dame de Herlan et du Squiriou, père et mère : 1o Alain, marié à Louise de Botquenal ; 2o Jean, auteur des seigneurs de Herlan, rapports ci-dessous.

Alain, fils Alain qui précède, épouse, en 1530, Jeanne, dame de Coetquelven et de Kergournadec’h ; Olivier, leur fils, chevalier de l'ordre, épouse, en 1559, Marie de Ploeuc, dame de Coëtenfao, dont : 1o François, sr de Kergournadec’h, chevalier de l’ordre, marié en 1583 a Jeanne, dame de Botigneau ; 2o Charles, sr de Coetenfao, auteur de la branche de ce nom et de celle des marquis de Montoir.

Un sénéchal de Léon en 1457 ; trois chevaliers de l'ordre de 1590 à 1633 ; un chevalier de Malte en 1688 ; quatre pages du Roi de 1690 à 1734 ; deux brigadiers de cavalerie en 1710 et 1748 ; un évêque d’Avranches, † 1719 ; un lieutenant-général en 1710, † 1721 ; un gouverneur du Minihy et de Morlaix, † 1771.

La branche ainée fondue en 1452 dans Névet, puis du Louët et Barbier ; la branche de Kergournadec’h fondue en 1616 dans Rosmadec ; la branche de Coëtenfao fondue dans le Vicomte, puis Polignac, en Saintonge.

* Kerhoent ou Querhoént (de) (ramage des précédents), sr de Herlan , par. de Saint-Thégonnec, — du Squiriou, par. de Braspartz, — de Kerjean, — de Boisruault, par. de Garo, — de Beauchesne, — de Lourme, — de Graincu, — de la Guerche.

Anc. ext., réf. 1669, neuf gén. ; réf. 1513, par. de Garo, év. de Saint-Malo. Losangé d’argent et de sable. Devise : Dieu soit loué.

Jean, fils juveigneur de Pierre, et de Louise Huon, épouse Gillette le Prestre, dame du Boiruault ; un marshal de camp en 1791. Labranche de Herlan fondue dans la Forest, puis du Pare.

Kerhorre (de), voyez Michel.
Kerhuelic (de), sr dudit lieu, par. de Baud.

Réf, et montres de 1429 a 1536, dite par., év. de Vannes. D’or a dix coquilles d’azur, 4. 3. 2 et 1, comme Kerjosse. Fondu vers 1580 dans Ermar.

Kerhué (de), voyez Cramezel.
Keribert (de), baron dudit lieu, par. de Ploudalmezeau, — sr de Kerlidou, par. de Plouvorn.

Réf. et montres de 1426 a 1503, dites par.,év. de Léon. D’argent au lion de sable (G. le B.). Fondu dans Rannou, puis Sansay.

Keridec (de), voyez Thomé.
Keridiern (de), sr dudit lieu, par. de Cléden, — de Kerdoutoux.

Anc. ext., réf. 1670, sept gén. ; réf. et montres de 1444 a 1562, par. de Cléden-Cap-Sizun, év. de Cornouaille.

D’or à trois roses de gueules.

Hervé, écuyer a l'ost du duc en 1294 ; René, fils de Jean, épouse, en 1536, Perronnelle Autret.

Kerigan (de), voyez Garnier.
Kerigny (de), sr de Kervrac’h, par. de Guengat.

Réf. et montres de 1426 a 1481, dite par., év. de Cornouaille. D’azur au lion d’or.

Fondu dans Tivarlen.

Kerigonan (de), voyez Meur (le).
Kerigou (de), sr dudit lieu, par. de Plougoulm, — de Kerhelleuc, par. de Taulé.

Réf. de 1426 a 1448. par. de Plougoulm, Taulé. et Plouenan, par. de Léon. Losangé d’argent et de sable (G. le B.), voyez Auffroy. Moderne : le Ny.

Kerillis (de), voyez Cillart.
Kerillis (de), voyez Frotter (le).
Kerilly (de), sr de Kermorvan, par. de Guimaec (G. le B.)
Réf. de 1426, dite par., év. de Tréguier.
Kerilly (de), sr dudit lieu, par. de Plouguerneau.

Réf. et montres de 1426 a 1503, dite par., év. de Léon.

Kerimel (de), sr dudit lieu, par. de Kermaria-Sulard, — de Launay, par. de Brelevenez, — de Coëtgoureden, par. de Pestivien, — de Coëtfrec, par. de Ploubezre, — de Coetinizan, par. de Pluzunet, — de Cofitleguer, par. de Tregrom, — de Coëtreven, par. de ce nom, — de Kerouzere, par. de Sibiril.

Réf. et montres de 1427 a 1543, par. de Kermaria, Goudeliu, Pluzunet, Coetreven et Guingamp, év. de Tréguier.

D’argent a trois fasces de sable (Sceau 1374). Guillaume, chevalier, de la paroisse de Louannec, entendu dans l'enquête pour la canonisation de Charles de Blois, en 1371 ; Geoffroi, marshal de Bretagne en 1370, accompagna du Guesclin dans la plupart de ses guerres ; Thomas, tué à la bataille de Nicopolis en 1396.

La branche ainée fondue dans PenhoM. puis la Touche-Limousinière ; moderne : Cosquer-Rosambo ; la branche de Costinizan et de Kerouzdré fondue en 1522 dans Boiston ; la branche de CoëtlSguer fondue vers 1440 dans Kersauson.

Kerimel (de), sr de Garsambic, par. de Pleguieo, — de Kerveno, — de Kerudoret, — de la Villeneuve, par. de Plouha.

Maint. par arrêt du parl. de 1769 ; réf. et montres de 1469 a 1569, par. de Pleguien et Plouha, év. de Saint-Brieuc.

D’argent à trois fasces de sable ; au lion de même brochant. Sylvestre, se présente par Alain, son fils, à la montre de 1469, paroisse de Plouha. Cette famille parait issue en ramage de la précédente.

Kerimerc’h (de), sr dudit lieu, par. de Bannalec f — de la Noé-Seiche, — de la Roche-Rousse, par. de Quessoy, - du Quillio, — de la Morandais, par. de Tremuzon, — de la Haute-Garde.

Réf. et montres de 1426 a 1535, par. de Bannalec, év. de Cornouaille et Quessoy, év. de Saint-Brieuc.

D’hermines au croissant de gueules, qui est Kerimerc’h ; aliàs : surmonté d’un écu d'or chargé de trois tourteaux de gueules, qui est du Hautbois. Alix, dame de Kerimerc’h, vivant en 1350, épouse Jean du Hautbois, dont René qui prit les nom et armes de Kerimerc’h et épousa Jeanne de la Feillée ; Charles, † 1485, marié à Marguerite, dame de la Roche-Rousse ; Thibaut, époux de Jeanne de Couvran, fondateur en 1503 des Cordeliers de Saint-Brieuc.

La branche ainée fondue en 1520 dans Tinténiac, puis du Breil de Rays.

Kerinan, par. de Languédias, év. de Saint-Malo.

Seigneurie possédée primitivement par les Cadier, érigée en vicomté en 1598 en faveur des Trtonigon, et possédée postérieurement par les familles d’Espinay, du Breil de Pont-Briand, de Bruc, Guéhéneuc de Boishué et Polys.

Kerincuff (de), sr dudit lieu, par. de Plouenan, — de Keredan, par. de Saint-Thégonnec.

Réf, 1448, par. de Saint-Thégonnec, év. de Léon. D’argent à deux fasces de gueules, accomp. en chef de deux roses de même. Moderne : Crec’hquerault.

Kerincuff(de), voyez Guillou (le).
Kerinizan (de) (ramage do Pont-l’Abbé), sr dudit lieu, par. de Loctudy.

Réf. de 1426 a 1442, dite par., év. de Cornouaille. D’or au lion de gueules, armé et lampassé d’azur, qui est Pont-l’Abbé, à la bordure engreslée de même (Arm. de l’Ars.).

Kerinizan (de), sr dudit lieu, par. de Plounéventer, — du Brehonic, par. de Plounevez.

Réf. et montres de 1426 a 1481, par. de Plounevez-Lochrist, év. de Léon. De gueules a cinq trfefles d’or en sautoir. La branche ainée fondue dans Rolland.

Keriolet (de), voyez Gouvello (de).
Kerisac (de), voyez Hingant.
Kerisouet (de), voyez Gallic (le).
Kerivalant (de), voyez Deist (le).
Kerizec (de), voyez Quirisec (de).
Kerizit (de), sr dudit lieu, par. de Daoulas, év. de Cornouaille.

D’azur à une fasce d’or, surmontée d’une étoile de même (G. le B.). Fondu dans Kergoat, et depuis Taillart, Lanrivinen, la Sauldraye et le Forestier.

Kerjagu (de), sr dudit lieu, par. d’Iffiniac, — de Kerambellec, par. de Pleumeur-Gautier, — du Parc et de Kergouzien, par. de Pleudaniel, — de la Ville-Quiaio,

par. de Plourhan.

Réf. et montres de 1535 a 1543, dites par., év. de Tréguier et Saint-Brieuc. Coupé d’azur et d’argent, au lion de l'un en l’autre.

Kerjagu (de), sr de Kervanon et de Gouazouillac, par. de Plouigneau.

Réf. et montres de 1427 a 1543, dite par., év. de Tréguier. De sable au cygne d’argent.

Kerjan (de), voyez Pastour.
Kerjar (de), sr dudit lieu, par de Plourin, — de Kerlean, par. de Landunvez.

Réf. et montres de 1446 a 1534, dites par., et par. de Lanildut, év. de Léon. D’or à l’arbre de sinople. Devise : Red eo mervel. (II faut mourir.) Fondu dans Kerliviry ; moderne : Carné.

Kerjean (de), sr dudit lieu, par. de Plestin, év. de Tréguier.

De sable fretté d’or ; au franc-canton de gueules, chargé d’une croix d’argent. (G. le B.)

Fondu dans Richard.

Kerjean (de), sr dudit lieu, par. de Trebabu, — de Kervennec, — de Kerlaouenan, par. de Plouarzel, — de Pratarscao, — de Tremen, — de Keramis, par. de Plougar.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1443 a 1534, par. de Plouarzel, év. de Léon.

D’argent à la tour couverte de sable, comme du Vol. Hervé, fils Alain, vivant en 1481, épouse Louise Maniou. La branche ainée fondue dans Mol ; labranche de Keramis éteinte depuis 1802. {{AN| Kerjean ou Kerjan, par. de Saint-Vougay, év. de Léon, marquisat en 1618, en faveur du sieur Barbier, voyez Barbier. Cette seigneurie, possédée au xve siècle par les Olivier et au xve par les Barbier, a passé depuis par alliance aux Coitanscours, Rogier de Crévy, Brilhac, Forsanz et Coëtgoureden.

Kerjeffroy ou Kergeffroy (de), sr dudit lieu, par. de Plufur, év. de Tréguier.

D’argent à dix trèfles d’azur, 4.3. 2. et 1. (G. le B.) Fondu dans Saliou, puis Guillaume.

Kerjégu (de), voy. Montjarret.

{{AN| Kerjézequel (de), sr dudit lieu, par. de Berne, — de Kerenec, par. d’Arzano, — de Laintreff, par. de Scaer.

Réf. et montres de 1426 a 1536, dites par., év. de Vannes et Cornouaille. La branche ainée fondue en 1418 dans la Sauldraye.

Kerjosse (de), sr dudit lieu, par. de Plumelin.

Réf. et montres de 1448 a 1513, dite par., év. de Vannes.

D’or à dix coquilles d’azur, comme Kerhuilic. Fondu dans du Bodkru.

Kerjosse (de), sr de Kernec’h, par. d’Arzano, — de Kerdudo, par. de Guidel.

Déb., réf. 1670, ress. d’Hennebont.

D’azur au chevron d’or, accomp. de trois billettes de même.

Kerjulien (de), voyez Cosmao.
Kerjurelay (de).

D’argent à une fasce de gueules, brisée en chef d’un croissant d’azur (G.le B.).

Kerlan (de), sr dudit lieu, par. de Sibiril.

Réf. et montres de 1426 a 1481, par. de Sibiril et Cléder, év. de Léon. Porte un houx, accosté de deux étoiles (Sceau 1418). Jean, doyen du Follgoat en 1466.

La branche ainée fondue dans Lambezre.

Kerlaouénan (de), sr dudit lieu, év. de Cornouaille.

De gueules à la bande fuselée d’or (G. le B.). Alain, chevalier du parti du comte de Montfort en 1341, eut de Marguerite de Ploeuc : Constance, marié à Jean de Poulmic.

Kerlavan (de), sr dudit lieu, par. du Minihy, év. de Léon.

Fascé d’or et de gueules de six pièces, au chevron d’argent brochant (G. le B.).

Kerlazret (de), sr du Cosquer, par. de Combrit.

Réf. et montres de 1481 a 1562, dite par., év. de Cornouaille. D’azur à l'aigle éployée d’or.

Fondu en l625 dans Euz&nou.

Kerléan (de), sr dudit lieu et de Kerverien, par. de Plourin, — de Lanvenec, par. de Lanrivoare, — de Kerhuon, par. de Guipavas, — de Coetmanac’h, par. de Plouzane, — de Kermeur, — de Kerhuel, — de Kerimen, — de Kerassel et du Timen, par. de Taulé, — de Poulguinan, — de Keravel.

Anc. ext., réf. 1668, six gén. ; montres de 1503 a 1534, par. de Plourin et Bretes, év. de Léon.

