Les Grandes Chroniques de France/VIII/Philippe V le Long

Texte établi par Jules ViardHonoré Champion, libraire de la Société de l’histoire de France (8p. 333-366).
PHILIPPE V LE LONG


Le premier chapitre parle de la mort Jehan filz du roy de France et de Navarre qu’il ot de la royne Climence ; et comment Phelippe conte de Poitiers fu coronné en roy du royaume de France après la mort dudit roy Jehan, lequel estoit son neveu, si comme celui qui estoit filz de son frere Loys.

Le secont parle des mariages des filles au roy Phelippe de France.

Le iii, de l’absolucion le conte de Nevers.

Le iiii, du cardinal qui vint pour faire la pais du roy Phelippe et du conte de Flandres.

Le v, de la pais qui fu faite entre le roy Phelippe et le conte de Flandres.

Le vi, de la muete des pastouriaux.

Le vii, de la condampnacion des mesiaux.


I.
De la mort Jehan filz du roy de France et de Navarre, qu’il ot de la royne Climence ; et comment Phelippe conte de Poitiers fu coronné en roy de France après la mort dudit filz, lequel estoit son neveu, si comme celui qui estoit filz de son frere Loys[1].

[2]En l’an de grâce mil CCC XVI, la royne Climence, qui estoit ençainte, chei en une quartaine qui moult greva sa porteure, et enfanta i filz qui avoit non Jehan[3] qui mourut assez tost ; pourquoy Phelippe conte de Poitiers se mist en possession des royaumes. Mais le duc de Bourgoigne[4] et sa mere[5] li estoient contrainres, et disoient que la fille son frere le roy Loys[6] devoit heritier. Mais les autres disoient que femme ne puet heriter ou royaume de France. Pour ce ledit Phelippe fu coronné en roy[7], et à la nuit de la Thiphaine après, fu receu comme roy à Paris. Et tantost il appella ledit Robert d’Artois et li fist tenir prison longuement[8] tant que accort fu fait et qu’il quita la contesse d’Artois, et l’en li donna la contée de Biaumont en Normendie[9].


II.
Des mariages des filles au roy Phelippe de France[10].

En l’an mil CCC XVII, le nouvel roy changa le mariage qui estoit pourparlé de la fille au conte de Evreux et du filz au conte de Nevers[11], et voult qu’il preist une de ses filles, et il si fist. Et le roy requeroit vers les Flamens que les condicions de leurs pais fust confermée ; mais les Flamens se descordoient en pluseurs poins, pourquoy on ala au pape pour les acorder[12]. Mais les messages aus Flamens disoient qu’il n’avoient pas pooir de riens acorder, mès de raporter. Et pour ce, le pape y envoia l’arcevesque de Bourges[13] et le mestre des Preescheurs[14], auquel les Flamens respondirent que il feroient ledit au pape, mais qu’il eussent sur ce, que le roy leur tenist. Moult de seurtez leur furent offertes, mais nulles ne leur en souffisoit. Et quant il fu raporté au pape, il leur manda que les seurtés estoient souffisantes et que il les preissent, ce qu’il ne vouldrent faire, pourquoy la terre demoura entredite.

Et devant l’année[15], le xie jour de septembre, à heure de vespres, fu très grant muete de terre qui trambla par plus de v liues d’espace[16].

Et en cest an, fu acort entre le roy et le duc de Bourgoigne qui prist à femme l’ainsnée fille le roy[17] qui n’avoit point de filz[18]. La seconde fille[19] fu fiancée au jeune enfant le dauphin de Vienne. La tierce[20] devoit estre donnée au jeune enfant le roy d’Espaigne, mais on la donna au conte de Nevers. La quarte[21] mist la royne à Loncchamp cordeliere ; et les trives des Flamens furent porloigniées de Pasques en i an après.

Et adecertes, en cest an, fu le roy Phelippe le lonc moult prié des amis Engorran de Marigni que il leur voulsist donner le corps dudit Engorran qui avoit été pendu et qu’il le peussent metre en terre benoite[22] ; laquelle chose le roy leur acorda. Lors le firent ses amis oster du gibet et le firent enterrer ou milieu du cuer des Chartreux à Paris avec Phelippe son frere jadis arcevesque de Sens ; et sont touz ii souz une pierre[23].

[24]Et en ce meismes an, en Ytalie, environ la fin de la conté de Milan sourdirent herites de grant puissance[25] ; c’est à savoir Mahieu, le visconte de Melan et ses filz avec li, Galeace[26], Marc[27], Lucin[28], Jehan[29] et Estienne[30] ; lesquiex troubloient moult sainte Eglise ; contre lesquiex inquisicion fu faite et furent trouvez herites manifestement et comme herites furent condampnez. Dont il avint que souvent il pristrent les messages du pape et les batirent et mistrent en prison, et les despoullierent et despecierent les lettres du pape, et si roberent pluseurs eglises et en metoient ceulz à qui elles estoient hors, et si en tuerent pluseurs ; evesques et abbés bouterent hors de leurs propres lieux et les envoierent en essil, et moult d’autres maux firent. Et par especial [par] ledit Mahieu fu entredit aus personnes de l’eglise[31], sennes, conseils, chapitres, visitacions, predicacions ; et si abusa ledit Mahieu de pluseurs pucelles, et depuis par force les mist en eglises ; et viola par force pluseurs nonnains. Et si nioit la resurrection, ou il en faisoit doubte. Son aiol et son aiole furent herites, et avec la Mainfrede qui estoit du linage audit Mahieu de par sa mere, laquelle tenoit le Saint Esperit avoir pris char humaine, furent ars en feu.

Et en ce temps, le pape fist moult de procès contre les devant dit nommés herites, et geta moult de sentences contre eulz, et donna grans indulgences à touz ceulz qui iroient à bataille contre eulz. Et environ yce temps, Loys de Baviere qui avoit esté coronné en roy des Romains[32] s’en entra en Ytalie et avec les devant dis herites s’acompaigna.


III.
De l’absolucion le conte de Nevers[33].

En l’an de grâce M CCC XVIII, Loys conte de Nevers fu accusé de moult de choses, sus lesquelles il fu citez sollempnelment à Compiegne[34] à venir devant le roy personnelment à la xvme d’aoust respondre, protestacion faite que s’il venoit ou non, l’en feroit droit de ses escheoites. Car comme il eust fait hommage au pere le roy de la conté de baronne (sic) et de Nevers, de Donzi[35] et de la conté de Rethel qu’il tenoit de par sa femme, il se torna devers les Flamens encontre son seigneur lige, en rebellion de faire contre lui quanqu’il pourroit, et en confortant les [Flamens] devers le roy, pourquoy le roy avoit mis en sa main les dictes terres, fors que tant que de la contée de Rethel, il assigna à sa femme certaine provision jusques à iim livres. Et à la procuracion de ses amis, le roy le laissa parler à li à Gisors[36] et le reçut en sa grâce et sur certaines condicions, lesquelles il promist à tenir ; et l’en li rendi ses terres ; et ce non contrestant, aus gentilz hommes de Picardie donnoit faveur qui s’estoient aliez ou prejudice du roy, et pourchaça tant comme il pot que le duc de Bourgoigne feist faire à ceulz aliances en son pays et en Champaigne, et commença à garnir le chastel de Maisieres contre le roy, si comme pluseurs jugoient, et les autres forteresces de Rethel. Et quant le duc et le conte furent acordez, toutes ces choses furent descouvertes ; pour lesquelles desobeissances il fu citez[37] ; mais il n’i vint ne envoia. Et pour ce, furent derechief ses terres mises en la main du roy, car il s’estoit tourné en Flandres avec ses enfans.

Celle année et celle devant fu moult grant chierté de blé et de vin en France, que le sextier de fourmant fu vendu au pris de lx sols parisis. Mais ainsi comme par miracle, la chierté cessa soudainement, si que le sextier revint à xiii sols, pourquoy i rimeur dist :

L’an mil CCC XIIII et IIII
Sanz vendengier et sanz blé batre
A fait Diex le chier temps abatre.

