Manuel du microscope dans ses applications au diagnostic et à la clinique

Anonyme
PUBLICATIONS NOUVELLES

PUBLICATIONS NOUVELLES

Manuel du microscope dans ses applications au diagnostic et à la clinique[1].

Les auteurs de cet ouvrage, MM. Mathias Duval et Léon Lereboullet, ont cherché à mettre en évidence les immenses ressources offertes par le microscope à la pratique médicale. Ils ont su coordonner avec méthode des travaux épars et les réunir en un groupe homogène, certainement appelé à rendre d’importants services. Grâce au microscope, le médecin peut dévoiler des principes souvent caractéristiques qui lui seront d’un précieux concours pour le diagnostic des maladies. Mais l’usage de cet admirable instrument le conduit toujours à mieux connaître l’organisme et lui révèle des mystères de la constitution humaine. Nous ne suivrons pas les auteurs dans toutes les parties trop techniques de leur ouvrage, nous nous bornerons à leur emprunter quelques passages saillants qui offrent un intérêt général ; nous les accompagnerons des gravures dont sont éclaircies les descriptions.

MM. Duval et Lereboullet étudient d’abord le sang humain ; ils en montrent les globules à l’état normal et à l’état pathologique (fig. 1).

La Nature- 1873 - Manuel du microscope - globules rouges - p080.png
Fig 1. — Globules rouges du sang, normaux et altérés.

En a on voit des globules rouges normaux, en b et en c des globules déformés et muriformes, en dd′ des vibrions particuliers d’une extrême ténuité. Après avoir ainsi poursuivi l’étude du sang pathologique, les auteurs examinent quels sont les produits des globules en décomposition chez différentes espèces. Il se forme parfois spontanément des cristallisations remarquables comme le montre la figure 2.

La Nature- 1873 - Manuel du microscope - cristaux extraits du sang frais - p080.png
Fig. 2. — Cristaux extraits du sang frais. — 1 Cristal prismatique de l’homme ; — 2 Tétraèdre du cochon d’Inde ; — 3 plaques hexaédriques de l’écureuil.

Les autres parties de l’ouvrage dont nous donnons une analyse succincte comprennent l’étude microscopique des produits de la peau et des muqueuses. Les figures 3, 4, 5 et 6 représentent des acarus de la gale, vus au microscope sous un fort grossissement.

La Nature- 1873 - Manuel du microscope - acarus humains - p080.png
Fig. 3 et 4. — Acarus du l’homme, mâle et femelle.
(Grossissement de 60 diamètres.)
La Nature- 1873 - Manuel du microscope - acarus animaux - p080.png
Fig. 5. — Acarus du chien.
(Gross. de 60 diam.)
Fig. 6. — Acarus du chat.
(Gross. de 130 diam.)

La figure 7 montre des parasites de la bouche : 1, 2, 3 sont formés de plaques d’épithélium, de filaments et de spores particuliers ; 4, 5 et 6 de vibrioniens, de globules et de granulations.

La Nature- 1873 - Manuel du microscope - parasites de la bouche - p080.png
Fig. 7. — Parasites de la bouche.

On voit que l’on rencontre dans ce petit traité de tristes révélations sur la nature humaine, bien pauvre quand on la considère du côté matériel, quand on envisage ses maladies. Mais ne faut-il pas savoir gré aux savants qui étudient de près la cause de misères et de maux qu’ils ont pris pour but de guérir ou d’atténuer ?


  1. G. Masson, éditeur, 1873.