Fascé ondé d’or et d’azur de six pièces. Cette famille portait anciennement le nom de Bohic, voyez Bohic. Sébastien, fils Hamon Bohic, sr de Kerléan, vivant en 1534, épouse Marguerite de Kernéau. La branche ainée fondue dans Rodellec ; la branche de Kerassel fondue dans Parcevaux. Famille éteinte de nos jours.

Kerléau (de), sr dudit lieu et de Meshuel, par. de Pleubihan, — du Pontmen, de Guernanchanay, par. de Plouaret, — de Goaianarhant, par. de Plourivo, — de Kerbiquet, par. de Plounez, — de I’lsle, par. de Mousterus.

Anc. ext. chev., réf. 1670, onze gén. ; réf. et montres de 1423 a 1543, dites par., év. de Tréguier et Saint-Brieuc.

D’azur au cerf d’or (Sceau 1452), comme le Floch et du VaL Guillaume, épouse, en 1380, Méance Garic, dont : Pierre, marié à Thomine de Coëtmohan, père et mère de : 1o Olivier, sr de Kerléau, époux de Catherine Raison, prête serment au duc entre les nobles de Gosilo en 1437 ; 2o Pierre, marié à Marguerite du Bois-Dourduff, auteur des srs de Goazanarhant ; 3o Vincent, abbé de Bégard en 1443, et de Prières en 1467, chancelier de Bretagne, puis évêque de Léon en 1472, + 1476. Cette famille a encore produit : Philippe, chevalier de Malte, commandeur de la Guerche en 1523, grand-prieur de France en 1540 ; Pierre, abbé du Relec et de Bégard, † 1526.

Kerlec’h (de), baron dudit lieu en 1576 et sr de Roservo, par. de Ploudalmezeau, — de Kerberec et de Kerrimon, par. de Plouguin, — du Plessix, — de Langalla, par. de Plouarzel, — baron de Treziguidy, par. de Pleyben, — sr du Rusquec, par. de Loqueffret, — de Quistinic, — de Kergadiou et de Ledinec, par. de Plougasnou, — de Pennanec’h, par. de Plourin-Treguier, — de Kerliver, par. d’Hanvec.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1426 a 1534, par. de Ploudalmezeau et Plouguin, év. de Léon.

Pour armes antiques : d’azur a dix sonnettes d’argent, 4. 3. 2. 1. Moderne : du Chastel, surmonté d’un lambel d’azur. Mar car Doui. (S’il plait a Dieu.) Bernard, juveigneur du Chastel, marié vers 1270 à Sybille de Coëtivy, dame de Kerlec’h fille de Prigent, baron de Coëtivy, et de Plézou, dame de Kerlec’h. Leurs descendants adoptèrent les nom et armes de Kerlec’h jusqu’à l’extinction de la branche ainée du Chastel en 1575, qu’ils reprirent les nom et armes du Chastel, en y ajoutant le surnom de Kerlec’h. Hervé, fils Bernard, épouse, vers 1390, Jeanne de Keroncuff ; Guillaume, abbé de Saint-Mathieu en 1430 ; une fille à Saint-Cyr en 1693. La branche ainée fondue vers 1600 dans Kergroadez d’ou la baronnie de Kerlec’h a appartenu successivement par acquêt aux Lopriac, Kerhoent, Gontaut-Lauzun et Lannion, Nunc : cTEunolsten ; la branche du Rusquec fondue dans Kergoit ; la branche de Langalla fondue dans le Nobletz.

Kerléguer (de), sr dudit lieu, par. de Ploudalmézeau, év. de Léon.

D’argent à trois croix alésées de gueules, et une quintefeuille de sable en abyme (G. le B.).

Moderne : Mescam.

Kerleguer (de), sr de Kerfragan, ress. de Morlaix.

D’or à trois quintefeuilles d’azur (Arm. 1696).

Kerlérec (de) voyez Billouart.
Kerléro (de), sr de Penmene, par. de Lesbin-Pontscorff, — de *Rosbo, — du Grano.

Déb., réf. 1669, ress. d’Hennebont.

Un lieutenant de vaisseaux, chevalier de Saint-Louis en 1786.

Kerleuguy (du), sr dudit lieu, de Tremeidic, de Landaoudec et de Poulpatre, par. de Crozon, — de Kerioul, — de la Villeblanche, — des Sables, — de Kerrousseau.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1426 a 1562, par. de Crozon, év. de Cornouaille. D’argent à l’aigle de sable.

Alain, vivant en 1426, épouse Perronelle de Pentrez. Fondu dans le Jar du Clevneur.

Kerleynou (de), sr dudit lieu, par. de Ploumagoar.

Réf. et montres de 1427 a 1481, dite par. et par. de Plésidy, év. de Tréguier. De sable à trois éperviers d’argent, componés d’or ; à la bordure de gueules (G. le B.).

Moderne : le Brun.

Kerlezroux (de), sr de Landiguiac’h, par. de Plounevez-Lochrist.

Réf. et montres de 1426 à 1534, dite par., év. de Léon. Porte un gantelet de fauconnier, tenant un faucon. Prigent et Guillaume, doyens du Follgoat de 1535 à 1544. Fondu dans Jarnage.

Kerlinou (de), voyez Gall (le).
Kerliver (de), sr dudit lieu, de Bodalec, de Quilliafel et de Porlznédellec, par. d’Hanvec.

Réf. et montres de 1426 a 1562, dite par., év. de Cornouaille. D’azur au sautoir engreslé d’or, accomp. de quatre lionceaux de même. Devise : Meilleur que beau.

Fondu dans Kerlec’h, puis Came. Moderne Quelen.

Kerlivio (de), voyez Eudo.
Kerliviou (de), sr dudit lieu, par. de Bourbriac, — de Crec’henan, — de la Garenne.

Anc. ext. réf. 1669, six gén., réf. et montres de 1427 a 1543, dite par., év. de Tréguier.

D’argent à trois salières de gueules ; alias : d’argent a trois gerbes liées de gueules. (G. le B.)

Hervé, vivant en 1463, épouse Anne de Coëtgouréden.

Kerliviou (de), sr de Kerhuis.

Maint. à l'intend. en 1702.

D’argent à l’aigle éployée de sable, becquée et membrée de gueules. Quoique de différentes armes, les deux familles Kerliviou ont la même origine, et celle-ci a pour auteur, Arthur, fils puiné de Holland, sr de Crec’henan, maintenu en 1669, et de Marguerite le Bugallé.

Kerliviry (de), sr dudit lieu, par. de Cléder, — de Kerouara, par. de Plouescat, — de la Flèche. par. de Plouider, — de Leslouc’h, par. de Trezjlidé.

Réf. et montres de 1446 a 1534, dites par., év. de Léon.

Ecartelé aux 1 et 4 : d'or au lion d’azur, qui est Kermavan, brisé en l’épaule d’une tour portée sur une roue d’argent, qui est Lesquilen , aux 2 et3 : d’azur à la fasce d’hermines, accomp. de trois feuilles de laurier d’or, qui est Kerliviry. Devise : loul Doué. (La volonté de Dieu.)

Didier, vivant en 1534, père d’Hervé, marié à Jeanne de Coëtrédrez, l'un des signataires de la capitulation des Ligueurs de Léon en 1594. De ce mariage, deux filles : 1o Marie, dame de Kerliviry, épouse de Jacques de Tromelin ; 2o Ambroise, épouse d’Yvon de Coëtnempren, sr de Crec’hengar.

De la maison de Tromelin, la seigneurie de Kerliviry a passé, par alliance, aux Boisdon, Poulpiquet et Budes de Guébriant.

Kerloaguen (de), sr dudit lieu, de Disqueou, de Rosampoul et du Garspern, par. de Plougonven, — de Kervezec et du Run, par. de Plourin, — de Bonabry, — du Perenaou, — de la Salle, — de la Bouexiere, par. de Pluguffan, — de Crec’heuzen, par. de Saint-Mathieu de Quimper, — de Coatcanton, par. de Melguen, — de Pratanras, — de Kervastard, par. d’Elliant.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1427 a 1543, par. de Plougonven et Ploumilliau, év. de Tréguier, Lanmeur, év. de Dol, et Melguen, év. de Cornouaille.

D’argent à l’aigle éployée de sable, membrée et becquée de gueules. Devise : Sans effroy.

Maurice, président aux comptes, marié, en 1400, à Marguerite Estienne, dont : 1o Maurice, époux en 1446 de Louise Bréhet, dame de Rosampoul ; 2o Jean, maitre des comptes en 1445 ; Guillaume, prévôt des maréchaux de l'hotel du duc en 1480, refusa au trésorier Landais de faire périr le chancelier Chauvin, dont il avait la garde ; la branche de Rosampoul fondue en 1530 dans Carné ; moderne : leLevier, puis du Parc. La branche ainée fondue dans Coëtc et en 1669 Kersauson.

Kerloguen (de), voy. Avril.
Kerloscant (de), sr dudit lieu, par. de Caouennec.

Réf. et montres de 1427 à 1481, par. de Caouennec, év. de Tréguier. De gueules à trois besants d’argent.

Moderne : Lezormel.

Kerlosquet (de).

De sable a la croix engreslée d’argent (G. le B.), comme du Bouchet, Drior, Guillo et Randricar.

Kerlouan (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, — de Kerrom, par. du Minihy.

Réf. et montres de 1426 à 1481, dites par., év. de Léon.

D’argent à la colombe d’azur, qui est Kerrom ; écartelé d’argent a deux chevrons d’azur, qui est Kerlouan.

Un capitaine ligueur au siège de Kerouzéré en 1590, tué la mêne année à l'attaque de Plestin.

Kerlouarnec (de), sr dudit lieu, par. de Ploaré.

Réf. de 1426, dite par. év. de Cornouaille. D’argent à trois grils de sable.

Thébaud accompagne le Duc à son voyage en France en 1418. Moderne : Laënnec.

Kerlouet ou Keranlouet (de), sr dudit lieu, par. de Plévin év. de Cornouaille.

D’argent au greslier de sable, accomp. de trois merlettes de même (Sceau 1360) comme Canaber, le Fruglais et Saliou ; alias : fretté de six pièces (Sceau 1374). Devise : Araog, araog ! (En avant, en avant !) Hervé, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Jean, capitaine de la Roche-Pozay en Poitou, accompagna du Guesclin en Espagne en 1367, et vainquit Jean Chandos, connétable d’Aquitaine, dans une rencontre où ce dernier fut tué en 1370. Fondu dans Canaber.

Kerlozrec (de), sr dudit lieu et de Kermalvezen, par. de Ploudalmezeau, — de Garlan, par. de Milizac, — du Chef-du-Bois, par. de Saint-Thomas de Landerneau, — de Kernezne, par. de Quilbignon, — de Lavalotet de Runtan, par. de Ploudiry.

Réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Ploudalmézeau, Ploudiry et Quilbignon, év. de Léon.

Palé de six pièces d’or et d’azur.

Hervé, croisé en 1248 (cab. Courtois). Fondu dans Kersulguen.

Kermabo (de), sr de Tresclé, par. de Cléguérec.

Anc. ext., réf. 1669, gén., réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Cléguérec, év. de Vannes.

De gueules a neuf billettes d’argent, 3. 3. 3.

Kermabon (de), sr dudit lieu, de Kerprigent, de Kericuff et de Kerguelen, par. de Plougasnou, — de Kerouazle, — de CoStmenguy, par. de Ploujean, — du Porzou, — de Lambezre. — de Roudoumeur, par. de Plounévez-du-Faou.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plougasnou, év. de Tréguier.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’or à trois fasces d’azur, aliàs : chargées de huit étoiles d’or, 3. 3. 2, qui est Kermabon ; aux 2 et 3 : fretté d’or et de sable, qui est Quenquizou de Kerprigent.

Guillaume et Marguerite de Quelen, sa compagne, décédés en 1388 r père et mère de Jean marié à Amice de Tréléver.

La branche de Kerprigent fondue en 1716 dans Mol {{AN| Kermabon (de), év. de Cornouaille.

D’or a la croix de sable (G. le B.).

Moderne : Rospiec. 108 KER

Kermadec (de), voyez Huon.

Kermadec(de), voyez Henry.

Kermadec (de), sr du Moustoir et de Branboc, par. de MendoD, — de Poulguenault,

— de Kernormaad, par. de Pluneret, — de Saint-Ternant, par. de Nostang. Ext. ref. 1669, huit gen. ; ref. et montres de 1448 a 1481, par. de Mendoa et Plouharnel, ev. de Vannes.

D’azur h la coupe d’or, accomp. en chef d’un trfcfle de mfime. Auftray, capitaine d’Auray en 1364 ; Perrot, fils Olivier, en plaid pour sa noblesse en 1448 avec les paroissiens de Mendon, dit qu’il a lettres d’anoblissement ; GuiUaume, vivant en 1481, Spouse Marie de Keralain. Kermadio (de), sr dudit lieu, par. de Kervignac, — de Lescoat, — de Kerriou, — de la Voltais, par. de Guer.

Anc. ext. f ref. 1671, huit gen. ; r£f. et montres de 1439 a 1536 par. de Kervignac, 4v. de Vannes.

D’azur h dix billettes d’or, 4. 3. 2. et 1. Guyon, vivant en 1536, aieul de Guillaume, marié k Anne Robelot, dame de la Voltais. La branch© ainée fondue dans Beauiouan. Kermainguy, voyez Kermenguy (de).

Kermainguy (de), voyez Cillart.

Kermarc’har (de), ress. de Morlaix.

LosangS d’or et d’azur (Arm. 1699).