En cesti an, Maheut, contesse d’Artois, voult entrer en sa terre a gent d’armes[38] ; mais il y ot moult de chevaliers qui estoient aliez audit conte ou environ, lesquiex li signifierent que a gens d’armes elle n’i entreroit point et que il garderoient les pas contre lui ; mais se elle y vouloit entrer simplement, il leur plairoit bien. Quant elle vit que autrement n’i pooit estre, elle se deporta de la chose que elle avoit commenciée.

Et en ce meismes an, le pape Jehan envoia messages[39] aus Flamens et leur segnefia que les seurtés que le roy leur offroit, il les reputoit pour souffisans et leur conseilloit que il les preissent ; et se il les refusoient, il les reputoit pour parjures et empeescheurs du voiage d’outre-mer. Finablement il pristrent journée aus octaves de la mi aoust[40] pour donner response ; à laquelle journée, le pape envoia et le roy aussi ; mais de par les Flamens il n’i ot ame, exceptés ii filz de bourgois, lesquelz distrent qu’il n’avoient pooir de riens ordener, mais s’en estoient partis de Flandres pour querir bestes qu’il avoient perdues ; et ainsi furent les messages du roy et du pape moquiez, et s’en retornerent à leurs seigneurs.

Et en ce meismes an, fu moult grant guerre en Lorraine, en la cité de Verdun[41], et par telle maniere entre les citoiens que l’une partie bouta l’autre hors de la cité. Mais le conte de Bar[42] qui deffendoit la partie qui estoit dehors contre l’evesque de la cité[43] et contre son frere le seigneur d’Aspremont[44], si leur abati ii chastiaux[45], et y envoia le roy son connestable[46], par lequel il furent mis à pais[47].

Et en ce temps, la royne Climence se parti de France et se ala à Avignon ; et là cuida trouver son oncle le roy de Sezille et entra en Avignon. Mais son oncle n’estoit pas venu ; si s’en ala saluer le pape, lequel la reçut moult benignement et li eslut son demeure[48], jusques à la venue de son oncle, en l’ostel des seurs de saint Dominique[49].

Et en ce temps, le pape Jehan publia aucunes declaracions sur la riule des Freres Meneurs[50] et si fist aucunes constitucions, lesquelles il envoia à Paris et en autres lieux souz bulle, et voult que elles fussent leues publiquement si comme les autres decretales.

Et en ce temps, Loys de Baviere oy dire que le pape li avoit refusé la beneïçon emperial, laquelle li estoit deue de droit si comme il disoit ; car il se reputoit avoir esté esleu paisiblement ; et pour ceste cause il li apartenoit de recevoir et de distribuer les honneurs de l’Empire par la maniere de ses predecesseurs. Si advint que sans requerir le pape, ledit Loys appella au concile general et fist son appellacion en pluseurs lieux estre publiée, et affermoit le pape estre herite meismement car il sambloit que il se efforçast de subvertir la riule des Freres Meneurs, laquelle avoit esté confermée de ses predecesseurs.


IV.
Du cardinal qui vint faire la pais du roy Phelippe et du conte de Flandres[51].

En l’an M CCC XIX, envoia le pape i cardinal, monseigneur Gocelin[52], du titre Saint Mathurin et Saint Pierre, en France pour faire la pais des Flamens ; lequel mist en terre Loys frere le roy Phelippe le Bel, qui estoit conte d’Evreux, chiés les Freres Preescheurs de Paris, delez sa femme et puis s’en ala vers Tornai[53] ; lequel envoia à l’evesque du lieu que il feist asavoir aus Flamens sa venue et pour quoy le pape l’avoit envoié, qui n’i osa aler ; mais il y envoia ii Freres Meneurs qui furent mis en prison du commandement du conte qui s’appareilloit de venir assegier Lille, et avoit avec li la commune de Gant. Et quant il voult passer la riviere du Lis, ceulz de Gant li distrent : « Sire nous avons juré de garder les trives de nous et du roy, si que sur li ne vous suivrons nous pas. » Le conte s’en retorna corroucié, et condampna ceulz de Gant à une grant somme d’argent, laquelle il ne vouldrent paier ; pour quoy il fist garder les pas de Gant, si que nul n’i osoit entrer ne issir qu’il ne fust mors ou pris[54], et les autres se gardoient viguereusement. Le cardinal pourchaça tant que le conte et son filz vindrent parler à lui et les messages du roy[55] ; et fu ordené que li cuens vendroit à Paris à la miquaresme après et feroit hommage au roy, et seroient confermées les condicions de la pais. Mais le conte n’i vint pas, ains trouva frivoles et cavillacions[56].

Et en ce meisme an, le samedi après l’Ascension[57], trespassa très noble homme Loys conte de Evreux[58] ; et le mardi ensuivant[59], present le roy et moult d’autres barons et prelas et le cardinal Gocelin qui estoit venuz à Paris, lequel chanta la messe, qui estoit venus pour la paiz des Flamens, emprès sa femme aus Freres Preescheurs fu mis en sepulture.

Et en cest an, Robert, le roy de Sezille[60], vint requerre aide au pape, lequel li aida de x galies, lesquelles il avoit fait armer et appareillier pour le passage de la Terre Sainte ; si les bailla et delivra audit Robert, lequel roy en adjousta xiiii autres des seues et les envoia en l’aide de ceulz de Jennes qui estoient assegiez. Quant les Guibelins sorent la venue des dictes galies, si s’en alerent apertement au devant, et les pristrent et tuerent partie de ceulz qui les conduisoient, et pristrent le port de Janne et ardirent les fourbours, et donnerent moult de fors assaux à la cité de Jenne[61].

Et en ce meismes temps, Phelippe filz du conte de Valois prist avec soy Charles son frere et moult d’autres nobles du royaume de France et s’en ala en l’aide des Guelphes, à la requeste du roy Robert de Sezille son oncle de par sa mere. Si entra en Lombardie[62] et vint à la cité de Verseilles ; de laquelle cité, les Guibelins tenoient une partie et les Guelphes l’autre, lequel fu receu des Guelphes à très grant joie. Si assailli les Guibelins au plus tost bonnement que faire le pot ; mais il vit que il y faisoit pou, car il avoient entrée et issue en la cité à leur volenté. Si ot sur ce conseil et s’en issi de la cité, mais il mist une embusche dedenz la cité ; si furent les Guibelins si près pris que il ne porent plus issir, ne si ne leur pooit-on aporter vitaille. Quant les Guibelins virent ce, si manderent à Mahieu[63], capitaine de Melan, que il leur vousist aidier.

Et en ce meismes an, environ la feste de monseigneur saint Jehan Baptiste, il avint en Espaigne que i noble homme en armes et en proesce, tuteur et garde de l’enfant[64] du roy de Castelle, comme par sa prouesse et d’un sien oncle qui avoit à non Jehan, eussent moult de fois guerroié les Sarrasins, et tellement que on esperoit que en brief temps il eust conquis ledit royaume et mis en la main des Crestiens ; toutes foiz la chose fu autrement menée par la volenté de Dieu, et espoir[65], par noz pechiez. Car comme les noz fussent lm tant à cheval comme à pié, touz armez, contre vm de Sarrasins, si avint que avant que il se deussent combatre, ledit Jehan fu au lit malade et mourut. Quant ces nouvelles furent sceues en l’ost, il furent touz esbahiz, et par telle maniere, que jasoit ce que il veissent clerement la victoire estre à eulz attribuée, onques ne se vouldrent combatre celle journée. Et pour ceste cause, fu la mort dudit Jehan plus hastée, car il avoit crié et fait crier celle journée que on se combatist ; mais on n’en fist riens, dont il ot si grant doleur au cuer qu’il en mourut plus briefment. Et adonc, tout l’ost des Crestiens s’en commença à fuir aussi comme touz esbahiz[66]. Mais comme les Sarrasins les peussent avoir touz tuez, toute voies nul des Sarrazins n’ensuivi l’ost des Crestiens. Dont il avint que i Sarrasin dit au roy de Garnate, car ledit roy ni estoit pas present au fait. « Sire, ne doubtez pas quar Diex s’est corroucié aus Crestiens et à nous ; car comme il fussent si grant quantité qu’il peussent de nous avoir eu briefment victoire, nul de eulz ne nous a osé assaillir. Et nous, comme il s’enfuioient, les peussons avoir mis à mort, toutefoiz aucuns de nous ne les ont ensuivis. »

Et en yce temps, entre Loys duc de Baviere et Ferri duc d’Austrie[67] et ses freres, Lepodum, Henri, Othone et Jehan, pour l’occasion de l’eslection entre les ii dux faite et celebrée en grant discorde, sont nez très griez perilz de mort ; car l’un ardoit la terre de l’autre, il roboient l’un l’autre, moult de leurs citoiens firent mourir, et ceulz qui estoient riches furent mis par eulz à povreté.


