Ouvrir le menu principal

Livre:Auger - Mélanges philosophiques et littéraires, tome 2.djvu

Auger - Mélanges philosophiques et littéraires, tome 2.djvu
TitreMélanges philosophiques et littéraires
Volume2
AuteurLouis-Simon Auger Voir et modifier les données sur Wikidata
Année d’édition1828
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série1 - 2

Pages

- - - - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506

TABLE DES MATIÈRES
CONTENUES DANS LE TOME SECOND.
LITTÉRATURE. — POÉSIE.
POÉSIE LATINE.

VIRGILE. — Géorgiques. — Étrange projet de l’abbé de Cournand de refaire la traduction de l’abbé Delille 1

OVIDE. — Métamorphoses. — Traduction de Saintange.Jugement sur la dernière édition 8

Fastes. — Définition de ce poëme. — Difficulté de le traduire.— Jugement sur la traduction de Saintange 14
Art d’AImer. — Idée de ce poëme. — Jugement d’une traduction en prose par M. Masson de Saint-Amand 20
Remède d’Amour. — Tristes. — Pontiques. — Héroïdes, etc. — Jugemens sur ces différents poëmes 24

JUVÉNAL. — Causes du discrédit où l’érudition est tombéeen France. — Juvénal comparé à Horace et à Perse. Examen de l’édition avec commentaires 35

PERSE. — Discussion des jugements très divers dont il aété l’objet. — Examen de l’édition avec commentaires de M. Achaintre 50

JEAN Second. — Poètes latins modernes. — Examen de cesdeux questions : « Les modernes peuvent-ils bien écrire en latin ? Sont-ils bons juges de la latinité des anciens ? » Vie de Jean Second. Ses ouvrages et particulièrement ses Baisers. — Traduction de ce dernier ouvrage 59


POÉSIE ITALIENNE.

LE DANTE. — Jugement sur la Divine Comédie, et principalement sur l’Enfer. — Comparaison des différentes traductions de ce dernier poëme. 72


POÉSIE FRANÇAISE


CHARLES D'ORLÉANS. — Sa vie et sa personne. — Ses poésies. —Discussion au sujet des prétendues Poésies de Clotilde de Surville 102

BOILEAU. — Services qu’il a rendus à la poésie françoise par ses leçons et par ses exemples. -Examen de ses ouvrages et définition de leur mérite particulier. — Réfutation de quelques reproches qui lui ont été faits. Son caractère. 111

Notes 151

LA FONTAINE. — Sa vie. — Son caractère. — Ce qu’il faut penser de ses distractions. — Ses habitudes et ses goûts. — Ses liaisons. — Travailloit-il aussi peu ses vers que quelques uns l’ont pensé ?- Son portrait physique et son portrait moral. 157

J.-B. ROUSSEAU. — Son caractère. — Sa lutte avec Lamotte. — Conjectures au sujet des fameux couplets qui lui ont été attribués. — Ses malheurs. — Ses torts. — Ses ouvrages 216

GRESSET. — Son talent consiste principalement à reproduire avec fidélité les impressions qu’il a reçues des diverses circonstances où il a été placé. Revue de ses ouvrages considérés sous cet aspect. — Sa manière comme versificateur 233

BERNARD. — Critique d’un essai sur sa vie et ses ouvrages, placé en tête d’une nouvelle éditionl de ses œuvres. — Quelques détails peu connus sur sa personne. — Jugement sur quelques uns de ses ouvrages 1iosthumes 247

BERTIN. — Comparé à Parny. — Jugement sur ses élégieset quelques autres opuscules. — Détails sur ses derniers instants 254

PEZAI. — École de Dorat. — Pezai, son disciple le plus fidèle. — Anecdote sur sa personne- Jugement sur ses ouvrages 261

SAINT-MARC. — Autre disciple de Dorat. — Ses opéras et ses poésies fugitives. — Ses vers lus en 1778, sur le théâtre de la Comédie Françoise, au couronnement du buste de Voltaire 268

VENANCE. — Capucin et poète. — Sa vie extraordinaire et sa fin déplorable. — Analyse de sa Quête du Blé. — Il concourt pour le prix des Jeux Floraux. — Particularités à ce sujet 274

LEBRUN. — Sa grande inégalité, cause de la différence extrême des jugemens portés sur lui. — Motifs qui l’ont fait attaquer avec une rigueur excessive par un critique distingué, — Sa défense contre ce qu’il y a d’injuste dans ces attaques. — Sa manière de concevoir l'ode. — Son système en fait de style et de versification 280

Réponse à quelques récriminations de M. Dassault, contre l'apologie qui précède 288

CAMPENON. — Caractère général de son talent. — Jugement sur son poëme de la Maison des Champs 297

M1LLEVOYE. — Histoire abrégée de l’élégie chez les anciens et chez les modernes. Genre et mérite particulier des élégies de Millevoye 308