Kermarec (de), sr dudit lieu, i. de Treguier. De gueules à la fasce d’argent (G. le B.), comme Charuel. Kermarec (de), sr dudit lieu, par. de Buhulien, — de Kermodez, par. de Pleumeur-Bodou, — de Traoavern, par. de Trebeurden, — de Lezoudec, — de *Traurout, par. de Langoat, — de Premorvan, — de Kerviziou, — des Tronchais, par. de Morieux, — de Bonne-Maison f par. de Chateaubourg^ — de Kerjolly, par. de Plouha, — de la Balluere, par. de Broons-sur-Vilaine, — de la Demiville, — de MoDtmorel.

Anc. ext. ref. 1669, huit gen. ref. et montres de 1427 a 1543, par. de Pleumeur-Bodou et Trebeurden, ev. de Treguier. De gueules icinq annelets d’argent, 3. 2. ; au chef de mfime, chargS de trois roses de gueules.

Serve, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Guillaume, capitaine de Guingamp en 1387 ; Holland, vivant en 1427, pferede Jean, marina Marie Hingant ; deux conseillers au parlement depuis 1741. C^to-i

KER 109

Kermarec (de), sr dudit lieu, par. de Ploubezre, — de Kerbiquet, par. de Servel, év. de Treguier.

De gueules a six besants d’or ; au chef d’hermines. (G. le B.).

Kermarquer (de), sr dudit lieu elde Kerscao, par. de Laamodez, — do la Marche, — de Crec’hbizien, — de Trogorre, par. de Loguivy-Plougras. Anc. ext., réf. 1669, cinq gén. ; ref. et montres de 1427 a 1543, par. de Laumodez, ev. de Dol, enclaves de Treguier.

D’azur à la fasce d’or, chargée de trois molettes de sable. Yves, tué k la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier en 1488 ; Yves, vivant en 1503, épouso Catherine le Merdy.

Moderne : Scligzon.

Kermarquer (de), sr dudit lieu, par. de Pleubihan. Ref. 1463, dite par., év. de Treguier. De sable à trois <§pées d’argent en pal, les pointes en bas (G. le B.). Moderne : Kercabin.

Kermartin (de), voyez Henry.

Kermartin (de).

D’argent au lion de gueules, deux fasces de mfime brochantes. Guillaume, capitaine du chfttel du Huelgoat en 1373. Kbrmasson (de), sr de Bourgerel, par. d’Arradon, — de Henleix, par. de Saint-Nazaire.

— du Cosquer.

Déb., ref. 1668, ress. de Guérande.

D’azur à la fasce d’or, accomp. de trois molettes de mfime (Arm. 1096). Deux substituts du procureur général aux comptes depuis 1720. Kermath^man (de), sr de Kerballay, par. de Kervignac, — de (a Villeneuve, par. do Plouay.

Réf. de 1426 a 1448, dites par , ev. de Vannes. De sinople à trois macles ; alias : grelots d’or, comme le Jeune. Kermavan, Kerman ou Carman ;de), sr dudit lieu, par. de Kernilis, — de Coetseizplou 6, par. de Plounévez Lochrist, — de la Marche, par. de TrezilidA, — de Lesquolen, par. de Plabennec, — de Penanec’h, par. de Plouenan, — de Kerisnel, par. ilu Miniby, — des Granges, par. de Plouedern, — de la Forest, par. de Languidic, — de Camzon, par. de Plaudren, — de Trigarantec, par. de Mellionec. Ref. et montres de 1426 a 1534, par. de Kernilis, Plounévez, Plouenan et Trezilido, év. de Leon, Plaudren et Mellionnec, ev. de Vannes. liO KER

D’or au lion dazur .Sceau 1273) ; alids : écartelé aux i et 4 : d’azur à la tour d’argent, portee sur une roue de mtoe, qui est Lesquilen ; aux 2 et 3 ; de Carman. Devise : Doui araoq (Dieu avant), et : Richesse de Carman. Alain, chevalier, † 1253 ; Alain, devait deux chevaliers a Tost du due en 1294 -, Alain Spouse en 1402 Jeanne de Rosroadec ; Jean, év£que de Léon, † 1514 ; Francois, dernier du nom, tu£ en duel en 1600.

La branche ainSe s’est fondue au xvi e sifccle dans la maison de Plusquellec, qui prit le nom de Kermavanjet transmit par alliance en 1577 la terre de Kermavan aux Mailte, en faveur desquels elle a éte erigée en marquisat Tan 1612, voyez Maill£. De cette lamille Kermavan a passé par acquet aux Grozat et pap alliance aux Gwntaut-Biron, puis aux Gontaut-Lauzun et par acquet en 1778 aux Rohan-Guéméné.

Kermeidic (de), sr dudit lieu et de Penanguer f par. de Plourin, — de Kerill&s, par, de Plouguerneau, — du Boisberger.

Anc. ext, ref. 1669, cinq geu. f réf. et montres de 1426 a 1534, ditespar., ev. de Leon.

Fascé de six pifeces d’argent et d’azur, au chevron d’argent brochant ; alids : d’argent, k deux chevrons d’azur, accomp. en chef d’une jumelle de mfime. (G. le B.). Tout vient de Dieu.

Tanguy, vivant en 1503, epouse : 1o Beatrix de Kerjar ; V Anne de Kerasquer. Le sr du Plessix, ressort de Morlaix, débouté a la reformation de 1670. Kkrmel (de), sr dudit lieu, de Pencrec’h et de Kergadaran, par. de Pleubihan, — de*Kermezen, par. de Pommerit-Jaudy, — de Kerprigent, par. de Perros-Guirec, — de Kergoniou, — du Plessix, par. de Pluzunet.

Anc. ext., ref. 1669, neuf gen. ; ref. et montres de 1481 a 1535, par. de Pleubihan et Pommerit-Jaudy, ev. de Treguier.

De gueules a la fasce d’argent, accomp. de deux leopards d’or. Devise : Audacious audax.

Godefroi, chevalier, fonde la chapellenie de Sainte-Marguerite dans l’église de Brelévenez en 1421 ; Prigent ftls Prigent, Spouse en 1467 Thomine du Tertre, dont Jean, marte en 1503 a Marie de Coétnévénoy : un chevalier de Saint-Lazare en 1721 ; deux pages du Roi en 1734 et 1775 ; un capitaine gén£ral garde-cotes de la capitainerie de Lannion, au combat de Saint-Cast en 1758.

Kermellbc (de) (ramage de Penhoet), sr dudit lieu, du Carpont de Kerbic, de Kerincuff, et de Meshelou par. de Plouenan, — de Gastellenec, et de Kerilly, par. de Taute, — de Kermenaouet, — de Keroulaoufcn, par. de Plougoulm, — de Penanroz,

— de Lanverzien, — de Launay, — de Kergott, — de Kermoguer. Anc. ext., ref. 1 669, sept gén. ; ref. et montres de 1427 a 1534, par. de Plouenan et Taule, ev. de Leon.

D’or à la fasce de gueules, qui est Penhott, accomp. de trois molettes de mflme (Sc’eau 1363). Devise : Bella minatur.

Henri, archer dans une montre de 1356 ; Herv^ constable de Brissac en Aiyou, donne quittance de ses gages en 1363 ; Eon, procureur général du due en 1395 ; Jean, prisonnier des Penthifcvre en 1420, partagea a Chateauceaux la captivity de Jean V ; Philippe, vivant KER lit

en 1481, marié k Amice Holland, dont : 1o Frangoix, époux de Catherine Sylvestre, auteurs de la branche de Kerilly ; 2o Laurent, époux en 1506 de Francoise Thomas, auteurs de la branche de KeroulaouGn.

Eerv^chet de la branche de Kerménaou3t, vivant en 1481, avait épousé Isabeau de Kerlec’h ; Jean, premier capitaine du ch&teau du Taureau en 1542. Le sr de Kersaudy, paroisse du Minihy de Léon, d^boute k la reformation de 1670. Kermellec (de) (ramage de Keranraiz), sr dudit lieu, par. de Plouaret, — de Kervennou, par de Brelevenez, — de Keraret, — du Cribinec, par. de Plouedern.

Ref. et montres de 1448 a 1535, par. de Plouaret, ev. de Treguier, Plouedern et Plourin, év. de Leon.

Vairé d’argent et de gueules, qui est Keranraiz ; k la bordure engreslée d’azur.

Alain, gouverneur du ch&teau du Taureau en 1611. Les srs de Keranguiriec, paroisse de Laneufret, de Keroman et de Chef-du-Bois ou PenhoGt, ce dernier demeurant k Landerneau, admis aux Etats de 1746, et les s ri de Pratalec et de Keranguen, paroisse de Kervignac, déboutés k la reformation de 1671. Kermen (de), voyez Poulpiquet (de) .

Kermen (de), sr dudit lieu, prés Guingamp, ev. de Treguier. Ecartelé aux 1 et 4 : une molette ; aux 2 et 3 : un croissant (Sceau 1454). Jean, receveur de Guingamp, prSte serment au due entre les nobles de Treguier et Goello en 1437 ; Jean, abbé de Saint-Gildas-de-Rhuis en 1441. Kermene (de), voyez Carmene (de).

  • Kermenguy (de), (ramage de Derian), sr dudit lieu, de Kersullien, de Kerabret et du

Runiou, par. de Cleder, — de Kerazan, — de Saint-Laurent et de Land^boc’her, par. de Plouzevéde, — du Cosquérou, par. de Mespaul, — du Roslan, par. de Plougasnou, — de Kerveguen, par. de Guimaec.

Anc ext., ref. 1669, huit gen. ; ref. et montres de 1426 a 1534, par. de Cteder, ev. de Lion.

Pour armes antiques : d’argent à la fasce de gueules, accomp. de six macles d’azur ; alids : au lambel k quatre pendants, en chef (Sceaux de 1418 k 1428) ; moderne : losangé d’argent et de sable, k la fasce degueules, chargéed’un croissant d’argent ; voyez Auffroy. Devise : Tout pour le mieux. Auffroy Derian, sr de Pratalan, époux en 1380 de Marie du Roz, dame de Kersullien, pfcre a’ Yves, marte vers 1400 k Basile de CoStaudon, dame de Kermenguy et de Kerabret, qui fit montre k Bourges en 1418 et laissa de son mariage : Yves, marte vers 1440 k Marguerite de Saint-Denis, dontZoim, époux de Méance de Kerliviry, pfcre et mfcre de Tanguy, vivant en 1500, marié &Plézou de Launay, qui retint lenom de Kermenguy ; voyez : Derian. Jacques, chevalier de Saint-Michel en 1647, Spouse Anne de GoGsbriand, dame du Roslan ; un chevaUer de Saint-Lazare en 1721 ; deux pages du Roi en 1710 et 1750 et un page de laReine en 1755.

Kermenguy ou Kermainguy (de), sr dudit lieu, par. de • randchamp, — dela Patouillere et du Cbesne-^ottereau, par. de Saint-Sebaslien, — de KaiwTori, par. de Pierri*’., — 112 KER

de Trevaly, par. de Piriac, — de la Bichettere, par. de Cornill*, — de la Motte et du Plessix, par. de Torcc.

D’or au houx arraché de sinople, sans feuilles (G. le B.). Geoff roi, conseiller de Jeanne de Penthifcvre en 1348 ; Pierre, provincial des Cannes de Touraine, + 1471 ; Franpois, ailoué de Nantes, conseiller aux Grands-Jours én 1538, ei president aux comptes en 1540, épousa Marie Grignon, dame de Rainefort, dont : 1o Franpois, president aux comptes en 1548 et conseiller au parlement en 1554, p&re de Guy, aussi conseiller au parlement en 1570 † 1583 ; 2o Guillaume, marte en 1560 k Isabeaude Cornilte.

La branche ainee fondue dans Muzillac puis Sesmaisons ; la dernifcre branche fondue dans Gu&hdneuc de la Briangais.

Kermenguy ou Kermainguy (de), sr dudit lieu, par. de Pleumeur-Gautier. Ref. et montres de 1427 a 1481, dites par., év. de Tréguier.

Olivier, préte serment au due entre les nobles de Treguier et GoSlio en 1437. Fondu dans Cillart.

Kermenguy (de), s f dudit lieu, par. de Ploumilliau.

Réf. de 1445 a 1463, dile par., ev. de Tregaier.

Fascé d’hermines et de gueules ; les fasces d f hermines chargées de six macles de gueules, 3. 2 1.

Kerm^no (de), sr dudit lieu, par. de Moréac, — du Garo, par. de Ploeren, — de Lannouan, par. de Landevant, — du Boismourant, par. de Saint-Patera, — de la Villodel, par. de Serent, — de Kerguehennec, de Trebrimoel et vicomte de Biguan, par. de Bignan, — sr de Gouarlot, par. de Keraevel, — de Quifistre etdu Couedic, par. de Saint-Molf, — des Houmeaux, par. de Mouzeil, — de Kerdour, par. de Batz, — de Marzen, par. d’Assérac, — de Trevaly, par. de Pipriac, — de Lauvergnac et de Bréhet. par, de Guerande, — du Bodeuc, par. de Nivillac, — de la Hauttere et de la Bigotttere, par. de Chantenay, — de Kerlo, — du Boisnault.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gen., ref. et montres de 1427 a 1536, par. de Moréac, Ploeren, Bignan et Landévant, év. de Vannes et Guerande, ev. de Nantes. De gueules h trois macles d’argent ; alids : écartelé : du Garo. Devise : Qualitate et quantitate.