V.
De la pais qui fu faite entre le roy Phelippe et le conte de Flandres[68].

En l’an de grâce mil CCC et XX, à l’instance du cardinal vint le conte de Flandres[69] [à Paris] ; et tant fu fait par le conseil du cardinal et des amis au conte qu’il fist homage au roy, et lors touz supposerent que la pais fust confermée, car il ne sambloit pas que li hons guerroiast son seigneur, ne le sire son homme. Et furent là les procureurs des communes de Flandres qui avoient pooir de confermer la pais. Mais i malicieux advocat qui avoit non Baudoyn[70], et avoit touz les jours trouvé poins pour le conte tenir en sa rebellion, si fu au faire la procuracion, et y fist mettre i point, que lesdis procureurs feissent telle pais au roy comme le conte feroit. Et par ce sambloit qu’il ne pooient confermer la pais, se le conte ne la confermoit. Ore avint que fu assignée journée[71] à confermer les poins de la pais ; mais le conte dit qu’il ne feroit riens se on ne li rendoit Lille et Bethune et Doay, ce que Engorran de Marigny, procureur son pere[72], li avoit dit et promis. Car quant l’acort fu fait entre le pere, le roy et le conte, et li devoit assigner xiim livres de terre dedens le royaume ; et pour ce que il ne le fist pas, le roy reçut ces trois villes. Engorran y fu envoié et conseilla au conte que il les quittast au roy pour la dicte rente ; et il li donna esperance que il pourchaceroit envers le roy que il li rendroit assez tost de grâce especial. Et adonc cil le crut, et furent lettres faites de la quittance en telle condicion que elles ne seroient bailliées au roy tant qu’il auroit faite la dicte grâce. Engorran s’en retourna au roy et li bailla les lettres sanz li faire mencion de la grâce, et tint le roy ces villes comme seues propres. Pour ce, ne li vot le conte acorder nulle pais devant que il les reust, et le roy Phelippe fu courrouciez, et dist que il n’aroit jamais les dictes villes, et le fist ainsi jurer à son oncle et à son frere.

Et ce jour meismes, le conte se parti de Paris et se hasta d’aler avant que le temps d’aler fausist ; les procureurs des villes envoièrent après, et leur fu dit que il ne se partiroient de Paris tant qu’il eussent fait ferme pais au roy, et qu’il n’avoit chose en leur procuracion qui l’empeeschast, et qu’il savoient bien l’entencion de ceulz qui les avoient envoiez, et que s’il retornoient sanz riens faire, il n’avoient teste où il peussent mettre leurs chaperons. Quant le conte oy ce, si sot bien se les villes ne li aidoient que il seroit tantost desherités, si s’en revint à Paris[73], et fu la pais confermée et le mariage fait de la fille au roy et du filz au conte de Nevers[74].


VI.
De la muete des Pastouriaux[75].

En cest an, commença en France une muete[76] sanz nulle discrecion ; car aucuns trufeurs publierent que il estoit revelé que les pastouriaux devoient conquerre la Sainte Terre ; si s’assemblerent très grant nombre, et acouroient les pastouriaux des champs, et laissoient leurs bestes, et sanz prendre congié ne à pere ne à mere, s’ajoustoient aus autres, sanz denier et sanz maille. Et quant cestui qui les gouvernoit vit qu’il estoient si fors, si commencierent à faire maintes injures, et se aucun de eulz pour ce estoit pris, il brisoient les prisons et les en traioient à force, dont il firent grant vilanie au prevost de Chastellet de Paris[77], car il le trebuchierent par i degré et n’en fu plus fait. Si se partirent de Paris robant les bonnes gens, et les villes les laissoient aler puisque Paris n’i avoit mis nul conseil, et s’en vindrent jusques en la terre de la Langue d’oc ; et touz les Juifs qu’il trouvoient il occioient sanz merci, ne les bailliz ne les pooient garantir, car le peuple crestien ne s’en vouloit mesler contre les Crestiens pour les Juis. Dont il avint qu’il s’enfuirent en une tour[78], bien vc, que hommes, que femmes, que enfans, et les pastouriaus les assaillirent, et ceulz se deffendrient à pierres et à fust ; et quant ce leur failli, si leur getterent leurs enfans. Adonc mistrent les pastouriaux le feu en la porte et les Juifs virent que il ne porent eschaper ; si s’occistrent eulz meismes. Les pastouriaux s’en alerent vers Carcassonne pour faire autel, mais ceus qui gardoient le pays s’assemblerent grant ost et alerent contre eulz[79], et il se desperserent et fuirent ça et là, et les pluseurs furent pris et penduz par les chemins ; ci x, ci xx, ci xxx, et ainsi failli celle folle assamblée[80].

Et en cest an meismes, l’en mist sus au conte de Nevers qu’il vouloit empoisonner son pere[81]. Et Ferri de Piquegni[82] envoia au pere i garçon qui li pria, tout en plourant, que il li pardonnast le meffait. « Sire, dist-il, vostre filz de Nevers me commanda que je feisse ce que frere Gautier son confesseur[83] me diroit ; et il me bailla poisons et commanda que je les vous donnasse, mais je ne l’ay pas fait. » Cil freres fu pris et mis en prison et gehinés, et il ne recognut riens. Il firent mettre aguet au conte de Nevers et fu pris et mis en i chastel qui est en la marche d’Alemagine, et fu gardé du seigneur de Fiennes[84] et de Ferri de Piquegni et du seigneur de Renty[85], par le commandement son pere et de Robert son frere, à qui le pere vouloit donner la conté de Los qui estoit en l’Empire. Mais le commun de Flandres ne s’i voult acorder, car c’estoit une noble porcion de la conté, ne il ne vouloient que ledit Robert se meist si avant. Quant le roy Phelippe sot que le conte de Nevers estoit en prison, si envoia au conte sollempnelz messages qu’il le feist delivrer ; lequel dist qu’il appelleroit ses barons et feroit droit de ce que il li conseilleroient. Et ainsi n’en fu plus fait, car ceulz qui le tenoient ne le vouloient point delivrer se il ne leur pardonnoit du tout sa prison, en telle maniere que par li ne par autre dommage ne leur en vendroit. Mès à ce prometre ne se voult le conte de Nevers acorder de trop lonc temps. A la parfin il s’i acorda ; mais à l’acorder il y mistrent si griex condicions que se il s’i acordast il fust desheritez ; car entre les autres il en y avoit une qu’il n’enterroit en Flandres tant comme son pere vivroit ; et ainsi son pere mort et li absent, Robert son frere se metroit en possession de la contée.

