Les Grandes Chroniques de France/VIII/Philippe III le Hardi

Texte établi par Jules ViardHonoré Champion, libraire de la Société de l’histoire de France (8p. 1-122).



LES GRANDES CHRONIQUES DE FRANCE





CAPÉTIENS



PHILIPPE III LE HARDI


[1]Ci commencent les chapitres de l’istoire du roy Phelippe filz de monseigneur saint Loys.

Le premier chapitre de l’istoire du roy Phelippe filz de monseigneur saint Loys.

Le secont, comment Gui de Bausoy fu pris des Sarrazins.

Le iii, comment le roy de Sezille issi à bataille contre Sarrazins et en occist iiim, sanz les noiez.

Le iv, du chastiau de fust que le roy de France fist faire pour les Sarrazins afamer.

Le v, du roy de Tunes ; comment il vint contre François a tout son pooir.

Le vi, de diverses maladies qui avindrent en l’ost des crestiens.

Le vii, de la pais et des trives du roy de France et du roy de Tunes.

Le viii, comment les François se partirent de Tunes et entrerent en mer, et de la grant tempeste où il peri tant de gens et tant de nefs.

Le ix, de Édouart filz au roy d’Angleterre.

Le x, de la mort au roy Thibaut de Navarre.

Le xi, comment le roy de France et son ost se parti de Trapes et comment sa femme mourut.

Le xii, comment Gui de Monfort occist Henri filz au roy d’Alemaigne pour ce qu’il avoit son pere occis.

Le xiii, comment le roy passa Lombardie.

Le xiv, de la sepulture le saint roy Loys et de son frere le conte de Poitiers, et de Jehan Tristan, et de Pierre le chambellenc, et de madame Ysabel, la femme le roy Phelippe.

Le xv, comment le roy Phelippe, filz saint Loys, fu coronné à Reins.

Le xvi, de la contenance le roy Phelippe et sa maniere.

Le xvii, comment le conte de Foys se revela contre le roy de France.

Le xviii, de Raoul d’Aucoi qui fu coroné à roy d’Alemaigne.

Le xix, comment le roy Phelippe prist à femme Marie fille le duc de Breban, et de la mort le roy Henri de Navarre.

Le xx, du couronnement la royne Marie.

Le xxi, de la mort Ferrant d’Espaigne.

Le xxii, de la mort Loys, le premier filz le roy Phelippe.

Le xxiii, de la muete que le roy fist pour aler à Sauveterre.

Le xxiv, de Robert d’Artois qui fu envoié en Navarre de par le roy de France.

Le xxv, comment le conte d’Artois ala parler au roy d’Espaigne.

Le xxvi, comment Pierre de La Broce fu pris et penduz.

Le xxvii, du soudan de Babiloine.

Le xxviii, de la voie que le roy fist au Mont de Marchant.

Le xxix, du fleuve de Saine.

Le xxx, comment ceulz de Sezille se retornerent contre le roy Charles.

Le xxxi, de la venue au roy d’Arragon en Cezille.

Le xxxii, comment Meschines fu assise du roy Charles.

Le xxxiii, du poisson semblable au lyon.

Le xxxiv, du secours qui vint de France au roy Charles.

Le xxxv, comment le roy Charles vint à Bordiaux contre le roy d’Arragon.

Le xxxvi, de Guy de Monfort.

Le xxxvii, comment le prince de Salerne fu pris.

Le xxxviii, de la mort l’apostoile Martin. Après li fu esleu le pape Honnoré.

Le xxxix, comment le roy Phelippe de France assembla moult grant ost pour aler sus le royaume d’Arragon.

Le xl, comment la cité de Genne fu destruite.

Le xli, comment les François passerent les montaignes de Pirene.

Le xlii, comment le roy de France assist Gironne.

Le xliii, de la mort le roy Pierre d’Arragon la veille de l’Assompcion Nostre Dame.

Le xliv, comment et en quel maniere Gironne fu rendue.

Le xlv, du trespassement le roy Phelippe de France.


I.
Le premier chapitre de l’istoire du roy Phelippe filz monseigneur saint Loys[2].

Nous avons du bon roy Loys, de loenge digne, exposé au miex que nous poons les fais et la grant bonté qui estoit en li si comme il parti de ce siecle ou chastel de Cartage ; si est nostre propos de exposer les faiz Phelippe son filz qui estoit digne de honneur et de loenge. Ja soit ce qu’il ne fust pas lettrez, estoit douz et debonnaires envers les prelaz de sainte Église et vers touz ceulz qui convoitent le service Nostre Seigneur. Et si comme son pere estoit en Auffrique devant la cité de Tunes, a grant ost de nobles hommes et de puissans qui grant propos avoient de bien faire, et de la loy Nostre Seigneur essaucier par les bons exemples qu’il veoient en li, avint qu’il trespassa et que le royaume vint à monseigneur Phelippe son filz à gouverner, en l’an de l’Incarnacion M CC LXX. La nouvelle ala parmi l’ost que le roy estoit mort ; si en fu moult troublé le peuple ; mais il n’en faisoit mie trop grant semblant en apert, que ceulz de Tunes ne s’en aperceussent de tel domage qui leur estoit avenu.

[3]Si comme il estoient en tel point, il aperçurent la navie au roy de Cezille qui venoit najant a grant force de gent par mer. Si commanda que quant l’en preist terre, que l’en sonnast trompes et buisines et araines, si que son frere le saint roy et les barons en fussent esbaudiz et liez de sa venue. Si comme le roy de Cecille prenoit son port, si se merveilla moult pourquoy les genz de l’ost estoient si mat et si pesanz et qu’il ne li firent point belle chiere ; car en l’eure qu’il issoit de sa navie, son frere rendi son esperit à Dieu. Si demanda à aucuns que ce pooit estre ? et il li fu dit que son frere le roy de France se mouroit et qu’il se hastast tost, et que l’en ne cuidoit pas que il le peust trouver en vie. Quant le roy de Cecille oy la nouvelle, si se pourpensa et adverti que se il faisoit semblant de doleur ne de tristesce, que la compaignie de l’ost s’en porroit trop former esmaier[4] et espoenter et cheoir en desesperance ; et se les Sarrazins s’en apercevoient, il leur donroit matiere d’assaillir. Pour ceste chose, il fist la meilleur chiere et la plus liée que il pot à ceulz qu’il encontra, et vint aussi liéement en l’ost comme s’il alast à unes noces, et se hasta moult de venir à son frere, si le trouva tout chaut, car l’esperit s’en estoit tout maintenant issu. Tout maintenant que il vit son frere deffiné, il se mist à genouz et recommanda l’ame de son frere en depriant à Nostre Seigneur que il eust l’ame de li, et li couvrirent les iex de lermes.

Adonc il se pourpensa que c’est nature de femme que de pleurer ; si se dresça et regarda entour li aussi fierement comme s’il en fust à riens. Lors commanda que le corps fust apresté et conroié[5] et oint de precieux oingnemens[6]. Ceulz à qui il fu commandé le cuirent et l’appalreillierent si comme l’en devoit faire. Quant il fu cuit et conroié, le roy Charles demanda les entrailles[7] à monseigneur Phelippe son neveu ; si les fist porter comme saintes reliques en Cecile, et les fist metre en une abbaïe de l’ordre saint Benoit assez près de Palerne[8], qui est appellée Mont roial[9]. Les ossemens furent mis en i escrin moult bien enbasmé, en riches draps de soie, avec grant foison d’espices souef flairans, et furent gardez bien et chierement tant qu’il furent aportez à Saint Denis en France, là où le bon roy avoit esleu sa sepulture avec les anciens roys de France qui y reposent. Et donna moult de biaux joiaux ou temps qu’il vivoit à l’eglise de Saint Denis, si comme coronnes d’or et riches aornemens et precieux, et conferma touz les privileges que ses devanciers avoient donné à la dite eglise[10].


II.
Comment Gui de Bausoy fu pris des Sarrazins[11].

Tantost que le service du bon roy fu dit et celebré, le roy de Cezille fist tendre ses trez par devers la mer, loing de l’ost de France par l’espace d’une petite liue[12] ; et avoit bien iiii milles entre l’ost de France et de Tunes[13]. Si estoient les Sarrazins coustumiers de chascun jour venir paleter en l’ost, et lançoient saietes et javeloz. Les François qui gardoient l’avant garde et deffendoient l’ost que les Sarrazins ne se ferissent en l’ost soudainement, occioient assés des Sarrazins quant il les pooient de près encontrer si comme il couroient deça ou delà, aucune foiz de costé, aucune foiz devant, aucune foiz en trespassant ; et estoient les François moult liez quant il pooient joindre à eulz. Aussi faisoient les Sarrazins quant il pooient encontrer iii ou iiii, ou x ou xii dessevrez de la compaignie des autres, il les occioient ; mais se il en veissent c ou cc qui venissent à eulz, maintenant il tournassent en fuie.

La maniere des Sarrazins est telle qu’il ne font fors que les gens esmouvoir en lançant et en getant javeloz. Quant il voient que les gens sont touz près de combatre, si tournent en fuie.

Un jour avint que les Sarrazins aprochierent bien près des crestiens et leur lancierent souvent et menu dars et javeloz, et en navrerent aucuns. Pour ceste chose s’esmurent aucuns nobles chevaliers, si comme Gui de Bausoy et Hue son frere[14], et aucuns bons combateurs, et se ferirent es Sarrazins, et Sarrazins saillirent d’un aguet où il estoient muciez ; si enclostrent Hue de Bausoy et sa gent. Là fu le chaple grant d’une part et d’autre, et fu pris Gui de Bausoy et Hue son frere[15] ; mais il firent avant grant occision de Sarrazins et grant mortalité ; si ne porent estre rescous[16]. Car quant la noise fu commenciée et ceulz de l’ost le sorent, si coururent aus armes pour eulz aidier et issirent hors et passerent les fossés qui estoient entre eulz et les Sarrazins. Soudainement un vent se leva fort et horrible avec grans estorbeillons qui le sablon et la poudre leva contremont en l’ar et feri les François parmi les iex et les avugloit touz, si que il ne savoient chemin tenir. Quant les Sarrazins virent le vent estre si contraire, si pristrent peles et autres instrumens, et leverent le sablon contremont pour miex avugler les François et empeschier ; si que à celle journée il ne porent rienz faire, ainz retornerent dolenz et corrouciez pour ce qu’il ne porent rescourre Hue de Bausoy et ses compaignons.


III.
Comment le roy de Sezille issi à bataille contre les Sarrazins et en occist IIIm, sanz les noiez[17].

Autre foiz, avint entour l’eure de prime que Sarrazins s’armerent et vindrent bien près des tentes des François, et commencierent à traire et à lancier en courant amont et aval, en costé et de travers, selon leur usage, pour esmouvoir à combatre ; et estoient si grant nombre que à paine les pooit-on nombrer ; et couvrirent toute la terre de toutes pars, et espandirent partout aussi comme s’il vousissent tout prendre et tout acouveter, et sonnerent timbres et tabours et demenerent grant noise et grant ton. Par tiex tons et par tiex noises cuidierent espoenter les François. Quant les François virent leurs contenances, si coururent aus armes, desiranz de joindre à eulz et de combatre ; si issirent hors des tentes et s’espandirent parmi le plain champ. Quant Sarrazins virent tant de bele gent venir contre eulz si bien armez et si bien atornez, si se doubterent de combatre à genz de si grant vertu ; si tournerent en fuie sanz cop ferir. Le roy de Cezile qui loing estoit logié de l’ost, issi hors de ses herberges et avec li les nobles combateours de sa compaignie, et les suivi de loing en costoiant. Quant il fu près de eulz, si fist semblant de fuir en alant au devant aussi comme se il ne les osast atendre, et fui bien par l’espace d’une mille ; et les Sarrazins le commencierent à enchacier à coite d’esperon[18]. Quant le roy ot fui, si fist signe à ses hommes de retourner ; et ceulz qui bien l’entendirent retornerent ; si enclostrent les Sarrazins et ferirent en eulz aussi comme le lou se fiert entre les brebiz, les glaives es poings et les espées et les coutiaux d’acier. Si en tuerent tant que la trace en estoit grant parmi les champs, que il sambloit que ce fussent moutons qui geussent mors enmi le champ, et crioient et muoient en leurs langages trop horriblement. A ce poindre, furent occis des Sarrazins iiim par nombre sanz ceulz qui saillirent en la mer et se naierent. Les autres qui s’enfuirent tresbuschierent es fosses qu’il avoient faites ou sablon et couvertes pour faire cheoir les crestiens et tresbuschier[19] ; ne porent eschiver ne ne leur en souvenoit pour la grant paour qu’il avoient de mourir ; et le sablon et le vent qui les feroit parmi les iex leur tolloit à veoir le chemin qui devoient tenir. Ainsi se vengierent les crestiens de leurs anemis par le sens et par la cautelle au roy de Cecille.


IV.
Du chastiau de fust que le roy de France fist faire pour les Sarrazins affamer[20].

Les Sarrazins de Tunes avoient fichiées leurs tentes et leurs paveillons droit à l’encontre des herberges des François, et estoient[21] l’un de l’autre par l’espace de iiii milles. Si estoit les Sarrazins par devers Tunes. Si estoit entre la cité et les Sarrazins regort de mer et yaues de mer couranz qui s’en aloit en traversant par devers les montaignes, ne ne pooient venir à Tunes sanz passer oultre a navie, car le fleuve estoit large et parfont, pour ce que l’yaue de la mer cheoit dedenz. Et quanqu’il failloit et estoit neccessaire en l’ost aus Sarrazins venoit parmi ce fleuve de la cité de Tunes, si que les Sarrazins n’avoient point de souffroite de viande ne de nulle chose. Les François s’assamblerent ensemble et penserent comment il pourroient empeschier le passage par où viande venoit aus Sarrazins, ou du tout tolir, si que les Sarrazins, se il pooient, ne peussent ilec demourer ne tenir siege. Si assamblerent grant foison de bois et de merrien. Quant il fu assemblé, il fu devisié que l’en feroit i chastel de fust grant et large, si qu’il peust estre dedens serjans d’armes preuz et hardiz qui bien et viguereusement lançassent et treissent et getassent sus les javeloz aus Sarrazins, si qu’il les peust despecier ou tollir la viande qui venoit de Tunes et sus le rivage de la mer. Par dehors estoient arbalestriers et autres serjans pour deffendre le chastel, et avoient galies toutes prestes pour entrer plus avant en la mer toutes foiz que mestier en seroit.

Quant il orent ainsi ordené leur besoigne, le roy Phelippe manda son charpentier qui moult bien se savoit entremetre de tel besoigne et li commanda qu’il feist i chastel hastivement. Et cil fist son commandement et apresta galies toutes armées et bien appareilliées, et fist entrer enz bons serjans et hardiz avec grant foison d’avirons, et coururent parmi la mer contre leurs anemis, et pristrent touz les vessiaux qui portoient la viande aus Sarrazins, et aucuns en tresbuchierent et plungierent en la mer. Le chastel eust esté fait et acompli en pou de temps s’il ne fussent acordez ensemble[22].


V.
Du roy de Tunes, comment il vint contre François a tout son pooir[23].

Si comme le roy de Tunes estoit en tel point, il manda secours et aide aus autres Sarrazins. Si assambla roys et amiraux et autres princes qui li vindrent en secours. Quant il ot ainsi assamblé tant de Sarrazins comme il pot avoir, si se conseilla comment il pourroit les François destruire ou chacier hors de son pays. Si li fu conseillié qu’il alast sus eulz à bataille rengiée ; si les espoenteroit si qu’il s’enguiroient tantost ne n’oseroient demourer quant il verroient sa puissance. Si se leverent bien matin et s’armerent de toutes armes selon leur usage et leur guise, et amenerent avec eus tout leur pooir et toute leur force à pié et à cheval à bataille rengiée. Quant il aprochierent, il commencierent à glatir et à usler à haute voiz et à menacier François en leurs langages, et sonner trompes et buisines et autres divers instruments, et s’eslargirent parmi le champ pour ce que les François cuidassent qu’il fussent sanz nombre et si grant foison qu’il ne peussent à eulz durer ; et faisoient trop malement grant samblant qu’il vousissent bataille. Quant ceulz qui garderent l’ost virent celle gent venir, si commencierent à crier parmi l’ost : « Aus armes, pour la force de Tunes qui vient sur nous. » Tantost coururent François aus armes et les autres nascions qui avec eulz estoient, et vestirent leurs haubers, et lacierent leurs ventailles, et monterent es chevaux les lances es poings et les escus au col, et pristrent leurs enseignes de diverses coleurs. Le roy de France s’arma, le roy de Cezile, le roy de Navarre, et les dux et les contes et les autres barons de l’ost, et issirent de leurs herberges bien et hardiement, et se rengierent parmi le champ, et ordenerent leurs batailles. Si comme il devoient aler ne ne doubtoient riens fors que les Sarrazins ne s’enfuissent sanz ferir et sanz lancier, et mistrent les arbalestriers au devant et les gens de pié, et ordenerent après qui seroit premier et qui secont et qui le tiers, selonc ce qu’il leur sambloit bon et profitable à aler contre leurs anemis. Et pour ce que les Sarrazins ne venissent de costé ou d’autre part aus herberges et aus tentes, il laissierent le conte d’Alençon frere le roy de France avec toute sa gent et le maistre de l’Ospital. L’oriflambe Saint Denis fu contremont drescié, dont sorent certainement François qui c’estoit certain signe de combatre à leurs adversaires se il ne fuioient.

Quant les Sarrazins virent l’ost des crestiens si noblement armez et si richement, si en furent touz esbahiz, et orent si grant paour qu’il s’enfuirent droit à leurs tentes et à leurs paveillons au plus tost que il porent, ne ne furent onques si hardiz qu’il osassent ilec demourer, ainz s’en passerent outre jusques à la cité de Tunes de tiex en y ot. Quant les François virent ce, si firent crier à ban, de par le roy de France, que nul ne fust si osé qui tendist la main au gaaing, jusques a tant que l’en sauroit la convine et l’estat des Sarrazins et qu’il eussent souveraine victoire. Car aucune foiz avoient esté deceuz les crestiens quant il couroient au gaaing ; leurs anemis les espioient tant qu’il estoient troussiez, puis leur couroient sus et les occioient à leur volenté.

Le roy de France et les autres barons passerent tout outre parmi les tentes des Sarrazins et les chacierent tant qu’il les embatirent es montaignes. Le roy de France et les autres barons virent les montaignes hautes et perilleuses, si ne vouldrent pas plus aler avant pour les armes pesans et pour le travail des chevaux, et pour aucuns aguez qui pooient estre es repostailles des montaignes ; si se mistrent au retour[24] et s’en vindrent par les tentes as Sarrazins ; si fu commandé que qui vouldroit aler au gaaing qu’il y alast. Tantost les gens à pié et les autres assaillirent les paveillons et les tentes et pristrent quanqu’il trouverent dedens, buefs et moutons, pain et farine, et moult d’autres choses profitables. Si trouverent des Sarrazins malades et enfermes qui ne pooient fuir aussi comme les autres, si les tuerent et puis bouterent le feu dedenz les paveillons ; si ardirent quanqu’il estoit dedenz demouré, neis les Sarrazins qu’il avoient occis furent touz ars. Les Sarrazins qui fuiz s’en estoient virent le feu en leur paveillons, si furent moult embrasé de courrouz et de ire, meismement pour ce qu’il savoient bien que leurs amis estoient mors et afolez. Quant les crestiens orent tout ars et destruit, si s’en retornerent droit à leurs herberges rengiez et serrez, dolenz de ce qu’il n’avoient point eu de bataille.


VI.
De diverses maladies qui avindrent en l’ost des crestiens[25].

Grant pestilence de maladie commença parmi l’ost des crestiens ; les uns avoient dissintere, les autres[26] aguez et continuez[27], les autres enflez, et les autres moururent de mort soudaine ; et les autres qui eschapoient estoient li languereux que a grant paine se pooient il resourdre[28] ne aidier. De ceste pestilence se doloient moult les Sarrazins aussi comme les crestiens ou plus, et gisoient comme pourciaux touz pasmez et touz mors en leurs herberges, et les autres mouroient de mort soudaine par la grant corrupcion de l’air. Quant le roy[29] vit courre ceste pestilence parmi son ost, il se departi de son ost et se muça en souz terrines[30] pour eschiver celle grant pestilence qu’il ne perdist la vie. Les anciens Sarrazins, qui estoient esprouvez en experience, disoient que l’air estoit corrompu des charoignes des chevaux et des gens qui gisoient sus la marine tous corrompuz et touz puanz.

Ainsi comme le roy de Tunes vit celle pestilence et celle grant mortalité de sa gent, et avec ce que crestiens en avoient occis une grante partie, si ne sot que faire ne que dire, ne comment il pourroit durer contre si puissant gent. Si se conseilla à sa gent, meismement à ceulz que il cuidoit estre plus sages, et leur requist et demanda qu’il pourroit faire, ne comment il se pourroit delivrer des François qui li avoient son pays gasté et sa gent occise. Si li fu loué et conseillié qu’il mandast au roy de France que volentiers pacifieroit à lui en aucune maniere souffisant, ou par trives ou autrement. Donc prist le roy de Tunes message et li commanda qu’il alast au roy de France et li deist que volentiers il s’acorderoit à lui et aus autres barons. Le message s’en tourna et vint en l’ost, et monstra signes qu’il estoit messagier. Si li fu envoié i chevalier qui bien savoit parler arabic. Si li demanda le chevalier qui il estoit. Le messagier li dist qu’il estoit messagier de par le roy de Tunes et li dist tout son message et qu’il queroit. Le chevalier le mena à la tente le roy et fist entendant au roy et aus barons qu’il vouloit dire. Le roy de France regarda qu’il ne pourroit pas faire grant profit de demourer en ce pays, meismement pour ce que les Sarrazins ne le vouloient atendre à bataille, et ne finoient que traveillier sa gent et esmouvoir et puis si s’enfuioient contremont les montaignes. Derechief il regarda que s’il prenoit la cité de Tunes par force, que il convendroit qu’il y laissast aucuns de ses barons et de son peuple grant partie, et que tous ceulz qui demourroient seroient en peril, car il seroient avironnez de toutes pars de ses anemis et son ost en seroit moult amenuisié ; meismement que son propos estoit d’aler outre en Surie et de combatre aus Sarrazins que il y trouveroit, et de delivrer les anemis[31] de la foy crestiene. Si fu acordé de tout le plus des barons que la cité fust destruite et les Sarrazins occis, touz ceulz que l’en pourroit trouver, et touz les biens que l’en pourroit trouver par tout le pays. A ce ne s’acorda pas le roy de Cezille ne le roy de Navarre, ne assez d’autres barons, pour la grant foison des besanz d’or qu’il en devoient avoir, si comme le menu peuple murmuroit[32], et que le roy de Cezille ne s’acordoit à la pais fors pour ce qu’il eust son treu que la ville de Tunes li devoit et li avoit detenu à païer de lonctemps[33]. Ainsi disoit le menu peuple qui ne savoit mie comment l’en devoit exploitier de tel besoigne.


VII.
De la pais et des trives du roy de France et du roy de Tunes[34].

Moult fu le roy de France en grant pensée en quel maniere il s’accorderoit au roy de Tunes. Si li fu conseillié qu’il preist les trives en maniere de pais ; si fu en tel maniere acordé que le roy de Tunes rendroit et deliverroit touz les despens que le roy de France et ses barons avoient fait en la voie, en fin or pur et net, et que les trives seroient tenues fermement sanz point entrelaissier jusques à x ans. Avec tout ce il fu acordé que tous les marcheans qui par mer passeroient, s’il arrivoient au port de Tunes, ou se vent les y aportoit, ou il trespassoient outre, s’en partiroient franchement sanz riens paier. Car avant ce, les marcheanz estoient en si grant servitute que il leur convenoit laissier la x partie de quanqu’il avoient au port de Tunes. Avec ce, il fu devisé et acordé que le roy de Tunes rendroit le treu au roy de Cezille si comme ses devanciers avoient fait et rendu chascun an sanz faillir.

En la cité de Tunes estoit grant foison de crestiens et avoient leurs eglises toutes prestes et edifiées où il assambloient pour faire le service Nostre Seigneur ; si comme freres de l’ordre saint Dominique et autres assez ; si comme marcheans et pelerins et trespassans assez ; si comme gens s’espandent parmi le monde. Tantost comme le roy de Tunes sot la venue du roy de France, il les fist touz prendre et mettre en prisons vilaines et diverses ; et promist le roy de Tunes que tantost il seroient delivrez et demourroient franchement ou pays sanz nulle servitute de nulle riens. Les convenances dessus dites furent otroiées et escriptes et jurées et afermées d’une part et d’autre au miex que l’en pot et que l’en sot. Et delivra le roy de Tunes grant masse de fin or en paiant de la somme qui estoit otroié. Adonques fu pais criée parmi l’ost et commandé que nul ne feist mal aus Sarrazins sus la vie perdre. Quant la pais fu asseurée, aucuns des Sarrazins riches hommes vindrent veoir la contenance des François et des autres crestiens, et se merveillierent moult des nobles armes et du noble atour que il avoient, et des richesces qui estoient en l’ost. Si se humilierent moult et offrirent leurs services et leurs viandes et autres choses se mestier en avoient en l’ost.