Alain, du nombre des rebelles qui traitferent avec le due en 1342 ; Yvon, vivanten 1427, Apouse Guiilemette de Laritivy, dont : Guillaume, procureur général du due en 1472, depute vers le due de Bourgogne, mari£ k Jeanne le Brun, de la maison de Kermorvan -, Nicolas, fils des precedents, aussi procureur général, sénéchal de Vannes et de Brogrec et Tun des ambassadeurs pour la ratification du traits de Senlis en 1475, épousa Francoise de Kerliver, dont : 1o Jean, gouverneur de Vannes, auteur des seigneurs du Garo ; 2o Olivier, allou£ d’Auray, auteur des seigneurs du Boisnault transplants dans le comtt nantais ; Marie et Jeanne abbesses de Saint-Georges de Rennes de 1536 k 1572 ; trois conseillersau parlement depuis 1588 ; trois chevaliers de l’ordre depuis 1572 ; un lieutenant des gendarmes de la Reine en 1666.

La branche ainée fondue dans Guernisac ; la vicomte de Bignan et la seigneurie du Garo ont appartenu depuis aux Itohan-Chabot.

KermSno (de), voyez Gouzillon (de).
Kerméno (de), sr dudit lieu. par. de Plougonver, — du Lojou, par. de Bourbriac, — baron de Pestivien, par. de ce nom, — sr de Keresperz. par. de Plusquellec.

Ref. et montres de 1427 a 1543, dites par. , et par. de Ploumagoar, év. de Tréguier et Cornouaille.

D’argent à cinq macles d’azur.

On trouve un croisé de ce nom en 1248 (cab. Courtois) ; mais nous ne savons à quelle famille Kerméno, Kerménou ou Kervéno il appartenait. La branche ainée fondue dans Tournemine puis Kergorlay ; moderne : Gouzillon. la branche du Lojou fondue dans du Garspern ; moderne : le Brun.

Kerméno ou Kerveno (de), voyez Kervéno (de).
Kerménou (de), sr dudit lieu, par. de Porzpoder, • de Coetforn et de Kerduat, par. de Plouarzel. — de Kerroc’hic, par. de Plouvien, — de Plivern, par. de Cléder, — de Kermalvezan, par. de Beuzit-Conogan, — du MesrouSz, par. de Lambezre, du Liscoufit, — de la Salle.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1427 a 1534, par. de Plourin et Plouarzel év. de Léon.

Fascé ondé d’or et d’azur de six pièces, comme Talec. André, vivant en 1380, marié à Marguerite Bohic, dont Hervé, époux d’Anne de Kergroadez.

Kermerc’hou (de), sr dudit lieu, par. de Garlan, — du Cosquer, par. de Plougasnon, — de Tretever, par. de Guimafic, — de Leurmen, par. de Ploumilliau, — de Crec’hoat, — *deKerautem, par. de Carnoet, — du Rosraeur, par. de Plounevez-du-Faou.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Garlan, év. de Tréguier.

D’argent à la croix trêflée de sable, chargée de cinq étoiles d’or.

Olivier, accompagne le duc en France en 1418 ; Prigent, bouteiller du duc Pierre en 1453 ; Philippe, vivant en 1481, épouse Françoise Pinard ; Pierre, sénéchal de Morlaix et gouverneur du château du Taureau en 1564 ; Vincent, sénéchal de Saint-Pol en 1623, épouse Guillemette du Botmeur.

La branche ainée fondue dans Arel, puis le Bigot, Botherel, Rosnyvinen et Visdelou de Bedte.

Kermérien voyez Kervérien (de).
Kermeur, voyez Guermeur (de).
Kerminihy (de) sr dudit lieu par. d’Elliant, — de Kerninedel, par. de Tourc’h

Réf. et montres de 1426 a 1536, dites par. et par. de Rosporden, év. de Cornouaille. D’argent à trois molettes de gueules.

Fondu dans Pappe, puis Kermorial.

Kermoal (de), voyez Gaultier.

KERMODIERN (de), s p dudit lieu, par. de Rosnoën. Réf. et montres de 1426 a 1481, dite par., ev. de Cornouaille. De gueules au chevron d’hermines (Blancs-Manteaux).

KERMAGOËR (de), sr dudit lieu et de Keranmoal, par. de Moëlan. Réf. et montres de 1426 a 1562, par. de Moelan et Riec, év. de Cornouaille. D’or à trois molettes de gueules (Arm. de 1’Ars) ; aliàs : de gueules à trois molettes d’argent.

Guillaume, tue au siege de Beuvron en 1426. Fondu en 1570 dans du Pou.

KERMORHOU (de), sr dudit lieu.

D’or à trois sangliers de sable (Arm. de l’Ars )

  • KERMORIAL (de), sr dudit lieu, par de Baye, — de. Kermorvan, par. de Cuzon, — de Poulfos, — de la Porte-Neuve, par. de Riec, — de Kerveno.

Anc. ext., réf. 1669, six gén ; réf. et montres de 1426 a 1562, par. de Baye, Saint-Colomban-de-Quimperlé et Querrien, év. de Cornouaille. D’azur au greslier d’argent, accomp. de trois fleurs de lys de même. Devise : Sot ouc’h sot (Sot contre sot).

Thomas, vivant en 1481, père de Pierre, marié à Catherine Perrault ; Jean, auteur de la branche de Kerveno, vivant en 1535, épouse Louise Louarnec ; un lieutenant des maréchaux de France à Quimper en 1740.

KERMORVAN (de), voyez Borgne (lb).

KERMORVAN (de), voyez Barazer.

KERMORVAN (de), sr dudit lieu, par. de Louannec, év. de Tréguier. D’argent à la fasce d’azur, accomp. de trois oiseaux de même (G. le B.). Moderne : Los.

KERMORVAN (de), sr dudit lieu, par. de Trézény. Réf. 1427, dite par., év. de Tréguier. D’or a trois fasces d’azur, charges de huit étoiles d’argent (G. le B.), comme Kermabon.

Henry, sergent de la paroisse de Trezeny en 1395. Fondu dans Kersaliou ; moderne : Barazer.

KERMORVAN (de). sr dudit lieu, par. de Trébabu, — de Keruzou, par. de Ploumoguer. Anc ext., ref. 1669, dix gen. ; ref. et montres de 1443’a 1534, par. de Trebabu, ev. de Leon.

D’argent à la croix ancrée et alésée d’azur. Devise : Servir Dieu est régner. Yvon, vivant en 1400, épouse Azénor de Kergroadez, dont Hervé, marié à Marguerite de Kerscao ; Françoise, abbesse de la Joye en 1595.

La branche ainée fondue dans Penfentenyo, puis Ménez et Gousillon.

* Kermoysan (de), sr dudit lieu, de Kerbourc'his, du Cosquer, de Goasmap, du Rumeur, et de Kerprigent, par. de Pommerit-le-Vicomte, — de Kericuff, par. de Plougasnou, — de Leslec'h et de Kerjean, par. de Plestin, — du Plessix, — de Tromartin, — de Kerozet, — de la Haye-Pargo.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Pommerit-le-Vicomte et Saint-Gilles, év. de Tréguier.

De gueules à sept coquilles d’argent, 3. 3. 1 (Sceau 1443) ; aliàs : chargées d'une bande (Sceau 1357) ; aliàs : de gueules à deux fasces d’argent, accomp. de sept coquilles de même. Devise : Plutôt mourir que faillir.

Guyomarc’h, chevalier, mentionné dans une charte de Beauport en 1298 ; Guillaume, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Bernard, donne quittance de ses gages et de ceux des gens d'armes de sa compagnie, servant aux guerres de Normandie en 1357 ; Payen, ratifie le traits de Guérande en 1381 ; Guillaume, sénéchal de Cornouaille en 1382 ; Yvon, vivant en 1380, père 1o de Jean, marié vers 1409 à Amice de Kermeur, 2o de Tugdual, dit le Bourgeois, chevalier, sous l'amiral de Coëtivy et le connétable de Richemont, qu'il accompagna dans toutes leurs guerres. II défendit en 1420 le château de Montaiguillon en Brie, dont il était gouverneur, contre le duc de Bourgogne et le roi d'Angleterre ; se distingua au siège de Saint-Denis en 1435 et entra le premier à l'assaut dans la place ; battit les Anglais l’année suivante dans la plaine de Saint-Denis ; monta le premier sur la brèche au siège de Montereau en 1437 ; contribua à la reddition de Meaux en 1439 ; fut capitaine de Saint-Germain-en-Laye en 1443 ; conduisait l'attaque au siège de Caen en 1459 et y fut tué dans la tranchée d'un coup de couleuvrine. Il avait épousé Marie de Garancières, en Normandie ; un chevalier de Saint-Lazare en 1716 ; un gouverneur de Redon en 1740.

Rolland-René, sr de Tromartin, avocat au siège présidial de Vannes, marié en 1768, à Angélique Pitouays, père 1o d'un sous-lieutenant au régiment Royal-Auvergne, décoré en 1814 de la médaille d’or de Marie-Thérèse, et dont la postérité existe ; 2o d'un élève de la marine, fusillé à Quiberon en 1795.

La branche ainée fondue en 1421 dans Trogoff ; la branche du Rumeur fondue dans le Borgne, puis du Perrier.

Cette famille portait jusqu'au xiv siècle le nom de Bourc'his, en français, Bourgeois, voyez Bourgeois (le).

Kernaëret (de), voyez Chauveau.

Kernaëret (de), voyez Keraëret et Kernazret (de).

Kernafflen (de), sr de Kerlen, — de Glénan, par. de Fouesnant, — de Penarpont, — de Lescongar, — de * Kergos, par. de Clohars-Fouesnanl.

Déb., réf. 1669, ress. de Quimper.

D'azur à la croix d'argent, chargée de cinq fleurs de lys de gueules, cantonnée aux i et 4 : d'un croissant, aux 2 et 3 : d'une étoile, le tout d'or (Arm. 1696). Devise En donne heure.

Yves, notaire-passe de la cour de Quimper en 1530 ; Alain, marié vers 1660 à N. d'Hernothon, dame de Kergos, soeur du baron de Pont-l'Abbé ; Hervé, référendaire à la chancellerie en 1684, † en charge ; un capitaine de dragons, ci-devant cavalier de la compagnie de Ploeuc, dans la revue du ban et arrière-ban de Cornouaille, passée par le maréchal de Vauban en 1694 ; un docteur en Sorbonne, chanoine et syndic du chapitre de Cornouaille mort en 1752.

Kernavanois, voyez Kernevenoy (de).
Kernazret (de), sr dudit lieu, par. de Locbrevalaire, év. de Léon.

D’argent à trois fasces de gueules ; deux guivres d’azur affrontées et entrelacées dans les fasces (G. le B.) ; aliàs : accomp. de trois herses d’or, à la bordure componée d’argent et de gueules (La Ch. des B.).* Devise : Per dura per aspera serpit.

La branche ainée fondue dans du Refuge.

Suivant la Ch. des B , une branche transplantée en Beauce, y maintenue par arrêts du conseil de 1671 et de la cour des aides de 1742, a pour auteur Yves, sr de Lardy et de Saint-Urain, capitaine des francs-archers et gouverneur de Vincennes en 1440, marié à Marguerite Bureau, fille de Gaspard, grand maitre de l'artillerie de France, † 1462.

Kernéau (de), en français cornouaille, voyez Cornouaille (de).
Kernaour (de), voyez Aubrée.
Kernec'h, Kergnec'h, Kergrec'h, Kerguenec'h ou Keranec'h (de), sr du dit lieu, de Kericuff, de Kergrist et de Langonnéry, par. de Plougrescant, — de Coatalio, par. de Kermaria-Sulard, — du Pont, — de Keraëret, — du Verge :*, par. de Tredarzec, — du Bourne, par. de Lannebert, — du Quenquis, — de Kermenguy, par. de Plourhan, — de Kerbelanger, par. de Plouguiel.

Anc. ext., ref. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1 427 a 1543, par. de Plougrescant et Plouguiel, év. de Tréguier.

D’argent au pin de sinople, chargé d’une pie au naturel, voyez Guiomar. Jean, vivant en 1481, marié à Tiphaine Nicolas dont : 1o Olivier, auteur des sr de Kericuff ; 2o Henry, auteur des sr du Bourné ; un lieutenant des maréchaux de France à Guingamp en 1775.

La branche ainée fondue dans du Halegoët ; la branche de Kericuff fondue dans le Sparler ; la branche de Coatalio fondue dans Trogoff.

Kernéguez (de), sr du dit lieu et du Stangier, par. de Plouguer-Carhaix, — de Lesnevez.

réf. et montres de 1443 à 1562, par. de Plouguer, Landeleau et Riec, év. de Cornouaille. D’argent a deux fasces de gueules, au chef de sable. Fondu vers 1577 dans Olymant.

Kernec'hriou (de) sr dudit lieu, de Kerascouët et de Kerescant, par. de Ploudaniel, — de Guernaultier, par. de Penvenau, — de Lestrézec, par. de Plouëc, — de Kermapelou, — de Barac’h, par. de Louanaec.

Réf. et montres de 1427 a 1543, dites par., év. de Tréguier. Ecartelé d’argent et de sable ; aliàs : au bâton de gueules brochant (G. le B.).

Henri, fait prisonnier par les Anglais dans les graves du Mont-Saint-Michel en 1427 ; Alain, tué au combat de Pontrieux en 1489 ; François, abbé de Saint-Mathieu en 1580. La branche ainée fondue en 1553 dans Cosquer ; La branche de Guernaultier fondue en 1612 dans Rosmar.

Kernec'hquivilly, voyez Quenec’quivilly (de).
Kerneur (de), sr dudit lieu, — de Keralbaud.

Déb., réf. 1668, ress. de Pontivy, év. de Vannes. D’argent a trois coquilles de sable (Arm. 1696). Jérôme, fermier du duché de Rohan en 1660.

