Les Merveilleux Voyages de Marco Polo dans l’Asie du XIIIe siècle/Partie II/Chapitre 39

CHAPITRE XXXIX

Révolte et mort de Sangon


Cundinfu[1] est une très belle ville avec des jardins délicieux, pleins d’arbres fruitiers. Elle est peuplée de marchands qui font un très grand commerce, la soie y est en merveilleuse abondance. En l’an 1273 du Christ, le grand Khan y envoya un de ses généraux, Liytan Sangon[2] avec 80.000 hommes pour garder la province. Sangon se conduisit en traître et poussa les habitants à la révolte. Ils l’écoutèrent et, le prenant pour chef, refusèrent obéissance au grand Khan. Celui-ci envoya contre eux deux généraux, Eguil et Montagay[3] avec 100.000 hommes à cheval et un grand nombre de fantassins. Liytan avait levé dans sa province plus de 100.000 hommes à cheval et un grand nombre de fantassins. Il fut néanmoins vaincu. Le grand Khan ordonna de faire mourir dans les supplices ceux qui avaient provoqué la révolte et de pardonner au petit peuple. Ainsi fut-il fait.

Le Caramoran[4] est un fleuve qui vient de la terre du Prêtre Jean. Il est large de plus d’un mille. De grands bateaux y naviguent. Il y en a bien quinze mille qui tous appartiennent au grand Khan. Il s’en sert pour transporter ses armées dans les mers de l’Inde, car de cet endroit à la mer il n’y a qu’une journée. Chaque navire exige en moyenne vingt matelots ; il peut transporter quinze cavaliers avec leurs montures, leurs vivres, leur équipement et leurs armes.

  1. Taï-ting, dans le Kiang-sou.
  2. Li-tan, dans les annales chinoises.
  3. A-pi-tché et Sse-Tien-tché, dans les annales chinoises.
  4. Fleuve Jaune.