Puisque pais fu faite[35], le roy de France et les autres barons ne vouldrent plus demourer ; si pristrent conseil quel part il iroient ; si regarderent qu’il ne pooient pas bien acomplir leur pelerinage en maniere que ce fust profit, meismement que leur gent estoit trop foible et touz langourex de maladies qu’il avoient eues devant Tunes. Et si estoit le legat mort[36] qui les devoit adrescier et mener en la Sainte Terre ; et especiaument que le roy avoit eu mandement par certains messages, de par monseigneur Symon de Neelle[37], garde du royaume de France, et de par messire Mathieu, abbé de Saint Denis en France[38], qu’il se hastast et pensast de venir en sa terre ; et quant il seroit revertuez et reconfortez et revenuz en santé, si porroit son veu et son pelerinage acomplir et retorner en la Sainte Terre.


VIII.
Comment les François se partirent de Tunes et entrerent en mer. Et de la grant tempeste où il peri tant de gens et tant de nefs[39].

Quant il orent pris conseil ensemble si fu commandé que la navie fust aprestée et que l’en y portast touz les harnois et tout ce que mestier leur avoit[40]. Dont se mistrent les maistres notonniers à leurs nefs qui estoient sur le port de Cartage là où la royne de France estoit a tout grant foison de nobles dames. Si appareillierent grant foison de nefs et leurs mas et leurs gouvernaux et se desancrerent ; le roy Phelippe et le roy Thibaut de Navarre, et messire Alphons conte de Poitiers, et messire Pierre conte d’Alençon, et messire Robert conte d’Artois, l’evesque de Langres[41] et plusseurs autres riches hommes entrerent en mer ; si orent bon vent et ne leur fu de rien contraire. Lors commencierent les mariniers à sigler et à nagier a grant force d’avirons. Tant alerent par haute mer qu’il arriverent au port de Trapes[42] paisiblement sanz nul contraire de mer ne d’autre chose. Quant il furent arrivez, si issirent hors des nefs et entrerent en la cité de Trapes. Là se reposerent et atendirent autres navies qui estoient demourées au port de Cartage, qui ne fu pas beneureuse de demourer : car quant il furent en haute mer, Neptunus, i des maistres d’enfer, fu enflé et plain d’orgueil et de desdaing de ce qu’il avoit tant sejourné qu’il n’avoit eu pieça aucune tempeste ne aucun encombrement.

En mer esmut et hasta touz les esperiz de tempeste et leur commanda qu’il se boutassent es nefs et qu’il les feissent souffler si forment qu’il pourroient. Tantost le vent se feri es ondes de mer et les commencierent à debouter si fort que ce sambloit que ce fussent montaignes qui vousissent monter au ciel. Le temps commença à noircir et oscurcir. Les maistres notonniers virent bien qu’il avoient tempeste ; si coururent aus gouvernaux et aus avirons et se commencierent à defendre des venz et de la tempeste au miex qu’il porent. Chose qu’il feissent ne leur pot riens aidier ne valoir, car les malignes esperiz se bouterent en maniere de torbeillons en leurs nefs ; si firent du pis qu’il porent en leur venue ; il rompirent les mas et les cordes, et les avirons et les gouvernaux firent voler par pieces en la mer. Les nefs demenoient quelque part qu’il vouloient ; aucune foiz les faisoient voler si haut qu’il sambloit qu’il vousissent monter aus nues, et puis les descendoient si aval qu’il sembloit qu’il vousissent descendre en abisme ; et en ce descendre, la mer entroit en leurs nefs en plusseurs liex et puisoient de toutes pars, et puis les faisoient courre si roidement que les quartiers et les pieces s’en aloient aval le vent. Les gens qui dedenz estoient perillierent et noierent en depriant à Nostre Seigneur qu’il eust merci et pitié des ames. Atant ne se tint pas Neptunus, ains envoia une partie de sa mesniee au port de Trapes ; si rompirent les cordes et les desancrerent, et les firent saillir parmi la mer aussi comme se il jouassent à la pelote, puis les faisoient retourner et hurler si roidement aus autres qu’il en faisoient les pieces voler ou il les desrompoient toutes. Une nef y estoit entre les autres qui Porte-joie avoit non, grant et merveilleuse et fort ; les cordes en furent rompues et desancrées ; si commença à courre parmi la mer aussi comme se ce fust beste sauvage arragiée qui courust sus aus autres ; aussi couroit-elle sus les nefs et les boutoit de si grant ravine que elle les faisoit fondre et plungier en la mer, et couroit de costé et de travers, amont et aval aussi comme se deables l’eussent en conduit. Celle nef Porte-joie avoit esté faite pour le corps le roy de France especiaument. Aucunes autres nefs qui venoient de Tunes estoient assez près du port de Trapes, et vouloient arriver et prendre fons, quant la tempeste les seurprist et les mena aussi roidement comme se ce fust foudre qui descendist du ciel, au port de Tunes droit dont elles estoient parties. Ceulz qui dedenz estoient se doubterent moult des Sarrazins de Tunes. Mais le roy commanda qu’il preissent port seurement tant que la tempeste fust passée et que l’en leur abandonnast viandes et autres choses dont il se vousissent aidier. En cette tempeste furent mortes environ iiiim personnes, et furent quassées et rompues xviii grans nefs sanz les petites plaines de chevaux et de richesces et d’autres grans garnisons sanz nombre.


IX.
De Edouart fils au roy d’Angleterre[43].

Edouart[44] filz au roy d’Angleterre vint au siege de Tunes plus tart que nulz des autres ; et estoit ja pais faite quant il vint ; si ne volt pas retorner en son pays devant qu’il eust esté en la terre de Surie et qu’il eust son veu acompli s’il peust. Il s’en passa outre en la Sainte Terre et amena avec lui chevaliers de France qui bien vouloient souffrir paine pour l’amour de Nostre Seigneur. Si arriva devant le port d’Acre, car à autre port ne pooit-il seurement arriver, pour ce que le port[45] de Jherusalem et toute la terre de Surie estoit sourprise et occupée des Sarrazins, fors aucuns chastiaux qui estoient de l’Ospital et du Temple, qui estoient assis sur la rive de la mer en tel maniere et si fors qu’il ne doubtoient point l’assaut des Sarrazins, meismement pour les bons combateurs qui estoient dedenz. Si y avoit autres chastiaux plus avant en la terre[46] où crestiens tornoient à garant quant il ne pooient plus endurer l’assaut des Sarrazins. Ne n’avoit mais en toute Surie que ii citez où crestiens peussent demourer, la cité d’Acre et la cité de Tyr ; le soudan de Babiloine avoit tout conquis par la force des Sarrazins. Tir est une bonne cité et defensable, et est assise en parfont en la mer, avironnée de toutes pars ; et est avec ce de haus murs fermée avec grant foison de grosses tours et de petites enclose, ne ne doubte assaut de nulle part, ne pierre ne mangonnel, ne nul autre encombrement, mais que ceulz de dedenz aient assez viandes pour eulz soustenir ; ne ne pourroit en nulle maniere estre prise se ce n’estoit en traïson.

Quant Edouart fu arrivé, ceulz d’Acre alerent encontre et le reçurent moult honnorablement. Ilec demoura et sejorna près d’un an, et deffendi la ville des Sarrazins, tant comme il y fu avec l’aide de ceulz de la ville et de l’Ospital et du Temple, bien et souffisaument selon son estat ; car il ne fist onques chose de grant renom ne de quoy l’en doie faire memoire, qu’il ne pooit, a si pou de gens comme il avoit, issir hors des murs a bataille contre les Sarrazins, ne le soudan, [ne] contre ceulz d’Egipte[47]. Si comme il sejornoit en Acre, si vint à lui i Haccassis et dist que il vouloit parler à lui en secré. Si li fu mené en sa chambre ; si tost comme le Haccassis y fu mené, il cacha un coutel envenimé au plus couvertement qu’il pot et en cuida ferir Edouart droit au cuer[48] ; mais Edouart l’apperçut venir ; si se traist arriere et fui au cop au plus tost qu’il pot ; toute voies fu-il navré au costé[49]. Sa gent, qui entour li estoient pristrent le Haccassis et li tollirent le coutel, et le batirent et le trainerent parmi les chevex contremont le planchier en la sale. Si le mistrent en prison vilaine et oscure, et puis retornerent à leur seigneur et demanderent de quel mort l’en le feroit mourir. Si fu acordé qu’il seroit trainé et puis pendu, mais que l’en li demandast qui l’avoit là envoié. Et il respondi, le Viex de la Montaigne son seigneur et son maistre. De celle plaie fu Edouart malade longuement et respassa et gari a grant paine. Ainsi qu’il estoit en tel point, nouvelles li vindrent que le roy d’Engleterre son pere[50] estoit trespassé de ce siecle et que les barons d’Angleterre le mandoient pour estre coronné. Il fist aprester sa navie et entra en mer, et vint en Sezille et fu honnoré et receu du roy Charles, et li donna grans dons et li fist grans cortoisies. D’ilec se parti et s’en vint droit en Gascoigne qu’il tenoit adonques en fié du roy de France, et sejourna grant piece de temps avesques Gascon de Biart[51] nobles hons et de grant puissance. Puis se mist au chemin et s’en vint en France et fu honnoré de plusseurs barons et de haus homes. Donques se mist au chemin et s’en vint au port de Wissant et passa oultre en son pays. Nostre propos n’est pas de descrire les hystoires des roy d’Angleterre, nous nous en tairons atant se ce ne sont incidences.


X.
De la mort au roy Thibaut sages et bons[52].

Si comme le roy Phelippe sejornoit en la cité de Trapes et l’ost se reposoit[53] pour la grant tempeste qu’il avoit eue en mer, le roy Thibaut de Navarre[54] acoucha malade au lit de la mort. Après ce que maladie le prist il ne demoura gaires que il mourut. De sa mort fu moult esbrechié et amenuisié l’ost de France ; si en furent les barons et les autres corrouciez et dolenz, car c’estoit le greigneur membre de l’ost après le roy de France et le plus puissant ; et estoit sages hons et donnoit bon conseil, et si estoit large et abandonné de donner à ceulz qui en avoient mestier, et especiaument il n’oblioit point les povres. Quant l’âme fu partie du corps, il fu commandé que les entrailles fussent mises hors, et qu’il fust cuit et conroié[55] de bonnes espices et de flairans. Les entrailles furent mises en i eglise, en la ville de Trapes, et le corps fu enbasmé et envelopé et mis en i escrin bien et gentement, et fu gardé avec le corps saint Loys jusques en France ; si fu enterré moult honorablement ou chastel de Provins, ou moustier des Freres Meneurs[56]. La royne Marie[57] sa femme, prist si grant doleur en son cuer de la mort son mari et de la mort le saint roy Loys son pere[58] et de ses autres amis que elle ne vesqui que un pou de temps après, ne n’ot onques puis joie à son cuer. Si comme elle estoit assez près de Marcelle[59], la maladie dont elle mourut la prist ; si commanda que elle fust enterrée à Provins delez son seigneur. Le royaume et la contrée de Champaigne vint à monseigneur Henri[60], frere du roy Thibaut.


XI.
Comment le roy de France et son ost se parti de Trapes, et comment sa femme la royne mourut[61].

Le roy de France sejorna à Trapes tant que son ost fu refrechi et reposé, puis il commanda que son ost fust arouté et qu’il se meissent droit au chemin vers Palerne[62], et que le hernois et les autres choses fussent conduites par mer après l’ost. Il n’a d’une cité jusques à l’autre que ii jornées. Tantost se mistrent en chemin et firent tant qu’il vindrent à Palerne. La cité de Palerne est le maistre siege de toute la terre de Sezille et la maistre cité ; et si dient aucuns que Meschines[63] doit estre le maistre chief pour ce que Meschines est plus riche et plus plaine de marcheandises et de gent. Ilec sejourna le roy xv jours entiers. Après ce, fu commandé que l’ost s’arroutast et se meist au chemin droit à Meschines. Tant errerent et cheminerent qu’il vindrent à Meschines ; si entrerent ou far[64] et passerent tout oultre a navie, et entrerent en la terre de Calabre et passerent tout oultre sanz sejourner, puis entrerent en la terre de Puille[65] et cheminerent tant qu’il vindrent à une cité qui a non Matrenne[66]. Si avint que madame Ysabel, femme le roy, passoit le fleuve qui estoit souz la cité sanz navie ; si là hurta le cheval sur quoi elle se seoit si forment, que elle tresbucha et chei à terre. Si se defroya et desrompi toute, et si estoit ençainte et toute plaine d’enfant. Quant elle fu dresciée, elle fu portée à une autre cité qui a non Cousence[67] ; et de la doleur et angoisse que elle ot, ala de vie à mort ; dont le roy fu moult dolent et courroucié, et touz les barons de France et tous les autres en furent troublez. L’en fist celebrer son service en grant devocion. Après le service, s’acheminerent et entrerent en la terre de Labour, et puis en celle d’Espaigne[68], et errerent tant qu’il vindrent à Rome[69]. Ilec sejourna i pou de temps et requistrent les apostres et les sains, et puis s’en alerent droit à Viterbe[70] là où la court estoit ; mais il n’i avoit point de Apostoile, et estoient les cardinalz en grant descort pour faire Apostoile. Pour ceste chose il furent enclos et enserrez en une sale, et leur dist l’en bien que jamais n’istroient jusques atant que il aroient fait nouvel pape. Le roy Phelippe pria et admonnesta pour Dieu et pour le profist de leurs ames qu’il feissent hastivement tel pasteur qu’il fust profitable à sainte Eglise gouverner, et baisa chascun en la bouche en remembrance de pais et de franchise, et qu’il ne meissent en oubli l’amonnestement que il leur avoit dit.


XII.
Comment Gui de Monfort occist Henri le filz au roy d’Alemaigne pour la cause qu’il avoit occis Symon de Monfort conte de Lincestre son pere[71].

Avant que le roy de France venist à Viterbe, ne qu’il fust en la ville entré, Henri le filz au roy d’Alemaigne vint en la cité. Gui de Monfort sot bien sa venue ; si se hasta moult de savoir son repaire et où il estoit à hostel, car il estoit en grant pensée comment il le pourroit occire. La cause pourquoy, c’estoit pour ce que Symon de Monfort conte de Lincestre pere de celui Gui, fu occis en bataille par le conseil de celui Henri. Tant fu espié de jour et de nuit que Gui le trouva en l’eglise Saint-Lorent, assez près de son hostel. Si le cuida chacier hors du moustier, si ne pot pour la presse de la gent. Quant il vit qu’il ne le pourroit avoir, si le feri d’un coutel parmi le cors, et chai à terre du grand cop qu’il li donna, puis le traina hors du moustier. Henri li cria merci jointes mains pour Dieu, qu’il ne l’occeist. Et Gui li respondi : « Tu n’eus pas pitié de mon pere ne de mes freres » ; si le feri derechief du coutel qu’il tenoit iii foiz ou iiii, tant qu’il le laissa tout mort. Onques la gent Henri ne furent si osez qu’il s’osassent mouvoir, pour la mesnie Gui qui près estoit pour eulz occirre maintenant. Quant ce fu fait, Gui monta et sa compaignie qui touz estoient près de li recevoir ; si s’en ala tout droit au conte Rous[72] de Touscane, car il avoit sa fille espousée et devoit tenir toute sa terre après son decés. L’en aporta nouvelles au roy de France de la mort Henri d’Alemaigne, et comment il avoit esté occis ; si ot grant despit et desdaing de ce que Gui avoit fait si vilain fait et si vilain murtre en la presence de sa venue, et commanda que s’il venoit à sa court, qu’il fust pris et retenu. Puis souffri Gui grant penitence, quar il en fu enchartré en i fort chastel et y demora tant que l’Apostoile li fist grâce et misericorde.


XIII.
Comment le roy passa Lombardie[73].

Ne demoura guères que le roy de France se mist au chemin de Viterbe, li et sa gent, et passerent le mont de Flacon[74], et entrerent en Toscane, et errerent tant qu’il vindrent à Orbevire[75] et monterent le mont de Bergue[76], et passerent la cité de Florence, et entrerent es plains de Lombardie et vindrent droit à Bouloigne la Grasse[77]. Ilec reposerent une journée, et bien matin s’en partirent et vindrent tout droit à Cremonne[78]. Là trouverent les bourgois de la ville si orgueillex et si vilains qu’il ne vouldrent pas livrer hostiex aus chambellens le roy pour son propre corps herbergier ; ains convint que le roy fust herbergié aux Freres Meneurs. Si leur fu dit et conté des sages hommes qui bien congnoissoient le pooir de France, que trop grant follie avoient faite, et que grans maux leur en pourroit venir. Si se repentirent tantost, et vindrent les maistres et les eschevins de la ville au roy Phelippe et li prierent qu’il ne s’esmeust ne ne courrouçast, que volentiers feroient ce qu’il li plairoit, et que touz les biens de la ville estoient en son commandement. Le roy fist semblant que riens ne li en fust et qu’il leur pardonnoit. Au matin s’arrouterent les François et s’adrescierent à aler à la cité de Melan. Mais avant que le roy fust hors de la seigneurie de Cremonne, les bourgois de Melan li vindrent à l’encontre et le reçurent honnorablement tant comme il porent, et le conduirent a grant joie et a grant honneur jusques au palais. Et lui descendu et reposé, il apresterent xii destriers, les plus biaux qu’il porent trouver et les firent touz couvrir de soie, et les firent touz conduire au palais, et les presenterent au roy de par les seigneurs de la ville, et li prierent moult qu’il vousist estre leur seigneur et qu’il receust la cité en sa garde et en sa deffense. Le roy les mercia moult de l’onneur qu’il li porterent et de la courtoisie qu’il li presentoient à faire ; mais des deniers et des autres choses se fist-il excuser[79] et n’en voult nulz prendre.

L’endemain se parti le roy de Melan avec grant convoi des greigneurs de la ville. Si n’ot pas moult alé avant que le marchis de Monferrat vint à l’encontre de lui, qui a grant joie et a grant honneur le reçut et si offri et ses biens d’estre tout prest à son commandement. Tant chevaucha le roy et sa gent qu’il vint à Vergiaus[80] ; ilec sejorna ii jours et puis se mist au chemin, et entra en Savoie et vint à une cité qui a non Susanne[81] qui est assez près des montaignes. Ilec demoura iii jours entiers pour prendre repos li et sa gent et les chevaux pour estre plus viguereux et plus fors à passer les montaignes. Après ce il entrerent es montaignes et passerent les mons de Mongieu[82] a grant paine et a grant labour, et puis il s’arrouterent et entrerent es vaux de Morienne ; si tornerent droit à aler à Lyons sus le Rosne, et chevauchierent tant qu’il vindrent à la cité de Mascons en Bourgoigne et passerent tout oultre, et tant firent qu’il vindrent à Cligny[83], en l’abbaïe où le roy fu moult honnorablement receu. D’ilec se partirent et issirent hors de la terre de Bourgoigne et entrerent en Champaigne et vindrent droit à Trois ; si passerent toute Champaigne, et errerent tant qu’il entrerent en la terre et en la seigneurie de Paris[84].


XIV.
De la sepulture le saint roy Loys et de son frere le conte de Poitiers et de Jehan Tristan, et de Pierre le chambellenc, et de madame Ysabel, la femme le roy Phelippe[85].

Quant le roy fu venu à Paris qu’il desiroit moult à veoir, il fu commandé que l’en aornast les corps qui avoient esté aportez de si lointaines terres. Quant il furent près et aornés, le bon roy Phelippe prist son pere et le conduit droit à Nostre Dame de Paris avec les autres qui estoient mors en la voie de Tunes. Si leur chanta l’en les vigiles hautement et bien, et avoit grant foison de luminaire entour les bieres embrasé, a grant compaignie de noble gent qui toute nuit veillierent jusques au jour. L’endemain à matin[86], le roy Phelippe prist son pere et le troussa sus ses espaules et se mist en la voie tout à pié à aler droit à Saint Denis. Avec lui furent grant plenté de nobles de France qui avec li estoient. Toutes les religions de Paris issirent hors ordenéement a grans processions, disanz leur service des mors en priant pour l’âme du bon roy qui tant les amoit. Evesques, arcevesques, abbés furent revestuz ; les mitres es testes, les croces es poinz alerent après en bonne devocion disanz leurs prieres et leurs oroisons. Tant alerent pas avant autre qu’il vindrent à Saint Denis. Mais avant qu’il venist à la ville, le convent li vint à l’encontre, et furent touz les moines revestuz de chapes de cuer, chascun i cierge ardant en sa main, et reçurent humblement le corps monseigneur saint Loys. Si comme l’en vouloit entrer ou moustier, les portes furent closes contre leur venue. La cause fu pour ce que l’arcevesque de Sens et l’evesque de Paris estoient revestuz de leurs garnemens pour le corps du saint roy recevoir et de ses compaignons. Mais les moines de Saint Denis ne le porent souffrir pour ce qu’il vousissent user de leur franchise, et avoir jurisdicion sus l’eglise aussi comme il ont sus les autres de leur dyocese. Car les moines de Saint Denis sont exemps ; ne ne feroient pour l’arcevesque riens ne pour l’evesque, si ne leur plaisoit et se ce n’estoit à leur gré. Le roy fu devant la porte, son pere sus ses espaules, et les barons et les prelaz qui en l’eglise entrer ne pooient. Donques il fu commandé à l’arcevesque et à l’evesque qu’il s’alassent devestir et qu’il ne feissent nul empeschement à si haute besoigne. Quant il s’en furent alez, les portes furent overtes et le roy entra enz et les barons et les prelaz. Si commencierent à chanter hautement les services des feuz, bien et dignement, et puis enterrerent les ossemens du bon roy Loys d’encosté son pere le roy Loys, assez près de son aïol le roy Phelippe qui tant fu puissant en armes ; et mistrent une tumbe de pierre dessus tant que l’en li ot fait une tombe d’or et d’argent et de noble faiture[87]. Les ossemens Pierre le chambellenc furent enterrez au piez saint Loys, en tel maniere qu’il gisoit à ses piez quant il estoit en vie. Madame Ysabel fu enterrée d’autre part assez près du bon roy, et messire Jehan Tristan conte de Nevers d’encosté lui.

Le trespassement au conte de Poitiers devons nous bien raconter et metre en memoire. Car comme le bon conte s’en revenoit de Tunes avec le roy Phelippe son neveu, avint qu’il acoucha malade et enferme, et sa femme, et toute sa mesnie, qu’il ne demoura nul qui se peust aidier en i chastel qui est appellé le Cornet[88], à l’issue de Touscane. Tant se hasta la maladie qu’il pensa qu’il li convenoit partir de ce siecle, et fist et ordena son testament comme bon crestien, et eslut sa sepulture à Saint Denis en France avec son pere et ses autres amis, et donna bonne rente pour celebrer son anniversaire chascun an. Sa gent et sa mesniee le porterent à Saint Denis. Assez tost après l’enterrement delès son frere, la contesse sa femme, qui trop pou vesqui après la mort son seigneur, fu portée à une abbeïe de nonnains où elle avoit esleu sa sepulture ; et l’abbeïe si siet à iiii milles de Meleun sur Saine et est appellée Jarci[89]. La contée de Thoulouse et la contée de Poitiers descendi et vint au roy de France pour ce qu’il n’avoient nul hoir de leurs corps.


XV.
Comment le roy Phelippe, filz saint Loys, fu coronné à Reins[90].

L’an de grâce mil CC LXXI, droit à l’Assompcion Nostre Dame[91], Phelippe le roy de France vint à Reins et fu coronné par la main de l’evesque de Soissons[92], car il n’i avoit point d’arcevesque à Reins[93], ainz estoit le siege vagant. Si fu la feste grant, et y furent les barons au roy de France, et grant foison de prelas, et plusseurs autres.

Les roys de France ont acoustumé dès le temps Charlemaine, le grant roy de France et emperere, de faire porter Joieuse devant eulz le jour de leur coronement, en l’honneur et la puissance du roy Charlemaine qui tant de terres conquist et tant Sarrazins mata. Si la doit ballier le roy au plus loyal et au plus preudomme du royaume et de touz les barons, et à celi qui plus aime l’onneur et le profit du roiaume et de la coronne, qui porte devant li quant il va recevoir son coronnement.

Le roy Phelippe regarda entour lui bien et apertement tous ses barons qui entour li estoient ; si la tendi à Robert conte d’Artois, et cil la prist et la porta devant lui moult liéement celle journée. Celle espée qui a nom Joieuse et la corone et le ceptre royal et les autres aornemens sont gardés ou tresor Saint Denis moult chierement, et bien sont tenuz les moines de envoier les au coronnement, en quelque lieu que il soit.