Kernévénoy, Kernavalois ou Carnavalet (de), sr dudit lieu, par. de Quimper-Guezennec, — de Kerynizan et de Keraroprovost, par. de Plouëc, — de Keruzon et de Kerguidoué, par. de Pludual, — de Kerilly, par. de Pléguien. — de Kerhardy et de Costang, par. de Plouba, — de Kerméno. par. de Goudelin, — de Kergarric, par. de Langoat, — de Camezen, par. de Pléhédel, — de l’Isle-Milon, par. de Saint-Doran, — de Keraeuff, — de la Garde-Jolly, — du Bois-David, par. de Bothoa.

Anc. ext. , ref. 1669, huit gén. ; ref. et montres de 1427 a 1543, par. de Quimper-Guezennec et Plouec, év. de Tréguier, Pludual, Plouba et Saint-Donan, év. de Saint-Brieuc.

Vairé d’or et de gueules ; au franc-canton d argent, charge de cinq hermines de sautoir (Sceau 1372 ).

Alain, prête serment au duc en 1372 ; Mérien, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Sylvestre, auteur de la branche de Kerhardy et du Bois-David, partage ses enfants en 1491 et épouse Isabeau le Bourc’his ; Pierre, abbé de Sainte-Croix de Guingamp en 1514 Claude, abbé de Bégard en 1566 ; Philippe, marié à Marie du Chastel, père et mère de François, chevalier de Saint-Michel, en 1561, gouverneur du duc d’Anjou, depuis Henri III , marié 1o à Anne Hurault ; 2o en 1566 à Françoise de la Baume-Montrevel , dame d’honneur des reines Louise de Lorraine et Catherine de Médicis ; morte 1571 et enterré à Saint-Germain-l'Auxerrois, à Paris.

La branche ainée fondue dans Fleuriot, puis Acigné.

Kernevez (de) en français Villeneuve, voyez Villeneuve (de la).
Kernezne (de), sr dudit lieu, par. de Quilbiguon, — vicomte du Gurru, par. de Milizac, — sr de Kergaraoc, par. de Plouvien. — de Languéouez, par. de Treouergat, — de Penanec’h, par. de Saint-Renan, — de Kervéguen, — de eruzas, par. de Plouzané, — de Penanec’h, par de Lannédern, — du Gartz, — marquis de la Roche-Helgomarc’h, par. de Saint-Thoix, — sr de Trévarez et baron de Laz, par. de ce nom. — comte de Gournois, par. de Guiscriff, — vicomte de Trévalot par. de Scaër, — sr de Coatarmaoal, par. de Plouzévéde, — de Kermoalec, par. de Saint-Thomas de Landerneau, — de Lesmeleuc, — de Penamprat, — de Coadou, — de Keraudy.

Maint. à l'intend. en 1701 et par arrêt du parl. de 1775, alj ext. chev., quatorze gén. ; réf. et montres de 1443 a 1534, par. de Milizac, év. de Léon. D’or à trois coquilles de gueules, comme Keroual et Pilguen ; alias : écartelé au 1 : de la Roche ; au 4 : de Keruzas ; au 2 : de Kergoët ; au 3 : de Jouan ; sur le tout, mi-parti de Kernezne et de Coëtarmoal. Gestin, fils Olivier, marié, vers 1360, à Marie Faramus, dame du Curru, dont : Jean, grand écuyer du duc de Bourgogne, † 1416 ; Jean, épouse, vers 1526, Marie Jouan, dame de Penanec’h ; Charles, vicomte du Curru, salade dans la garnison de Brest en 1595, épouse Anne de Coëtanezre, marquise de la Roche-Helgomarc’h ; Charles, fils des précedents, gentilhomme de la chambre, chevalier de l'ordre et gouverneur de Quimper en 1653, marié en 1629 à Robine de Marboeuf ; Luc, marquis de la Roche, épouse vers 1669 Anne-Francoise de Robien ; le marquisat de la Roche et la baronnie de Laz, ont été possédés successivement ensuite par les du Chastel, Huchet de la Bédoyère et du Bot du Grégo. La branche ainée fondue vers 1400 dans Kerlozrec ; la branche de Penanec’h fondue en 1825 dans Keranflec’h.

Kernicher (de), sr dudit lieu, par. de Landudec, — de Kergueguen, par. de Guengat, — du Drevers, par. de Plougastel Saint-Germain, — de Keratry, par. de Ploaré.

Anc. ext., réf. 1669, quatre gén. ; réf. et montres de 1426 a 1562, dites par., év. de Cornouaille.

D’azur à trois mains dextres d’argent, un fer d’épieu de même en abyme ; voyez Guengat et Ménez.

Guillaume, vivant en 1562, épouse N. Drouailen. La branche aînée fondue dans l'Honoré.

Kernicol (de), sr dudit lieu, par. de Theix.

Réf. et montres de 1427 a 1481, par. de Theix et Surzur, év. de Vannes. De gueules à trois mains dextres, appaumées d'argent.

Kernier (de), voyez Cardinal (le).
Kerninon (de), voyez Roux (le).
Kernisan (de), voyez Anger.
Kernoter (de), voyez Coat (le).
Keroignant, voyez Kerroignant (de).
Kernuz (de) (ramage de Pont-l'Abbé), sr dudit lieu, par. de Plobannalec, — de Breholou et de Kergaradec, par. de Fouesnant.

Montres de 1481, par. de Combrit et Pouldergat, év. de Cornouaille. D’or à deux chevrons de gueules, surmontés d’une jumelle de même. (G. le B.) Fondu dans de Ploeuc, puis Riou et Esclabissac.

Kerolain (de), voyez Bahuno.
Keromnès (de), voyez Salaun.
Keroneuf ou Keroncuff (de), sr dudit lieu, par de Lampaul-Ploudalmézeau.

Réf. et montres de 1426 a 1481, dite par,, ev. de Leon. Fascé de six pièces d’argent et de gueules, au chevron d’azur brochant (Sceau 1395).

Bernard, président de Bretagne de 1385 à 1404.

Keronvel (de), sr dudit lieu, év. de Léon.

écartelé aux 1 et 4 d’argent au lion de sinople, couronné de gueules ; aux 2 et 3 : d’argent à trois fasces de gueules (Arm. de l’Ars).

Kerorguen (de), voyez Bouëtiez (du).
Kerosec, voyez Kerrosec (de).
Kerosven, voyez Kerrosven (de).
Keroual (de), par. de Cléder, év. de Léon.

D’or à trois trois coquilles de gueules. (G. le B.), comme Kernezne et Pilguen.

Keroualin (de), voyez Mazurié.
Kerouallan (de), sr dudit lieu et de la Villeneuve, par. de Lignol, — de Kerlevenez, par. de Languidic, — de Talascorn, par. d’Arzano, — de Barach, par. de Ploerdut, — de Kerbourdin par. de Questembert, — de la Roncifere.

Ext., réf. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1481 a 1536, dites par., év. de Vannes.

D’azur a trois pommes de pin d’or.

Cette famille, qui portait anciennement le nom de Dando, remonte à Philippe Dando, de la maison du sire de Guéméné, anobli en 1478 et marié à Marguerite le Courhin, dont les enfants, Louis et Sébastien, prirent lettres en 1515, pour changer de nom. Une fille a Saint-Cyr en 1750.

La branche ainée fondue dans Cancoët.

Kerouallan (de), sr dudit lieu, par. de Pleubihan.

Réf. et montres de 1463 a 1535, dite par., év. de Tréguier. D’azur à dix étoiles d’argent, 4. 3. 2. 1. Fondu vers 1600 dans Rosmar.

Kerouanton (de).

Déb., réf. 1670, par. de Laz, év. de Cornouaille.

{{AN| *Kerouartz (de), sr dudit lieu, de la Motte, de Kerengarz, de la Fosse, du Coum, de Leuranlemen, de Keranroux, de Bergoët et de Ploudiner, par. de Lannilis, — de Kermarho, — de l’lsle, — de Basseville, — de Lezerazien et de Lomenven, par. de Guiclan, — de Penhoftt, par. de Saint Thegonnec, — de Kerthomas, — de Penvern et de Lomelar, par. de Plouneventer, — de la Villeaubray, — de Lossulien, par. de Guipavas, - du Boisboixel, - de Kermellec, — de Coatfiozen, par. de Landouzan, — baron de Kergroadez, par. de Plourin.}} Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1426 a 1534, par. de Lannilis et Landéda, ev. de Leon.

D’argent à la roue de sable, accomp. de trois croisettes de même. Devise : Tout en l'honneur de Dieu, et Tout avec le temps.

Macé, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Hervé, au nombre des dix Bretons de l'armée de Sylvestre Budes qui combattirent et vainquirent dix Allemands à Rome en 1375, épouse en 1360 Jeanne le Barbu, de la maison de Tromenec, dont : Hervé, marié en 1380 à Marie de Saint-Goueznou, de la maison du Breignou ; Claude, chevalier de L'ordre du Roi. épouse en 1602 Françoise de Kerbic, dame de Coëtéozen ; un capitaine des chevaux-légers de Berry, mestre de camp d’un régiment de son nom en 1690, qui se distingua aux combats de Fleurus et de Leuze en 1690 et 1691, et eut un cheval tué sous lui a la bataille de la Marsaille en 1693 ; trois chevaliers et un commandeur de Malte depuis 1706 -, deux présidents aux enquêtes depuis 1744 : un membre admis aux honneurs de la cour en 1784 ; deux membres tués à Quiberon en 1795.

Kerouazle ou Kerrouazle (de), voyez Penancoët (de).
Keroudault (de), voyez Kerroudault (de).
Kerougant (de).

D’argent à la fleur de lys d’azur, accomp. de trois coquilles de gueules (G.le B.). voyez Kerantour.

Keroulaouën (de), sr dudit lieu, par. de Plougoulm, — de Kerasmont, par. de Sibiril.

Réf. et montres de 1426 a 1503, par. de Sibiril, év. de Léon. Losangé d’argent et de sable ; à la bande d’argent, chargée de trois hermines de sable.

Yvon, en plaid o les paroissiens de Sibiril en 1443, s’est entremis d’ouvrer en pierres de taille ; néanmoins il a toujours été exempt et sert è la guerre ès mandements du prince.

Keroulas (de), sr dudit lieu. par. de Brelez, — de Cohars et du Quelennec. par. de Ploumoguer. — de Gorescour, — de Kergofit, — de Keroumant, — de Meshellou, par. de Plouenan, — de Keralsy, — de Berdouare, par. de Plounevez-Lochrist. — du

Cribinec, par. de Plouedern, — de Treffry, par. de Quemenéven, — du Bourg, par. de Plourin, — de Saint-Melen, — de Touronce, par. de Plouzane, — de Lauvaon, par. de Plouguerneau.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1426 a 1534, par de Plourin et Brelez, év. de Léon.

Fascé de six pièces d’argent et d’azur, comme Penancoët. Devise : En Dieu mon cœur.

Hervé, épouse en 1393 Catherine de Kergadiou, dont Jean, marié à Julienne du Chastel ; un chevalier de Saint-Lazare en 1728 ; un conseiller au parlement en 1735 ; un archidiacre de Léon, abbé de Saint-Maurice de CarnoËt en 1780 ; un chef de division des armées navales en 1786.

La branche ainée fondue en 1565 dans du Chastel, par le mariage de Marie, dame de Keroulas, fille unique de François et de Catherine de Lanuzouarn, avec François du Chastel, marquis de Mesle, dont entre autres enfants : Moricette, mariée à Morice, sr du Rusquec, morte sans posterité. Sa succession fut recueillie par Jean de Keroulas son cousin, dont les descendants se sont fondus en 1707 dans le Borgne de Boisriou.

Keroulay ou Kerrivoalen (de), sr dudit lieu, év. de Léon.

De vair au chef de gueules, charge d’un lion issant d'or, armé, lampassé et couronné d’azur (G. le B).

Hugues, conseiller du duc Jean IV et évêque de Tréguier en 1383.

Keroulle (de), sr de Bodillio, par. d’Irvillac.

Réf. 1536, dite par., év. de Cornouaille.

D’argent à trois pommes de pin de sinople.

Kehouman (de), sr de Kerdondet, par. de Quimper-Guézennec.

Réf et montres de 1427 a 1481, dite par. év. de Tréguier.

Kerourfil (de), sr duditlieu etdu Cosquerou, par. de Guiclan, — de Keijunval, — de Lezerec. par. de Plougoulm, — de Kerbihan, par. de Trefflaouénan.

Anc. ext. chev., ref. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1443 a 1534, par. de Guiclan, Trefflaousnan et le Minihy, év. de Léon.

D’azur à la fasce d’argent, accomp. de six besants de même, trois en chef et trois en pointe, rangés 2 et 1.

Richard, vivant en 1481, épouse Aliette de Parcevaux. La branche ainée fondue dans Landiviziau.

Kerourguy (de), sr dudit lieu, par de Prat. — du Cosquer, — du Poullou.

Réf. et montres de 1427 a 1543, par de Pratet Lanlaurans, év. de Tréguier.

D’azur à deux chiens courants d’argent en chef, et un lévrier de même en pointe.

Kerourlay (de), év. de Cornouaille.

Losangé d’argent et de sable ; aliàs : de sable fretté d’argent. (Arm. de l’Ars.)

Kerouzéré (de), baron dudit lieu et sr de Kersauzon, par. de Sibiril, — de Kerroenaouet et de vtenfautet par. de Cléder, — de Trogoff par. de Plouescat, — de Kerandraon et de Keraliou, par. de Plouguerneau, -*- de Kerdrein, — de Kernavallo, — de Kerangoraar, par. de Taule, — de Trévehy et de Tromanoir, par. de Plouenan.