Et en ce meismes temps, comme Henri dit Taperel[86] né de Picardie et prevost de Paris, detenist i riche homme homicide et coupable de mort ou Chastellet de Paris, et le jour aprochast que l’en le devoit pendre par ses demerites, ledit prevost fist prendre i povre homme qui estoit en prison en Chastellet, et li imposa le nom du riche et le fist pendre au commun gibet, et laissa aler le riche homicide souz le nom du povre innocent. Duquel fait ledit prevost fu convaincu par ceulz qui à l’enqueste faire furent deputez, si comme l’en dist. Et avec ce crime y en ot-il pluseurs autres ; lequel fu par les deputez du roy à enquerir de fais jugiez à estre penduz, non obstant que pluseurs de ses favorables deissent que on le faisoit mourir par envie.

Et en cest an, Mahieu, capitaine de Melan, quant il sot la neccessité des Guibelins qui li avoient requis aide, comme devant est dit, si leur envoia Galeace son filz. Quant Phelippe de Valois sot sa venue, si fist savoir de li par message s’il avoit entencion de combatre à li et aus siens. Adonc respondi Galeace que ce n’estoit pas son entencion de soy combatre contre aucun de la maison de France, mès tant seulement secourre sa terre et deffendre ses amis qui estoient en peril. Lors li respondi Phelippe de Valois : « Se vous entendez aus Guibelins porter vitaille, mon entencion est de y contrester au miex que je pourrai. » Ceste response si fu dite afin que Galeace se deportast de eulz porter vivres. Si respondi Galeace : « Je porterai vivres aus Guibelins qui sont enclos, et se aucun me veult combatre, je me deffendrai. » Adonques Phelippe se departi du siege et se esloigna environ demie liue en une place qui li sambla estre convenable pour combatre ; auquel lieu vint Galeace, et avoit devisié son ost en iii parties ; et estoit chascune partie de son ost greigneur la moitié que la compaignie Phelippe de Valois, si comme l’en dit. Si assamblerent et passerent ledit Phelippe et les siens toute la premiere partie de l’ost Galeace. Quant Phelippe de Valois vint à la seconde, si se doubta qu’il ne fust enclos ; si pristrent trives les uns aus autres, car il avoient pou de vivres par devers ledit Phelippe de Valois ; et ainsi s’en retorna sanz plus riens faire[87].


VII.
De la condamnpnacion des mesiaux[88].

En l’an mil CCC XXI, le roy estoit en Poitou, et li aporta l’en nouvelles que en Languedoc touz les mesiaux estoient ars, car il avoient confessé que touz les puis et les fontaines il avoient ou vouloient empoisonner, pour touz les Crestiens occirre et conchier de mesellerie ; si que le seigneur de Partenai li envoia souz son seel la confession d’un mesel de grant renon qui li avoit esté accusé sur ce qu’il recognut que i grant Juif riche l’avoit à ce encliné et donné x livres, et baillié les poisons pour ce faire ; et il avoit promis que se il pooit les autres mesiaux amener à ce faire, que il leur administreroit deniers et poisons. Et comme l’en li mandast la recepte de ces poisons, il dist qu’il estoient de sanc d’omme et de pissast et de trois manieres de herbes, lesquelles il ne sot nommer ou ne voult, et si y metoit-on le corps Jhesu Crist ; et puis tout ce on sechoit et en faisoit-on poudre que l’en metoit en sachiez que l’en lyoit à pierres ou à autre chose pesant, et la getoit-on en yaue ; et quant le sachet rompoit, si espandoit le venin.

Et tantost le roy Phelippe manda par tout le royaume que les mesiaux fussent touz pris et examinez ; desquiex pluseurs recognurent que les Juis leur avoient ce fait par deniers et par promesses, et avoient fait iiii conciles en divers pays, si que il n’avoit meselerie ou monde, fors que ii en Angleterre, dont aucuns n’i fust en l’une et en aportoient les poisons. Et leur donnoit-on à entendre que quant les grans seigneurs seroient mors, qu’il aroient leurs terres, dont il avoient jà devisié les royaumes, les contés et les eveschiez. Et disoit-on que le roy de Garnate, que les Crestiens avoient pluseurs foiz desconfist, parla aus Juis que il vousissent emprendre celle malefaçon, et il leur donroit assez deniers et leur administreroit les poisons, et il distrent que il ne le pourroient faire par eulz, car se les Crestiens les veoient aprouchier de leurs puis, les aroient tantost souppeçonneus. Mais par les mesiaux qui estoient en vilté, pourroit estre fait, et ainsi, par dons et par promesses les Juis les enclinoient à ce. Et pluseurs renioient la foy et metoient le corps de Jhesu Crist en poisons, par quoy moult de mesiaux et de Juis furent ars. Et fu ordené de par le roy que ceulz qui seroient coupables fussent ars, et les autres mesiaux fussent enclos en maladeries sanz jamais issir ; et les Juis fussent abnis du royaume. Mais depuis y sont il demourez pour une grant somme d’argent.

En cest an meismes, avint-il i cas à Vittri[89] qui estoit tel que comme xl Juis fussent emprisonnez pour la cause devant dicte des mesiaux, et il sentissent que briefment les convendroit mourir, si commencierent à traitier entre eulz en telle maniere que l’un d’eulz tueroit touz les autres, afin que il ne fussent mis à mort par la main des incirconsis. Et lors fu ordené et acordé de la volenté de touz, que un qui estoit ancien et de bonne vie en leur loy les mettroit touz à mort, lequel ne s’i voult acorder s’il n’avoit avec li jeune homme. Et donc ces ii les tuerent touz, et ne demoura que eulz ii. Et lors commença une question entre eulz ii, lequel metroit l’autre à mort. Toutefois l’ancien fist tant par devers le jeune, que il le mist à mort ; et ainsi demoura le jeune tout seul et prist l’or et l’argent de ceulz qui estoient mors, et commença à penser comment il pourroit eschaper de celle tour où il estoit. Si prist des draps et en fist des cordes, et se mist à paine pour descendre ; mais sa corde si fu trop courte et si pesoit moult pour l’avoir qu’il avoit entour lui ; si chei es fossés et se rompi la jambe, lequel quant il fu là trouvé, si fu mené à la justice et confessa tout ce qui devant est dit ; et lors fu-il condampnez à mourir avec ceulz que il avoit tuez.

Et en ce meismes ans, conçut le roy et ot en pensée de ordener que par tout son royaume n’aroit que une mesure et une aulne ; mais maladie le prist, si ne pot acomplir ce qu’il avoit conceu. Et si avoit en propos que toutes les monoies du royaume fussent venues à une, laquelle chose le roy avoit entencion de faire.

[90]Et en cest an meismes, le pape condampna une erreur que aucuns avoient controuvée par envie ; car pour retraire les gens de venir à confession aus religieux[91], il affermoient que ceulz qui à eulz se confessoient, combien que il eussent privilège du pape de oïr les confessions et de eulz absouldre, il estoient tenuz de confesser ces meismes pechiez à leur propre curé. Mès le pape a fait une decretale[92] et affermé que c’est erreur, et commandé que nul ne soit si hardi de ce plus dire, et fist que i maistre de theologie qui ce avoit preeschié et determiné en pluseurs escoles le rappella ; et avoit non maistre Jehan de Poilli[93], piquart.

[94]Et en cest an meismes, le roy Phelippe, combien qu’il fust franc et debonnaire, par le mauvais conseil d’aucuns qui plus amoient leur profit qu’il ne faisoient la pais du royaume, voult lever de touz ses subjects trop grant exaction, si que le menu peuple disoit qu’il vouloit avoir le quint de chascun, combien qu’il ne samblast pas que ce fust verité de si grant somme. Et jà estoient semons les bourgois de Paris et des autres bonnes villes qui se merveilloient et disoient : « Qu’est devenue la rente du royaume et les dismes et les anueulz des benefices dont il a eu les rentes du premier an, et la subvencion des Juis et des Lombars ? et si ne paie nulle debte ne les aumosnes que ses ancestre ont donné aus povres religieux et aus Filles Dieu et prent encore à creance tout ce qu’il prent, ne il n’a tenu chevauchiée ne fait edefices si comme son pere fist, où est tout ce fondu ? » Si se pensoient que aucuns qui estoient entour lui l’avoient emboursé et conseillié de lever ceste exaction pour miex embourser[95]. Et encore avoit-il requis le disième du pape, et le pape li ottroia se les prelaz s’i acordoient. Pourquoy il leur requist que chascun assamblast ses suffragans pour demander leur assentement ; lesquiex li respondirent que le passage d’outre mer n’estoit pas prest pour quoy il convenist jà donner le disième ; mais quant il le seroit, il li otroieroient volentiers ou il iroient avec li.