Quant la feste fu passée, les barons et les haus hommes se departirent, et ala chascun en sa contrée. Le roy se departi et ala droit en Vermendois visiter le pays et soy esbatre. Si comme il estoit ilec, le conte d’Artois li pria et requist qu’il venist deporter soy en son pays et qu’il venist veoir la cité d’Arraz. Le roy li otroia volentiers. Les bourgois qui sorent sa venue commencierent à faire grant feste et parerent la ville, et mistrent hors le ver et le gris et moult d’autres grans richesses, et reçurent le roy a grant joie et a si grant lieesce comme il porent plus ; ne il n’est pas homme qui peust dire que onques mais eust veu plus belle feste ne plus grant. Le conte d’Artois manda les dames et les damoiselles du pays pour faire tresches et queroles[94] avec les fames as bourgois qui s’estudioient en toutes manieres de dancier et d’espinguier[95], et se demenoient en toutes manieres à leur pooir qui deust plaire au roy. Quant le roy ot ainsi esté honoré, si li prist talent de retorner en France[96].


XVI.
De la contenance le roy Phelippe et de sa maniere[97]

Après ce que le roy fu retourné en France et il fu entré ou siege son pere, si commença à estudier en bonnes meurs et en bonnes euvres. L’en treuve en escripture que la felonnie du pere fait trebuchier ce dessus dessous la maison au filz, et quant le pere est homme sanz felonnie, la maison du filz est plus seure et plus ferme. Ceste grâce fist [nostre Sire au bon saint roy Loys][98] quant il mist Phelippe son filz en son siege et en son throsne, si comme il fu dit à David. Si custodierint filii tui testamentum meum et testimonia mea hec que docebo eos, et filii eorum usque in seculum sedebunt super sedem tuam[99]. C’est à dire, « Se tes enfans gardent mon commandement et font ce que je leur commande à faire, toute leur ligniée sera sage et serra en ton siege et en ton trosne. » Aussi fist le roy Phelippe ; il n’oblia pas ce que son pere li commanda quant il fu et en sa derreniere volenté et qu’il usast du conseil des sages hommes. Il usa du conseil maistre Macy[100] abbé de Saint Denis qui estoit homme religieus et aorné en sapience, et li bailla toutes les causes et les besoignes de son roiaume en la maniere que son pere le faisoit.

Puis que sa femme fu deviée[101], il ne voult estre sanz penitence, car il vestoit la haire et le haubert dessus pour ce qu’il peust miex sa char estraindre et chastier ; avec tout ce qu’il geunoit et faisoit grant abstinence de viandes ; et tout ce faisoit-il, qu’il ne fust souillié des vices de humaine nature. Et toute ceste vie maintint-il toute sa vie jusques à la mort ; par quoy l’en pooit dire qu’il menoit mieux vie de moine que de chevalier. Il estoit plain de belles paroles et bien emparlé ; si estoit entre ses barons sage et atrempé sanz nul boban et sanz nul orgueil. Par ses bonnes vertus qui en lui resplendissoient, tint-il son roiaume en pais touz les jours de sa vie.


XVII.
Comment le conte de Fois se revela contre le roy de France[102].

Il avint ou tiers an du regne le roy Phelippe que es parties devers Thoulouse, le conte d’Armignac[103] et Girart, i vaillant chastelain d’un chastel qui a non Casebonne[104], mut contens et haine ; si s’entredeffioient et assailloient assez souvent l’un l’autre. Si avint que le conte d’Armignac vint tout armé devant le chastel avec sa compaignie, et commença Girart à menacier et laidir de paroles. Quant Girart vit ce, si ne fu pas lié de ce qu’il le venoit laidir et ramposner[105] si près de son chastel. Si issi hors a tant de gent comme il pot avoir et si feri en ses anemis fort et hardiement, et encontra tout premierement le frere au conte[106] ; si le feri d’une lance si grant cop qu’il perça tout oultre le haubert et li trencha le foye et le cuer, et chei à terre tout mort. Après il courut sus à lui et aus siens, et chaplerent grant piece les uns sus les autres. A la parfin, il tint le conte si court qu’il convint par force qu’il s’enfuist, et Girart s’en torna en son chastel.

Après ce, ne demoura guéres que le conte d’Armignac fu entalenté de vengier sa honte et la mort de son frere. Si manda touz les plus nobles et les plus puissans de son linage, entre lesquiex le conte de Foiz[107] fu i des meilleurs et des plus riches. Si pristrent conseil ensemble qu’il iroient trebuchier le chastel de Casebonne et destruiroient Girart et toute sa mesnie. A Girart fu dit et conté la grant gent qui devoient venir sur li et que le conte de Fois estoit venu en l’aide au conte d’Armignac. Si vit bien qu’il ne pourroit durer contre si grant gent ; si se transmua et se mist en la garde et en la deffense le roi de France, et de ses senechaux et de ses bailliz qui representoient la personne le roy et qui gardoient et deffendoient le pays, et se sousmist du tout à eulz, et qu’il cogneussent du fait et de la cause, et en vouloit estre jugié par eulz. Si s’en vint demourer à i chastel qui estoit au roy de France et y fist venir sa femme et ses enfanz et touz ses biens, et cuidoit bien qu’il n’osassent le chastel assaillir pour la doubte au roy de France. Mais le conte de Fois et sa suite ne laissierent onques, pour la gent le roy, à venir vers le chastel, et l’assaillirent de toutes pars ; si trebuschierent les murs et abatirent les portes et entrerent enz et occistrent assez de la gent le roy et de la gent Girart, et commencierent à querre Girart amont et aval ; mais Girart s’enfui repostement, si qu’il ne le porent trouver.

Ne demoura gueres que les nouvelles en vindrent au roy de France. Quant il l’oy, maintenant le cuer si li engroissa, et conçut grant indignacion de ce fait et meismement [pour ce que ce estoit au commencement][108] de son regne. Si manda ses barons et assambla son ost si grant qu’il sembloit qu’il deust toute terre faire fremir. Le roy et sa gent furent assamblez à Thoulouse, et fu commandé que l’en entrast en la terre ou conte de Fois et que l’en despoullast et gastat tout. Ainsi fu fait comme il fu commandé, et alerent tant qu’il vindrent aus montaignes ; si les monterent et vindrent tout en haut, tant qu’il furent bien près du chasteau de Fois. Si tendirent leurs tentes et leurs paveillons tout entour. Le conte de Fois et sa femme et toute sa mesnie, avec grant foison d’Aubigois estoient tout asseur, si comme il leur estoit avis et cuidoient que le chastel ne deust estre pris en nulle maniere et que bien se tenist contre touz. Le roy et son ost regarderent qu’il ne pooient pas tant aprochier du chastel si comme il vouldroient. Si s’esmut le roy qui estoit de grant courage et jura que jamais ne se partiroit du siege devant ce qu’il auroit le chastel trebuschié et mis par terre ou que il li seroit rendu. Si se conseilla comment il en pourroit exploitier. Si li fu loé qu’il mandast ouvriers qui trebuchassent la roche, et qu’il feissent la voie large, si que sa gent peussent aler à pié et à cheval. Si commencierent les ouvriers à trenchier la roche et à faire la voie grant et large, si que la gent à pié et à cheval y porent passer.

Quant le conte de Fois vit ce et que le roy estoit si ferme en son propos, il se conseilla qu’il pourroit faire et comment il pourroit eschiver ce peril ; si li fu loé qu’il s’acordast au roy hastivement. Il prist messages et les envoia au roy, et li pria et supplia qu’il li pardonnast son mautalent, et qu’il metoit li et touz ses biens en sa merci et qu’il en feist toute sa volenté[109]. Le roy oy les messages et li manda que il venist à lui en telle maniere comme il avoit mandé. Tantost le conte vint devant le roy et s’agenoilla et li requist merci, et le roy li dist qu’il li feroit plus de bien qu’il n’avoit deservi. Tantost fu pris et lié et mené à Biauquesne[110], et demoura là i an tout entier. Le roy prist toute sa terre en sa main sa femme et touz ses enfanz, puis retorna en France. Quant i an fu acompli, le conte fu mis hors de prison et servi à court avec les autres nobles hommes, et ot la grâce le roy tant qu’il le fist chevalier et li donna armes et l’envoia aus tournoiemens pour aprendre le fait des armes[111]. Après toutes ces choses, le roy rendi au conte de Fois toute sa terre franchement et quitement et li donna congié de retorner en son pays.


XVIII.
De Raoul d’Auçoy qui fu coronné à roy d’Alemaigne. Incidence[112].

L’an de grâce mil CC LXXII, Raoul d’Auçoi[113] fu coronné à roy d’Alemaigne.

Henri[114] le roy de Navarre espousa la suer au conte d’Artois, de laquelle il engendra madame Jehanne, qui puis fu royne de France.

Le conte d’Alençon[115] espousa la fille au conte de Blois.

[116]En celle année meismes vint l’apostoile Gregoire à Lyons sus le Rosne, droit entour quaresme et fist i concile general où il ot grant assamblée de prelaz et de barons. Le roy de France vint à Lyons et visita l’Apostoile[117] et le salua moult courtoisement et li fist grant honneur si comme à son père espirituel, et parlerent ensemble d’aucunes besoignes qui apartenoient au royaume de France. Quant il orent ordené des choses profitables pour le royaume, l’Apostoile li donna sa beneïçon et li pria moult qu’il gouvernast si son royaume, que ce fust au profist et au salut de s’âme. Le roy prist congié et s’en retourna en France pour ce que l’Apostoile vouloit ilec sejourner et tenoit concile general. Le roy Phelippe li lessa grant foison de chevaliers et de serjans d’armes[118] pour garder l’Apostoile et ses cardinaux et touz ceulz de la court, que nul encombrement ne leur fust fait, et commanda le roy que l’Apostoile eust iii fors chastiaux et defensables en son commandement, qui sont des apartenances de la seigneurie du roiaume de France, assis assés près de la cité de Lyons pour son propre corps garder et defendre, se besoing en fust[119].

Ce concile general[120] commença dès kalendes de may et dura jusques à la Magdalene. En ce concile general ot fait moult de bonnes besoignes et profitables. L’en ordena premierement et establi que l’Apostoile fust esleu des cardinalz, et en pou de temps, ou que l’en les meist en prison fermée et que l’en leur donnast pou viandes jusques atant qu’il se fussent acordez[121]. Après ce, il fu acordé que la disiéme partie des biens de sainte Eglise fussent donnez et ottroiez jusques à vi ans, pour soustenir et deffendre la terre d’outre mer. En ce meismes concile, furent cassées aucunes religions qui vivoient d’aumosnes, si comme les freres des Sacs et les freres des Prés et plusseurs autres[122], et les bigames furent quassés et mis hors de touz privileges de clerc et furent abandonnez à laie justice aussi comme laye gent[123]. En la fin du concile vindrent les messages des Griex courtoisement et bien noblement, et distrent et promistrent qu’il estoient de la court de saint Eglise, et confesserent le Pere, le Filz et le Saint Esperit, et chanterent en plain concile, à haute voiz : Credo in Deum. Le nombre des evesques et des arcevesques qui en ce concile furent assamblez fu estimé à vc, et des abbez croces portans jusques à lx, et d’autres prelaz jusques à mil[124].


XIX.
Comment le roy prist à femme Marie fille au duc de Breban ; et de la mort Henri le roy de Navarre[125].

Le roy Phelippe ot conseil de soy marier et de prendre femme. Si li fu parlé de plusseurs damoiselles de haute ligniée et de haut parage. Entre les autres dames li vindrent nouvelles de damoiselle Marie fille au duc de Breban[126] pour ce que elle estoit belle et sage et plaine de bonnes meurs ; si fu acordé que le roy la preist à femme ; si li manda par ses messages. Quant le duc Jehan oy la nouvelle, si fu moult lié et reçut les messages tant honnorablement comme il pot et li envoia sa seur aornée de joiaux et de riche atour, si comme il apartenoit à telle dame. le roy espousa la dame[127] et l’acueilli a moult grant amour.

Pierre de la Broce[128], maistre chambellenc le roy, moult enflé et desdaing de ce que le roy amoit tant sa femme, ot trop grant envie, et li fu avis qu’il ne seroit plus si privé de lui comme il estoit devant, et que la grant hautesce où il estoit monté pourroit bien abaissier. Si pourpensa de jour en jour comment il pourroit appeticier l’amour qui estoit entre le roy et la royne, ne ne regardoit pas le lieu dont il estoit venu, ne le bas estat où il avoit esté. Car quant il vint à la court le roy Loys, il estoit i povre cirurgien et estoit né de Touraine ; si monta tant et haut que le roy Phelippe en fist son chambellenc et que il ne faisoit riens fors par son conseil ; ne les barons ne les prelaz ne faisoient riens à court si ne li faisoient grans presens et grans dons. Ceste chose desplut moult aus barons et orent grant indignacion de ce qu’il avoit si grant puissance devers le roy et faisoit si sa volenté, ne ne demandoit riens au roy, tant fust grant chose, qui de riens li fust escondit. Il requist au roy que maistre Pierre de Banay cousin sa femme fust evesque de Baiex[129] ; et tantost le roy voult et commanda qu’il fust evesque. Le chapitre de Baiex ne l’osa contredire pour la doubtance du roy. Le roy maria ses filz et ses filles là où il voult commander et tout à sa volenté.

Incidence[130]. — Henri[131] conte de Champaigne et roy de Navarre mourut celle année meismes ; sa femme demoura veuve et ot une fille de lui qui avoit non Jehanne[132] et estoit si petite que elle gisoit ou bercueil. Quant elle vit la mort son seigneur, si se hasta moult de porter son enfant en France pour la doubtance de ceulz de Navarre qu’il ne li feissent ennui ou aucun contraire. Le roy Phelippe, l’enfant doucement et volentiers reçut et le fist nourrir à sa court à Paris avec ses enfanz tant que elle fust en aage qu’il la peust donner à aucun haut homme à mariage[133]. Pour ceste chose faire et acomplir au profit de l’enfant, le roy envoia maistre Huistace de Biau Marchais[134] en Navarre et li commanda qu’il receust en son nom et comme tuteur et garde de l’enfant les hommages des barons de Navarre. Messire Huistace se hasta moult de faire sa volenté ; si vint au plus tost qu’il pot en la contrée de Navarre et monstra le commandement au roy de France aus barons et aus bourgois du pays, et s’arresta premierement en la cité de Pampelune et fist ilec sa garnison des François et de sa gent, et s’en ala par chastiaux et par les citez en faisant le profit et l’onneur du roy au miex qu’il pot et qu’il sot en recevant les homages et les seremens des barons du pays.


XX.
Du couronnement la royne Marie[135].

Prelas et barons du royaume de France et d’Alemaigne s’assamblerent et vindrent à Paris et plusseurs autres nascions pour ce que la royne Marie devoit estre coronnée. Si fu l’assamblée moult grant et moult belle de haux princes et de grans barons. L’arcevesque de Reins[136] chanta la grant messe. Après ce qu’il ot chantée et celebrée, il mist la coronne sus le chief la royne Marie et la sacra et benei selon ce que il ont acoustumé en France ; et fu droitement le jour de la feste saint Jehan Baptiste, l’an de grâce M CC LXXV[137]. La feste fu moult grant et moult belle, que à paine le pourroit nul raconter. Les barons et les chevaliers furent vestuz de draps de diverses couleurs ; une foiz estoient en ver et l’autre en gris, en vert ou en escarlate et en plusseurs autres couleurs ; les fermaux d’or es poitrines et sus les espaules de grosses pierres precieuses si comme esmeraudes, safirs et jacinctes, pelles, rubis et plusseurs autres pierres precieuses de plusseurs autres manieres. Si avoient anniaux d’or es dois aournés de riches dyamans et de riches thopases ; et estoient leurs chiez aornez de riches treçoirs et de riches guimples toutes tissues à fin or et couvertes de pelles et autres pierres.

Les bourgois de Paris firent feste grant et sollempnel et encourtinerent la ville de riches draps et de diverses couleurs et de pailes et de cendaux. Les dames et les pucelles s’esbaudissoient en chantant diverses chançons et divers motez. Quant la feste fu passée, l’arcevesque de Sens[138] vint devant le legat Symon[139], prestre et cardinal de l’église Sainte Cecile et dit au legat, en complaignant, qu’il li feist droit de l’arcevesque de Rains qui li fesoit tort et injure de ce qu’il avoit coronnée la royne Marie de France en sa dyocese, et que à li n’appartenoit riens de ce faire se ce n’estoit en sa province, en la cité de Reins ; et monstra l’arcevesque de Sens une epistre[140] qui piece a fu acomplie et confermée par Yvon l’evesque de Chartres, en laquelle il estoit contenu que l’arcevesque de Reins ne se doit entremettre du coronnement au roy de France de nulle riens hors de sa province. Si fu respondu de par le roy de France à l’arcevesque, que à tort et sanz cause il se plaignoit, car la chapelle le roy qui est à Paris où la royne fu coronnée est exempte et n’est de riens en sa jurisdiccion.


XXI.
De la mort Ferrant d’Espaigne[141].

Celle année meismes, mourut Ferrant l’ainsné filz au roy de Castelle[142]. Cil Ferrant avoit espousée Blanche fille au roy Loys[143] en tel forme et en tel maniere que se Blanche avoit hoir du filz au roy d’Espaigne, que le royaume venroit après la mort du pere et de l’aïeul aus enfanz de la dicte Blanche entierement. Quant Ferrant fu mort, Blanche sa femme demoura veuve atout ii enfans que elle ot de lui, Ferrant et Alphons, qui par droit devoient tenir après la mort de leur aieul le royaume d’Espaigne, si comme il avoit esté en convenant entre le saint roy Loys et le roy de Castelle ; pour ce furent ces choses ottroiées et affermées des ii roys et des barons d’Espaigne ; car le roy saint Loys avoit aucun droit au royaume d’Espaigne de par madame Blanche sa mere qui fu fille au roy de Castelle qui jadis fu. De toutes les convenances que le roy de Castelle avoit jurées à tenir, n’en fist riens, ains manda les barons de son royaume et leur pria qu’il feissent hommage à Sanse son filz[144], et qu’il estoit enferme de son corps et paralitique et qu’il ne pooit le royaume maintenant ne gouverner.

En celle maniere desherita les enfans de son premier filz[145], ne à Blanche leur mere il n’en donna rente ne douaire, ne autre chose dont elle peust vivre. La bonne dame demoura toute esbahie et toute esgarée entre les Espaignolz qui guéres ne l’avoient chiere.

Le roy de France sot bien le povre estat où sa suer estoit, et comment ses neveuz estoient desheritez ; si fu trop durement dolent et courrocié ; si se conseilla comment ne en quel maniere il pourroit avoir sa suer ne oster de la chaitiveté où elle estoit. Si envoia au roy d’Espaigne monseigneur Jehan d’Acre[146], bouteiller de France, et li manda qu’il gardast bien que le douaire sa seur Blanche ne fust par li ne par autre empeeschié, et que le droit que ses neveus devoient avoir ou royaume de Castelle leur fust gardé ; et se il ne vouloit ce faire, au moins qu’il envoiast sa seur et ses ii enfans, et qu’il leur feist avoir sauf conduit tant qu’il fussent retornez en France.

Au roy d’Espaigne vindrent les messages et li raconterent mot à mot ce que leur seigneur leur avoit commandé ; mais il refusa tout et dist qu’il n’en feroit riens, et fu enflé et corroucié de ce que le roy de France li avoit mandé. Les evesques[147] qui bien aperçurent la tricherie du roy, requistrent que puisque autre chose n’en vouloit faire, qu’il en laissast aler Blanche et ses ii enfans au roy de France son frere. Cil qui fu courroucié et enflé d’aucunes paroles qu’il li avoient dit, respondi tout estroussèement[148] aussi comme par despit qu’il l’enmenassent quel part qu’il vouldroient, qu’il n’en faisoit force. Quant il orent ainsi estrivé[149] par paroles de ramposne[150], les messages s’en partirent et se mistrent au chemin et enmenerent Blanche.

Le bouteillier se doubta moult que le roy ne leur feist aucuns aguez ou aucun encombrement, si se hasta moult de chevauchier et d’aler par nuit et par jour tant qu’il vint à i pas qu’il ne pooit eschiver, et passerent tout oultre sanz nul peril, car les espiees au roy d’Espaigne ne se sorent tant haster qu’il peussent venir au devant. Ainsi eschaperent des mains à leurs anemis sanz perte et sanz dommage. Aucuns des barons d’Espaigne virent que le roy leur seigneur aloit encontre son serement de ce qu’il avoit en convenant au roy de France, si ne vouldrent faire hommage à Sanse son filz qui ja estoit en possession du royaume d’Espaigne ; entre lesquiex Jehan Monge[151] en fu l’un. Pour la rayson de ce, le roy d’Espaigne li tolli toute sa terre ; et cil Jehan Monge s’en vint en France au roy Phelippe et li dist qu’il estoit prest et appareillié d’aler contre le roy d’Espaigne et de li grever tant comme il pourroit, comme cil qui estoit parjure et qu’il avoit faussé son convenant. Le roy Phelippe qui bien sot la verité, le reçut moult honnorablement et li donna grans dons et li fist aministrer grant somme d’argent pour faire ses despens. Ja soit ce que le roy fust moult esmeu d’aler encontre le roy d’Espaigne, ne voult-il pas assambler son ost jusques a tant qu’il fust conseillié aus prelaz et aus barons de son royaume, et qu’il eust autres messages envoiez au roy d’Espaigne pour savoir s’il fust hors de son mauvais propos.

Incidence[152]. — Robert conte d’Artois ala visiter Charles le roy de Sezille son oncle et demoura avec lui une piece de temps en Puille et en Calabre, tant qu’il li prist talent de retourner en France. A Rome vint pour visiter les apostres ; sa femme qu’il ot avec lui amenée acoucha malade et mourut et fu enterrée en l’eglise saint Pere l’apostre. Le conte Robert qui moult fu dolent de la mort sa femme, car elle estoit plaine de grant bonté et sage et bien enseigniée et de grant parage[153] ; ii enfanz en demoura au conte, Phelippe et Robert[154], et une fille qui puis fu femme Atelin de Bourgoigne[155].

Ainçois que le conte d’Artois fust retourné en son pays, le roy de France donna sa seur, qui fu femme au roy Henri de Navarre, à Ymont[156] frere le roy Edouard d’Angleterre par le conseil la royne Marguerite sa mere. Quant le conte d’Artois le sot, si li desplut moult et en fu forment corroucié, car il pensoit bien que le roy d’Angleterre n’avoit nul amour au roy de France.

[157]En ce contemple, Amauri, clerc[158], filz le conte Simon de Monfort qui avoit esté occis, si comme nous avons dessus dit, menoit par mer une seur[159] qu’il avoit, au conte de Gales, pour ce que le prince de Gales la devoit prendre à femme. Si comme il estoit en haute mer, les espies au roy d’Angleterre li vindrent au devant et les emmenerent pris et liez devant le roy. Ledit Edouart le fist metre en prison[160] et le tint longuement. Quant Loelin, le prince de Gales le sot, si en fu moult dolent ; si manda au roy d’Angleterre qu’il li rendist sa femme, et s’il ne le vouloit faire, il seroit son anemi et son contraire en toutes manieres. Le roy Edouart li manda qu’il venist à lui comme son homme, et il auroit conseil qu’il en devroit faire. Leolin ne voult de riens obeir à son commandement, ainz assembla ses gens et garni ses chastiaux et ses marches, et meismement une montaigne fort et defensable garnie de chastiaux et de forteresces que l’en appelloit Senandone[161]. Au roy Edouart fu tout conté et dit comment il garnissoit et comment il occioit touz les Anglois qui venoient en sa terre. Il assambla tout son ost et se feri en Gales et chaça Loelin jusques en Senandonne et gasta et ardi tout le pays. Plus avant ne pot aler pour la montaigne qui estoit enclose de mareschieres et de paluz tout entour, et pour l’iver qui estoit fort et aspre. Ilec demoura et assit la montaigne et par mer et par terre ; et les Galois se deffendirent bien asprement et se ferirent par maintes foiz aus Englois, et en tuerent assez et emmenerent souvente foiz la proie au roy d’Angleterre. A la parfin les tint le roy si court que Loelin vint à li à merci[162] ; mais ce ne fu pas sanz grant perte de sa gent pour l’yver qui estoit fort et plain de pluie et de vent. Si fu acordé que Loelin auroit sa femme et que les hoirs qui estoient de lui ne seroient seigneurs de Gales aussi comme leurs devanciers avoient esté, et que Loelin seroit sanz plus tenu pour prince tant comme il vivroit. En telle maniere rendi à Loelin sa femme, et l’espousa en sa presence, et puis rendi, pour ce qu’il estoit clerc, Amaurri aus prelas d’Angleterre, et leur commanda le roi qu’il fust bien gardé et que s’il issoit hors sanz son congié, qu’il les puniroit et en soufferroient paine. Mais il fu puis delivré par le commandement l’Apostole, et vint en France demourer[163].


