Ouvrir le menu principal

VIII


Il était sept heures, Edmond avait fini de polir et repolir la dernière chaise de la chambre du pignon. Tout reluisait dans la pièce d’une méticuleuse propreté, le tapis bleu, les meubles, les rideaux blancs retenus de rubans azurés, mariant bien leur couleur aux nombreux bouquets de roses, que le domestique avait placés dans tous les coins ; on eut dit presque un reposoir n’attendant plus que le Saint-Sacrement. Edmond se croisa les bras sur la poitrine, avec un air de contentement en admirant son ouvrage.

— Si la demoiselle n’est pas satisfaite à présent, dit-il, elle sera bien difficile, rien ne manque. Oui, j’y pense, un oiseau, elle se croira au paradis, j’y suis, je vais prendre le nid d’hirondelles blotti dans la corniche de la galerie. Les hirondelles portent bonheur. Je le mettrai au beau milieu de la table, ce sera bien malin après si le père et la mère ne viennent pas s’installer dans la chambre. Cela sera beau, très beau pour l’arrivée de cette malade, elle se croira transportée dans les pays chauds, où les habitants des airs vivent dans les maisons.

Il courut au dehors, s’empara des oiselets tout tremblants, se pressant l’un contre l’autre avec de petits cris d’effroi.

— C’est ça, c’est ça, petits peureux, appelez vos parents, c’est ce que je désire, ce sont eux qui orneront la chambre, en volant tout autour pour surprendre la demoiselle malade.

Muni de son précieux ornement le domestique entra, le mit au milieu de l’énorme bouquet sur la table, ouvrit la fenêtre, puis quitta la pièce en refermant la porte derrière lui, afin que les parents désolés de l’enlèvement de leurs petits, pussent entrer sans contrainte les rejoindre ; après quoi il s’installa au dehors pour s’assurer de son succès. Au bout de quelques instants il aperçut le père qui arrivait en éclaireur ; il entra, puis ressortit aussitôt, lança dans l’air une note perlée à laquelle répondit un second battement d’ailes ; la mère le rejoignait. En compagnons fidèles ils arrivèrent tous deux au nid de leurs amours ; au même instant la fenêtre fermée de l’extérieur les retenait captifs. Edmond battit des mains.

— Napoléon n’aurait pas mieux fait, c’est une capture en règle, dit-il. Ah ! si j’avais été avec ce grand homme on m’aurait nommé caporal, quel dommage. Je l’aurais suivi à Sainte-Hélène ; c’est moi qui aurais mis le grappin sur cette canaille d’Hudson Lowe, je l’aurais étranglé sans pitié, comme un rat. J’aurais raté ses vilains plans. Tiens je fais des calembours, pas mal pour un homme qui n’a pas été élevé dans toutes les politesses et les cérémonies ; Edmond tu as manqué ta vocation, tu aurais dû naître dans le centre de la France, car tu as le cœur et l’esprit français. Oui le cœur français, répéta-t-il en se frappant la poitrine, tu aurais été l’homme pour venger le grand homme. Je l’aurais pincé comme ces oiseaux, cet anglais de malheur, je lui aurais enseigné comment on doit agir avec les gens qui ont été élevés dans toutes les politesses et les cérémonies. Ah ! gredin de gouverneur, si je te tenais, tu en verrais des chandelles.

À cet instant de rancœur, l’arrivée d’un tilbury interrompit le monologue du domestique. Edmond s’avança.

— Vous êtes sans doute, mademoiselle et monsieur, les étrangers que le Dr Chénier attend ?

— Oui, répondit le Dr Bussière.

— Alors suivez-moi, passez par la grande porte, on vous attend ici. tout est prêt pour vous.