[96]Si avint au commencement d’aoust que le roy chei en ii grieves maladies ; c’est à savoir en quarte et en flux de ventre et de sanc, et langui moult longuement ; et furent faites pluseurs processions pour li empetrer garison ; mais ne prieres ne phisiciens ne valut riens qu’il ne trespassast le tiers jour de jenvier, qui fu le dimenche des octaves saint Jehan l’Evangeliste, entour mienuit. Et l’endemain de la Thiphaine[97], il fu enterré à Saint Denis, et son cuer fu mis aus Freres Meneurs de Paris et ses entrailles as Preescheurs. Ne targa pas vii jours après que la royne Marie[98], qui fu femme au roy Phelippe qui mourut en Arragon, trespassa à Vernon et fu aportée à Paris. Et son corps fu mis as Freres Meneurs delez le cuer le roy Phelippe son seigneur.

[99]En ycest an, chei si grant plenté de noif à Paris et ou pays d’entour, qu’il n’est memoire que onques en cheist tant ; et ce fu par iiii foiz, et en ot si grans monciaux par les rues de Paris que à paines y pooit-on aler ; si la convenoit porter aux champs ou à Saine en hottes ou en tomberiaux ; et les voies dehors et les fossés en furent si plains qu’il y ot assez de peril à aler à pié ou à cheval.

[100]Un escolier du royaume de Suesse[101] qui estoit appellé Beneoit, prestre et honneste personne, estudiant à Paris en la science de canon, ot i varlet qui ot nom Lorent. Cesti Lorent, en l’an de Nostre Seigneur mil CCC XIIII, le dimenche après Pasques[102], du royaume dessus dit aportoit argent à son maistre, lequel entra en la mer. Et lors vint si grant tempeste que touz ceulz qui estoient en la nef furent en peril de mort. Et lors chascun d’eulz commença à demander aide à Dieu à qui obeissent la mer et les vens. Cesti Lorens ot especial devocion à saint Denis, et si voua et li promist que s’il pooit estre delivrez du peril, le plus tost qu’il seroit à Paris, il yroit visiter le lieu des corps sains à Saint Denis ; et tantost il vindrent à port de salut. Et quant ledit Lorent vint à Paris, il ne li souvint de veu qu’il avoit promis à saint Denis, et targa trop d’acomplir. Si avint une journée que Dieu qui par maladies et par bateures rappelle les cuers des bons, si envoia une grief maladie audit Lorens, en telle maniere qu’il perdi aussi comme tout son sens et qu’il n’ot membre de quoy il se peust aidier, et si sambla à son maistre et à ii autres qu’il estoit en peril de mort. Et ceste maladie n’estoit pas epileutique, mais ce fu du jugement de Dieu et de saint Denis. Et quand Benoit, maistre de celui Lorent, vit qu’il estoit en si grant peril, il en fu moult esbahi, et commença à penser qu’il pourroit faire pour sa senté ? Et par la grâce de Dieu, il li vint en memoire d’aler en pelerinage à Saint Denis, selon ce qu’il avoit oy dire à son varlet quant il estoit en santé, et si pensa qu’il n’avoit pas acompli son pelerinage, et pour ce il estoit encheu en ladicte maladie. Si le voua à saint Denis en disant en ceste maniere : « Se saint Denis donne santé à mon varlet, je li promet que je, avec mon varlet, demain à son moustier irai devotement. » Et tantost en l’eure qu’il ot promis son veu, il sambla audit Lorent qu’il eust miex dormi que qu’il eust esté malade. Et si li apparut i homme de moult reverent chiere, qui estoit vestu en habit de evesque, qui avoit le chief coppé parmi le col, selonc ce que nous li demandames diligeaument, et si portoit en ses mains, au dit Lorent la langue de Suette[103], et li dist[104] : Stac up olz harst kath husuma han main hiligaf atter huia[105], qui vaut autant à dire en françois : « Lieve sus tantost et is hors de la ville vers septentrion, et tu trouveras un homme par lequel tu seras gueri. » Et quant la vision fu departie, Lorens fu tout sain et commença à faire sa besoigne par l’ostel comme il avoit acoustumé. Et quant le maistre dudit Lorent ot oy la vision et veue la santé de son varlet, il alerent touz ii à Saint Denis, l’endemain bien matin, le xii kalende de juign, pour visiter les corps saints selon ce qu’il avoient promis. Et rescript et raconta ledit Benoit, en la presence dudit Lorens sondit varlet, tout ce qui leur estoit avenu. Et selon droit, se nous devons croire audit Benoit qui estoit homme honneste, par meilleur raison à li et à deus autres prestres qui virent ledit Lorent ainsi malade, qui le nous ont tesmoignié en leurs consciences, et nous les devons croire certainement. Et quant ce miracle fu ainsi esprouvé en l’eglise monseigneur saint Denis, on fist sermon devant le peuple et sonna l’en les cloches en l’onneur de Dieu et de monseigneur saint Denis, et fu chanté à haute voiz en l’eglise : Te Deum laudamus[106]

Du roy Phelippe qui fu mort en l’an mil CCC XXI, vint en succession le royaume, sanz nul contredit, à Charles conte de la Marche, et fu coronné à Reins le dimenche de la Quinquagesime, c’est xxi jour de fevrier ; mais il ne vint à Paris devant le quaresme après.

[107]En cel an, avoit le roy d’Angleterre eu victoire de ses anemis, car le conte de Lencastre avoit esmeu pluseurs contes et pluseurs barons contre lui, combien qu’il fust son cousin germain, et s’efforçoient de lui desheriter, si que il avint que les gens le roy orent bataille contre eulz ; et fu occis le conte de Herefort et le conte de Lenclastre pris et pluseurs autres contes et barons. Le conte de Lencastre ot la teste coppée et les autres barons furent penduz.

Ci fenissent les faiz du roy Phelippe le Lonc. Après commencent les chapitres du roy Charles, son frere, conte de la Marche.

  1. Le ms. fr. 10132 de la Bibl. nat., fol. 400, donne la leçon suivante de ce chapitre :

    « En ce temps, la royne Climence chei en quartaine, dont l’enfant que elle avoit en son ventre en fu mout pené, dont puis, entour la Saint Martin, elle enfanta d’un fil qui fu nommez Jehan ; mès il vesqui ii jours ou iii seulement. Et dès lors, le conte de Poitiers tint comme roys le royaume ; mès le duc de Bourgoigne li mist contradicion pour sa nièce, laquelle le roiaume devoit avoir, comme la plus prochaine fille de roy, par droit. Mès respondu li fu que fames ne devoient pas succéder el royaume de France ; laquelle chose ne se povoit clerement prouver. Et pour ce, le duc et la duchoise envoierent lettres à pluseurs barons en depriant que il ne s’ascentissent en la coronacion de Philippe le conte de Poitiers. Et non pourquant, le conte de Poitiers, a grant compaignie de gens d’armes, vint à Rains, et fist fermer les portes de la cyté, et ainssinc se fist sacrer et coronner de l’arcevesque. Mès le conte de Valois, son oncle, n’i vout estre present, et Karles aussinc, conte de la Marche, son frere, n’i daigna estre, mais s’en parti de Rains, le matin, par indignacion. Et ainssinc, ce fait, le roy nouvel couronné vint à Paris, et fu receus des Parisiens a grant honnour et reverence. »