Réf. et montres de 1426 a 1534, elites par., év. de Léon. De pourpre au lion d’argent. Devise : List, list. (Laissez, laissez.)


Eon, président universel de Bretagne en 1390 ; Jean, son fils, échanson du duc Jean V, contribua au siège de Chamteauceaux à la délivrance de ce prince, prisonnier des Penthièvre en 1420, et épousa Constance le Barbu, dame de Trévéhy ; Yvon, conseiller et chambellan du duc François II en 1465 ; Alain, évêque de Léon f 1445.

La branche ainée fondue dans Kerimel de Coetinizan, d'où la baronnie de Kerouzéré a passé par alliance en 1522 aux Boiséon. Le château fut assiégé et pris par les ligueurs en 1590 et vendua aux du Poulpry en 1680. Il a appartenu successivement depuis aux Brehand, Berthelin du Clos, Larlan, Eon du Vieux-Chastel, Rosnivynen, du Beaudiez et L'Estang du Rusquec.

La branche de Kerandraon fondue au xvii siècle dans Kerhoent, puis le Vicomte de Polignac, en Saintonge.

Kerouzlac (de), sr dudit lieu, par. de Plouvorn.

Réf. et montres de 1448 a 1534, dile par év. de Léon,

D'or chevron d'azur, chargé vers le haut d'un massacre de cerf d'or, accomp. de trois trèfles de gueules, voyez Crec'hmorvan.

Alain, anobli avant 1448.

Moderne : U Bihan.

Kerouzy (de), sr dudit lieu, de Lesguiel et de Kerdauzer, par. de Plouguiel, — de Kerhir, par. de Tredarzec, — de Kerhars.

Anc. ext. chev., réf. 1671, dix gén. ; réf. et montres de 1427 à 1535, par. de Plouguiel, év. de Tréguier.

D'or au lion morné de sable. Devise : Pour le mieux. Yvon, vivant en 1427, épouse Jeanne Arel ; Jean, et Jeanne de Barac'h sa compagne, fondateurs en 1483 des Cordeliers de Tréguier ; Bizien, vice-amiral de Bretagne en 1486 ; François, chevalier de l'ordre, capitaine de Tréguier et député de la noblesse pour la reformation de la coutume en 1510.

Famille éteinte.

Kerpaen (de), sr dudit lieu par. de Kerfeunteum, — de Lop&m et du Quenquis, par. de Plogonnec, — de Kerguistan, par. de Plomodiern, — de Lestremeuez, par. d'Argol, — de Kersalo, par. de Cleguer, — de Kerousseau, par. de Queven.

Anc. ext., ref. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1426 a 1562, par. de Plogonnec, év. de Cornouaille.

D'argent au chêne arraché de sinople ; au sanglier de sable, brochant sur le fût de l'arbre, vo^s Benerven, le Grand, Guéguen, Kerboutier, Kerfarequin et Morin.

Bernard, fils de Jean et de Léonore, épouse vers 1415 Jeanne de Lanvilliau.

Kerperenez (de), sr dudit lieu, par. de Landrevarzec, — du Bizit, par. de Pleyben, — du Boisgarin, par. de Spaet, — de Crec'hmadiec, par de Plounevez-du-Faou.

Réf. et montres de 1481, a 1562 dites par., év. de Cornouaille. D'azur à trois poires d'or. (Arm. de l'Ars.)

Cette famille portait anciennement le nom de le Page, sous lequel elle a été anoblie en 1474, en la personne de Jean, et d' Yvon, fils de Jean le Page, de la paroisse de Pleyben.
Kerpérenez (de), sr dudit lieu.
Montre de 1481, par. de Ploumoguer, év. de Léon.
De sable à la fasce vivrée d’argent, accomp. de six besants d’or, comme Coëtengars et Troërin.
Kerpezdron (de), sr dudit lieu, et de Plesteven, par. de Ploeren, — de la Courbe, — de la Bouëssière, — de la Ville-Jarno.
Anc. ext., réf. 1670, neuf gén. ; réf. et montre de 1427 à 1536, par. de Ploeren, év. de Vannes.

D’argent à trois molettes de sable, un croissant d’azur en abyme.

Alain, fils Alain', vivant en 1513, épouse Françoise Bertier.

*Kerpoisson (de), sr dudit lieu, de Kerfrezou, d’Ust, de Kerversault et de la Ville-au-Blays, par. de Saint-André-des Eaux, — de Trévénégat, de Kerrobert, de Ranlieu, de Troffiguet et de Touffiet, par. de Guérande, — de Kerallan, par. d’Escoublac. — de Kerloza, par. de Saint-Molf, — de Langlermine, par. de Pontchâteau, — de Kercabus par. de Saint-Lyphard. — de Vaurumont, par. de Trans.
Anc, ext., réf. 1668, cinq gén. ; réf. de 1453, par. de Saint-André-des- Eaux, év. de Nantes.
D’or au lion de gueules, la queue passée entre les jambes et remontant.

Guillaume, dans la ligue des seigneurs contre le duc en 1487, épouse Guyone Rogon ; un chevalier de Malte en 1653 ; un chevalier de l’ordre en 1654.

La branche ainée fondue en 1639 dans Rohan-Pouldu ; la branche de Kerfrézou fondue vers 1680 dans Bonnier.

Kerprigent (de), sr dudit lieu, par. de Servel, — de Kernuz, par. de Perros-Guirec, — de la Boëssière, par. de Garlan.
Anc. ext., réf. 1668, huit gén. ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Servel et Perros, év. de Tréguier et Dol.

D’azur au léopard d’or, accomp. de trois quintefeuilles de même.

Jean, vivant en 1427, épouse Marguerite du Réchou.

Kerprigent (de), sr dudit lieu, par. de Plounérin, — de Pratcaric, par. de Plounévez-Moëdec.
Réf. et montres de 1427 à 1481, par. de Plounérin, év. de Tréguier.
D’azur à trois pigeons d’or.

La branche ainée fondue dans du Perrier, puis Quélen ; la branche de Pratcaric fondue en 1659 dans du Chastel.

Kerprigent (de), sr dudit lieu et de Goazannot, par. de Duault.
Réf. et montres de 1481 à 1562, dite par., év. de Cornouaille.
D’azur à six merlettes d’argent, 3. 2. 1.

Hervé, croisé en 12*8 (cab. Courtois) ; mais nous ne savons à laquelle des familles Kerprigent il appartenait.

Kerpunce (de), sr de Talhouët et de Saint-Georges, par. de Nostaug, — de Kerduallic, par. d’Arradon.

Réf. et montres de 1442 a 1513, elites par., ev. de Vannes. Porte trois croissants (Sceau 1412).

Kerraoul (de), voyez Vittu.
Kerraoul (de), sr dudit lieu, par. de Paimpol, — de Kemarc’hant, de Keriblan et de Kerbernez, par. de Plouezec.

Réf. et montres de 1467 a 1543, dites par. , et par. de Plounez, év. de Saint- Brieuc. De gueules au chef endenché d’argent ; alias : d’argent au chef endenché d’azur. La branche ainée fondue dans Kersaliou ; moderne : Leslie, puis Vittu.

Kerraoul (de) (ramage de Foucault), s p dudit lieu et de r oétderoff, par. de Combrit, — de Lesmenguy et de Minven, par. de Trégoat.

Réf. et montres de 1426 à 1562, dites par., év de Cornouaille. D’azur à six fleurs de lys d’argent, qui est Foucault, au lambel de même en chef. La branche ainée fondue en 1600 dans du Marhallac’h.

Kerraoul (de), sr dudit lieu, par. de Ploudiry, — de Kergréguen, de Lanrinou et de Kernizan, par. de Ploune venter.

Réf. et montres de 1426 a 1503, dites par., év. de Leon. De sinople à trois coquilles d’or (G. le B.), comme Prathir.

Kerrel (de), voy. Kererel (de).

Kerret (de), sr dudit lieu, du Val et de Kerserc’ho, par. de Saint-Martin-des-Champs, de Keravel et de Kerambartz, par du Minihy — de *Quillien, par. de Pleyben, — de Penamprat, — de Kerlouet, — de Kerbalanec, — de Gastelduff, — du Bourgneuf, — de Kergoramatz — de Treguilien — de Buors par. de Plougasnon, — de Tromorvan et de Kerguiniou, par. de Ploubezre, — de Kervezenec, — de Kervern, par.de Ploumilliau, — de Penanvern, — de Kerdoret, — de Kerauffray, — de Kerbriant. — du Ruraain, — du Carpoot, — de Kerouazle, — de Crec’hmorvan — de Goatlus, par de Plounevez-Lochrist, — de Kerlosquet. — de Kergozou, — de Kerguennec, — de Kervallan, — de Penanguer, — de Kerlezerien, par. de Saint-Thomas

de Landerneau, - du Fresque, par. de Plougastel-Daoulas, — de la Ville-Ernault.

Anc. ext. chev., réf. 1669, treize gén. ; réf. et montres de 1426 a 1534, par. de Saint-Martin, év. de Léon.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’or au lion morné de sable, k la cotice de gueules brochante, qui est Kerret ; aux 2 et3 : d’argent à deux pigeons affrontés d’azur, becquetant un cœur de gueules, qui est du Val. Devise : Tivel hag ober. (Se taire et agir.) Hervé, sire de Kerret, épousa vers 1290 Catherine de Léon, fille de Maurice, sr de Penzé et en prit les armes, brisées d’une cotice de gueules ; Guillaume, fils de Mauriceet petit-fils d’ Hervé, épouse Havoise, dame du Val ; Herod, vivant en 1340 et Marie de CoSteiez sa compagne, père et mère d' Yvon, capitaine de Morlaix en 1366, marié à Marguerite le Vicomte ; Jean, épouse vers 1600 Jeanne de Cabournais, dame de Quiliien ; Maurice, maire de Morlaix et gouverneur du château du Taureau en 1604 ; un page du Roi en 1710 ; un brigadier de cavalerie en 1759, ci-devant cornette des mousquetaires de la garde, † 1785 ; un lieutenant de vaisseau fusillé à Quiberon en 1795.

Kerriec (de), sr dudit lieu, par. de Guern, — de Coetanfao, par. de Seglien, — de Moustoirlan et de Kermarec, par. de Malguenac.

Réf. et montres de 1427 a 1536, par. de Guern et Seglien, év. de Vannes.

D’azur à la fleur de lys d’or, cotoyée en pointe de deux macles de même. Devise : Pa garo Doui. (Quand il plaira à Dieu.)

Deux seigneurs de ce nom défendaient Hennebont assiégé par Charles de Blois en 1341 ; Charles, capitaine de Lesneven en 1372 et 1405. La branche ainée fondue dans le Quern, puis de Baud. Moderne Cancoët ; la branche de Coëtanfao fondue dans Quélennec, puis de Ploeuc, KerhoSnt et le Vicomte.

Kerriou (de), (ramage de Quemper-Guezenec), sr dudit lieu, par. de Quemper-Guezenec.

Réf. de 1426, dite par., év. de Tréguier.

De gueules à la croix enffrestee d’or (G. le B.) f comme Quemper. Alain, capitaine de Châteaulin-sur-Trieuc en 1407.

Kerrivoal (de).

De sable à trois bouteilles en forme d’estamal d’argent (G. le B.).

Kerrivoal (de), sr du Cosquer, par. de la Roche- Derrien.

Déb., réf. 1668, ress. de Lannion.

D’argent à deux fasces de sable (Arm. 1696). Jean, marié en 1696 à N. de Boisgelin.

Kerrivoalen (de), voyez Keroullay (de).
Kerroignant (de) (ramage de Roignant), sr dudit lieu et de Traoulen, par. de Plouvorn, — de MezgouSzel, par. de Plouenan, — de Coetvoult, par. de Saint-Thegonnec, de Kerlosquet, par. du Minihy.

Réf. et montres de 1426 a 1534, dites par., év. de Leon. D’azur au gantelet d’argent mis en pal : voyez Roignant et Kerguvelen. La branche de Cofitvoult fondue en 1578 dans Kergorlay, puis en 1629 KersausJh.

Kerroignant (de) (ramage de Roignant), sr dudit lieu et de Trezol, par. de Pleubihan, — de Keroter, — des Salles, — de Trohubert, par. du Merzer, — d’Estuer, par de Bréhand-Loudéac.

Anc. ext., réf. 1668, huit gén. ; réf. et montres de 1463 a 1535, par. de Pleubihan, év. de Tréguier.

D’azur au gantelet de fauconnier d’argent en pal, comme les précédents.

Eon, vivant en 1481, marié à Alix Bellangier. Un membre admis aux honneurs de la cour en 1788. Famille éteinte de nos jours.

Kerrom (de), sr dudit lieu, par. du Minihy.

Réf et montres de 1447 a 1534, par. du Minihy, Saint-Fre^ant, Quilbignon et Plourin, év de Leon.

D’argent à la colombe d’azur.

La branche ainée fondue dans Kerlouan, d’où la terre de Kerrom a passé successivement BMxCoëtménech, duLou€t, du Harlay, le Prestre de Chateaugiron, et par acquêt, en 1777, aux Michel de Kerhorre.

Kerrosec (de).

Porte une fasce chargée de trois quintefeuilles (Sceau 1422, Blancs-Manteaux).

Kerrosven (du), sr dudit lieu, par. de Lannilis, — de Rergovel, — de Penvern.