M. BAOUR DE LORMIAN. — Vogue extraordinaire qu’ont eue les Nuits d’Young. — Jugement sur cet ouvrage, plusieurs fois traduit en vers françois. Imitation abrégée qu’en a faite M. de Lormian 316

M. CREUSÉ DE LESSER. — Révolution opérée dans notre littérature et principalement dans notre poésie. — La chevalerie considérée dans sa réalité et sous son point de vue idéal. — Avantages des fictions chevaleresques. — Romans de chevalerie. — Jugement sur le poëme de la Table ronde. 321

CHANSONN1ERS. — De Piis. — Despréaux. — Désaugiers. —Exactitude du style et richesse de la rime portées peut-être trop loin dans la chanson. — Abus des mots donnés. Fatigante répétition des vieilles épigrarnmes en couplets, contre les diverses professions. — Chansons faites sous l’empire par ordre de la police 334


LITTÉRATURE. — ROMANS.

ORIGINE DU ROMAN. — Causes du plaisir que procure ce genre d’ouvrages. — La disposition la plus favorable pour la lecture des romans. — Ce sont les femmes qui en produisent et en consomment le plus. — Les qualités et les défauts qu’elles apportent dans ces compositions. — Rapports nombreux entre le roman et le genre dramatique. 355

LES AMOURS DE PSYCHÉ ET DE CUPIDON. — Origine de cette fable. — Sujets qu’elle a fournis à tous les arts. — Explications morales qui en ont été données. — Elle tient le milieu entre le merveilleux de la mythologie et celui de la féerie 368

LES MILLE ET UNE NUITS. Elles devoient naître chez un peuple conteur tel que les Arabes. — Elles sont encorela peinture fidèle des mœurs de l’Orient. — Elles contiennent des aventures qui ont fait le tour du globe, et qu'on retrouve dans toutes les littératures 372

RABELAIS. — Anecdotes sur sa vie et sur sa mort, également cyniques et peu croyables pour la plupart. — Objet qu’il s’est proposé dans son roman. — Ce qu’on y voit le plus clairement est le mépris de la religion et de ses ministres. — Étonnante sécurité dans laquelle a vécu l’auteur de tant d'impiétés 379

CERVANTES. — Sa vie aventureuse et infortunée. — Ses diverses productions. — Son portrait physique et moral. — Circonstances favorables dans lesquelles il a composé Don Quichotte. — Coup-d’œil sur la chevalerie, à propos des romans qu’elle fit naître, et dont celui de Cervantes est la satire. — Projet de l’auteur en attaquant ces productions extravagantes. — Reproche qu’il a essuyé à ce sujet. — Examen du roman de Don Quichotte, sous les rapports de l’invention, de la composition, des caractères, du costume et du style. — Ce chef-d’œuvre comparéà Tom Jones et à Gil Blas 389

ROBINSON CRUSOÉ. — But de l'auteur. — Utilité du livre. — Éloge qu’en a fait J.-J.. Rousseau, dont les idées sur l’éducation ont beaucoup d’analogie avec la fable inventée par Daniel de Foe. — Charme particulier de l’ouvrage. — A quoi il est dû et quand il cesse. — Distinction entre les ouvrages d’imitation qui aspirent à faire illusion et ceux qui n’y prétendent pas 424

SÉTHOS. — Ouvrage moins connu qu’il n’est digne de l’être, . — En quoi il ressemble au Télémaque et en quoi il en diffère. — Il est à la fois un livre d’érudition et un livre de morale. — Idée du sujet. — Défauts de l’ouvrage. Mérite particulier qui le caractérise 437

AGATHOCLÈS, ou Lettres écrites de Rome et de Grèce au commencement du quatorzième siècle. — Dernière luttedu paganisme vieilli contre le christianisme naissant. — Causes qui devoient faire triompher la religion du Christ. — Rapports extraordinaires entre ce roman et les Martyrs de M. de Chateaubriand. — Jugement sur le premier de ces ouvrages. -Vices des romans appelés historiques. 445

MADAME DE MAINTENON, par Madame de Genlis. — Encore contre les romans historiques. — Madame de LaVallière et Madame de Maintenon, comparées comme héroïnes d'un roman. — Préférence donnée à l’une sur l’autre sous ce rapport. — Erreurs historiques commises par l’auteur. — Fautes plus graves contre le jugement et le goût 454

CORINNE, par Madame de Staël. — Ce que l’auteur se propose dans ses romans, et les deux sortes de personnages qu’elle y met en jeu. — L’ouvrage, à la fois voyage et roman, jugé sous ces deux rapports. — Analyse du roman. — Examen des caractères. — Doctrines philosophiques et littéraires de Madame de Staël. — Son style 466

MATHILDE, par Madame Cottin. — Fond commun de tous les romans pathétiques. — Analyse de l’ouvrage. — Jugement sur l’action, sur les personnages et sur les pensées 485


FIN DE LA TABLE DU TOME SECOND


IMPRIMERIE ET FONDERIE DE J. PINARD,
RUE D'ANJOU-DAUPHINE, N°8, À PARIS