  2. [Voir page précédente.] Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. I, p. 430 à 432, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 616-617. Dans ce chapitre les Grandes Chroniques ont surtout suivi Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum (Ibid., t. XXI, p. 665).
  3. Jean naquit dans la nuit du 13 au 14 novembre et mourut le 19 (Lehugeur, Histoire de Philippe le Long, p. 73-74. Cf. Chronique parisienne anonyme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, p. 26, § 4, qui le fait mourir le 18).
  4. Eudes IV.
  5. Agnès, fille de saint Louis, veuve de Robert II, duc de Bourgogne.
  6. Jeanne, fille de Louis X et de sa première femme, Marguerite de Bourgogne, était la petite-fille d’Agnès et la nièce d’Eudes IV.
  7. Philippe le Long fut couronné à Reims le 9 janvier 1317 et non le 6 (Lehugeur, op. cit., p. 83, et Chronique latine de G. de Nangis, t. I, p. 431, note 3).
  8. Robert d’Artois aurait été emprisonné par Philippe le Long au Châtelet, puis à Saint-Germain-des-Prés après le traité d’Amiens du 6 novembre 1316 (Lehugeur, op. cit., p. 72, et Chronique anonyme parisienne, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris et de l’Île-de-France, t. XI, p. 25).
  9. Le comté de Beaumont-le-Roger avait été déjà concédé, en 1309, par Philippe le Bel à Robert d’Artois, en dédommagement de l’Artois qui était accordé à Mahaut, fille de Robert II. Philippe V ne fit alors que lui en confirmer la possession (Lehugeur, op. cit., p. 61 et 175).
  10. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 1 à 3, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 618. Cf. Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum (Ibid., t. XXI, p. 665-666).
  11. Louis de Crécy, fils de Louis, comte de Nevers, après avoir été fiancé à une fille de Louis, comte d’Évreux, fut poussé par Charles de Valois à épouser une de ses filles. Philippe le Long se mit en travers de ces intrigues et amena Louis de Crécy à épouser sa fille Marguerite le 22 juillet 1320 (Joseph Petit, Charles de Valois, p. 176-177).
  12. Sur toutes les négociations de Philippe le Long avec les Flamands, voir Lehugeur, Histoire de Philippe le Long, p. 120 à 165.
  13. Renaud de la Porte qui fut promu cardinal en 1320 et mourut en 1325.
  14. Bernard Gui.
  15. C’est-à-dire en 1316. C’est le tremblement de terre que la Continuation de la Chronique latine de G. de Nangis (éd. Géraud, t. I, p. 428. Rec. des Hist., t. XX, p. 616) date du 10 septembre : « die veneris post Nativitatem beatæ Mariæ virginis ». Cf. Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum (Rec. des Hist., t. XXI, p. 665), qui donne la date du 11.
  16. « Per spatium centum et amplius leucarum » ; ms. 10132, fol. 400 vo : « par l’espace de c liues environ. Et ce signefia resmovemens et remuemenz de royaulmes terriens ».
  17. Jeanne épousa Eudes IV, duc de Bourgogne, le 18 juin 1318 (Chronique parisienne anonyme, Ibid., p. 33, § 21).
  18. Louis, fils aîné de Philippe le Long, était mort enfant.
  19. Isabelle épousa Guigues VIII, dauphin de Viennois.
  20. Marguerite qui épousa Louis de Crécy, comte de Flandre.
  21. Blanche.
  22. Le corps d’Enguerrand de Marigny, inhumé en 1317, dans l’église des Chartreux de Paris à côté de celui de son frère Philippe mort archevêque de Sens en décembre 1316, fut transporté en 1325 ou 1326 dans l’église d’Écouis où il avait fait préparer sa sépulture. Le 15 juillet 1475, Louis XI autorisa les chanoines à mettre une épitaphe sur sa tombe (Louis Regnier, L’église Notre-Dame d’Écouis, p. 10-11 et 187 à 203, et Pierre Clement, Trois drames historiques, p. 122 et 341, no 6).
  23. Le ms. fr. 10132 de la Bibl. nat., fol. 400 vo, ajoute ici :

    « En cel temps, li papes Jehans publia ce qui fait avoit esté de Climent son predecesseur el consile de Viane par les estudes generaulz ; dont lors les beguines furent privées de beguinage et leur ordre dampné, ne n’i chantoit-on ne n’i lisoit-on. Mes Dieu merci, et l’ordre de saint Dominien et de saint François. Il fu puis declaré que celles de Paris et de pluseurs autres bonnes villes, demourroient en leur estat.

    « En l’an mil CCC XVIII, le jour de la Trinité, le duc de Bourgoigne prist à fame l’ainsnée fille du roy Philippe, si comme accordé avoit esté ; et lors, de la volenté du roy et du duc, leur niéce, fille du roy Lois, fu donnée à mariage, par parolle de present, combien qu’elle fust maindre de aage, à Loys filz du conte d’Esvreuz. »

  24. Continuation de la Chronique latine de G. de Nangis, t. II, p. 4 à 6, et Rec. des Hist., t. XX, p. 619. Les Grandes Chroniques ont abrégé G. de Nangis.
  25. Voir dans Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. V, p. 182 à 186 et 259 à 263, les hérésies reprochées à Matteo Ier Visconti qui mourut le 24 juin 1322.
  26. Galeazzo Visconti, fils aîné de Matteo Ier, lui succéda dans Milan et mourut le 6 août 1328.
  27. Marco mourut en 1329.
  28. Lucchino fut seigneur de Milan à la mort de son neveu Azzo Visconti (16 août 1339) et mourut le 24 janvier 1349.
  29. Giovanni, quatrième fils de Matteo Ier, embrassa l’état ecclésiastique, fut promu cardinal par l’antipape Nicolas V (1329), devint évêque de Novare et mourut le 5 octobre 1354.
  30. Stefano mourut en 1327.
  31. Latin : « Item Matthœus interdixit personis ecclesiasticis. »
  32. Louis de Bavière, élu à Francfort le 20 octobre 1314, fut couronné le 26 novembre suivant à Aix-la-Chapelle.
  33. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 10 à 17, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 621 à 623. Les Grandes Chroniques ont suivi surtout Jean de Saint-Victor dans ce premier paragraphe relatif au comte de Nevers (Memoriale historiarum, Ibid., t. XXI, p. 666-667).
  34. Louis de Nevers fut sommé de comparaître à Compiègne le 22 août 1318 (Lehugeur, Hist. de Philippe le Long, p. 139).
  35. Latin : « de comitatu Nivernensi et de baronia de Donziaco ». Il faut donc « de la conté de Nevers et de la baronnie de Donzi », et non, comme on l’a imprimé dans le Rec. des Hist., « de la conté de Bayonne et de Nevers, de Douzi ».
  36. Un traité de paix fut conclu à Gisors le 13 septembre 1317 (Lehugeur, op. cit., p. 98).
  37. La Continuation de G. de Nangis dit qu’il fut cité à Compiègne « ad quindenam Assumptionis beatæ Mariæ ».
  38. Jean de Saint-Victor (Rec. des Hist., t. XXI, p. 667) ajoute : « præter regis consilium sed etiam dissuadentis ».
  39. La Continuation de G. de Nangis fait connaître ces messagers : « magistrum Petrum de Palude fratrem Prædicatorem et doctorem in theologia, et duos fratres Minores ».
  40. Le 22 août 1318 à Compiègne (Jean de Saint-Victor, Rec. des Hist., t. XXI, p. 667. Cf. Lehugeur, Hist. de Philippe le Long, p. 140).
  41. Cette guerre éclata dès 1317. Sur ces événements, voir Ch. Aimond, Les relations de la France et du Verdunois de 1270 à 1552, p. 99 à 102.
  42. Édouard Ier, qui succéda en 1302, à son père Henri III, et mourut, en 1337, à Famagouste dans l’île de Chypre.
  43. Henri d’Apremont, 1312, à sa mort, 5 janvier 1349.
  44. Gobert VI d’Apremont, seigneur de Dun, qui mourut en décembre 1325.
  45. La Continuation de G. de Nangis donne les noms de ces châteaux « Diulandum » et « Sapigniacum ». Dieulouard, Meurthe-et-Moselle, arr. de Nancy, cant. de Pont-à-Mousson. — Sampigny, Meuse, arr. de Commercy, cant. de PIerrefitte et non Samogneux comme le dit P. Paris (t. V, p. 239, note 2).
  46. Gaucher de Châtillon.
  47. La paix fut signée le 21 décembre 1318 (Aimond, op. cit., p. 102).
  48. « à És », ms. fr. 10132, fol. 401 ; « Aquis », Continuation de G. de Nangis, t. II, p. 13. Continuation de G. de Frachet et J. de Saint-Victor (Rec. des Hist., t. XXI, p. 51 et 668).
  49. Le ms. fr. 10132, fol. 401, ajoute ici :