Anc. ext., réf. 1669, six gén., réf. et montres de 1426 a 1534, par. de Lannilis, év. de Léon.

D’or à la roue de gueules, qui est la Fosse, à la bordure de sable ; voyez la Posse , Pen et Rodalvez.

Hervé, vivant en 1481, épouse Marie de Lescarval. La branche ainée fondue dans du Bou, puis Lansulien et le Forestier.

Kerrosven (de), voyez Forestier (le).
Kerrouaud (de), sr dudit lieu et de Tressay, par. de Questembert.

Réf. et montres de 1448 a 1513, par. de Questembert et Missiriac, év. de Vannes.

D’argent à la croix pattée d’azur.

Kerroudault (de), sr dudit lieu, par. de Guipavas, — de Pouibroc’h, par. de Ploudiry, — de Mesmeur, — de Kerbasquiou, — de Keraudren, par. de Pestivien.

Ext., réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1448 a 1534, par. de Guipavas et Ploudiry, év. de Léon.

D’argent au greslier de sable, accomp. de trois hures de sanglier arrachées de même ; aliàs : écartelé d'or au sautoir (alias : à la croix ancrée), d’azur (G. le B.), qui est Gestin.

Cette famille portait anciennement le nom de le Goff et remonte à Jean le Goff, de la paroisse de Milizac, anobli en 1426, marié à Marie de Kernezne, dont Perrot, époux de Catherine Gestin, dame de Poulbroc’h.

La branche de Poulbroc’h fondue dans Penfentenyo puis Saisy et Forestier.

Kerrouzault (de), sr de Keratry, par. de Bothoa.

Déb. réf. 1670, ress. de Saint-Brieuc.

Kerroz (de), sr dudit lieu, par. de Ploudalmézeau.

Réf. et montres de 1448 a 1503, dite par., év de Léon.

D’argent à la fasce d’azur, accomp. de trois coquilles de mfeme. Devise : Graz ha spéret (Grâce et esprit).

Yvon et Bernard, anoblis par lettres de 1441, et l’hutel d’Avalblosth appartenant audit Bernard, franchi à durer en perpétuel.

Kersabiec (de), voyez Sioc’han.
Kersabiec (de), sr dudit lieu, par. de Plounevez-Lochrist, év. de Léon.

De sable au lion d’argent (G. le B.).

Moderne : Blonsart, puis Launay-Coëtmerret et Sioc’han.

Kersaint (de), voyez Coëtnempren (de).
Kersaint (de), voyez Chat (le).

* Kersaint-Gilly (de) ou Saint-Gilles (de), sr dudit lieu, par. de Guiclan, — du CosquSrou, de Keruzoret, de Kerudot et de Mesprigent, par. de Plouvorn, — de Kersaliou, de Rerenec, du Pratbir et de Reravel, par. de Minihy, — du Quenquis, par. de Plouneour, — de Kerscao, par. de Ploujeau, — de Traonjulien, par. de Plounevez-Lochrist, — de la Ville-Jégu, — de la Ville-Calve, — de Messiliau, — de Kerdalaez, par. de Guipavas, — de Kerivoaz, — de Kergadiou, — de Pontanezen, par. de

Lambezellec.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1426 a 1534, par. de Guiclan, Plounéour-Ménez, Plouvora et le Minihy, év. de Léon. De sable a six trèfles d’argent, 3. 2 et 1 ; aliàs : une croix échiquetée (Sceau 1363). Devise : Florent sicut lilium.

Guéguen, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Hervé, fils Yvon, épouse vers 1358 Marie, dame du Cosquérou, dont Bernard, marié en 1388 à Louise de Penmarc’h ; un sénéchal de Morlaix en 1580 ; un mestre de camp, + 1771.

La branche ainée a transmis la terre de Kersaintgilly aux Kersauson, puis Tinténiac et le Bihan de Penneld ; la branche de Keruzoret, fondue dans le Borgne ; la branche du CosquSrou, fondue en 1610 dans Gotebriand, puis Kermenguy ; ia branche de Kersaliou, fondue dans Simon de Ker&nez.

Kersal (de), sr dudit lieu, prés Lesneven. év. de Léon.

D’argent à trois fasces jumelles de gueules, chargées chacune d’une moucheture d’hermines de sable (Arm. de l’Ars.). Guillaume, élu abbé de Boquen en 1522.

Kersalaun (de), sr dudit lieu, par de Leuban.

Réf. et montres de 1426 à 1562, dite par., év. de Cornouaille. D’azur à deux épées d’argent passées en sautoir, les pointes en bas.

La seigneurie de Kersalaun a été érigée en marquisat, l'an 1775, en faveur du sr Euzénou, voyez Euzénou.

Kersaliou (de), sr dudit lieu, par de Pommerit-Jaudy, - du Rechou, par. de Botlézan, — de Keraudren, — du Plessis, par. de Lanvollon, — de Kerbiquet, — de la Grandville, — du Carpont, de Chef-du-Bois, — de la Sauldraye, — de Kermorvan, par. de Trézény, — de Kerraoul, par. de Paimpol, — de Limouëlan, par. de Sévignac, — de Kerhouarn.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Pommerit-Jaudy, Botlézan et Trézény, év. de Tréguier, Plounez, év. de Saint-Brieuc, et Sévignac, év. de Saint- Malo.

Fascé d’argent et de gueules de six pièces ; au lion de sable armé, lampassé et couronné d’or, brochant sur le tout (Sceau 1380). Devise : Tout pour Dieu.

Geoffroi, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Rolland, député pour rappeler le duc retiré en Angleterre en 1379 ; Louis, vivant en 1427, épouse Jeanne Guillot.

La branche ainée fondue dans du Chastel, puis Boigeslin et Rogon. (Famille éteinte.)

Kersalou (de), sr dudit lieu, par. de Lanmodez, év. de Dol, enclaves de Tréguier.

D’azur à trois tours crénelées d’or, jointes ensemble, celle du milieu plus haute, sommée d’un coq de sable (G. le B.).

Fondu dans Trogoff.

Kersaudy (de), sr dudit lieu, par. de Plouhinec, — de Penguilly, par. de Peumerit Cap. Réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Plouhinec, év. de Cornouaille.

D’azur au léopard d’argent.

Fondu en 1620 dans Fouquet de Chalain.

Kersauzic (de), voyez Guillard.

Kersauzon ou Kersauson (de) (orig. d’Angleterre), sr dudit lieu, de Kernabat, de Combout et de Kersaintgilly, par. de Guiclan, — de Lanivinen et de Penguern, par. de Saint-Thégonnec, — du Carpont, par. de Plouénan, — de Coëtmerret, par. de Lanhouarneau, — de Kerroignant et du Gollen, par. de Plouvorn, — de Kerven, par. de Ploneis, — de Mespérénez, par. de Plouider — de Kerhérec, — de Kerlézérien, par. de Saint-Thomas de Landerneau, — de Rosarnou, par. de Dinéault, — de Coëtbizien, par. de Plouzévédé, — de Kernonen et de Lesplougoulm, par. de Plougoulm, — de Coëbihan, — de Kerloaguen et du Garspern, par. de Plougonven, — de Coëtléguer, par. de Trégrom, — de Brézal par. de Plouneventer, — de Guénan, par. du Minihy de Léon, — du Gouaz, — de Crec’hbiquet — de Kerguéréon, — de Barac’h, — de Saint-Georges, du Mesguen, par. de Plouescat, — de Larmor, et de Kerjaouën, — du Pratmeur, — des Roches, — du * Vieux-Châtel, — de la * Ferrière, par de Buléon, — de Coasmelquin par. de Plouégat-Guérand, — du * Vijac, par. de Guipavas, — de * Kerjan, par. de Trébabu — de Penhoët, par. de Saint-Frégant ; — de Pennendreff, par. de Plourin, — de Kervéguen, — de l’Isle, — de Kerangomar et de Lavallot, par. de Taule, — de Poncelin, par. de Plouzané.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1427 a 1562, par. de Guiclan, Saint-Thégonnec, Plounéour-Menez, Plouénan, Plouescat et Saint-Frégant, év. de Léon, Trégrom, év. de Tréguier, Ploneis et Dineault, év. de Cornouaille.

De gueules au fermail d’argent. Devise : Pred eo, pred a vo. (Il est temps, il sera temps.)

Robert, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Guillaume, évèque de Léon en 1306, reconstruisit une partie de sa cathédrale, où il fut inhumé en 1327 ; Tiphaine de Rosnyvinen, dame de Kersauzon, en 1340, aïeule de Juzette, seule et unique héritière de Kersauzon, mariée à Salomon le Ny, chambellan du duc en 1380, veuf de Marguerite de Coëtelez, à condition que les enfants à naître de ce 2e mariage prendraient les nom et armes de Kersauzon, dont : Hervé le Ny, dit le jeune, sr de Kersauzon, marié 1o en 1418 à Marguerite du Carpont ; 2o en 1427 à Aliette de Lanroz, veuve d’Alain de Penmarc’h. Du premier lit, Jean, sr de Kersauzon, marié à Jeanne de Kerimel, qui a continué la branche ainée, fondue au XXVI siècle dans Tinteniac, et Montbourcher et auteur des srs de Guénan, de Goasmelquin, de Kerjan et du Vijac ; et du deuxième lit : Paul, marié à Sybille, dame de Saint-Georges, auteur des srs du Vieux Châtel, et de la Ferrière.

La branche de Pennendreff a pour auteur : Guillaume, sr de Penhoët, vivant en 1440, père de Guenolé, archer dans une montre de 1481, marié à Catherine de Saint-Goueznou.

Jean, prête serment au duc entre les nobles de Léon en 1437 ; Guillaume et Hamon, sénéchaux de Léon en 1479 et 1595 ; Yves, archer de la garde du duc en 1488 ; Jean, homme d’armes sous le maréchal de Rieux, dans une montre reçue à Saint-Quentin en Vermandois en 1505 ; cinq chevaliers de l’ordre depuis 1585 ; Charles, sr de Coëtléguer, l’un des signataires de la capitulation des Ligueurs de Léon en 1594 ; un chevalier de Malte en 1651 ; un conseiller au parlement en 1696 et un page du Roi en 1737.

Kerscao ou Kerscau (de), sr dudit lieu, par. de Plouzané, — du Vijac, par. de Guipavas, — de Penancoët, par. de Saint-Renan, — de Keryvinic, par. de Landévennec.

Réf. et montres de 1427 à 1481, par. de Plouzane, év. de Léon.

La branche ainée fondue dans Kerguiziau ; la branche de Penancoët fondue dans Kergoët.

Kerscau (de), sr dudit lieu, par. de Ploujean, — de Kerbridou et de Saint-Antoine, par. de Plouézoc’h, — du Parc, par. de Lanmeur, — de Mesguéaut, par. de Plougasnou, — de Pont-Blanc, — de Kermanac’h, — de Penanguer, — de Kerénec et de Rosnévez, par. du Minihy de Léon, — de Kerven, par. de Carantec.

Anc. ext , réf. 1669, dix gén., réf. et montres de 1445 a 1534, par. d’Henvic et du Minihy, év. de Léon.

D’argent à deux dauphins adossés d’azur.

Jean, vivant en 1427. épouse Marguerite le Long.

La branche aînée fondue dans Kersaintgilly, puis Quintin.

Kerscouac’h (de), sr dudit lieu, par. de Louannec.

Réf. 1427, dite par., év. de Tréguier.

D’argent au lion de sable.

Moderne : Lox.

Tome II.

Kersoson (de), sr de Coatalec, - de Penamprat.

Déb., réf. 1670, ress. de Morlaix.

Kerstanguy (de), voyez Urvoy.
Kerstrat (de), voyez Tréouret (de).
Kersulec (de), voyez Kerven (de).
Kersulgar (de), sr dudit lieu, — de Mesanlez, par. d’Ergué-Gabéric — dc Kernaou.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1426 à 1562, par. d’Ergué-Gabéric, év. de Cornouaille.

D’azur a trois fleurs de lys d’argent rangées en fasce, accomp. en chef de deux quintefeuilles de même.

Alain, vivant en 1426, épouse Jeanne de MesanLez.

Kersulguen (de), (ramage de Pont-l'Abbé), sr dudit lieu, — de Kerlozrec, par. de Ploudalmezeau, — du Billon, par. de Plougonvelin, — de la Boixière, de KerdutA et de Crech’onvel, par. de Ploujean, — de Pratguen, — de Coetromarc’h, par. de Plestia, — de Kergoff, — de Kerelez, — de Tridoulfen, — de Chef-du-Bois, par.

de Saint-Thomas de Landerneau, — de la Villeneuve, — du Hellez, — de Coetidual, par. de Taulé, — du Guern, par. de Sizun, — du Forestic, par. de Plouedern, — de KerrasdouS, par. de Plougoulm.

Anc. ext. réf. 1671, neuf gén., réf. et montres de 1444 a 1543, par. de Ploujean, év. de Tréguier, Plouenan, Plougoulm, le Minihy et Sizun, év. de Léon. D’or au lion de gueules, qui est Pont-l'Abbé, au franc-canton écartelé d’or et de gueules ; aliàs : écartelé de Kerlozrec et de Guirault. Prigent, vivant en 1402, épouse Tiphaine, dame de la BouSxidre ; Pierre, marié à Marguerite du Poirier, écuyer de la Reine Anne, qu’il eut l'honneur de loger a son manoir de la Boixifere, lors de son pèlerinage a Saint-Jean-du-Doigt en 1505 ; un page du Roi en 1700, élu président de la noblesse aux Etats de 1731. La branche de Chef-du-Bois fondue en 1753 dans Lesguern ; une autre branche fondue dans Penguern.