XXII.
De la mort Loys le premier filz le roy Phelippe[164].

En l’an de grâce mil CC LXXVI, avint que Loys le premier filz le roy Phelippe mourut, et fu empoisonné si comme aucuns dient. Le roy en fu en souppeçon, et ceste souppeçon mist en son cuer Pierre de La Broce son maistre chambellenc ; car il maintenoit et disoit en derriers que ce avoit fait la royne et que elle feroit, se elle pooit, mourir les autres pour ce que le royaume peust venir aus enfanz qui estoient de son corps. La court de France en fu toute esmeue, et en murmurerent plusseurs tant que le roy de France le sot. Quant le roy oy telles paroles, si fu moult pensis qui pooit avoir fait tel traïson, et se pena moult en quel maniere ne comment il le pourroit savoir. Si li fu dit et conté qu’il avoit à Nivelle une devine[165] qui merveilles disoit des choses passées et avenir, et estoit en habit de beguine et se contenoit comme sainte femme et de bonne vie. Et si avoit à Laon i autre devin qui estoit vidame de l’eglise de Laon, qui par art de nigromance savoit moult de choses secretes. Et plus avant vers Alemaigne, estoit i convers, qui avoit esté Sarrazin, qui grant maistre et sage se faisait en tiex besoignes, et moult disoit de choses qui sont avenir. « Par Dieu », dit le roy, « aucun trouvera l’en qui nous dira nouvelles de ce fait ». Si appella son clerc qui bien estoit privé et homme secré, et li pria qu’il alast vers Laon et à Nivelle, pour savoir lequel de ces prophétes estoit tenuz au plus sage, et qui miex et plus certainement diroit la verité de ce que l’en li commanderoit.

Le clerc ala à Laon et à Nivelle, et enquist et demanda le plus sagement qu’il pot, lequel estoit tenu à plus sage de tel besoigne. Si trouva que la beguine estoit la plus renommée que les autres et que elle estoit trop miex creue que les autres de ce que elle disoit. Au roy de France s’en retourna et conta tout ce qu’il avoit trouvé. Le roy manda l’abbé de Saint Denis qui avoit non Maci[166], car il se fioit moult en lui, et Pierre, evesque de Baiex qui estoit cousin Pierre de La Broce de par sa femme, et leur commanda qu’il alassent à celle beguine et qu’il enqueissent de ceste besoigne diligeaument de son filz.

Au chemin se mistrent et vindrent à Nivelle ; si comme il furent descenduz, l’evesque se parti de la compaignie à l’abbé et fist semblant qu’il vouloit dire son service. Si s’en ala à celle devine[167] et li fist plusseurs demandes de l’enfant le roy qui avoit esté empoissoné, et li pria moult que elle n’en deist riens à l’abbé de Saint Denis en France qui avec li estoit envoié. L’abbé vint après et li demanda de l’enfant, comment il en estoit alé. Et elle respondi : « J’ay parlé à l’evesque vostre compaignon et li ay bien dit la verité de quanqu’il m’a demandé ; ne plus ne autre chose ne m’en demandez que nulle riens ne vous en diroie. » Quant l’abbé oy telles paroles, si en fu moult corroucié, et pensa qu’il y avoit traïson. Lors s’en retornerent et vindrent là où le roy estoit. Le roy parla premierement à l’abbé et li demanda qu’il avoit trouvé de celle femme et qu’elle avoit dit ? Et l’abbé respondi que l’evesque y estoit premier alé que li ; et quant il y ala après, elle ne li voult riens dire. Le roy manda tantost l’evesque et li demanda qu’il avoit fait et comment celle femme avoit parlé à lui où il l’avoit envoié ? L’evesque respondi : « Certes, monseigneur, ce que elle m’a dit est en confession, si que pour nulle riens ne vous en oseroie desclorre ne dire. » Quant le roy oy teulz paroles, si fu irié et plain de mautalent, et li dist : « Par mon chief, Dans evesque, je ne vous avoie pas envoié pour la confesser. Et par Dieu qui me fist, je en sauray la vérité, ne atant ne le lairai pas. » Le roy manda Thibaut evesque de Dol en Bretaigne[168], et frere Arnould de Huisemale[169], chevalier de l’ordre du Temple, et leur enjoint et commanda qu’il alassent à celle devine hastivement et qu’il parlassent à li eulz ii ensemble. Lors se hasterent moult les messages et vindrent à la beguine, et li distrent qu’il estoient messages le roy de France et que pour Dieu elle leur deist la verité de ce que il li demanderoient. Plusseurs demandes firent, es quelles elle respondi. Quant vint en la fin, si leur dist : « Dites au roy de France monseigneur, qu’il ne croie pas les mauvaises paroles sus sa femme, car elle est bonne envers li et loyal, et envers tous les siens de bon cuer entierement. » Les messages s’en vindrent au roy leur seigneur et li raconterent toutes les paroles que elle leur avoit dit bien et loyaument, et toute la pure verité, dont pensa le roy qu’il avoit aucuns en son service et en sa court qui ne li estoient ne bons ne loyaux. Sagement se contint et fist semblant à sa chiere et à sa contenance qu’il ne l’en fust riens.


XXIII.
De la muete que le roy fist pour aler à Sauveterre[170].

Le roy Phelippe ne mist pas en oubli la felonnie et la desloyauté que le roy d’Espaigne[171] avoit faite à sa suer. Si li envoya messagiers et li manda qu’il li envoiast ses neveus et qu’il assenast douaire souffisant à leur mere ; et s’il ne vouloit ce faire, il li mandoit bien qu’il courroit sus sa terre et qu’il en prendroit vengance. Les messagiers vindrent au roy d’Espaigne, et le requistrent de par leur seigneur qu’il envoiast les enfans au roy de France leur oncle et qu’il tenist les convenances qu’il leur avoit juré et promis. Quant le roy ot oy les messages, il respondi paroles d’orgueil et de boban, et dist qu’il n’en feroit riens de quanque le roy de France li mandoit. Les messages le deffierent et li distrent bien qu’il en verroit encore sa terre gastée et arse. Lors se mistrent au chemin et raporterent nouvelles de ce qu’il avoient trouvé.

Le roy manda tantost touz les haus hommes de son royaume, et il vindrent de toutes pars ; neis plusseurs barons d’Alemaigne vindrent pour veoir et pour la grant amour qu’il avoient au roy de France, si comme le conte de Bar, le duc de Breban, le conte de Juilliers, le conte de Lucembourc[172] et plusseurs autres.

Quant le roy ot apresté sa besoigne, il vint à son patron, le corps saint monseigneur saint Denis et prist congié à li, et demanda l’oriflambe[173]. L’abbé li mist en la main et dist que Nostre Seigneur li donnast victoire et force de abessier l’orgueil de ses anemis. Tantost s’arrouta l’ost et passa tout oultre[174] parmi Poitou et parmi Gascoigne. Quant il vindrent à l’entrée de Gascoigne, là s’arresterent pour ordener de leur besoigne. Si comme il estoient ilec, les messagiers au roy d’Espaigne vindrent au roy ; mais il fu avant vii jours passez qu’il peussent parler au roy. Quant il vindrent devant eulz, si commencierent à parler grossement aussi comme en menaçant et li distrent qu’il ne fust si hardi qu’il entrast en Espaigne. Pour chose qu’il deissent, le roy ne s’esmut ne ne leur dist paroles vilaines et honteuses, ains leur respondi qu’il proposoit d’aler en Navarre et de passer avant, oultre s’il pooit. Les messages le deffierent de par le roy d’Espaigne leur seigneur, puis se retornerent droit en leur pays. Tant ala l’ost avant qu’il vint à une ville que on appelle Sauveterre[175], en la terre Gascoin de Biart[176], assez près d’Espaigne[177]. Là s’assemblerent toute la gent au roy de France de toutes pars ; si furent si grant multitute et si grant foison qu’il n’estoit riens qu’il les peust nombrer[178]. Viande commença à faillir et à appeticier en l’ost, ne ne porent avoir chevance pour les chevaux, car il furent mal pourveuz avant qu’il venissent au port ne qu’il peussent les montaignes passer ; si attendirent et sejournerent, et endementres yver vint et commença à aprochier, les venz à haucier et grant froidure à venir plaines de pluies et de noiz et de gelée. Si comme l’ost estoit en tel point, aucuns traitres s’aprochierent du roy et li firent entendant qu’il seroit bon de retorner, et qu’il donnast congié à sa gent jusques au printemps, et que ses garnisons fussent plus sagement ordenées, pourveues et atirées. Moult fu grant domage et de grant perte quant l’ost n’ala outre, car il eussent prise toute Espaigne à leur volenté.


XXIV.
De Robert d’Artois qui fu envoié en Navarre de par le roy de France[179].

Pou avant que le roy meust à aler en Sauveterre, nouvelles vindrent que Huistace de Biaumarcheis estoit assis ou chastel de Panpelune et des barons de Navarre, pour ce que Huistace, qui la terre gardoit de par le roy de France les vouloit corrigier d’aucunes mauvaises coustumes qu’il maintenoient ou pays. Si envoia hastivement Robert conte d’Artois et Ymbert de Biaugeu[180], et leur commanda qu’il secourussent hastivement son chevalier et sa gent qui de par li y estoient alez, et qu’il prissent en leur aide ceulz de Thoulouse et de Carcassonne et de Pierregort[181], et qu’il appellassent en leur aide Gascon de Biart et le conte de Fois[182]. Le conte d’Artois se hasta moult de faire la volenté le roy et mena avec lui jusques à xxm hommes, que à pié que à cheval. Tant alerent que il vindrent à i chastel qui a non Mollans[183] ; si s’arresterent ilec tant qu’il fussent conseilliez comment ne par quel voie il pourroient entrer en Navarre.

Endementres qu’il estoient en ce point, un prince de Navarre qui avoit non Sanses[184] s’apperçut et s’avisa que il avoit mespris de ce qu’il avoit esté contre le roy de France ; si ne voult plus estre contraire à la gent le roy ne faire nul encombrement. Garse Morans[185] s’estoit corroucié de ce qu’il s’estoit ainsi torné devers le roy de France ; si le fist espier comment il le pourroit trouver en tel point qu’il le peust occirre. Si avint que Pierre Sanse estoit couchié en son lit ; tant fit Garse qu’il le trouva en son lit et l’occist, et les chevaliers qui estoient de sa mesniee[186]. Quant sa femme et ses enfans sorent sa mort, si manderent à monseigneur Huistace qu’il les aideroient en toutes manieres, mais il leur promist qu’il leur aideroit à vengier la mort Pierre Sanses.

Ainsi comme il estoit en tel brigue et en tel descort, le conte d’Artois se tenoit près des pors, a grant foison de gent à pié et à cheval, et ala tant que il laissa les pors[187] et s’en vint par les mons de Pierregort[188] et passa tout oultre par la terre d’Arragon, et entra ou royaume de Navarre, li et tout son ost. Tant chevaucha et ala qu’il vint devant la cité de Pampelune droitement la veille de la Nostre Dame en septembre[189] ; si assist la ville tout entour et son ost.

Garse Morans qui avoit occis Pierre Sanses, estoit en la cité maistre et capitaine de touz. Avec li estoient plusseurs barons de Navarre[190] qui, par plusseurs foiz, avoient assailli messire Huistace ; et messire Huitace leur donnoit souvent grant assaut et les faisoit souvent reculer.

Quant le conte d’Artois vit qu’il ne vouloient issir hors ne venir à bataille contre lui, si fist ses engins[191] drescier et fist ruer de jour en jour pierres et mongonniaux qui abatoient tout avant eulz quanqu’il trouvoient, maisons, sales et palais. Si orent ceulz de dedenz grant paour, qu’il ne sorent que faire, ne n’avoient nulle esperance de sauveté, se ce n’estoit par fuite ; et vindrent à Garse Morant, et li demanderent qu’il pourroient faire ; et il leur dist qu’il ne s’esbaïssissent de riens et que le matin il chaceroit les François du siege. Quant ce vint à l’anuitier, il fist grans queroles et grans tresches, et chanter à haute voiz pour donner cuer à ses bourgois qui trop forment s’espoentoient ; si disoit et afichoit qu’il avoit trop grant desir de combatre à ses anemis. Si comme vint entour mie nuit que la nuit fu bien oscure, et le peuple fu acoisié[192], Garse Morant et Golsant[193], et les autres plus nobles de Navarre issirent de la cité le plus secrément qu’il porent et tournerent en fuie. Garse n’osa demourer en Navarre pour le linage Pierre de Sanses, ains s’enfui tant comme il pot au roy de Castelle[194] qui le reçut et prist à garantir contre ses anemis. Le peuple de Pampelune fu moult troublé et les bourgois esbahis quant il sorent que ceulz qui les devoient garantir s’estoient fuiz. Les nouvelles en vindrent au conte d’Artois des traitres qui ainsi s’en estoient alez, si en fu corroucié, car il avoit enpensé qu’il les presenteroit au roy de France. Les eschevins de Panpelune manderent au conte d’Artois que volentiers s’accorderoient à lui. Quant le conte oy ce, il envoia le connestable.

Si comme il parloient ensemble en quel forme il feroient pais et en quel maniere[195], la pietaille couroient aus armes et aus murs et aus defenses de la cité pour ce que l’en parloit de pais. Si entrerent maugré leur capitaine qui les encontredirent tant comme il porent[196] ; si roberent et pristrent quanqu’il porent trouver, et occistrent hommes et femmes, aussi comme se ce fussent Sarrazins, et prenoient à force les pucelles et les veuves femmes, et se coucherent avec elles et puis les despueillerent et tollirent quanqu’il avoient, et n’espargnierent ne eglise ne moustier ; ains s’en vindrent à la tombe le roy Henri qui gisoit en l’église Nostre Dame. Si cuidierent que elle fust d’or ou d’argent ; si la despecierent toute et esrachierent par pieces et par morsiaus. Le conte d’Artois fist crier à ban par tout l’ost et en la cité, qu’il se tenissent en pais et qu’il souffrissent de mau faire, ou il les puniroit des cors. Adonques se restraindrent et tindrent de mal faire, pour la doubtance qu’il avoient du conte d’Artois qui si forment les menaçoit. Le conte d’Artois rasseura les bourgois et les prist en sa garde et en sa defense, et leur rendi tant comme il pot de ce qu’il leur avoit tollu. Quant la cité fu prise, le conte d’Artois la fist garnir de ses gens et les fist entrer es forteresces pour defendre et garder la cité de leurs anemis. D’ilec se parti et ala par tout le royaume de Navarre et prist tout en sa main, ne ne fu nul qui li osast contredire, ne qui contre li peust durer.


XXV.
Comment le conte d’Artois ala parler au roy d’Espaigne[197].

Quant Pampelune et toute la terre de Navarre fu en la main au conte d’Artois, nouvelles en vindrent au roy d’Espaigne ; si se doubta moult de li et de son royaume ; si manda au conte d’Artois, comme à son chier cousin, salut et bonne amour, et li manda que volentiers parleroit à lui et le verroit. Le conte d’Artois reçut les messages moult courtoisement et les fit demourer avec lui tant qu’il se fust conseillié. Tantost prist i message et envoia au roy de France ce que le roy d’Espaigne le requeroit, et que riens ne voudroit faire sanz son congié. Le roy de France li manda que bien li plaisoit qu’il y alast, comme cil qu’il tenoit pour bon et pour loyal et que bien se fioit en li. Quant le conte d’Artois ot congié, si se mist en chemin et ala au roy d’Espaigne ; si le reçut liéement et grant feste li fist, et parlerent ensemble de moult de choses, et moult li pria le roy qu’il feist la paiz de li et du roy de France. Le conte li promist que volentiers il le feroit[198].

Si comme il estoient ensemble, vint i message qui aporta tout l’estat et tout le secré et tout le pensé au roy de France. Quant le roy ot oy les messages, si dit au conte d’Artois : « Biau cousin, je ne sui pas sanz amis à la court le roy de France, et aussi me deussiez vous valoir et aidier par raison de linage. J’ai tiex amis qui bien me scevent mander tout son convine, et qu’il veult faire et qu’il a enpensé. »

Ainsi furent ensemble ne scai quans jours le roy et le conte, et se deduirent ensemble et esbatirent tant que le conte demanda congié, et le roy li donna volentiers et le convoia et li fist honneur et courtoisie tant comme il pot. Le conte d’Artois s’en vint tout droit en Navarre et pensa moult que le roy d’Espaigne savoit bien l’estat et le secret du roy de France ; si chei en souppeçon que ce venist de Pierre de La Broce. Lors se conseilla à ses amis se c’estoit bon qu’il s’en alast en France ou il demourast. Si li fu loé que il pourroit seurement laissier la terre à garder aus chevaliers de Pierre Sanses et à monseigneur Huitace de Biau Marcheis et aler en France si li plesoit. Le conte prist les seremens des chevaliers Pierre Sanses et leur pria moult de garder la terre en tel maniere qu’il eussent honneur. Atant se departi et chevaucha tant qu’il vint en France, et dit et raconta au roy Phelippe ce que il avoit oy et veu du roy d’Espaigne. Le roy pensa bien que ce venoit d’aucuns de ses privez qui estoient[199] en son service. Pour ceste chose, il fu moult en doubte aus quiex gens ne aus quiex personnes il se pourroit conseillier ne dire son secret.

Incidence[200]. — Assez tost après vindrent en France les messages du royaume de Tarse, et denoncierent au roy Phelippe, de par le roy de Tarse leur seigneur, que s’il vouloit aler outre-mer sus Sarrazins, que volentiers l’aideroit en toutes les manieres que il pourroit, et de gens et de conseil et de toutes autres choses dont il pourroit aidier. Ces messages qui vindrent de Tarse n’estoient mie Tartarins, ains estoient Georgiens. Si sont près voisins aus Tartarins et sont en leur subjection et en leur commandement, et croient en Nostre Seigneur Jhesu Crist. Il vindrent à Saint Denis en France celebrer la Pasque par le commandement le roy comme bons crestiens et parfaiz, selonc ce que il le monstroient et le faisoient à savoir. Quant il orent sejourné en France tant comme il leur plut, si s’en repairerent et s’en retornerent et alerent en Angleterre, et distrent au roy d’Angleterre ce meismes qu’il avoit dit au roy de France.

L’an de grâce mil CC LXX VII, l’apostole Jehan[201] qui devant estoit nommé Pierre l’Espaignol, se ventoit assez de foiz, quant il estoit aveques ses plus privez, qu’il devoit vivre assez longuement et que bien le savoit selon la science de geometrie et d’astronomie ; mais il ala tout autrement qu’il ne disoit, car si comme il sejornoit à Viterbe, il fist faire une chambre d’en costé le palais ; si comme il ala veoir la besoigne comme elle se faisoit, une solive trebucha d’en haut et chei sus lui et le deffroissa et quassa tant qu’il mourut dedenz les vi jours de celle froisseure, et fu enterré en l’eglise saint Lorent, en la cité meismes.


XXVI.
Comment Pierre de La Broce fu pris et penduz[202].

En ce temps meismes avint que i message qui portoit unes lettres acoucha malade en une abbaïe ; si le sousprist si le mal qu’il vit bien qu’il le convenoit mourir. Si appella ceulz de l’abbaïe et leur fist prometre et jurer qu’il ne baudroient les lettres à homme vivant, fors à la propre personne le roy de France. Quant le messagier fu mort, i moine de laienz prist les lettres par le congié à son prieur et les porta tout droit au roy de France, à Meleun-sur-Saine, là où il estoit. Le roy reçut le moine léement et li fist bonne chiere, puis prist la boiste et entra en une chambre pour estre plus privéement et appella aucuns de ses plus prisvez, et fist ouvrir la boiste et regarder de quel seel elle estoit seellée. Si trouva l’en que c’estoit le seel Pierre de La Broce. Si furent les lettres leues ; mais ce qui estoit dedenz escript ne voult l’en pas descrire ne faire savoir. Moult se merveillierent ceulz qui les lettres lurent de ce qui estoit dedenz.

Tantost le roy se parti de Meleun et s’en vint à Paris, et sejorna ilec iii jours. D’ilec se parti et s’en ala au bois de Vincenes. Là fu mandé Pierre de La Broce et pris et mené en prison. Après tantost il fu envoié à Yenville[203] et fu mis en la maistre tour. Nouvelles vindrent à l’evesque de Baiex que Pierre son cousin estoit pris ; si s’en ala au plus tost qu’il pot à court de Rome et se mist en la garde l’Apostole et en sa defense. Ne demoura guéres après que Pierre de La Broce fu amené à Paris ; si furent mandez plusseurs des barons de France pour veoir et pour oïr le jugement de Pierre de La Broce, et pourquoy c’estoit et comment il l’avoit deservi. Quant les barons furent assemblé, Pierre fu tantost livré au bourrel de Paris qui pent les larrons[204], à un bien matin, ainz souleil levant ; si le convoierent au gibet le duc de Bourgoigne et le duc de Breban et le conte d’Artois, et plusseurs autres nobles barons. Le peuple de Paris s’esmut de toutes pars, et coururent hommes et femmes après, car il ne le pooient croire en nulle maniere que homme de si haut estat fust devalé au bas[205]. Le bourriau li mist la corde entour le col et li demanda s’il vouloit riens dire, et il dist que nenil. Tantost le bourrel osta l’eschiele et le laissa aler entre les larrons. Nul ne se doit fier en sa grant hautesce ne en son grant estat, car la roe de fortune qui ne se tient en i point ne en un estat l’aura tost devalé et mis au bas[206]


XXVII.
Du soudan de Babiloine[207].

Bondodar[208], le soudan de Babiloine avoit destruit la cité d’Anthioche, puis se tourna devers les crestiens et leur fist assez de maux et de griex. En ce temps meismes que Pierre de La Broce fu destruit, les Tartarins furent corrouciez pour ce que Bondoudar menoit si grant maistrie en la terre d’outre-mer ; si assaillirent Turquie et li manderent bataille. Le soudan assambla tant de gent comme il pot avoir et vint contre eulz à bataille. Les Tartarins leur coururent sus et en detrenchierent et occistrent la greigneur partie. Le soudan meismes fu navré à mort et se fist porter à Damas ; ilec mourut de plaies qu’il ot eues. Son filz[209] fu esleu à soudan après la mort de son pere ; mais il ne la tint gueres en pais, car pluseurs amiraux firent conspiracion contre lui et l’assistrent en i chastiau que l’en appelle le Crat[210], qui siet assez près de Babiloine. Tant crut et monteplia le descort entre eulz que l’une partie occist l’autre.


XXVIII.
De la voie que le roy de France fist au Mont de Marchant[211].

Le roy de Phelippe assambla grant foison de ses barons et s’en ala en Gascoigne, à une ville qui a non le Mont Marchant[212]. D’autre part vint le roy d’Espaigne avec de ses plus nobles de son pays et commencierent à parler de l’injure et du descort que le roy d’Espaigne faisoit à madame Blanche et à ses enfanz. Le roy d’Espaigne estoit à sejour à Baionne[213], si comme messages aloient et venoient d’une part et d’autre[214], et si comme les ii roys estoient aussi comme à court, les messages vindrent et aporterent commandement, de par l’Apostole, que les ii roys feissent pais et s’acordassent ensemble bonnement sus paine de sentence d’escommeniement, si que ce fust au profist et à l’onneur de sainte Eglise[215]. Quant le roy de France oy tiex paroles, si ne voult qu’il en fust plus parlé, ains se parti tantost du Mont de Marchant et s’en ala droit à Thoulouse[216]. Si vint le roy d’Arragon[217] au devant pour li faire honneur[218]. Le roy le reçut moult liéement et li donna grans dons et li fist grant courtoisie. Quant le roy d’Arragon ot séjourné avec le roy de France tant comme il li plot, si prist congié[219] et s’en vint à sa terre et trouva sa femme qui avoit non Constance, fille Mainfroy le dampné et l’escommenié ;[220]si li dist comment et en quelle maniere il pourroit avoir le royaume de Cezille ; et le roy Pierre li demanda se elle avoit oy nulle certaine nouvelle de Palerne et de Meschines ; et celle si respondi que s’il les vouloit aidier, qu’il le recevroient à seigneur et à roy, et seroient de tout leur pooir contre le roy Charles, ne jamais ne le tendroient à seigneur.


XXIX.
Du fleuve de Saine. Incidence[221].

Selon le temps de grâce mil CC IIIIxx[222], le fleuve de Saine issi hors de son chanel et s’espandi par tout le pays, et vint a si grant navie à Paris, que elle rompi la maistre arche de grant pont et quassa et froissa des autres jusques à vi, et rompi de petit pont la greigneur partie, et enclost Paris de toutes pars, si que nul n’i poot aler ne venir fors que par navie[223].

L’an de grâce M CC IIIIxx et I, monseigneur de Mont Pincien en Brie, prestre et cardinal de Sainte Cezille, fu sacré à Apostoille et fu appellé Martin[224].