    « 1En cel an, l’iver passé, li roy Robert envoia xxiiii galies armées pour assegier et prendre Saonne. Dont, quant cil des galies cuiderent prendre le port, cilz de la cyté descendirent, qui Guibelin estoit, et leur contresterent si fort que il failli que il reculassent. Et lors vindrent au port d’un chastel que l’en appele Saint Andri, que li Guibelin avoient garni, et prinrent le port sans deffence, et puis le chastel assès tost, et mirent le feu ; si que li rois et cilz de Jennes qui virent la grant flamme, envoierent là grant multitude de gens d’armes. Mès li autres qui GIbelins estoient, issirent contre eus et y ot grief bataille

    1Continuation de la Chronique latine de G. de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 13-14, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 622.

    desa et delà, et pluseurs mors, et dura ce jusques à la nuit, et entournerent el chastel, dont l’endemain, cil qui erent dedens vindrent ou champ, il n’i trouverent nulle âme, car il s’en estoient alés pour secourre Saonne laquelle il doutoient de perdre, et porterent ce qu’il pooient porter, et le remanent lessiérent, et cil de dedans occirent touz ceus que il trouverent es chastiaus, et viandes et despoulles diverses prinrent et emporterent. En cel temps, li rois Robert envoia gens d’armes pour secoure ceus qu’il avoit envoiés pour assegier Saonne ; et entrementes que la cyté estoit ainssi assegié, monseigneur Pierre de Saint Genis, chevalier, chevetain de l’ost des assegeurs ala en fuerre pour vitaille aporter à l’ost. Et quant il fu eslongiés l’ost, cil de la partie adverse le sivirent et ce mistrent entre lui et ces gens et les tentes, si que il ne pout retourner à icelles pour soy sauver ; et là fu griève la bataille, et combien que pluseurs des Guibelins fussent occis, cist chapitaines, monseigneur P. i fu occis ; et lui mort, tuit cil compaignons furent occis. En cel temps, li roys Robert manda à la roine Climence que il vendroit à Marceille à la Penthecouste où son frere saint Lois, qui canonisiés estoit, devoit estre relevés selempnement, et il senefia que elle i feust. »
  50. Sur les mesures prises par Jean XXII en 1317-1318 contre les Frères Mineurs dissidents, voir Histoire littéraire de la France, t. XXXIV, p. 426 à 437.
  51. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 17 à 22, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 623 à 625.
  52. Gaucelin d’Euse, neveu de Jean XXII, cardinal-prêtre de Saint-Marcellin et de Saint-Pierre, fut ensuite évêque d’Albano et mourut en 1348. Ce cardinal qui était accompagné de l’évêque de Troyes (ms. fr. 10132, fol. 401 vo) reçut de longues instructions du pape le 20 mars 1319 (Lehugeur, Hist. de Philippe le Long, p. 145-146).
  53. Il séjourna dans le monastère de Saint-Martin de Tournai, du 25 juin au 29 août 1319 (Gilles le Muisit, Chronique, éd. H. Lemaître, p. 93, note 2 de la p. 92).
  54. Le ms. fr. 10132, fol. 401 vo, met ici : « et ceuz qui en issoient, il les faisoit mutiler ou mettre en prison ; et d’autre part, cil de Gant molestoient et grevoient le conte et ceus qui de par lui estoient ».
  55. L’entrevue eut lieu à Saint-Léger de Tournai, le 22 août 1319 (Lehugeur, op. cit., p. 152).
  56. Frivoles et cavillations, futilités et chicanes. Latin : « excusationes frivolas ».
  57. 19 mai 1319.
  58. D’après la Chronique parisienne anonyme (Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, § 30), le comte d’Évreux mourut à Longpont et son cœur fut porté aux Cordeliers.
  59. 22 mai.
  60. Sur l’expédition de Robert, roi de Sicile, à Gênes et les luttes qu’il soutint dans cette ville, voir Villani, Historia universalis, dans Muratori, Rerum italicarum scriptores, t. XIII, col. 489-492.
  61. Le ms. fr. 10132, fol. 402, ajoute : « Et ainssi tant com le roy fu avec le pape, li papes fu si occupez des besoignes du roy que les besoignes du pape estoient entrelessiés. »
  62. Philippe de Valois était à Asti dès le 6 juin 1320 (Jules Viard, Philippe de Valois avant son avènement au trône, dans Bibl. Éc. des chartes, t. XCI (1930), p. 316).
  63. Matteo Visconti, capitaine de Milan, envoya son fils Galéas au secours des Gibelins (Ibid.).
  64. Alphonse XI, fils de Ferdinand IV et de Constance de Portugal, âgé seulement d’environ deux ans, fut placé en 1314 sous la tutelle des infants D. Pedre et D. Juan.
  65. Espoir, peut-être.
  66. Ce fut en 1319 que les Maures remportèrent cette victoire.
  67. Frédéric Ier dit le Beau, second fils d’Albert Ier, lui succéda comme duc d’Autriche en 1308 ; ses frères encore vivants étaient Léopold dit le Glorieux, Albert qui succéda à Frédéric en 1330, Henri dit le Paisible et Otton dit le Hardi. La lutte entre Louis de Bavière et Frédéric se termina, le 28 septembre 1322, par la bataille de Mühldorf où Frédéric fut vaincu et fait prisonnier avec Henri son frère.
  68. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 23 et 24, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 625. Dans ce chapitre, les Grandes Chroniques ont plutôt suivi, en l’abrégeant un peu, le récit de Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum (Ibid., t. XXI, p. 670-671).
  69. Ms. fr. 10132, fol. 402, « avec sa fille, une sage dame qui fame avoit esté du seigneur de Couci ». Son nom était Jeanne. Robert de Béthune était aussi accompagné de son fils Louis (Lehugeur, Hist. de Philippe le Long, p. 157).
  70. Baudoin de Zenebeke.
  71. Le dimanche 4 mai 1320 (Lehugeur, Ibid.).
  72. Latin : « procuratorem regis », procureur du roi, père de Philippe V, soit de Philippe IV le Bel.
  73. Robert de Béthune revint à Paris le 5 mai (Lehugeur, op. cit., p. 159).
  74. Ce fut le 22 juillet 1320 que Louis, seigneur de Crécy, fils de Louis, comte de Nevers et de Rethel, épousa Marguerite, deuxième fille de Philippe le Long. Louis de Crécy succéda, en 1322, dans le comté de Flandre, à son aïeul Robert III dit de Béthune.

    Le ms. fr. 10132 de la Bibl. nat., fol. 492 vo, ajoute :

    « Et lors le conté de Nevers et de Restest furent restaubliez au conte par telz condicions que il n’aroit juridicion ne jugement sus les nobles et religieus de la conté de Nevers, qui, pour les griés fais dudit conte avoient appelé au roy ; n’encor la cause n’estoit terminée.