Kersy (de) sr de la Juliennaye, par. de Saint-Etienne-de-Mont-Luc, — du Boiscorbeau, par. de Cheix, — de la llaye-Pallee, par. de Mouzillon, — des Naviuaux, par. de Vallet, — de la Gohardière, par. de Gorges.

Réf. et montres de 1428 a 1480, par. de Saint-Etienne-de-Mont-Luc et Mouzillon, év. de Nantes, et lllifaut, év. de Dol.

Endenché en pal d’argent et de sable (G. le B.). Julien, premier maréchal de salle de l’hôtel du duc en 1488. Fondu en 1516 dans d’Aiguillon.

Kertanguy (de), voyez Salaun.
Keruault (de), voyez Garnier.
Keruzas (de), sr dudit lieu, par. de Plouzan*, év. de Léon.

De gueules à cinq fleurs de lys d’argent, posées en sautoir. Cette terre a été successivement possédée par les familles le Run, Kernezne et Huchet.

Keruzec (de), sr dudit lieu, par. de Pleumeur-Bodou, — de Runanbezre, par. de Goudelin, — de*Goastino, — de Keranpungze, — de Chef-du-Bois, par. de Pommerit-Jaudy, — de Guelfic, — de Kerglezrec, par de Trébeurden.

Km ext., réf. U69, six gén. ; réf. et montres de 1463 a 1543, par. de Pleumeur-Bodou et Trébeurden, év. de Tréguier.

De sable à dix billettes d’argent (aliàs : d’or), posées 4. 3. 2 et 1. Guillaume, sr de Runanbezre, vivant en 1481, épouse Jeanne le Meur. La terre de Keruzec appartenait dfcs le xv« siècle aux Coalmen qui Font transmise aux d’Acigné.

Keruzel (de), sr dudit lieu, par. de Goudelin, év. de Tréguier.

D’or à trois trèfles de sinople (Arm. de l’Ars).

Keruzoret (de), voyez Borgne (le).
Kervasdoué (de), év. de Léon.

D’hermines à deux fleurs de lys l'une sur l’autre d’azur (La Ch. des B.).

Kervasdoué (de), voyez Kerguiziau (de).
Kervastard ou Kerambastard (de) sr dudit lieu. par. de Bothoa, — de Kerengar, par. d’Elliant.

Réf. et montres de 1426 a 1543, dites par., év. de Cornouaille. D’argent à trois chevrons de sable (G. le B.). Graslan, fait hommage a Jeanne de Raiz, dame de Châteaulin-sur-Trieuc et de Rosporden, en 1382.

La branche ainée fondue dans Provost, d’où la terre de Kervastard a appartenu successivement aux Kergroadez, Los et Sarsfield ; la branche de Kerengar fondue dans Reranraiz, puis du Perrier, le Saux, Kerloaguen et Carné.

Kervazic (de), voyez Guervazic (de).
Kervéatoux (de), voyez Lesguern (de).
Kervéatoux (de), sr dudit lieu, par. de Plouarzel, — du Prédic, par de Plougonvelin.

Ext , réf. 1670, six gén., ; montre de 1534, par. de Plougonvelin, év. de Léon. D’or à deux fasces ondées d’azur, accomp. en chef d'une étoile de même. Auffray, vivant en l*>3t, épouse : 1o Catherine de Coëtnempren, dame du Prédic ; 2o Jeanne de Kerengarz.

La branche ainée fondue vers 1100 dans Touronce, puis en 1688 Lesguern Kervégan (de), voyez Daniel.

Kervégan (de) voyez Suasse.

Kervéguen (de), voyez Coat (le).

Kervéguen (de), voyez Gaultier.

Kervéguen (de), sr dudit lieu, par. de Scaer, — de Rervichart, par. de Lanriec. Réf. et montres de 1426 a 1536 par. de Scaer et Lanriec, év. de Cornouaille. De gueules au lion d’argent, l'écu semé de billettes de meme ; aliàs : de gueules à la bande fuselée d’or.

Guillaume, fait hommage au vicomte de Rohan en 1396. La branche ainée fondue dans du Juch, et successivement de Ploeuc, le Borgne et Euztotou.

Kervelégan (de), voyez Goazue (le) .

Kerven ou Kerguen (de), sr dudit lieu et de Kerezrec, par. de Ploudaniel, — de Kersulec et de Lestourdu, par. de Plodder, — de Kerlec’h, — de Kergadiou, — de Cadouzan, — de Kerriou, par. de Plouvien.

Anc. ext. chev., réf. 1668, neuf gén. ; réf. et montres de 1426 a 1534, par. de Ploudaniel, Guisseny et Plouvien, év. de Léon. D’azur au chevron surmonte d’une croix potencée et alésée en chef, et accomp. de trois coquilles, 2. 1, le tout d’argent ; alias : d’azur a la croix au pied fiché, accomp. de trois coquilles, le tout d’argent (G. le B.).

Alain, vivant en 1407, père de Geoffroi, sr de Kerven, marié à Jeanne de Kervégan ; Hervé, frère juveigneur d' Alain, père de Jean, sr de Kersulec, marié en 1445 à Catherine Henry ; Geoffroy, doyen du Folgoat en 1433 ; Gabriel, chevalier de Saint-Michel en 1650. La branche ainée fondue dans Quélen ; la branche de Kersulec fondue dans Poulpiquet.

Kervénel (de), sr dudit lieu et de Kervégant, par, de Pleabihan. Réf. de 1463, dite par., év. de Tréguier.

De gueules à la croix pattée et pommetée d'or (Arm. de l'Ars.). Kerv^niou (de (ramage du Pontblanc,) sr dudit lieu et de la Ferld, par. de Plouigneau, év. de Tréguier.

D’or à quatorze billettes de sable, au bâton de gueules brochant. Thomas, écuyer dans une montre de 1371.

Fondu dans Toupin ; moderne : Acigné, puis Richelieu.

Kervennec ou Kerguennec (de), sr dudit lieu, par. de Plouvorn, — de Lesquiffiou et de la Roche-Heron, par. de Pleyber-Christ. — de Keraliou, par. d’Hanvec, — de Bigodou, par. de Saint-Martin-des-Champs.

Réf. et montres de 1426 a 1534, par. de Pleyber-Christ, Saint-Martin-des-Champs et Hanvec, év. de Léon et Cornouaille. La branche de Lesquiffiou fondue vers 1430 dans le Borgne. Kervéno ou Kermeno (de), marquis dudit lieu en 1624, par. de Plumeliau, — sr de Baud, — de Kerroux, — de Leraudtere, par. de Saint-Donatien, — de la Rocheguezeunec, par. de MAr, — de Maneguen, par. de Melrand.

Anc. ext. chev., réf. 1668, sept gén. ; réf. et montres de 1448 a 1536, par. de Plumeliau et Melrand, év. de Vannes.

D’azur à dix étoiles d’argent, 4. 3. 2 et 1. Jean, sr de Kervéno, vivant en 1448, épouse Jeanne Holland ; Bonabes, sr de Kerroux, capitaine de l'arrière-ban de Vannes en 1448, père de Guillaume, marié à Tiphaine Rousseau ; deux chevaliers de l’ordre en 1572 et 1623 ; Charlotte, dame de la Roche-Guézennec, épouse en 1638 Louis de Bourbon, marquis de Matause. La branche ainée fondue dans Rogier, d’où le marquisat de Kervéno a passé par acquit dmz Lambillt/ en 1734.

Kervéno (de), sr de Kerriel, év. de Leon. D’argent au chat de sable, à la bordure d’azur (Arm. 1696). Un échevin de Brest en 1696.

Kerveno ou Kergu^no (de), sr de Quenecunan. Réf. et montres de l444 a 1562, par. de Merteac, év. de Cornouaille. D’argent à la tête de maure de sable, bandée d’argent.

Kervenoacl ou KervenozaSl (de), voyez Jouan.

Kervenozacl (de), sr dudit lieu et de Tiqu61en, par. de Guiscriff, — de Kerambris, par. de Gourin, — du Cosquer, — de Penanguer. Anc. ext., réf. 1669, huit gén., et maint. a l'intend. en 1704 ; réf. et montres de 1426 a 1562, par. de Guiscriff, év. de Cornouaille. D’argent à cinq fusses rangées et accotées de gueules, surmontées de quatre molettes de même, voyez Kergoët.

Guillaume, vivant en 1426, épouse Alienor le Scaff. La branche ainée fondue en 1558 dans Gouandour, puis du Vergier et Jouan.

Kerver (de), sr de Kerbriant, par. de Saint-Segal. Réf. et montres de 1536 a 1562, par. de Saint-Segal, ev. de Cornouaille. D’azur a la licorne d’argent.

Jacques, Echevin de Paris en 1567.

Kerverder (de sr dudit lieu, par. de Ploumilliau, — de Kerambellec et de Kermenguy, par. de Uuimafic, — de Traonmeriadec, par. de Plougasnou, — de Saint-Hugeon, par. de Bretevenez. — de Kerjan, par de Louannec, — de Beauregard, — du Launay, par. de Trelevern.

Ext. réf. 1669, six gén. ; réf. et montres de 1481 a 1543, par. de Guimaec, Louannec et Goudelin, év. de Tréguier. De gueules au chevron d’argent, accomp. en pointe d'une rencontre de boeuf, de même.

Olivier, épouse en 1506, Catherine le Gobien. La branche de Kerambellec fondue dans le Guennec, puis Pa&lour.

Kervérien ou Kermérien (de), sr dudit lieu, par. de Plourin. Ref. et montres de 1427 a 1503, par. de Houzane et Plougonvelin, év. de Léon. D’or à trois chevrons d’azur.

Moderne : Kerltom.

Le sr de Kergestin, paroisse de Saint-Thégonnec, débouté à la reformation de 1671.

Kervérien (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Caradec-Tregomel, — de Saint-Georges, par. de Nostang, — de Vaujouan et de Coessée, par. de Redon, — de Vaudeguip, par. d’Allaire, — de Camson, par. de Rieux. Déb. réf. 1670 et maint. par arrêt du parl. de Paris en 1676 (T. de S. Luc). Réf. et montres de 1448 a 1481, par. de Saint-Caradec-Tregomel, év # de Vannes. D’or à trois chevrons d’azur, au lambel de même. Cette famille parait issue en juveigneurie de la précédente et a produit René, avocat général au parlement en 1642, † 1658.

La branche ainée fondue dans le Gal, puis Rouxel et Cosnoal.

Kervern ou Kerguern (de).

D’azur à six coquilles d’argent, 3. 2 et 1 (G. le B.).

Kervers (de) voyez Hamon.

Kerversau (de), voyez Périchou.

Kervézélou (de), sr dudit lieu, par. du Trehou, — de Penhoat, — de Kersauzon, — de Guermeur, par. de Ploudiry, ev. de Léon. Ecartelé aux 1 et 4 : d’argent 4 trois merlettes de sable, comme du Bot ; aux 2 et 3 : d’argent a trois fasces ondées d’azur, comme Quiniou (G. le B.).

Kervezennec (de). sr de Rtjnanbleiz, par. de Guerlesquin. Déb., réf. 1669, ress. de Morlaix.

Kerviche (de), sr de Larmor, par de Saint-Patern, — de Caetruel, par. de Sulniac. Maint. par les commissaires en 1700, ress. de Vannes. De vair au chef d’or (Arm. 1696) ; aliàs : vairé de gueules et d’argent, à la bande d’or.

Jean-Baptiste, avocat du Roi au présidial de Vannes, anobli en 1698.

Kerviler (de), voyez Pocard.

Kerviliau (de) sr dudit lieu, par. de Plouneour-Trez. Anc. ext., réf. 1670, six gén. ; réf. et montres de 1448 a 1534, par. de Plouneour-Trez, év. de Leon.

Echiqueté d’argent et de gueules ; alias : d’argent fretté de gueules.

Goulven, vivant en 1534, épouse Catherine de Kerdanet.

Kerviliau (de), ress. de Morlaix.

De sable à la croix pattée d’argent. (Arm. 1696).

Kervily (de), voyez Hezou (le).

Keryven (de), sr dudit lieu, év. de Léon. D’azur à la tête de léopard d’or (G. le B.).

Keryvon (de), en breton Kereozen (de), sr dudit lieu et de Lemcuz, par. de Plouneventer, — du Cosquer, — de Kerivinec, — de Molesne. Ext., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1443 a 1503, par. de Plouneventer, év. de Léon.

Echiqueté d’or et de gueules, une étoile d’or en abyme, voyez Lannosnou. Devise : Sequar quocumque licebit.

Jean, vivant en 1426, marié à Louise de PloGlan, eut sa métairie de Lemeuz, franchie en 1432 et fut rabattu un tiers de feu k toujours mais, a la paroisse de Plouneventer. La branche ainée a porte dfes le xvi 6 siècle la terre de Kery von aux Parscau.

Knolles (orig. d’Angleterre), sr de Derval et de Rougé, par donation de Jean de Montfort en 1365.

Porte un chevron chargé de trois trèfles (Sceau 1363) ; alias : d’or à la fasce de gueules, chargée de trois fleurs de lys d’or {Blancs-Manteaux). Robert, aventurier anglais, au service de Jean de Montfort, prisonnier au combat des Trente en 1351, fit prisonnier le comte d’Auxerre à la bataille d’Auray en 1364, fut nommé par le Prince Noir sénéchal de Guyenne en 1368, obligea du Guesclin à lever le siège de Brest et celui de Derval en t3 ?3 ; fonda l'hospice des Anglais à Rome on 1380 et mourut en Angleterre en 1406.