XXX.
Comment ceulx de Cezille se retournerent contre le roy Charles[225].

Celle année meismes, Pierre d’Arragon roy fu moult en volenté des malices sa femme et la crut de quanque elle disoit. Elle affermoit certainement et faisoit entendant à son baron que elle estoit hoir du royaume de Cezille, et que ceulz de Cezille le tenoient pour trop failli pour ce que il ne se offroit à eulz à estre leur seigneur, comme ceulz qui l’en requeroient chascun jour.[226]Quant le roy ot oy et sceu et escouté tiex paroles, si envoia ii chevaliers en Cecile pour veoir la contenance et la maniere du pays. Si furent moult bien receuz et honnorez des plus haus hommes du pays et de la contrée, et promistrent et jurerent qu’il recevroient le roy comme leur seigneur. Quant les messages orent fourni leur besoigne, si s’en retornerent et amenerent avec eulz des plus haus hommes et des plus renommez de Cezille pour miex affermer et enteriner la besoigne. Si tost comme la chose fu affermée et asseurée d’une part et d’autre, ceulz de Palerne et de Meschines et de toutes les autres bonnes villes, seignierent les huis des François par nuit, et quant il vint au point du jour qu’il porent entour eulz veoir, si occistrent touz ceulz qu’il porent trouver, ne ne furent espargnié ne viex ne jeune que touz ne fussent mis à l’espée ; neis les femmes ençaintes des François furent toutes occises que nulle ne demoura[227]. Aucun en y avoit qui par grant felonnie les acovroient par les testes[228], et en sachoient les geunes creatures et les getoient es paroiz et leur faisoient issir les entrailles. Le roy appareilla sa navie et tant de gent comme il pot avoir pour aidier à ceulz de Cezille contre le roy Charles, se mestier en fust[229]. Si envoia endementres à Romme et requist à l’Apostole qu’il li feist secours et aide, et qu’il li otroiast les disiemes de sainte Eglise en son roiaume, et que son propos estoit d’aler oultre mer sus les Sarrazins. L’Apostoile qui ja se doubtoit de li, ne ne savoit s’il disoit voir ou non, li respondi que moult volentiers li aideroit et feroit aidier de ses biens de la crestienté et de sainte Eglise ; mais qu’il commençast la besoigne et qu’il peust apercevoir la fin où il tendoit.


XXXI.
De la venue au roy d’Arragon en Cezille[230].

Quant Pierre d’Arragon ot oy et veu la volenté l’Apostole, il entra en mer, et furent les voiles desciez. Les vens ne furent de rien contraires ; si s’en vint tout droit au port de Tunes, par devers les destroiz des montaignes ; si trouva ilec grant foison de Sarrazins qui li vouldrent deffendre le port, car il cuidoient qu’il vousissent prendre terre ; si se combatirent à lui. A yce poindre, il perdi iiim hommes par nombre. Ilec demoura et attendi[231] ne scai quant jours, et manda à ceulz de Meschines et de Palerne qu’il ne doubtassent de riens le roy Charles, car il avoit bien si grans gens et tant de force qu’il estoit certain d’avoir la victoire et la seigneurie. Si comme ces choses estoient en ce point, nouvelles vindrent au roy de Cezille que touz les François avoient esté occis qui estoient en Cecille et que tout Cecille estoit tournée contre li, et que le roy d’Arragon estoit assés près de Cezille. Il manda tantost toutes ces choses à l’Apostole Martin et à son neveu le roy de France. L’Apostole ala tantost à Obertine[232] et assambla tantost tout le peuple du pays et leur amonnesta et dist que nul ne fust contre le roy Charles ne de riens contraire, que le royaume tenoit et devoit tenir de l’eglise de Rome, et que en l’aide de ceulz de Cecile ne de leur commandemens, ne fussent de riens obeissans en nulle maniere ; et ce commandoit-il et vouloit que ce fust sus paine de sentence d’escommeniement. Quant il ot ainsi sermoné et amonnesté le peuple, si envoia i de ses cardinalz en la contrée et ou païs, maistre Girart de Parmes, évesque de Sainte Sabine[233], pour ce qu’il rappelast ceulz de Cecille à pais et à concorde envers le roy Charles. Si comme le cardinal vint vers le rivage de la mer[234], ceulz de Mechines et de Palerne li furent à l’encontre que il ne vouldrent en nulle maniere qu’il passast, et li distrent que le roy d’Arragon estoit entré en Cecile et avoit tout le pays tourné à li pour la rayson de sa femme qui droit hoir doit estre de la terre. Le cardinal vit bien que ceulz de Cecile tenoient le roy d’Arragon pour leur seigneur[235], et que nulle pais ne nulle amour ne trouverroit en eulz ; si s’en torna et raporta à l’Apostole comment les choses estoient alées : et avec tout ce, la plus grant partie de Calabre s’estoit à eulz accordée.


XXXII.
Comment Meschines fu assis du roy Charles[236].

Si comme ces choses estoient en ce point, le roy Charles envoia son filz, prince de Salerne, pour avoir secours et aide contre ses anemis. Avec ce, il assembla tant de gent comme il pot avoir[237] ; si passa le phar de Meschines[238]. Les bourgois et le peuple furent sorpris et esbahiz de sa venue, ne n’estoient pas bien garniz d’armes ne d’autres choses deffensables ; si fu bien dit et raconté au roy et à sa gent qu’il pourroit de legier prendre la ville. Mais le roy ot pitié de destruire si noble cité, qu’il envoia à ceulz dedenz messagiers et leur fist dire qu’il seroit assez debonnaire et leur pardonroit de legier son mautalent[239]. Les bourgois requistrent et demanderent espace tant qu’il eussent parlé ensemble ; le roy leur ottroia volentiers. Endementres il se garnirent d’armes et manderent secours par toute la terre de Cezille. Quant il furent garniz, si ne voldrent faire chose que le roy leur requist. Le roy avoit mauvaisement retenu ce proverbe que on dit en France : « Qui ne fait quant il peut ne fait quant il veult. » Le roy commanda que la cité fust assaillie ; mais nulle riens ne mesfirent[240], tant que le roy ot conseil du conte de Charras de Laceurre[241], qui puis fu prouvé pour traitre et come il aparut puis le decès du roy Charles qu’il s’en alast et retornast à Calabre. Lors se traist le roy arrieres et se mist es plaines Saint Martin[242], que ceulz de Puille ne de Calabre ne se tournassent contre li, et ylec atendroit tant que son filz fust retourné de querre le secours de France, et fist despecier toutes les nefs qui estoient sus le rivage du Far garnies d’armes et d’autres biens pour secourre la terre d’outre mer, qu’il ne venissent par aucune aventure es mains de leurs anemis.

Quant le roy Charles ot laissié le siege de Meschines, le roy d’Arragon, plain d’orgueil et de bouban se fist coronner du royaume de Cezille en despit de lui, et li manda par ses lettres que il issist hors de son royaume, et qu’il ne fust si hardi, sus la vie perdre, que plus y demourast. Les nouvelles en vindrent à l’Apostole ; si se conseilla à ses cardinaulz qu’il pourroit faire du roy d’Arragon qui tant estoit contraire à sainte Eglise ; si l’escommenia et condampna du royaume d’Arragon, et le donna à Charles conte de Valois, filz au roy Phelippe de France, et en fist lettres seellées de touz les seaux des cardinalz de Rome[243].


XXXIII.
Du poisson semblable au lyon[244].

Il avint, ou mois de fevrier l’an de grâce M CC IIIIxx et I que i poisson fu pris en la mer, qui avoit semblance de lyon. Il fu aporté devant l’Apostole à Orbevite[245], et disoient les mariniers quant il fu pris, qu’il getoit merveilleusement horribles et espoentables cris.

En ce temps meismes, il fu si grant descort à Paris entre les nascions des Anglois et des Piquars escoliers, que l’en cuidoit bien que l’estude se deust departir du tout de Paris ; et furent mis en prison ou Chastellet de Paris pour la doubtance qu’il ne s’entre occeissent[246].

[247]Le soudan de Babiloine[248] se combati aus Tartarins ; si fu occis de sa gent jusques à lm, et le chacierent viii journées dedenz sa terre. Le soudan rassambla sa gent et tout son pooir et se combati derechief aus Tartarins, et tant se combatirent que les Tartarins furent vaincuz et perdirent de leur gent environ xxxm.

[249]En celle saison et en ce temps, commença saint Loys à faire miracles ou royaume de France.


XXXIV.
Du secours qui vint en France au roy Charles[250].

Pierre conte d’Alençon, frere le roy de France, et Robert le conte d’Artois, le duc de Bourgoigne, le conte de Dammartin, le conte de Bouloigne, le seigneur de Monmorenci et moult d’autres nobles hommes, avec grant foison de gent à pié, vindrent en ce temps meismes pour secourre le roy Charles de Cecile, et passerent tout oultre à banieres despouilliées[251] parmi Lombardie sanz nul encombrement. Tant chevauchierent qu’il vindrent es plaines Saint Martin où le roy estoit. Le roy fu moult lié de leur venue ; si s’appareilla et ordena tantost ses batailles et s’en ala tout oultre à bataille rengiée parmi tout oultre Calabre jusques à la Gatonne[252], et se mist en grant paine de trouver ses anemis. Ses adversaires qui bien savoient la venue des François ne s’oserent combatre ne aprochier de eulz, ains fuioient, dès qu’il les veoient venir, aus forteresces et as chastiaux. Les autres qui estoient en leur naviee se bouterent es galiees, et puis tournoient en fuie.

Le roy d’Arragon qui bien savoit le pooir le roy Charles et la hardiesce des François[253], si se pourpensa comment, ne par quel barat, il pourroit celi conchier ou decevoir, car il n’avoit talent d’aler contre li à bataille ; si li manda s’il estoit si osé ne si hardi que volentiers se combatroit à lui corps à corps, et qu’il preist c chevaliers des plus hardis qu’il pourroit trouver qui se combatroient contre c des plus esleuz de son royaume ; et que ce fust le premier jour de juign, es landes de Bourdiaux[254] ; et qui seroit vaincuz que jamais n’oroit honneur ne ne portast coronne[255]. Quant le roy de Cecile oy ce, si en fu tout lié et respondi tantost que bien le vouloit[256]. Les convenances furent jurées et promises de chascune partie. Tantost manda le roy Charles tout l’affaire au roy de France et li manda qu’il feist faire c armeures de fer, les plus nobles, les plus belles et les meilleurs que l’en pourroit trouver ne soutillier. L’Apostole Martin qui bien sot la besoigne n’en fu pas lié, car il se doubta moult que le roy d’Arragon ne le faisoit, fors par boisdie.


XXXV.
Comment le roy Charles vint à Bordiaux contre le roy d’Arragon[257].

Quant le roy de France ot oy et entendu ce que son oncle li mandoit, si se merveilla moult comment le roy d’Arragon osoit emprendre si grant besoigne contre le roy Charles ne contre ses nobles combateurs qui tant de biaus fais de chevalerie avoient fais. Si fist tantost aprester ce qu’il li avoit mandé et se garni de chevaux et d’armes, et fist à savoir à sa baronnie la besoigne comme elle aloit, et leur manda qu’il fussent avec li à l’encontre de son oncle, au jour nommé qui estoient assenné aus ii parties. Le roy Charles bailla en garde sa terre au prince de Salerne son filz[258], au conte d’Alençon et au conte d’Artois ; si s’en vint droit à Rome. L’Apostole le blasma moult forment de celle besoigne qu’il avoit ainsi empris, et les cardinaulz li monstrerent et li distrent qu’il pooit bien la chose laissier ester. Quant l’Apostole vit qu’il n’en lairoit riens à faire, si li bailla Jehan Collet[259], prestre et cardinal de Sainte Cecille et li donna plain pooir de escommenier et de condampner le roy d’Arragon, s’il ne faisoit satisfacion des injures qu’il faisoit à sainte Eglise.

L’an de grâce mil CC IIIIxx et III, vint le roy Charles es landes de Bourdiaux, ou lieu et en la place qui avoit esté acordée et jurée des ii parties, en la presence le roy de France et de ses barons, et se offri et presenta par devant le seneschal de Gascoigne[260] qui tenoit la court, contre le roy d’Arragon. Mais le roy d’Arragon ne vint ne ne contremanda ne ne s’escusa de riens, fors que tant que la nuit devant estoit venu au seneschal repostement, ne n’avoit avec lui que ii chevaliers et li dist qu’il venoit aquitier son serement, et qu’il n’oseroit plus demourer pour la doubtance du roy de France ; ne plus n’en fist, ains s’emparti tantost[261].

Le roy Charles et ses barons atendirent celle journée sa venue et toute la nuit et toute la sepmaine[262]. Quant le roy de France vit ce, si en fu moult corroucié ; si commanda à Jehan Nougne[263] qui des parties d’Espaigne estoit venu, si comme nous avons dessus dit, qu’il entrast en Arragon[264] et qu’il preist chevaliers et serjans tant comme il vouldroit. Celui Jehan Nougne s’en ala en Navarre et se feri ou royaume d’Arragon, et ardi et prist et roba tout avant lui. Hommes et femmes s’enfuirent devant li et laissierent leurs biens et leurs maisons qui garde ne s’en donnoient de telle venue. Tant ala avant, li et sa gent, qu’il trouverent une tour[265] bien garnie de biens ; si se ferirent enz et roberent quanqu’il trouverent, qu’il n’i laissierent riens ; puis bouterent le feu dedenz et la trebuchierent à terre. Bien est la verité que s’il fussent alez plus avant, il eussent pris tout le royaume, car le roy Pierre ne s’en donnoit de garde ne n’estoit de rien pourveu[266].


XXXVI.
De Gui de Montfort. Incidence[267].

Ainsi comme entour de celle saison meismes, Gui de Monfort filz le conte de Lincestre fu mis hors de prison[268] où il avoit esté longuement pour Henri d’Alemaigne qu’il avoit occis ou moustier Saint Lorent à Viterbe, et li commanda[269] que il alast contre Guy de Freutemont[270] qui[271] vouloit oster et soustraire aucunes terres qui apartenoient à l’eglise de Rome. Gui de Monfort se appareilla et vint contre Gui de Freutemont. Quant Gui de Freutemont sot sa venue, si le doubta moult pour le grant pooir qui estoit en li ; si li rendi toute la terre qui apartenoit à l’eglise de Rome et se sousmist et mist du tout à faire la volenté de l’Eglise et de son commandement. Et par ceste maniere conquist Gui de Monfort toute la terre qui apartenoit à l’Eglise[272], fors une cité qui est appellée Urbane[273]. Le conte Gui de Monfort assist la cité ; si comme il tenoit le siege, nouvelles li vindrent que le pere sa femme[274] estoit mort ; si se parti du siege et s’en vint contre le conte de Saint Flore[275] qui sa terre troubloit et empeeschoit de tant comme il pooit[276].

En ce meismes temps, Pierre le conte d’Alençon[277] qui estoit en Puille pour garder la terre, trespassa de ce siecle et reçut mort, et fu enterré en une abbaïe de moines blans que le roy Charles fonda, qui est appellée Mont Roial. Les os et le cuer furent aportez aus Freres Meneurs à Paris[278] et mis en sepulture. Madame Jehanne contesse de Blois[279] sa femme demoura veuve, plaine de sainte vie et de grant bonté.

Le roy de France tint celle année parlement à Paris[280] des barons de France pour ce que il sceussent que le royaume d’Arragon estoit donné et ottroié à Charles son filz par la court de Rome. Messire Colet, cardinal, preescha de la croiz pour aler sur le roy d’Arragon[281] si comme homme dampné et escommenié qu’il estoit[282].


XXXVII.
Comment le prince de Salerne fu pris[283].

Puis que le roy Phelippe fu croisié pour aler en Arragon, le roy Charles[284] prist congié et li dist qu’il estoit temps de retourner à son filz et aus barons qui l’antendoient, et le roy li donna volentiers et de gré ; si se mist au chemin et vint en Prouvence. Ilec prist messagers et leur bailla lettres esquelles il estoit contenu qu’il mandoit salut à son filz Charles, et li mandoit especiaument que pour riens du monde il ne se combatist à ses anemis en mer, et qu’il avoit grant nombre de galies au port de Marseille qui toutes estoient appareilliées de venir prochainement à lui. Si comme les messagiers en aloient hastivement par mer, les espies de Cecile leur vindrent à l’encontre, si les pristrent et trouverent les lettres qu’il portoient, et trouverent toute la priveté et le secré du roy Charles, et qu’il vouloit faire, et comment. Dont se hasterent moult viii[285] galiees d’armes et de gent ; si vindrent bien prés de Naples et commencierent à crier et à menacier pour savoir s’il peussent à ce esmouvoir les François qu’il venissent à eulz pour combatre. Le prince qui ilec estoit demouré pour ce que le conte d’Artois estoit alé en Calabre pour certaine cause, si fu moult esmeu de leur cri et de la noise qu’il demenoient[286]. Si prist trop grant hardiesce en lui et entra avec les François combateurs en mer ; mais il ne s’oserent ainsi aidier de bataille comme s’il fussent en terre[287] ; si furent tantost pris et menez en Meschines et moult bien enprisonnés et gardez de jour et de nuit. La nouvelle en vint à Constance[288], la femme au roy d’Arragon, qui demouroit à Palerne avec ses enfanz, Jaques et Mainfroi. Si les fist mener bientost près de Naples et dire à ceulz qui menoient le prince par la mer[289] : « Rendez nous la seur madame Constance que vous tenez, ou nous coperons tout maintenant la teste au prince. » Adonc en y ot i qui prist une hache et mist la teste au prince sus le bort de la nef aussi comme s’il li vousist couper. La femme au prince qui trop grant paour ot que l’en ne coupast la teste à son baron, si leur manda que volentiers la leur rendroit ; mais pour Dieu que son seigneur ne reçut mort : si la rendi et delivra[290].

Au quart jour après que le conte fu pris, vint le roy Charles à Naples[291], et trouva que la greigneur partie de ceulz de Naples s’estoient jà tournez contre li et avoient jà boutez les François hors de la cité[292]. Quant le roy fu entré en la cité, il sot toute leur mauvaistié ; si les chastia moult horriblement, car il les fist pendre et trainer et mourir de divers tormens, puis se parti d’ilec et vint en Calabre, là où son neveu estoit, le bon conte d’Artois, et convoita moult comment il peust passer le phar pour asseoir Maschines ; mais il ne li fu pas loué pour les vens qui estoient commenciés et estoient grans et horribles, et pour l’yver. Si fist venir ses nefs au port de Brandis[293], que elles ne fussent prises de ses anemis. Ne demoura guères que une maladie le prist dont il mourut[294] l’an mil CC IIIIxx et IIII ; fu conroié et appareillié et fu enterré en la cité de Naples, en la maistre eglise. Nouvelles en vindrent à l’apostole Martin qui en fu moult dolent pour la grant loyauté et la valeur qui estoit en lui ; si se revesti et celebra son service. Quant la chose fu ainsi avenue, l’en fist tuteur et deffenseur le conte d’Artois de tout le royaume de Cecile[295]. Tant comme il fu ou pays, les anemis ne furent onques si osés qu’il y meissent le pié ne n’oserent onques venir à bataille contre li, et dist l’en communement que se il ne fust ou pays demouré, que tout Puille et toute Calabre fust tournée en celle année meismes.

Le premier filz le roy Phelippe, qui Phelippe avoit non, espousa madame Jehanne fille le roy Henri de Navarre et conte de Champaigne[296].


XXXVIII.
De la mort l’apostole Martin. Apres lui, fu esleu le pape Honnoré[297].

[298]L’an de grâce mil CC IIIIxx et V, le jour de l’Annonciacion Nostre Dame, qui fu le jour de Pasques, l’apostole Martin chanta la messe. Si comme il l’ot chantée, une trop grieve maladie le prist, pour quoi il entendoit bien mourir. Ses phisiciens le vindrent veoir ; si cognurent moult obscurement et moult trouble la cause de la maladie ; si affermerent et distrent que nul signe de mort n’apparoit en lui, et il mourut le mercredi ensuivant[299], entour la quinte heure de nuit. Il apparut bien que Nostre Seigneur l’amoit, car pluseurs malades et enfermes qui le requeroient de bon cuer, garissoient de leurs maladies. Après li, fu fait Apostole messire Jerosme de l’ordre des Freres Meneurs[300] ; si fu appellé Honnoré, et moult volentiers et moult doucement administra, et envoia au conte d’Artois et à sa suite des biens de l’Eglise pour parfaire et pour garder la besoigne qu’il avoit emprise[301].


XXXIX.
Comment le roy Phelippe de France assambla moult grant ost pour aler ou royaume d’Arragon[302].

Assez tost après, en l’an de grâce mil CC IIIIxx et VI[303], Phelippe le roy de France assembla entour la Penthecoste, en Tholousain[304], si grant multitude de gent, que c’estoit merveille à veoir, pour ce qu’il vouloit entrer en Arragon qui avoit esté donné et ottroié à Charles son filz. S’entente estoit d’avoir tantost besoignié ou royaume d’Arragon, et puis de passer tout oultre ou royaume d’Espaigne pour la grant injure que le roy Alphons, le roy d’Espaigne, li avoit faite de Blanche sa seur. Avec le roy ala messire Jehan Collet cardinal de Rome et toute la noble chevalerie de France. Si fu moult bien l’ost garni par devers la mer de galies et de vitailles et de toutes autres choses qui mestier leur avoient[305]. Le roy laissa la royne Marie sa femme à Carcassonne avec grant foison de nobles dames qui aloient après leurs barons. Si s’en ala à Nerbonne ; ilec atendi tant que toute sa gent fu assamblée[306] ; si fu commandé que touz ississent de Nerbonne et alassent tous armez, à banieres desploiées touz près de combatre. Si entrerent premierement en la terre au roy de Maillorgue[307] frere Pierre le roy d’Arragon, qui se tenoit à la partie au roy de France et de sainte Eglise. Si tost comme il sot la venue, si s’en vint contre le roy au plus honnorablement qu’il pot et envoia ses ii neveus[308] à la ville de Parpignan, et leur fist honneur et feste grant.

Au roy d’Arragon vindrent messages en Cezille où il estoit, et li denoncierent que le roy de France venoit en son royaume d’Arragon a si grant gent que nulz ne les pooit nombrer ne esmer. Si dist à Constance que elle gardast bien le prince de Salerne et sa terre, et il iroit deffendre sa terre contre le roy de France. Il se mist en mer, si ot bon vent, si entra en sa terre, si garni les entrées par devers ses adversaires de gent et d’armes au miex que il pot. Quant Constance fu demourée, si se mist en moult grant paine de garder la terre et le pays et de savoir la volenté et le couvine de ceulz de Cecille. Si s’apperçut bien que ceulz de Cecille se reconciliassent volentiers à leur seigneur[309] ; si se pourpensa qu’il estoient plains de fausseté et qu’il n’estoient pas estables. Si fist metre le prince en une galie et l’envoia en Arragon, où il fu moult estroitement gardé une grant piece de temps.


XL.
Comment la cité de Genne fu destruite[310].

Tant ala l’ost de France qu’il vindrent à Parpignan ; si se conseilla le roy par quel part il pooit miex entrer en Arragon. Si li fu conseillié[311] que son ost alast tout droit à Genne[312] l’orgueilleuse, pour ce que elle se tenoit à Pierre de Arragon, et elle estoit et devoit estre à la seigneurie le roy de Maillorgues, et que l’en se tournast celle part. Celle terre est assise en la terre de Roussillon et en la contrée. Quant le roy de France sot que le roy d’Arragon avoit tollu et soustrait à son frere celle terre, si commanda que l’en alast celle part. Ceulz de Gennes s’apperçurent bien et virent que l’ost venoit vers la cité ; si serrerent les portes et coururent es murs et aus deffenses, et monstrerent qu’il la vouloient tenir et deffendre.

Tantost que le roy fu venu, l’en commanda que l’en alast à l’assaut[313]. Ceulz dedenz se deffendirent bien et viguereusement, si que nulle riens celle journée ne perdirent. Mais l’endemain par matin les François coururent à l’assaut. Quant ceulz de la ville virent ce, si requistrent et manderent que le roy leur donnast respit jusques à iii jours[314], tant que il eussent parlé ensemble et qu’il fussent tout d’un acort, et puis si liverroient la ville au roy et à son commandement. Le roy leur ottroia volentiers. Endementres qu’il avoient les trives et qu’il ne furent point assailliz, il vindrent au plus haut de la ville et mistrent le feu sus une tour, que le roy d’Arragon le peust veoir, qui n’estoit pas moult loing d’ilec, car il avoient esperance qu’il les vendroit secourir. Quant le roy aperçut leur barat, si commanda tantost à l’assaut.

Le legat sermonna et prescha aus François et prist touz les pechiez sus li, qu’il avoient onques faiz en toutes leurs vies, mais que il alassent sus les anemis de la crestienté bien et hardiement et qu’il n’i espargnassent riens, comme ceulz qui estoient escommeniez et dampnez de la foy crestienne. Quant les François oïrent ce, si crierent à l’assaut à pié et à cheval, et geterent et lancierent à ceus dedenz. Tant aprochierent des murs qu’il leverent leurs eschieles contremont, et hurterent aus murs tant qu’il en firent trebuschier une grant piece et un grant quartier. Il brisierent les portes et abatirent les murs en pluseurs lieux ; si se bouterent enz de toutes pars ; si commencierent à crier à mort et à occirre hommes et femmes sanz espargnier. Quant le peuple de la cité se vit si seurpris, si commencierent à courre vers la maistre eglise où il cuidierent avoir garant[315] ; mais riens ne leur valut, car les portes furent tantost brisiées. Si ferirent en eulz les François, ne n’espargnierent homme ne femme, ne viel ne jeune, que tout ne meissent à mort, fors que i tout seul escuier qui avoit non le bastart de Roussillon qui monta haut sus le clochier du moustier ; et avec lui avoit ne scai quans compaignons qui se deffendoient merveilleusement bien et esprement. Si commanda le roy qu’il fust espargnié se il se vouloit rendre. Tantost il se rendi et pria que l’en li sauvast la vie. En tel maniere fu la cité destruite et le peuple affolé et mort[316]. Bien estoient ceulz de Gennes deceuz et engigniez qui s’estoient apuiez à l’art de seu[317] qui faut au besoing ; qui s’estoient de riens fiez au roy d’Arragon.