    « Item, que la contesse sa femme eust sus le conté de Retest, dont elle estoit hyretiere, iiim livres. Et ce fait, fu jour assigné à faire ledit mariage, auquel le conte vint. Et combien que il proposast mout de frivoles par quoy poy falli que tout ne fu depecié ce qui fait estoit, ne pourquant le cardonnal fist tant que la chose se parfit ; et fu celebré le mariage le jour de feste sainte Marie Magdalène. »

  75. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 24 à 31, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 625 à 628. Cf. Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum (Ibid., t. XXI, p. 671 à 673), dont le récit offre beaucoup de ressemblances avec celui de la Continuation de G. de Nangis. Les Grandes Chroniques ont souvent abrégé la Continuation.
  76. D’après la Chronique parisienne anonyme (Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, § 47), ce mouvement serait parti de Normandie.
  77. Gilles Hakin. Ce serait le 3 mai que le prévôt de Paris aurait été malmené par les Pastoureaux. Cf. la Chronique parisienne anonyme qui donne plus de détails sur cet événement.
  78. À Verdun-sur-Garonne, Tarn-et-Garonne, arr. de Castel-Sarrazin, ch.-l. de cant.
  79. Ce fut le sénéchal de Carcassonne, Aymeri du Cros, qui
  80. Le ms. fr. 10132, fol. 402 vo, ajoute : « En cel an, monseigneur Loys de Clermont fist annuncier et preschier communement el palais le roy par i cordelier et par i patriarche de Jherusalem et par l’abbé de Saint Germain des Prés, que au tiers an d’après il iroit en subside en la Sainte Terre. Et à sa commocion, monseigneur Jehan de Clermont, son frere, se croisa, et pluseurs nobles hommes qui furent de son acort. »
  81. On pourra comparer le récit de cet épisode donné par les Grandes Chroniques d’après la Continuation de G. de Nangis avec celui qu’en donnent les Anciennes Chroniques de Flandres (Rec. des Hist., t. XXII, p. 412-413. Cf. Istore et croniques de Flandre, t. I, p. 317-318) et la Chronographia regum Francorum, t. I, p. 253 à 255.
  82. Ferri de Piquigny, chevalier, seigneur d’Ailly et de Villiers-Faucon, fils de Jean de Piquigny, vidame d’Amiens, fut nommé par Philippe de Valois maître ordinaire des requêtes de son hôtel (voir la note que nous lui avons consacrée dans Journaux du trésor de Charles IV le Bel, col. 99, note 2).
  83. « Qui estoit de l’ordre des Augustins » (ms. fr. 10132, fol. 403).
  84. Jean, seigneur de Fiennes et de Bourbourg, père du connétable Robert de Fiennes (P. Anselme, Hist. généal., t. VI, p. 169).
  85. Renty, Pas-de-Calais, arr. de Saint-Omer, cant. de Fauquembergues.
  86. Henri dit Taperel, prévôt de Paris depuis 1316, fut pendu le 25 juillet 1320. Sur son procès, les faits qui lui étaient reprochés et son supplice, voir Chronique parisienne anonyme de 1316 à 1339, dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XI, p. 50 à 54. Cf. J. Viard, Documents parisiens du règne de Philippe VI de Valois, t. I, p. 41-42, Journaux du Trésor de Charles IV le Bel, col. 242, note 1, et Lehugeur, Philippe le Long, roi de France, 1316-1322. Le mécanisme du Gouvernement, p. 252-253.
  87. Le ms. fr. 10132, fol. 403, ajoute : « Et estoit encore adont li rois Robert avec le pape et li Guelfes de Gennes en grant perilz. » Philippe de Valois revint d’Italie en 1320 et non comme le dit la Chronographia (t. I, p. 256-257) à l’époque de la mort de Philippe V le Long (3 janvier 1322). Cf. Philippe de Valois avant son avènement au trône, dans Bibl. Éc. des chartes, t. XCI (1930), p. 317.
  88. Continuation de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, éd. Géraud, t. II, p. 31 à 37, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 628 à 630. Cf., pour l’épisode des lépreux, Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum (Ibid., t. XXI, p. 673-674, et Chronique parisienne anonyme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, p. 57 à 59). Voir Lehugeur, Hist. de Philippe le Long, p. 421 à 435, pour les mesures prises par ce roi contre les lépreux et contre les Juifs.
  89. Vitry-le-François, Marne, ch.-l. d’arr.
  90. Cet épisode n’est pas tiré de la Continuation de G. de Nangis, mais de Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum (Rec. des Hist., t. XXI, p. 674). Une Chronique anonyme finissant en 1328 (Ibid., p. 152-153) donne plus de détails.
  91. Jean de Saint-Victor et la Chronique anonyme désignent les religieux : les Frères Prêcheurs et les Frères Mineurs.
  92. Voir dans Denifle, Chartularium Universitatis parisiensis, t. II, no 798, bulle du 24 juillet 1321 par laquelle Jean XXII condamne trois propositions de Jean de Pouilly. Cf. Ibid., no 764, autre bulle du 27 juin 1318 et no 799 la rétractation de Jean de Pouilly.
  93. Sur le théologien Jean de Pouilly et la condamnation de son erreur, voir Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. V, p. 163 à 173. Cf. Féret, La Faculté de théologie de Paris et ses docteurs les plus célèbres… Moyen Âge, t. III, p. 229 à 231.
  94. Pour ce paragraphe qui n’est pas tiré de la Continuation de G. de Nangis faisant seulement allusion à la levée de la cinquième partie des biens, voir Jean de Saint-Victor (Rec. des Hist., t. XXI, p. 674-675).
  95. À propos de ces exactions, le ms. fr. 10132, fol. 404, ajoute : « Après la mort dudit roy, lesdictes extorcions cesserent en partie, non pas en tout ».
  96. La Continuation de G. de Nangis, t. II, p. 37-38, et Rec. des Hist., t. XX, p. 630, s’étend plus sur la maldie de Philippe V et sur les processions faites à cette occasion. Cf. Jean de Saint-Victor (Rec. des Hist., t. XXI, p. 674, et Chronique parisienne anonyme, dans Mémoires de la Soc. de l’hist. de Paris, t. XI, & 72, 74, 77).
  97. 7 janvier 1322. Philippe le Long qui mourut dans la nuit du 2 au 3 janvier à Longchamp fut ramené à Paris le 7 et enterré le 8 à Saint-Denis (Lehugeur, op. cit., p. 465).
  98. Marie de Brabant, femme de Philippe III le Hardi, mourut le 10 janvier 1322.
  99. Ce paragraphe n’est pas tiré de la Continuation de G. de Nangis.
  100. Cette histoire est traduite de la Chronique d’Yves, moine de Saint-Denis, mise à tort sous le nom de Guillaume Lescot (Rec. des Hist., t. XXI, p. 208-209). Cf. Histoire littéraire de la France, t. XXXI, p. 143 à 151.
  101. Suesse, Suède.
  102. 14 avril 1314.
  103. Langue de Suette, langue suédoise.
  104. Le latin : « eidemque Laurentio lingua suetica ita dixit » a été mal rendu.
  105. La Chronique d’Yves de Saint-Denis donne le texte suivant : « Stat up, ok gak sckot af binum norder, ok har sckalt hu sinna han man hik gaf atter hina helsu. »
  106. Après Te Deum laudamus, Paulin Paris (Grandes Chroniques, t. V, p. 255) ajoute le paragraphe suivant dont il n’indique pas la source, disant seulement en note : « Cet alinéa manque dans la plupart des manuscrits. »

    « En ce temps avint en la cité d’Arras que deux femmes en estat de béguignage feignoient que il leur estoit venu en appert, par la révélation d’un ange, qu’il allassent au roy de France luy segnifier de par Dieu que toutes les religions de femmes fist annuler, et ilecques, ès lieux desdites religieuses meist frères de telle règle comme la religion estoit. Si vindrent au roy et luy disrent que dit est. Adonc, le roy les entendit moult bénignement, nonobstant qu’il fust très fort malade, et cuidoit que ce feust vray ; si assembla son conseil et fu trouvé que ce n’estoit que une derision, et furent prises et après laissées aler. »

  107. Le récit de ces événements est donné avec plus de développement au chapitre ii du règne de Charles IV le Bel.