XLI.
Comment les François passerent les mons de Pirene[318].

Si tost comme la cité de Gennes fu destruite, il et son ost se mistrent droit à la voie pour aler vers les mons de Pirenne[319]. Adonc se conseillierent les barons par où il pourroient plus legierement passer les montaignes et au moins de peril ; car les montaignes estoient si hautes qu’il sembloit qu’il tenissent au ciel ; ne au pas de l’Escluse[320] ne pooient riens faire, ne passer, qui estoit le droit chemin qui peust entrer enz. Mais les Arragonnois avoient mis au devant tonniaux touz plains de sablon et de gravelle, et de grosses pierres, si que en nulle maniere, les gens n’i pooient passer fors que en peril de mort. Et avec tout ce, ceulz d’Arragon avoient leurs tentes et leurs paveillons sus les montaignes, dont il porent veoir apertement l’ost des François de toutes pars, et cuidoient bien que les François deussent passer par ce pas de l’Escluse qui tant estoit perilleus[321]. Si comme il estoient en grant pensée qu’il feroient, le devant dit bastart[322] dist qu’il savoit i passage loing du pas de l’Escluse par où tout l’ost pourroit seurement passer sanz nul peril. Le roy le sot ; si fist faire samblant à sa gent comme s’il vousissent passer par le pas, si que ceulz d’Arragon qui estoient sus les montaignes les peussent veoir. Le roy prist avec lui de ses chevaliers et de sa gent d’armes et se mist au chemin avec le bastart de Roussillon, et vindrent au lieu où le bastart avoit dit et devisié, et si n’estoit loingn de l’ost que par une mille. Le bastart ala devant et le roy après parmi une voie si estrange, plaine d’espines et de ronces qu’il sembloit que onques homme n’i eust habité[323]. Tant alerent a grant paine et a grant travail qu’il vindrent au dessus des montaignes, et par ilec firent passer tout l’ost sanz avoir nul domage, que ce sembloit bien que ce fust impossible.

Ceus d’Arragon qui le pas de l’Escluse gardoient, regarderent par devers les montaignes ; si aperçurent l’ost de France qui jà estoit au dessus ; si furent touz esbahiz et orent si grant paour qu’il tornerent en fuie, ne ne porent riens porter, tant se hasterent ! Les François vindrent à leurs paveillons et pristrent quanqu’il trouverent, et puis tendirent leurs tentes au plus haut des montaignes ; mais de boire et de mengier orent-il pou. Si se tindrent ilec iii jours et se reposerent pour le grant travail qu’il avoient eu[324]. Si comme il orent passé ce pas et il furent reposez, le roy commanda que l’en alast droit à une ville qui a nom Pierrelate[325]. Quant il aprochierent de la ville, ceulz qui bien les aperçurent fermerent les portes, et firent semblant qu’il avoient grant volenté de eulz tenir contre les François. Tantost la ville fu assise et tendirent leurs tentes le soir. L’endemain fu acordé qu’il assaillissent pour ce que l’en disoit que le roy d’Arragon estoit en la ville.

Quant ceulz de Pierrelate virent la grant puissance, si leur fu avis qu’il ne se pourroient tenir ne deffendre. Si atendirent tant que l’ost des François fu acoisié[326], si s’en issirent par devers les courtilz entour mie nuit, et bouterent le feu en la ville pour ce qu’il vouloient que les biens qui demourroient en la ville fussent perduz et ars et que les François n’en peussent avoir profit ne amendement. Les François virent le feu de leurs tentes ; si s’armerent dès maintenant et vindrent courant là où le feu estoit. Si ne trouverent qui de riens leur fust à l’encontre ; si pristrent la ville, si la mistrent en la seigneurie et en la puissance le roy de France. Endementres qu’il se contenoient ainsi, le roy de Navarre, le premier filz au roy de France[327], assailli bien et asprement une ville qui a non Figuieres[328] et la tint si court qu’il vindrent à sa merci, et il les envoia à son pere le roy de France[329] à faire sa volenté.


XLII.
Comment le roy de France assist Gironne[330].

Quant Pierrelate fu prise et Figuieres, si fu commandé que l’en chevauchast droit à une ville qui a nom Gironne[331]. L’ost s’arrouta et errerent tant qu’il vindrent à i petit fleuve[332] ; si ne porent passer pour ce qu’il estoit creuz des yaues qui descendoient des montaignes, si s’arresterent ilec et demourerent iii jours. Quant il fu descreu et apeticié, si passerent oultre et aprochierent tant comme il porent de la cité de Gironne[333]. Quant ceulz de la cité virent les François venir, si bouterent le feu es faubourgs et ardirent tout ; pour ce le firent que la cité fust plus fort et miex deffensable contre ses anemis. Les François aprochierent de la cité et tendirent tentes et paveillons, et avironnerent la ville tout entour. Par maintes foiz assaillirent la ville et souvent, et si n’i forfirent onques la moitié d’un festu, car la ville estoit trop merveilleusement fort, et la gent qui estoit dedenz se deffendoient trop merveilleusement bien. Le chevetaine de touz eulz estoit appellé Raimont Rogier[334] qui estoit chevalier au conte de Fois. Cil deffendoit la ville si bien que touz les François le tenoient à bon chevalier et à vaillant.

Le conte de Fois et Raymont Rogier aloient souvent parler en la cité à Raymont de Cerdonne et faisoient samblant qu’il y aloient pour le profit le roy ; mais ce ne pot-on savoir certainement, ains disoit le commun de l’ost qu’il y aloit plus pour le profist de la ville[335]. Le roy de France vit bien que tous les assaux que l’en faisoit ne pooient de riens empirier la ville ; si fist aprester i engin si soutil et si bon qu’il peust desrompre et abatre les murs de la cité.

Quant l’engin fu fait, ceulz de la ville espierent tant qu’il fu nuit, et issirent de la cité et vindrent à l’engin et bouterent le feu dedenz. Quant l’engin fu embrasé, il ruerent dedenz le maistre qui l’avoit fait pour ce qu’il ne vouloient mie qu’il en feist jamais i autre tel. Quant le roy le sot, si en fu si courroucié qu’il dist que jamais ne laisseroit le siege jusques a tant qu’il auroit prise la ville. Si comme il estoit devant la cité, laquelle il cuidoit bien affamer, son ost commença forment à empirier et soustenir labour de chaut et de pueur de charoignes parmi les champs mortes, et les mouches qui les mordoient toutes plaines de venin. Si commencierent à mourir en l’ost, hommes et femmes et chevaux, et l’air y devint si corrompu que à paine y demouroit nul homme sain.

[336]Pierre d’Arragon estoit en aguet repostement comment et en quel maniere il peust grever ceulz qui aportoient le sommage[337] en l’ost ; si avenoit souvent qu’il venoient sanz conduit, et tantost il les prenoient et metoient à mort et emportoient le sommage. Le port de Rose[338] qui estoit à iiii milles de l’ost, là avoit le roy sa navie qui administroit l’ost de tout quanqu’il failloit pour vivre.


XLIII.
De la mort le roy Pierre d’Arragon, la veille de l’Assompcion Nostre-Dame[339].

Pierre le roy d’Arragon estoit en moult grant pensée et en moult grant aguet comment il peust soustraire et oster la vitaille qui venoit du port de Rose en l’ost au roy de France. Si avint i jour qu’il assambla sa gent à pié et à cheval, et furent bien par nombre iiiic à cheval et iim à pié, et s’en vint celle part où il cuidoit miex trouver le sommage, et se tint ilec mucié repostement tant qu’il peust trouver ou attendre ce qu’il queroit. Une espie apperçut bien tout son afaire et son contenement, et s’en vint hastivement au connestable de France qui avoit nom Raoul d’Eu[340], et Jehan de Harecourt[341] qui estoit mareschal de l’ost, et leur dist la place et le lieu où il estoient en aguet. Quant il orent ce oy, si pristrent avec eulz le conte de la Marche[342] et bien jusques à vc armeures de fer, et vindrent là où le roy d’Arragon estoit en aguet[343]. Quant il furent près, si cognurent bien que le roy d’Arragon[344] avoit trop greigneur nombre de gent qu’il n’estoient ; et avec tout ce, il ne cuidoient pas, ne ne savoient que le roy de Arragon fust en la compaignie. Si ne sorent que faire, ou de combatre ou de laissier ; quant Mahieu de Roye[345], chevalier preus et sage leur dit : « Seigneurs, veez là voz anemis que nous avons trouvez, et il est la veille de l’Assumpcion à la douce vierge pucelle Marie qui à la journée d’ui nous aidera. Prenez bon cuer en vous, car il sont escommeniez et dessevrez de la foy de sainte Eglise. Il ne nous convient pas aler oultre mer pour sauver noz âmes, car ci les poons nous sauver. » Adonc s’acorderent touz à ce qu’il disoit et coururent sus à leurs anemis moult fierement.

Si commença la besoigne forte et aspre, et s’entredonnerent moult de grans colées. Le fais de la bataille chei sus les Arragonnois ; il tornerent en fuie, mais les François les tindrent court et les enchacierent de près ; si en navrerent moult ; si en demoura ou champ de mors jusques à c, sanz ceulz qui furent navrez en fuiant. Le roy Pierre fu navré à mort et eust esté pris et retenu, quant il meismes copa les renes de son cheval et se mist à la fuie. Ne demoura gaires qu’il mourut et se mist à la fuie. Ne demoura gaires qu’il mourut de la plaie qui li fu faite[346]. Les François se partirent du champ et s’en vindrent à leurs tentes et garderent combien il leur failloit de leur gent ; si trouverent qu’il n’i avoit occis que ii tant seulement. De ce furent il moult liez et conterent au roy comment il avoient ouvré et quelle maniere de gent il avoient trouvé. Le roy en fu trop durement lié et mercia la douce Dame de l’onneur et de la victoire que Nostre Sires avoit donné à sa gent. Encore eust-il esté plus lié, s’il eust sceu que le roy Pierre eust esté navré et mort.


XLIV.
Comment et en quel maniere Gironne fu rendue[347].

Si comme le siege estoit devant Gironne, viande commença à apeticier à ceulz de la cité. Le conte de Fois et Raymont Rogier savoient bien toute leur couvine, comment il leur estoit et qu’il ne se pooient plus tenir ne durer. Si s’en vindrent au roy et li distrent que s’il li plaisoit, on parleroit à ceulz de la cité et aus chevetains savoir mon s’il se vouldroient rendre ne venir à merci. Le roy leur ottroia par le conseil de ses barons. Si s’en alerent en la cité et entrerent enz et conterent leur rayson et qu’il queroient. Quant il orent parlé ensemble, le conte de Fois et Raymont Rogier vindrent au roy et li distrent de par ceulz de la cité, que il leur donnast trives jusques atant qu’il eussent mandé au roy d’Arragon s’il les vouldroit secourre ne deffendre ; et se il ne leur vouloit aidier, ou ne pooit, il rendroient volentiers la cité et se metroient du tout en son commandement. Le roy leur donna volentiers, et envoierent tantost au roy d’Arragon qu’il les venist secourre et aidier, ou il convenoit qu’il rendissent la cité, ne ne la pooient plus tenir contre le roy de France, car il n’avoient de quoy vivre ne de quoy il fussent soustenuz. Les messages trouverent que le roy Pierre estoit mort et pluseurs autres de ses nobles hommes : si en furent touz esbahiz et courrouciez. Arrieres s’en retornerent et conterent à Raymont de Cerdonne et à autres pluseurs des barons comment le roy leur seigneur estoit mort, et de la bataille qu’il avoit faite contre les François, et avoit perdu de tous les meilleurs chevaliers qu’il eust jusques à cent. Quant ceulz de la cité sorent la nouvelle, si manderent au roy que volentiers se rendroient, sauves leurs vies ; mais que ce fust en tel maniere qu’il emportassent leurs biens paisiblement et tout leurs hernois et toutes leurs choses. Le roy qui pas ne savoit la povreté de la vitaille qu’il avoient, si acorda par le conseil au conte de Fois et Raymont Rogier. Tantost comme le pais fu faite et ordenée, les François entrerent ens[348] et regarderent amont et aval comment il leur estoit ; si ne trouverent pas laienz vitailles dont il peussent vivre iii mois[349]. Par ce l’en puet veoir apertement que le roy fu deceu et tray, dont le conte de Fois et Raymont Rogier furent très faux et très mauvais[350] ; car il savoient bien tout l’estat de la cité et comment il leur estoit.


XLV.
Du trespassement le roy Phelippe et de sa sepulture[351].

Après ce que la cité fu rendue, le roy commanda que elle fust garnie et enforcié de gens d’armes et de vitaille ; car il avoit propos de soy yverner es parties de Thoulouse. Ceci fu loué au roy par aucuns qui gueres n’amoient son profit que il donnast congié à la greigneur partie de son navie qui estoit au port de Rose[352]. Si comme pluseurs des galies se furent parties, la gent et ceulz d’environ coururent sus à celles qui leur estoient demourées, et pristrent armes et quanqu’il avoit dedenz et firent grant bataille et fort contre les autres[353] ; et occistrent et mistrent à mort grant foison des François, et pristrent à force l’amiraut des galies qui avoit à nom Enguerran de Baiole, noble chevalier et vaillant ; et Aubert de Longueval fu occis, chevalier esprouvé en armes qui se msit trop avant sus les Arragonnois ; car il se fioit es autres chevaliers qui assés près de lui estoient, mais le seigneur de Harcourt[354], qui estoit mareschal de l’ost, le laissa occirre pour ce qu’il le haioit.

Quant la gent le roy virent et aperçurent qu’il ne pourroient pas ilec longuement demourer, si racheterent Enguerran une somme d’argent, et puis bouterent le feu en toutes les garnisons, et embraserent toute la ville de Rose. Si comme il estoient au chemin[355] et il s’en aloient, si grant ravine de pluie les prist que à paine se porent il soustenir ne à pié ne à cheval, ne en leurs paveillons ne porent il demourer, tant estoient grevez.

Le roy Phelippe fu moult dolent et courroucié de ce qu’il avoit pou ou noient fait en Arragon ; car il li estoit bien avis qu’il deust avoir pris tout Arragon et toute Espaigne, à ce qu’il avoit tant de bonne chevalerie et au grant peuple qu’il avoit amené avec li. Si fu moult pensis dont ce pooit venir, ou par mauvais conseil ou par fortune. En ce qu’il estoit en tel pensée, si chei en une fievre si que il ne pot chevauchier, ainz convint qu’il fust porté en letiere. La fievre crut et monteplia pour l’air qui tant estoit desatrempé et plain de pluie ; si li engreja et devint plus fort malade.

Tant alerent et chevauchierent qu’il vindrent au pas de l’Escluse qui est toute avironnée des montaignes qui sont appellées les Mons de Pierre[356]. Haut au dessus des montaignes estoient les Arragonnois qui estoient en aguet comment il pourroient grever les François. Quant aucun pou s’en esloignoient de l’ost, ou x ou xii, tantost leur couroient sus et les occioient et ravissoient quanqu’il pooient tenir ou trouver[357]. A grant doleur et a grant paine vindrent jusques à Parpignan ; ilec s’arresterent pour reposer. Le roy Phelippe fu forment malade et enferme ; si ne voult pas tant atendre qu’il perdist son sens et son avis, ainz fist son testament comme bon crestien et ordena. Après, il reçut en grant devocion le sacrement de sainte Eglise. Tantost comme il ot receu toutes ses droitures, il rendi la vie et s’aquita du treu de nature qui est une commune debte à toute creature[358]. Les barons de France furent moult dolenz et corrouciez de sa mort, car de jour en jour courage et volenté li monteplioit de bien faire et de grever ses anemis.

Nul ne pourroit penser la doleur que la royne sa femme ot ou cuer, ne les pleurs ne les larmes que elle rendi. Tant mena grant duel et si longuement, que à paine pooit elle avoir remede de sa vie[359]. Le roy fu conroié si comme l’en doit à tel prince[360]. Les entrailles furent enterrées en la maistre eglise de Nerbonne ; les ossemens en furent aportés à Saint Denis en France et furent mis en sepulture d’encosté son pere le saint roy Loys. Mais ançois qu’il fussent mis en sepulture, dissencion et grant descort mut entre les moines de Saint Denis et les Freres Prescheurs de Paris. La cause si fu pour ce que le roy Phelippe, le filz du bon roy, avoit donné et otroié aussi comme despourveuement à i frere de l’ordre des Prescheurs le cuer son pere, pour ce qu’il fust ensepulturé en l’eglise des Prescheurs de Paris. Les moines de Saint Denis le vouloient avoir et disoient, puisqu’il avoit esleu sa sepulture à l’eglise de Saint Denis, que son cuer ne doit pas ailleurs reposer ne gesir. Mais le jeune roy ne voult pas estre desdit à son commencement ; si commanda qu’il fust baillié et delivré aus Freres Prescheurs de Paris. Pour ceste chose furent meues pluseurs questions à Paris entre les maistres de theologie : à savoir mon se le roy pooit donner ne ottroier le cuer son pere propre sanz la dispensacion de son evesque souverain[361].

[362]Après ce, les os furent enterrés à Saint Denis en France delez son pere le roy Loois et joignant sa femme Ysabiau d’Arragon royne de France ; lesquielz Phelippe et Ysabiau[363] sont maintenant eslevez de terre par ii piez ou environ, en belle tumbe de marbre bis, en biaux ymages d’alebastre richement et merveilleusement ouvrez de très noble et gentil euvre, lesquiex aucuns venans en l’eglise Saint Denis en France, pueent veoir aussi gentement mis à la destre partie du moustier en une huche delez saint Loys.

Duquel cuer au roy Phelippe, il fu après determiné par pluseurs theologiens, que le roy ne les moines ne le pourroient donner sanz la dispensacion du pape. Et lors après, Phelippe successeur de son pere fu coroné à Reins, entre li et la royne Jehanne sa femme, en roy de France, le jour de la Thifaine[364]. Icelui Phelippe qui mourut en Arragon ot ii femmes, dont la premiere fu la royne Ysabel fille le roy d’Arragon, dont il ot iii enfanz : Loys qui mourut en s’enfance[365], et Phelippe le biaux qui regna après lui, et Challes conte de Valois. Yceste royne Ysabel mourut au retourner de Tunes, et furent ses os enterrés en l’eglise monseigneur Saint Denis en France, si comme je vous ay devant dit. L’autre royne que ce roy Phelippe ot après la royne Ysabel, fu la royne Marie fille le duc de Breban ; duquel roy demourerent à la royne iii enfanz : Loys[366] le conte de la cité de Euvrex ; Marguerite[367] la royne d’Angleterre et madame Blanche qui fu mariée au duc d’Otherriche[368] qui fu filz au roy Aubert d’Alemaigne. xv anz regna ycelui roy Phelippe et fu enterré en l’eglise monseigneur Saint Denis en France delez son pere le roy saint Loys, en la maniere que je vous ai dit dessus.

Ci fenist l’istoire du bon roy Phelippe filz saint Loys.

  1. Bibl. nat., ms. fr. 2813, fol. 351.
  2. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ filii sanctæ memoriæ regis Ludovici, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 466-468. Dans ce premier chapitre, les Grandes Chroniques ne donnent pas une traduction littérale du récit de G. de Nangis ; elles l’abrègent souvent. Cf. Chronique de Primat traduite par Jean du Vignay, ibid., t. XXIII, p. 61, et la lettre de Pierre de Condé du 4 septembre 1270, dans L. d’Achery, Spicilegium, in-fol., t. III, p. 667.
  3. Cf. Geoffroi de Beaulieu, Vita sancti Ludovici, chap. xlv, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 24.
  4. Esmaier, émouvoir.
  5. Conroié, préparé.
  6. Guillaume de Nangis donne des détails plus précis sur la préparation à laquelle on soumit le corps de saint Louis : « Clientes vero aulici et ministri, quibus hoc incumbebat officium, corpus regis membratim dividentes aquæ vinique admixtione tamdiu decoxerunt, quousque ossa pura et candida a carne quasi sponte evelli potuissent. »
  7. D’après G. de Nangis, il ne demanda pas seulement les entrailles, mais aussi les chairs qui avaient été séparées des os par la cuisson : « Carnem tamen corporis ejus excoctam et ab ossibus separatam, necnon et intestina ipsius petiit. » Cf. Geoffroi de Beaulieu, op. cit., chap. xlvii ; ibid., t. XX, p. 24.
  8. Palerne, Palerme (Sicile).
  9. Montréal.
  10. Les Grandes Chroniques ont supprimé la dernière phrase de ce premier chapitre de G. de Nangis, dans laquelle il rappelle les principales reliques possédées par l’abbaye de Saint-Denis.
  11. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 468-469. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 76.
  12. Latin : « quasi per milliare ».
  13. La phrase latine est plus claire : « Penetralia vero Sarracenorum distabant ab exercitu christiano quasi per quatuor milliaria, versus suam civitatem Tunicii. »
  14. Primat donne le nom d’un troisième chevalier, Renaud de Precigny, l’un des chevaliers de l’hôtel de saint Louis (cf. Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 307).
  15. Hugues et Gui de Baucey furent tués au combat du 4 septembre 1270 (cf. infra, chap. iii) que Guillaume de Nangis confondit sans doute avec un autre combat (Lenain de Tillemont, Vie de saint Louis, t. VI, p. 301).
  16. Les Grandes Chroniques ont omis ici une phrase de G. de Nangis : « Retulerunt enim quidam Sarraceni, pace composita, quibus ex nostris ab eis querentibus si tales vidissent ; responderunt quod occisi fuerant et multos prostraverant antequam interissent ; et unus eorum maxime, qui duobus cruribus abscisis plures occiderat antequam interiret. »
  17. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 470-471. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 75. Les Grandes Chroniques n’ont pas donné la traduction littérale de ce chapitre ; elles l’ont souvent abrégé. Voir, sur cette victoire remportée le 4 septembre, la lettre écrite le même jour par Pierre de Condé au trésorier de Saint-Frambourg de Senlis dans Spicilegium, t. III, in-fol., p. 667.
  18. A coite d’esperon, à toute bride.
  19. G. de Nangis dit que ces fosses auraient pu être creusées par les Sarrasins, aussi bien pour recueillir les eaux que pour servir de piège aux chrétiens : « Fecerant enim fossas profundissimas in sabulo aut propter aquas hauriendas, ut moris est apud eos, aut ut nostri, sicut eos insequi contingeret, intus caderent improvisi. »
  20. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 470-475. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 77.
  21. Sous-entendu, éloignés ; latin : « distans ».
  22. La phrase latine de Guillaume de Nangis est plus claire : « Castellum autem ligneum, quod similiter ad eos debellandos constructum fuerat, in loco proposito erigi pax interim composita non permisit. »
  23. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 472-475. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIIII, p. 77-79. Les Grandes Chroniques n’ont pas traduit littéralement ce chapitre et l’ont souvent abrégé.
  24. Ici est omis un épisode de cette bataille rapporté par G. de Nangis : « Dum vero talia agerentur, quidam Sarracenorum inter ruinas murorum Carthaginis latitantes, cum vidissent aliquos nostrorum peditum pauperes et nullius nominis garciones inter nostrorum tentoria et Sarracenorum castra incaute discurrere, et lucri cupiditate armorum fragmina colligentes, irruerunt in eos et aliquos occiderunt. »
  25. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 474-477. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 79-81. Ce chapitre n’est pas la traduction littérale du chapitre correspondant de G. de Nangis.
  26. Sous-entendu, fièvres.
  27. Les autres aguez et continuez n’est pas donné par le ms. fr. 17270 de la Bibl. nat. Cf. Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p.. 475.
  28. Resourdre, se relever.
  29. Le roi de Tunis ; latin : « rex Tunarum ».
  30. En souz terrines, dans des grottes ; latin : « sub speluncis subterraneis ».
  31. Dans le ms. 17270, fol. 319 vo, on a exponctué ne, ce qui donne ainsi amis ; latin : « hostes fidei christianæ illis in partibus expugnare ».
  32. Les Grandes Chroniques qui ont beaucoup abrégé la fin de ce chapitre ont omis cette phrase dans laquelle G. de Nangis aurait rapporté les idées qui animaient alors l’armée chrétienne : « Verumtamen simplex militia et vulgi communitas spoliis hostium, ut dicitur, inhiantes, et istam compositionem nullatenus acceptantes, ultum iri in hostes fidei, urbem capi, et funditus dirui utilius et honorabilius judicabant. »
  33. Voir, sur le rôle joué par le roi de Sicile en cette circonstance, la lettre de Pierre de Condé du 9 novembre 1270 (Spicilegium, in-fol., t. III, p. 667-668).
  34. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 478-479. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 81-82. Voir, sur le traité conclu entre Abou-Abd-Allah-Mohammed, roi de Tunis, et le roi de France, le Mémoire sur le traité fait entre le roi de Tunis et Philippe le Hardi en 1270, publié par Sylvestre de Sacy dans les Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. IX, p. 448-477. Il donne le texte arabe du traité conservé aux Archives nationales (Musée, traités, no 4) avec sa traduction.
  35. Les articles de la paix furent arrêtés le 30 octobre et le roi de Tunis les approuva le 1er novembre (Spicilegium, t. III, p. 668).
  36. Le légat du pape Raoul de Paris ou de Grosparmi, évêque d’Évreux, puis évêque-cardinal d’Albano, était mort devant Tunis le jeudi 7 août. Cf. Grandes Chroniques, t. VII, p. 277, et non le 10 août, comme nous l’avons dit (ibid., note 2), d’après le Trésor de chronologie, col. 1168.
  37. Simon, sire de Nesle, qui, en 1234, avait amené de Provence la reine Marguerite, vivait encore au mois de mai 1282, date à laquelle il déposa pour la canonisation de saint Louis (Lenain de Tillemont, Vie de saint Louis, t. V, p. 127 à 129).
  38. Mathieu de Vendôme, qui succéda comme abbé de Saint-Denis à Henri déposé au mois de mai 1257, mourut le 25 septembre 1286 (Lenain de Tillemont, op. cit., t. IV, p. 115 ; t. V, p. 124-126, et D. Félibien, Hist. de l’abbaye royale de Saint-Denys en France, p. 242-246).
  39. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 478-481. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 82-83. Les Grandes Chroniques ont développé le récit de la tempête.
  40. L’embarquement commença le mardi 18 novembre, vers trois heures de l’après-midi : « die martis in octava beati Martini hyemalis circa nonam », et non le 15 comme le dit M. Ch.-V. Langlois, Philippe III le Hardi, p. 50. Il fut terminé le mercredi 19 et on leva l’ancre le jeudi 20 au matin (Spicilegium, in-fol. t. III, p. 668. Lettre de Pierre de Condé du 31 janvier 1271, au prieur d’Argenteuil).
  41. L’évêque de Langres était alors Gui II (1268 à sa mort en 1291 ou 1292).
  42. Trapes, Trapani, Sicile. La flotte entra dans ce port le vendredi 21 novembre, et vers minuit le roi de Sicile descendit à terre. Le roi et la reine de France débarquèrent le lendemain, samedi 22, vers trois heures du soir, « die sabbati circa nonam » (Spicilegium, t. III, p. 668).
  43. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 480-483. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 83-84. Flores historiarum, éd. Henry Richards Luard, t. III, p. 19 à 21.
  44. Édouard, fils d’Henri III, régna de 1272 à 1307. Sur la croisade d’Édouard en Syrie, voir R. Röhricht, La croisade du prince Édouard d’Angleterre (1270-1274), dans Archives de la Société de l’Orient latin, t. I, p. 617-634, et t. II, p. 407-409.
  45. Dans le latin on a mis plus exactement : « totum regnum Hierusalem ».
  46. On dit au contraire dans le latin : « alia quœdam castella fortissima maritima », ce qui est plus exact.
  47. Latin : « contra soldanum Babyloniæ, Syriæ et Ægypti ».
  48. Cet attentat eut lieu le 16 juin 1272.
  49. Les phrases suivantes jusqu’à : « De celle plaie », ne sont pas dans le texte latin de G. de Nangis.
  50. Henri III, qui mourut au mois de novembre 1272.
  51. Gaston VII, vicomte de Béarn. G. de Nangis nous apprend qu’Édouard eut un différend avec lui, mais que Philippe III l’apaisa : « Altercationem aliquantulum habuit. Sed rege Franciæ Philippo mediante, compromisso lis eorum ad tempus sopita quievit. »
  52. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 482-483. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 84-85.
  53. G. de Nangis dit que l’armée se reposa pendant quinze jours environ, « quasi per dies quindecim » (cf. Spicilegium, t. III, p. 669).
  54. Thibaut V, comte de Champagne, fils de Thibaut IV dit le Grand, lui succéda en 1253 ; il avait épousé, en 1255, Isabelle, fille de saint Louis, et mourut à Trapani le 4 décembre 1270 (Spicilegium, t. III, p. 669). Cf. d’Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et des comtes de Champagne, t. IV, p. 421.
  55. Conroié, garni.
  56. Thibaut V aurait été enterré dans le monastère des Cordelières de Provins et non dans celui des Cordeliers, et son cœur fut déposé dans l’église des Frères Prêcheurs de cette ville (d’Arbois de Jubainville, op. cit., t. IV, p. 423-424.
  57. Il faudrait Isabelle ; c’est G. de Nangis qui le premier commit cette faute ; latin : « Uxor autem sua Maria. »
  58. On a dans le latin : « luxit eum (son mari) et mortem patris fratrisque Johannis comitis Nivernensis ».
  59. Latin : « prope Marsiliam ». Isabelle mourut le jeudi avant la Saint-Marc, soit le 23 avril 1271 (Martène et Durand, Thesaurus novus anecdotorum, t. IV, col. 1762. Cf. d’Arbois de Jubainville, op. cit., t. IV, p. 425).
  60. Henri III qui succéda à son frère était né à la fin de l’année 1249 ; il mourut à Pampelune le 22 juillet 1274 à l’âge de vingt-cinq ans (d’Arbois de Jubainville, op. cit., t. IV, p. 429-439).
  61. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 482-485. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 85 et 86, et la fin de la lettre écrite le 31 janvier 1271 par Pierre de Condé au prieur d’Argenteuil, dans Spicilegium, t. III, p. 669.
  62. Palerne, Palerme (Sicile).
  63. Meschines, Messine (Sicile).
  64. Far, Phare ou détroit de Messine.
  65. Puille, Pouille.
  66. Matrenne, auj. Martorano, Italie, prov. de Calabre.
  67. Cousence, auj. Cosenza, Italie, ch.-l. de la Calabre citérieure.
  68. Il faut lire : Campaigne ; latin : « Campaniæ ». Cf. Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 485.
  69. Ils allèrent à Rome en passant par Ferentino ; latin : « per urbem Ferentini venit Romam ».
  70. Cf. la lettre écrite de Viterbe le 14 mars 1271 par Philippe III à Mathieu de Vendôme et à Simon de Nesle, dans Spicilegium, t. III, p. 670.
  71. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 484-485, et Chronique latine, éd. H. Géraud, t. I, p. 241-242. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 86. Flores historiarum, éd. Luard, t. III, p. 21, 29, 30. Voir aussi sur ce meurtre Ch. Bémont, Simon de Montfort, comte de Leicester, p. 252 à 255.
  72. Rous, Rosso Aldobrandino. Cf. Flores historiarum, éd. Luard, t. III, p. 17.
  73. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 484-487. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 86-87.
  74. Latin : « per Montemflasconem ». Montefiascone, Italie, prov. de Rome.
  75. Latin : « Urbeveteri ». Orvieto, Italie, prov. de Pérouse.
  76. Latin : « Montebargue », auj. Montevarchi, Italie, prov. d’Arezzo.
  77. Latin : « Bononiam ». Bologne, Italie, prov. de Bologne. Dans le texte latin on ajoute qu’ils passèrent aussi « per Modram et Parmam », par Modène et Parme.
  78. Crémone, Italie, prov. de Crémone.
  79. « Par maistre Fouques de Loudun, homme très bien enraisonné et très biau parlier » (Chronique de Primat, p. 87).
  80. Latin : « Vercellensem civitatem. » Verceil, Italie, prov. de Novare.
  81. Latin : « Susam civitatem. » Suse, Italie, prov. de Suse.
  82. Latin : « montes Cinisii », le mont Cenis.
  83. Cligny, auj. Cluny, Saône-et-Loire, arr. de Mâcon.
  84. Il serait entré à Paris le 21 mai 1271 (Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 54).
  85. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 486-489. La traduction n’est pas littérale. Des faits sont amplifiés ou retranchés. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 87-88.
  86. La Chronique latine de G. de Nangis (éd. H. Géraud, t. I, p. 239) dit que cette cérémonie se fit le vendredi avant la Pentecôte, soit le 22 mai 1271.
  87. Voir dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 139-140, le récit d’un miracle qui eut lieu à Saint-Denis peu après l’ensevelissement des os de saint Louis.
  88. Le Cronet, auj. Corneto, Italie, prov. de Rome. La ' Genealogia comitum Tolosanorum de Bernard Gui (Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XIX, p. 228) fait mourir Alphonse de Poitiers à Savone, le 21 août 1271. Cf. Guillaume de Puylaurens, Historia Albigensis (Ibid., t. XX, p. 775). Les Annales Genuenses le font mourir à Saint-Pierre d’Arena près de Gênes (Muratori, Rerum italicarum scriptores, t. VI, col. 553). Cf. Belissaire Ledain, Histoire d’Alphonse, frère de saint Louis, p. 100.
  89. Jarcy, Seine-et-Oise, arr. de Corbeil, cant. de Boissy-Saint-Léger, comm. de Varennes.
  90. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 488-489. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 88-89. Dans la traduction on a souvent amplifié le texte latin.
  91. On a par erreur donné quelquefois au couronnement de Philippe le Hardi la date du 30 août 1271. Voir un mémoire de Bréquigny dans Notices et extraits des manuscrits, t. II, p. 9. L. Delisle, Mémoire sur les ouvrages de Guillaume de Nangis, p. 37, et Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 55.
  92. L’évêque de Soissons était alors Milon de Bazoches (1262 au 24 septembre 1290).
  93. Jean de Courtenai, archevêque de Reims, mort le 17 août 1270, ne fut remplacé par Pierre Barbette que le 17 avril 1273.
  94. Tresches et queroles, danses et rondes.
  95. Le ms. fr. 17270 de la Bibl. nat. donne la forme : « espingler » ; l’un et l’autre signifient : danser, sauter.
  96. Le texte latin ajoute qu’il fut à Saint-Denis « in festo Decollationis sancti Johannis Baptistæ », soit le 29 août.
  97. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 490-491.
  98. Nous avons donné les mots entre crochets d’après la leçon du Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 491.
  99. Psaume CXXXI, verset 12.
  100. Mathieu de Vendôme. Sur le rôle qu’il joua pendant le règne de Philippe III, voir Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 41.
  101. Deviée, morte.
  102. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 490-493. Cf. Guillaume de Puylaurens, Historia Albigensium, ibid., p. 775-776, et Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 89-91. Voir pour tous les faits rapportés dans ce chapitre : Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 59 à 61 ; Hist. de Languedoc, nouv. éd., t. X, note ii, p. 9 à 14, et Ch. Baudon de Mony, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne jusqu’au commencement du XIVe siècle, p. 216-225.
  103. Le comte d’Armagnac était alors Géraud V, fils de Roger d’Armagnac, vicomte de Fezenzaguet.
  104. Casebonne, Cazaubon, Gers, arr. de Condom, ch.-l. de cant. Guillaume de Puylaurens (Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 775) dit qu’il était seigneur du château de Sompuy : « Geraldum de Casalibono dominum castri Summi Podii. » Cf. Hist. de Languedoc, nouv. éd., t. IX, p. 12 à 17.
  105. Ramposner, railler.
  106. Le frère du comte d’Armagnac était Arnaud Bernard, vicomte de Magnoac.
  107. Roger-Bernard III, fils de Roger IV, lui succéda le 24 février 1263 et mourut en 1303.
  108. Les mots entre crochets traduisant le latin : « eo maxime quod in primordio regiminis sui » sont donnés d’après la leçon du Rec. des Hist. des Gaules et de la France, p. 491.
  109. La reddition du château de Foix eut lieu le 5 juin 1272 (Hist. de Languedoc, t. IX, p. 17).
  110. Biauquesne, Beauquesne. Latin : « Bellusquercus. » Ce n’est pas à Beauquesne, ni à Beaucaire, comme le laisserait entendre P. Paris (Grandes Chroniques, t. V, p. 34, note 1), que le comte de Foix fut mis en prison, mais à Carcassonne (Hist. de Languedoc, t. X, p. 12, § 5).
  111. On a dans le latin : « tantam gratiam apud regem obtinuit, ut ipsum novum militem faceret, et magistros ac custodes in armis traderet ad tyrocinia exercenda ».
  112. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 492-495. Dans ce chapitre, les Grandes Chroniques ne suivent guère G. de Nangis ; elles omettent certains faits qu’il rapporte et en ajoutent d’autres.
  113. Raoul d’Auçoi, latin : « Radulphus rufus comes de Assatio. » C’est Rodolphe de Habsbourg qui en 1273 fut élu empereur d’Allemagne.
  114. Henri III dit le Gros, fils de Thibaut IV, comte de Champagne et roi de Navarre, épousa en 1269 Blanche d’Artois, fille de Robert d’Artois, frère de saint Louis. Sa fille, Jeanne épousa Philippe le Bel le 16 août 1284.
  115. Pierre, comte d’Alençon, cinquième fils de saint Louis, épousa, en 1272, Jeanne, fille unique de Jean, comte de Blois et de Chartres, et d’Alix de Bretagne.
  116. Cf. Chronique de Primat, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXIII, p. 91, qui a puisé ce qui est relatif au concile de Lyon à une autre source que G. de Nangis. Voir, sur ce concile, Labbe et Cossart, Sacrosancta concilia, t. XI, 1re part., col. 937 à 998.
  117. L’entrevue du roi et du pape à Lyon eut lieu probablement à la mi-novembre 1273 (Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 79).
  118. G. de Nangis dit qu’ils furent placés sous les ordres d’Imbert de Beaujeu.
  119. Cette dernière phrase relative à ces trois châteaux n’est pas empruntée à G. de Nangis.
  120. Ce concile qui fut le quatorzième concile général, présidé par Grégoire X, commença le 7 mai 1274 et fut terminé après la sixième session, le 17 juillet suivant.
  121. Labbe et Cossart, op. cit., col. 975 et 976.
  122. Ibid., col. 988, § 23.
  123. Ibid., col. 984, § 16.
  124. G. de Nangis ajoute : « Eodem anno, cum rediret de concilio Petrus de Charni archiepiscopus Senonensis, defunctus est, et successit eidem magister Gilo Cornuti præcentor ecclesiæ Senonensis. »
  125. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 494-497. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 91) qui signale seulement ce mariage. Dans la traduction de ce chapitre, on a omis un certain nombre de faits rapportés dans le texte latin.
  126. Marie était fille du défunt duc de Brabant, Henri III dit le Débonnaire, et sœur du duc Jean Ier dit le Victorieux.
  127. G. de Nangis donne la date de ce mariage « die martis infra octabas Assumptionis beatæ Mariæ » (21 août) et dit qu’il fut célébré à Vincennes (cf. Chronique latine, t. I, p. 245).
  128. Sur Pierre de la Broce, son influence et sa disgrâce, voir Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 13 à 32.
  129. Pierre de Benais fut évêque de Bayeux de 1276 au 23 janvier 1306, date de sa mort.
  130. Pour cette incidence, cf. Chronique de Primat, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXIII, p. 93.
  131. Henri III, roi de Navarre, mourut à Pampelune le 22 juillet 1274 (d’Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et des comtes de Champagne, t. IV, p. 437).
  132. Jeanne, fille d’Henri III et de Blanche d’Artois, était née le 14 janvier 1273 à Bar-sur-Seine (d’Arbois de Jubainville, op. cit., t. IV, p. 440).
  133. Jeanne de Navarre épousa Philippe le Bel le 16 août 1284. Au reste, G. de Nangis dit très bien que dans la suite elle épousa le fils aîné du roi : « aut dispensatione summi pontificis, sicut rei postea declaravit exitus, cum filio suo primogenito ».
  134. Sur Eustache de Beaumarchais, qui, en 1265, était bailli des montagnes d’Auvergne, qui fut ensuite sénéchal de Poitou de 1268 à 1272, puis sénéchal de Toulouse et d’Albi de 1272 à sa mort survenue dans la seconde moitié de 1294, et en même temps gouverneur de Navarre, de 1275 à 1277, voir : Marcellin Boudet, Dans les montagnes d’Auvergne de 1260 à 1325, Eustache de Beaumarchais, seigneur de Calvinet et sa famille, Aurillac, in-8o de 219 p. Travail paru d’abord en 1899 et 1900 dans la Revue de la Haute-Auvergne. Cf. Francisque Michel, Histoire de la guerre de Navarre en 1276 et 1277, par Guillaume Anelier de Toulouse, in-4o (Collection des Documents inédits). Voir à la table, p. 691 à 695. Voir aussi Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXIV, 1re part. p. *259 à *261, *266.
  135. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 496-497. Primat, dans sa Chronique (Ibid., t. XXIII, p. 91), signale seulement ce couronnement qu’il place au 15 août 1275 au lieu du 24 juin. Dans la traduction, certaines parties de ce chapitre sont amplifiées.
  136. L’archevêque de Reims était Pierre Barbette (janvier 1274-3 octobre 1298).
  137. 24 juin 1275.
  138. L’archevêque de Sens était alors Gilles II Cornut (15 décembre 1274-20 juin 1292).
  139. Simon de Brie qui, en 1281, devint pape sous le nom de Martin IV.
  140. Voir dans le Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XV, p. 144, no cxiv, cette lettre d’Yves de Chartres écrite en 1108 à propos du sacre de Louis VI le Gros qui avait eu lieu à Orléans. Cf. Grandes Chroniques, t. V, p. 145-148.
  141. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 496-500. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 91 à 93), dont le texte est plus conforme au texte latin de G. de Nangis que celui des Grandes Chroniques qui ont supprimé plusieurs passages.
  142. Don Fernando de la Cerda, fils aîné d’Alphonse X, roi de Castille, mourut au mois d’août 1275, pendant une expédition contre les Maures (Langlois, op. cit., p. 100).
  143. Saint Louis. Le mariage entre Blanche et don Fernando, arrêté dès 1266, ne fut conclu qu’en 1269 (Lenain de Tillemont, Vie de saint Louis, t. V, p. 94-99).
  144. « Secundo natum » ajoute G. de Nangis.
  145. Après la mort de leur père don Fernando, le roi Pierre d’Aragon emmena ses deux enfants, Ferrant et Alphonse, dans le royaume de Valence et les mit au château de Xativa (Chronique de Ramon Muntaner, chap. xl).
  146. Le texte latin nous fait mieux connaître Jean de Brienne dit d’Acre, fils de Jean de Brienne, roi de Jérusalem, empereur de Constantinople : « Johannem militem dictum de Accon, filium Johannis quondam regis Hierusalem, buticularium Franciæ, sum et regis Hispaniæ Alphonsi consanguineum. » Cf. P. Anselme, Hist. généal. de la France, t. VIII, p. 518.
  147. G. de Nangis ne parle pas d’évêques, mais seulement des messagers du roi de France : « Hoc autem regis Franciæ nuntii attendentes, et ejus pertinacem animum ac perfidiam intelligentes. »
  148. Estroussèement, brusquement.
  149. Estrivé, disputé.
  150. Ramposne, reproche.
  151. Dans le texte latin il est appelé : « Johannes Nunnii », Primat l’appelle Jehan Dognes ; c’est don Juan Nunès qui après la mort de don Fernando émigra en France et fut pris à la solde de Philippe III (Langlois, op. cit., p. 100 et 367).
  152. Dans G. de Nangis, cette incidence débute ainsi : « Eodem anno quo supra obiit papa Gregorius X, cui successit Innocentius V, frater Ordinis Prædicatorum, prius Petrus de Tarentia in Burgundia nominatus. »
  153. G. de Nangis ajoute : « ut pote filia cujusdam baronis Franciæ Petri de Cortenaio militis nobilissimi, regum Francorum, sanguine derivati ». La première femme de Robert II d’Artois, Amicie de Courtenay, qui mourut à Rome en 1275, était, en effet, la fille unique de Pierre de Courtenay, seigneur de Conches, et de Perrenelle de Joigny (P. Anselme, op. cit., t. I, p. 383).
  154. G. de Nangis nous apprend ce que devinrent ces deux enfants. « Philippum qui postea duxit in uxorem filiam Johannis comitis Britanniæ Blancham neptem Edoardi regis Angliæ, et Robertum qui non longe postea mortuus est puer. »
  155. Latin : « Othelinus comes Burgundiæ. » Cette fille fut Mahaut, comtesse d’Artois, morte le 27 ou le 28 novembre 1329, qui avait épousé Othon IV, comte de Bourgogne.
  156. Blanche d’Artois, fille de Robert Ier, comte d’Artois ; après la mort de son premier mari, Henri III, roi de Navarre (voir supra, p. 50 et 51), elle épousa Edmond d’Angleterre, comte de Lancastre, frère d’Édouard Ier.
  157. Cf. Chronique de Primat, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXIII, p. 98.
  158. Amauri, dernier fils de Simon de Montfort, comte de Leicester, et ainsi petit-fils de Simon de Montfort, chef de la croisade contre les Albigeois, était entré dans les ordres en 1268. Il mourut en 1292 (Charles Bémont, Simon de Montfort, comte de Leicester, p. 255-258).
  159. Alienor, fille de Simon de Montfort et d’Aliénor, fille de Jean sans Terre, avait été fiancée par son père à Llewellyn, prince de Galles, qui l’épousa le 13 octobre 1278 ; elle mourut en couches le 21 juin 1282 (Ibid., p. 256).
  160. Amauri fut enfermé au château de Corfe (Ibid., p. 256).
  161. Senandone, Snowdon, montagne du pays de Galles.
  162. Llewellyn se soumit en 1276 (Ch. Bémont, op. cit., p. 256).
  163. Amauri séjourna pendant quelque temps à Paris, puis se retira en Italie (Ibid., p. 258).
  164. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 502-503. La traduction française n’est pas littérale. Voir, à propos des enquêtes faites à la suite de la mort de Louis, fils de Philippe le Hardi, les documents publiés par J. de Gaulle dans le Bulletin de la Soc. de l’Hist. de France, 1844, p. 87-100. — Le premier de ces documents qui est une déposition du légat Simon contre Pierre de Benais, évêque de Bayeux, expose avec plus de détails les mêmes faits que G. de Nangis. Le deuxième est un rapport adressé par l’évêque de Liége au roi dans lequel il fait connaître ce qu’avait dit Isabelle de Sparbeke, la béguine de Nivelle. Le troisième est une lettre adressée au mois d’août 1278 par la reine Marie de Brabant au pape Nicolas III, lui demandant la punition de l’évêque de Bayeux qui s’était réfugié à Rome. Le premier seul de ces documents a été publié à nouveau par L. Delisle, dans le Cartulaire normand, no 927. Cf. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 22-27.
  165. G. de Nangis présente tous ces devins comme des imposteurs : « Erant duo pseudoprophetæ in Francia, vicedominus Laudunensis ecclesiæ, et quidam Sarabita pessimus, quœdam beguina Nivellensis tertia pseudoprophetissa. Qui nulla religione approbati, Deo mentit, par arctam vitam quam deforis ostendebant, habere prophetiæ spiritum dicebantur. Sed vere spiritus mendax in eorum ore factus multos decepit, et ad credendum eis quamplurimos provocavit. »
  166. Mathieu de Vendôme.
  167. Cette béguine de Nivelle s’appelait Isabelle de Sparbeke.
  168. Thibaut de Pouancé qui n’était pas encore évêque quand le roi lui confia cette mission. Il occupa le siège de Dol du mois de juillet 1280 au 30 mars 1301 (Gallia christiana, t. XIV, col. 1054-1055).
  169. Le texte latin le nomme de Visemale.
  170. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 502 à 505. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 97-98). Voir sur cette campagne Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 105-106.
  171. Alphonse X, roi de Castille.
  172. G. de Nangis dit que le duc de Bourgogne se joignit aussi au roi : « Ducem Burgundiae qui de jure tenebatur », mais il ne parle pas du comte de Luxembourg.
  173. Ce fut vers la fin de juillet 1276 que Philippe III alla chercher l’oriflamme à Saint-Denis (Langlois, op. cit., p. 105).
  174. G. de Nangis dit qu’il passa aussi par Orléans et par le Berri : « iter arripiens per Aurelianensem urbem et Bituricam regionem, finesque Pictavorum peragrans, versus partes Hispaniæ cum suo exercitu acceleravit ». Il était à Orléans le 23 août, en septembre à Tours et à Angoulême (Langlois, op. cit., p. 106).
  175. Sauveterre, Basses-Pyrénées, arr. d’Orthez, ch.-l. de cant.
  176. Gascoin de Biart, Gaston, vicomte de Béarn.
  177. G. de Nangis dit : « Tandem in extremis partibus regni sui prope portus Cysereos in terra Gasconis de Biardo ad quandam villam, quæ Salvaterra nuncupatur, suum exercitum quasi innumerabilem congregavit. » Philippe III fut à Sauveterre en octobre (Langlois, op. cit., p. 106).
  178. Guillaume Anelier (Histoire de la guerre de Navarre en 1276 et 1277, éd. Francisque Michel, vers 4798) dit que l’armée de Philippe III le Hardi était évaluée à trois cent mille hommes :

     « E lo reis ag ab siz aytantz de compaynners
    Que, segont que audi dire, foro ccc millers. »

  179. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 504-508. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 94 à 96).
  180. Humbert de Beaujeu, seigneur de Montpensier, connétable de France, mourut en 1285 (P. Anselme, Hist. généal., t. VI, p. 89).
  181. G. de Nangis ajoute Beaucaire « et Belliquadri ».
  182. Roger-Bernard III, comte de Foix.
  183. Mollans, auj. Morlaas, Basses-Pyrénées, arr. de Pau, ch.-l. de cant.
  184. Don Pedro Sanchiz, seigneur de Cascante.
  185. G. de Nangis désigne Garcia Almoravit comme « regis Franciæ adversariorum principem et capitaneum ».
  186. G. de Nangis donne le nombre de ceux qui furent tués avec lui « cum quinque aliis personis ». Sur la mort de don Pedro Sanchiz, voir G. Anelier, Histoire de la guerre de Navarre, éd. Francisque Michel, vers 4130 à 4160.
  187. Latin : « portus Cysereos ».
  188. Latin : « per montes Pyreneos », par les montagnes des Pyrénées.
  189. G. de Nangis donne une autre date « eam die Jovis ante nativitatem beatæ Mariæ Virginis tunc obsedit », soit le 3 septembre 1276, au lieu du 7 ; Primat a suivi la leçon de G. de Nangis. Cf. Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 103, qui donne aussi la date du 3 septembre.
  190. G. de Nangis donne le nom de l’un d’eux, « Gonsalves ».
  191. L’ingénieur qui fit ces engins se nommait Bouquin. Il trahit ensuite le comte d’Artois et passa dans la ville de Pampelune où il fut pris et mis à mort (Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXI, p. 93).
  192. Acoisié, reposé.
  193. Gonsalve d’après la leçon du Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 507. Ce nom ne figure pas dans le texte latin à cet endroit.
  194. Primat donne le nom de la ville où il était : « Saint Domin de la Chauciée », auj. San Domingo de la Calzada (Vieille-Castille).
  195. G. de Nangis dit que les habitants de Pampelune se réfugièrent dans la cathédrale : « Et propter hoc pavore exterriti ad magnam ecclesiam beatæ Mariæ confugerant. »
  196. G. de Nangis dit que les hommes forment cette « piétaille » n’étaient pas des Français : « Nec fuerunt isti valoris homines nec nati de Francia, sed de terra Gasconis de Biardo, et Fuxinensis comitis Albigenses ». Cf., sur le pillage de Pampelune, G. Anelier, op. cit., vers 4685 à 4775.
  197. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 508-511. Dans la traduction du texte latin des parties ont été modifiées.
  198. À la suite de ces pourparlers, deux conventions furent signées à Vittoria en novembre 1276, entre Alphonse X et Robert d’Artois (Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 107-108).
  199. De son hostel et de son service : leçon du Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 509, qui rend mieux le sens du texte de G. de Nangis : « cogitavit illum per quem sui status hospitii ita sciebatur, aut prope se morari in servitio, aut de suo consilio interesse ».
  200. Cf. Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. III, p. 417-418.
  201. Jean XXI, appelé auparavant Pierre, était né à Lisbonne. Élu pape à Viterbe le 8 septembre 1276 et couronné le 20, il mourut dans la même ville le jeudi 20 mai 1277.
  202. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 510-513. Cf. Chronique anonyme finissant en 1286, ibid., t. XXI, p. 95-96. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 99-100. Primat semble n’avoir pas puisé son chapitre sur Pierre de La Broce à la même source que G. de Nangis.
  203. Latin : « Janvilla in Belsia. » C’est donc Janville, Euro-et-Loir, arr. de Chartres, ch. l. de cant.
  204. Pierre de La Broce fut pendu le 30 juin 1278 (Chronique anonyme finissant en 1328, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXI, p. 147).
  205. Cette phrase n’est pas dans le texte latin.
  206. Dans sa Chronique latine (éd. H. Géraud, t. I, p. 249), G. de Nangis dit que la mort de Pierre de La Broce fut causée par la jalousie : « invidia quorumdam contra se excitata ». Cette opinion fut partagée par d’autres contemporains. Dante, dans le Purgatoire, chant VI, vers 10-24, dit qu’il fut mis à mort :

    « … per astie et per inveggia,
    come dicea, non per colpa commisa »,

    et il accuse la reine Marie de Brabant d’avoir été l’instigatrice de son supplice. Une chronique de Touraine (André Salmon, Recueil de chroniques de Touraine, p. 196) dit : « et per barones, per invidiam judicatus, et contra voluntatem regis ». On peut voir encore, sur le supplice de Pierre de La Broce, Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXI, p. 126, 147-181 ; t. XXII, p. 348. Achille Jubinal, La complainte et le jeu de Pierre de La Broce, Paris, 1835, in-8o. Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 29 à 32. Chronographia regum Francorum, éd. Moranvillé, t. I, p. 10-12.

  207. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 512-513. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 99. Les Grandes Chroniques ont omis la première partie de ce paragraphe de G. de Nangis relative à l’élection du pape Nicolas III et aux mesures qu’il prit contre Charles, roi de Sicile. La Chronique de Primat (Ibid., p. 100) a reproduit ce passage.
  208. Bibars-el-Boundouedar, sultan d’Égypte, intronisé le 24 octobre 1260, mort à Damas le 1er juillet 1277. Voir, sur les événements rapportés dans ce chapitre, Marino Sanudo, Liber secretorum fidelium crucis. Orientalis historiæ, t. II, p. 228. Cf. Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. III, p. 418-419.
  209. Le fils de Bibars, Mohammed Bérékeh-khan, ou Baréca, lui succéda à l’âge de deux-neuf ans. Forcé d’abdiquer le 27 août 1279, on lui assigna pour résidence la principauté de Karac où il mourut en mars 1280.
  210. La Chronique de Primat l’appelle « le Car ». C’est la principauté de Karac qui appartint aux chrétiens jusqu’en 1189. Elle comprenait les terres et les oasis situées à l’est et au sud de la mer Morte jusqu’à la frontière d’Égypte et à la mer Rouge.
  211. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 513-515. Les Grandes Chroniques ont encore omis la première partie de ce paragraphe de G. de Nangis relative aux fêtes données en 1279 par le roi de France en l’honneur de Charles, prince de Salerne, fils de Charles, roi de Sicile, qui était venu en France, et à la blessure reçue par Robert, comte de Clermont, frère de Philippe III, dans un tournoi fait à Paris lorsqu’il fut armé chevalier.
  212. Mont Marchant, auj. Mont-de-Marsan, Landes, ch.-l. de dép. Philippe le Hardi arriva dans cette ville le 29 novembre 1280 (Langlois, op. cit., pièce justif. no XVII, p. 436).
  213. Alphonse X, roi de Castille, vint à Bayonne le 24 novembre (Langlois, ibid.).
  214. G. de Nangis nous apprend que le différend entre le roi de France et le roi d’Espagne devait se régler à Dax, « congregabantur hinc inde per plures dies regales et solemnes nuncii pro dicto negotio expediendo apud Aquas ». Sur ces pourparlers, voir Langlois, op. cit., p. 122-123.
  215. G. de Nangis fait connaître les envoyés du pape Nicolas III : « Destinavit ad hoc solemnes nuncios ministros generales fratrum Prædicatorum et Minorum. »
  216. Philippe le Hardi quitta Mont-de-Marsan le 20 décembre et n’alla à Toulouse qu’après avoir célébré la Noël à Moissac (Langlois, op. cit., p. 123).
  217. Pierre III, roi d’Aragon.
  218. Sur le congrès de Toulouse, voir Langlois (Ibid.). Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, p. 163-164. Hist. de Languedoc, t. X, p. 24, note v.
  219. « Ingratus tanto honore et beneficiis » (G. de Nangis).
  220. Les Grandes Chroniques ont mal traduit cette dernière phrase de G. de Nangis. Constance donna à Pierre, roi d’Aragon, le conseil de s’allier aux Siciliens, et les envoyés des Siciliens lui demandèrent son aide contre le roi Charles, « consilio uxoris suæ Constantiæ reginæ Manfredi quondam damnati filiæ, Siculis, qui jam contra regem Siciliæ Karolum conspiraverant, confœderatus est. Nam missi Siculorum, Panormitanorum maxime et Messenensium, ad ipsum tunc convenerant, dicentes quod si contra regem Karolum vellet cum ipsis insurgere, et eosdem tueri, de cetero ipsum in regem et dominum reciperent et haberent ».
  221. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 514-515. Cf. Chronique de Primat, (ibid., t. XXIII, p. 101). Il ne parle que de la crue de la Seine et a omis l’élection de Martin IV. Les Grandes Chroniques ont omis dans ce paragraphe de G. de Nangis la mention de la mort de Nicolas III, celle des troubles qui éclatèrent à Rome après sa mort, celle de l’expédition envoyée en Romagne par Martin IV contre Guido de Montefeltro, et enfin celle des dissensions survenues à Orvieto.
  222. G. de Nangis fixe la date de cette innondation : « circa principium mensis januarii ». « Environ la Typhaingne » (Chronique de Primat).
  223. G. de Nangis donne des détails plus précis sur les effets de cette inondation : « Ita circumquaque inundavit civitatem Parisiensem, quod nequiret a parte villæ Sancti Dionysii absque navigio ingredi, et ex alia parte infra muros usque ad crucem Hemondi per totam plateam Maberti vasa navalia discurrebant » (cf. Maurice Champion, Les inondations en France depuis le VIe siècle jusqu’à nos jours, t. I, p. 27-30).
  224. Martin IV, dont le nom était Simon de Brion, serait né à Mainpincien, paroisse d’Andrezel (Seine-et-Marne, arr. de Melun, cant. de Mormant). Il fut élu pape à Viterbe le 22 février 1281 et sacré le 23 mars à Orvieto.
  225. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 516-518. Cf. Chronique de Primat, (Ibid., t. XXIII, p. 101). Il place l’expédition du roi d’Aragon au chap. lxxii, avant les vêpres siciliennes (chap. lxxiii), et dans Primat, comme dans les Grandes Chroniques, le passage dans lequel Guillaume de Nangis montre que les prétentions de Constance sur le royaume de Sicile sont mal fondées est omis.
  226. Tout ce qui suit jusqu’à si occistrent n’est pas tiré de G. de Nangis qui donne en cet endroit une longue suite de considérations sur les prétentions de Constance au royaume de Sicile.
  227. Vêpres siciliennes ; massacre des Français en Sicile, le 30 mars 1282. Cf. Muntaner, chap. xliii. Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. III, p. 535 et 552 à 555 ; de Saint-Priest, Histoire de la conquête de Naples, t. IV, p. 40-57. Chronicon Siciliæ, dans Muratori, Rerum italicarum scriptores, t. X, col. 830-833.
  228. Acovroient par les testes, doit être une mauvaise lecture pour « aovroient par les costés ». Latin : « latus aperientes ».
  229. Les Grandes Chroniques ont supprimé dans cette dernière partie tout ce qui, dans G. de Nangis, fait ressortir la fourberie de Pierre, roi d’Aragon. « Sed ne perciperetur ejus quam conceperat iniquitas, misit ad Romanam curiam solemnes nuncios ; fingendo significans, quod cum sumptuoso et sollicito apparatu ad Dei ecclesiæ servitium et exaltationem catholicæ fidei versus Africam super barbaros suæ potentiæ brachium dirigebat. » Cf. Muntaner, chap. xliv à lix.
  230. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 518-519. Primat, dans sa Chronique (Ibid., t. XXIII, p. 101), a suivi pour ce chapitre non les Gesta Philippi de G. de Nangis, mais sa Chronique. Cf. éd. H. Géraud, t. I, p. 255-256. Cf. Chronicon Siciliæ, dans Muratori, op. cit., t. X, col. 833, cap. xl.
  231. Les Grandes Chroniques n’ont pas traduit tout la phrase de G. de Nangis : « In partibus vero illis quæ viciniores sunt Siciliæ diebus aliquibus declinans, expectavit ut, oportunitate captata, commodius iniquitatem quam conceperat parturiret. »
  232. Obertine, Orvieto.
  233. Gérard Bianchi, chanoine de Parme, promu cardinal des Douze Apôtres en 1278, puis évêque de la Sabine, fut légat en Espagne et en Sicile, et mourut en 1302. Les lettres par lesquelles Martin IV lui confia la mission de pacifier la Sicile sont datées d’Orvieto le 5 juin (jour des nones) 1282 (Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. III, p. 539). Sur cette mission, voir A. de Saint-Priest, Histoire de la conquête de Naples par Charles d’Anjou, t. IV, p. 73-76, et Léon Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles d’Aragon, p. 60 et 61.
  234. Les Grandes Chroniques omettent de dire, comme G. de Nangis, que les Siciliens avaient d’abord bien accueilli les envoyés du cardinal, mais qu’ensuite, à l’instigation de Pierre d’Aragon, ils refusèrent de les recevoir : « Sed ecce, cardinali ad littus maris civitatis Messanensis oppositum adveniente, dum nonnulli Siculi et specialiter Messanenses ejus nuncios libenter admitterent, dominium Romanæ ecclesiæ recognoscentes et publice invocantes, Petrus Aragoniæ rex intras Siciliam, ipsos et ceteros terræ Siciliæ in tantum incitavit, quod cardinalis nuncios recipere de cetero denegarunt. »
  235. Cf. Muntaner, chap. lx à sc.
  236. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 518-521. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 101). Chronicon Siciliæ, dans Muratori, op. cit., t. X, col. 833 et 841, cap. xxxix et xli.
  237. G. de Nangis dit qu’en outre il se fit accompagner par le cardinal Gérard de Parme : « et assumpto secum domino Girardo de Parma Romanæ ecclesiæ cardinali. »
  238. Charles d’Anjou, qui, dès le 8 avril 1282, avait pris toutes les mesures pour préparer son expédition contre la Sicile, avait traversé le détroit et campait à quelques lieues de Messine déjà le 25 juillet suivant (L. Cadier, op. cit., p. 56). D’après l’itinéraire du roi Charles Ier dressé par Paul Durrieu (Les archives angevines de Naples ; Étude sur les registres du roi Charles Ier, t. II, p. 188), il aurait été dans le camp au siège de Messine du 28 juillet au 17 septembre. Du 19 septembre au 24, il est encore soit au siège, soit à Reggio, et il reste dans cette dernière ville du 29 septembre jusqu’au 12 janvier 1283. Pour le siège de Messine, cf. de Saint-Priest, op. cit., t. IV, p. 64-104.
  239. G. de Nangis parle ici de l’action du cardinal Gérard de Parme : « Cardinalis enim fideliter laborabat, quantum poterat, ut ad pacem traherentur. » Sur les tentatives de conciliation de Charles d’Anjou avec les Messinois, voir Léon Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d’Anjou, p. 56-61.
  240. G. de Nangis dit que des assauts furent repoussés pendant plusieurs jours : « Pluribus vero per dies aliquot ad urbem assultibus factis, cum in vanum Gallici laborarent, et plus amitterent quam lucrarentur. » Cf. Muntaner, chap. lxiv à lxxi.
  241. Dans sa Chronique latine (éd. Géraud, t. I, p. 286), G. de Nangis rapportant le supplice que lui infligea Charles II, roi de Sicile, le nomme : « comes Acherarum (ou Acerrarum) in Appulia ». C’est donc le comte d’Acerra, auj. Italie, prov. de Caserte, à quinze kilomètres de Naples, sur l’Agno.
  242. Auj. San Martino dans la Calabre ultérieure.
  243. Les bulles par lesquelles Martin IV dispose de la couronne d’Aragon en faveur du second fils du roi de France, Charles de Valois, sont datées d’Orvieto le 6 des calendes de septembre, l’an III de son pontificat, soit le 27 août 1283 (Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. III, p. 555-558 ; Rymer, Fœdera, éd. 1816, t. I, 2e part., p. 632-634. Cf. Gesta comitum Barcinonensium, dans Marca hispanica, p. 565, et J. Petit, Charles de Valois, p. 4-5).
  244. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 520-521.
  245. Orvieto. G. de Nangis donne une description plus complète de ce « poisson » qui sans doute était un phoque : « piscis marinus in effigie leonis…, cujus pellis pilosa, pedes breves, cauda leonina et ceterum corpus erat leoninum », et il ajoute plus loin : « quod a multis signum dicebatur fieri prænosticum futurorum ».
  246. G. de Nangis ne dit pas que les écoliers furent emprisonnés au Châtelet, mais que les Anglais contraignirent les Picards à quitter Paris. « Nam domos Picardorum Anglici confringentes tanta debacchatione in ipsos irruerunt, quod nonnullos occidentes, ceteros de civitate Parisiensi ad suas partes fugere compulerunt. » Cf. Chronique latine, éd. Géraud, t. I, p. 256. Sur ce conflit, voir aussi Du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis, t. III, p. 456-457.
  247. Les Grandes Chroniques n’ont pas donné ici un article de G. de Nangis relatif à l’attaque de la ville de Forli par des troupes du pape Martin IV, le 30 avril 1282, et au combat livré le lendemain 1er mai devant cette ville.
  248. Sur ces luttes entre le soudan d’Égypte et les Tartares, voir Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. III, p. 531-532.
  249. G. de Nangis ne dit pas que saint Louis commença à faire des miracles, mais que l’on commença à faire l’enquête sur sa vie et ses miracles. Au reste, des miracles furent constatés dès le jour de son enterrement. Cf. Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 139-140, et ibid., p. 121-189. Voir Lenain de Tillemont, Vie de saint Louis, t. V, p. 211-219, pour les informations faites sur les miracles de saint Louis avant sa canonisation en 1297.
  250. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 522-523. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 102).
  251. Latin : « vexillis deplicatis ».
  252. Latin : « usque Alagatonne », auj. Catona, Italie, prov. de Reggio di Calabria.
  253. Latin : « non ignorans regis Karoli probitatem, et succursum sibi de Francia advenisse ».
  254. Latin : « in planis Burdegalis ».
  255. G. de Nangis ajoute : « Non veniens vero ad diem prædictum in dicto loco sic præparatus, similes pœnas et etiam perjurium incurrebat. » Viennent ensuite six lignes de déclamation sur la fourberie du roi d’Aragon.
  256. Sur cette provocation en duel de Pierre d’Aragon et ses suites, voir Muntaner, chap. lxxiii et lxxxix à xcii ; Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. III, p. 549 à 552 ; Gesta comitum Barcinonensium, dans Marca hispanica, col. 562-563 et 578 à 594, et Chronique de Jean d’Outremeuse, t. V, p. 430-432. Cf. de Saint-Priest, Histoire de la conquête de Naples, t. IV, p. 108-122.
  257. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 522-525. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 102). Chronicon Siciliæ, dans Muratori, op. cit., t. X, col. 842, cap. xliv.
  258. Ce fut le 12 janvier 1283, par lettres datées de Reggio, que Charles Ier remit l’exercice du pouvoir à son fils et partit pour la France (P. Durrieu, op. cit., t. II, p. 188, et L. Cadier, op. cit., p. 78).
  259. Jean Cholet, chanoine de Beauvais, promu cardinal par Martin IV en 1281, n’accompagna pas Charles d’Anjou dès le mois de mars 1283, comme le dit G. de Nangis, mais fut envoyé à Philippe III, vers le mois de Juin, à Bordeaux (Langlois, op. cit., p. 145). Voir, sur le cardinal Jean Cholet, Hist. litt. de la France, t. XX, p. 113-129.
  260. Jean de Grailli, sénéchal anglais de Gascogne, « senescallo regis Angliæ cujus erat terræ dominium » (G. de Nangis).
  261. Cf. Muntaner, chap. xc, et de Saint-Priest, op. cit., t. IV, p. 139-140.
  262. Charles quitta Bordeaux avec le roi de France le 10 ou le 11 juin 1283 (P. Durrieu, op. cit., t. II, p. 188).
  263. Latin « Johannes Nunnii », Chronique latine (éd. Géraud, t. I, p. 259), Johannes Nunnius ; c’est Don Juan Nunès (cf. supra, p. 57).
  264. Sur cette expédition qui se termina à la fin de l’année 1283, voir Muntaner, chap. cxi, et Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXI, p. 804. Cf. Langlois, op. cit., p. 145-146. Le 28 juillet, Pierre, roi d’Aragon, informait Denis, roi de Portugal, que les Français se préparaient à l’attaquer (de Saint-Priest, Histoire de la conquête de Naples, t. IV, p. 231).
  265. La tour d’Ull (Muntaner, chap. cxi).
  266. La dernière phrase de G. de Nangis n’a pas été traduite : « Sed Philippo et Karolo regibus de Gasconia reversis in Franciam cum legato, rex Franciæ consilio habito pro gente sua, misit, et ut ab incepto desisterent, demandavit. »
  267. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 524-525.
  268. G. de Nangis désigne la prison : « in prisione ecclesiæ Romanæ ».
  269. Le pape Martin, latin : « a papa Martino ». Par une bulle du 11 mai 1283, Martin IV le nomma capitaine général de l’armée papale en Romagne (Duchesne, Historiæ Francorum scriptores, t. V, p. 886. Cf. Bémont, Simon de Montfort, p. 255).
  270. Guy de Freutemont, latin : « Guido de Monte Feltri », Guido de Montefeltro, chef des Gibelins.
  271. Ms. qu’il.
  272. Latin : terra Romaniolæ ».
  273. Latin : « Excepta Urbini civitate. » Urbino, Italie.
  274. G. de Nangis donne son nom : « Defuncto Thusciæ comite Rubeo » ; c’était Rosso Aldobrandino. Cf. supra., p. 32.
  275. Le comte de Saint-Flore est le comte de Fiora en Toscane, dans la province de Sienne.
  276. Les Grandes Chroniques ont omis ici deux phrases de G. de Nangis faisant connaître ce que Gui de Montfort fit en Toscane.
  277. Pierre, comte d’Alençon, fils de saint Louis, qui en 1282 était venu en Italie au secours de Charles d’Anjou, fut tué en SIcile le 6 avril 1284 (Langlois, op. cit., p. 143).
  278. Ses os furent déposés chez les Frères Mineurs et son cœur chez les Frères Prêcheurs « illud apud Fratres Prædicatores » (G. de Nangis).
  279. Jeanne, fille unique de Jean de Châtillon, comte de Blois et de Chartres, avait été mariée à Pierre, comte d’Alençon, au mois de février 1264 ; elle mourut le 29 janvier 1292 (Lenain de Tillemont, Vie de saint Louis, t. V, p. 242 et 244).
  280. Sur cette assemblée qui ouvrit ses séances à Paris le 20 février 1284, voir Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. III, p. 576-578 ; Rymer, Fœdera, éd. de 1816, t. I, 2e part., p. 639. Cf. Langlois, op. cit., p. 149-151.
  281. Pendant l’année 1284, la croisade contre l’Aragon fut prêchée dans toute la France (Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 151-152).
  282. G. de Nangis ajoute : « Et tunc rege Franciæ cruce signato, multi tam nobiles quam ignobiles ad hujus expeditionem itineris consimiliter crucis signaculum assumpserunt. »
  283. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 526-527. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 102-103) ; Chronicon Siciliæ, dans Muratori, op. cit., t. X, col. 844, cap. xlviii.
  284. G. de Nangis ajoute : « qui fere per annum in Francia fuerat commoratus ».
  285. Latin : « xxvii. »
  286. G. de Nangis ajoute : « ac de adventu patris inscius ».
  287. Le sens du latin n’a pas été complètement rendu. « Sed quia belli navalis gens sua ignara extitit, et potius fraude nautarum, ut aiunt, deceptus. » Ce fut le 5 juin 1284 que le prince de Salerne fut pris par l’amiral sicilien Roger de Loria (L. Cadier, op. cit., p. 103, et de Saint-Priest, op. cit., t. IV, p. 148 et suiv.).
  288. Constance, fille de Mainfroi, roi de Sicile, et son héritière, avait épousé en 1261 Pierre III, roi d’Aragon ; elle mourut à Rome en 1298.
  289. C’est à sa femme qu’elle le fit voir depuis la mer, « fecit eum festinanter prope Neopolim ducere, et de mari ejus estendere uxori ».
  290. G. de Nangis ajoute : « sed virum suum aut pro ipsa aliquem non recepit ».
  291. Charles avait abordé à Gaëte le 6 juin avec une flotte de quarante galères (L. Cadier, op. cit., p. 103-104).
  292. Des séditions éclatèrent alors non seulement à Naples, mais aussi dans la Terre de Labour, en Calabre, dans la Basilicate, dans les Abruzzes (L. Cadier, op. cit., p. 106 à 109).
  293. Brandis, Brindisi.
  294. Latin : « septimo die mensis januarii ». C’est à Foggia que Charles d’Anjou mourut le 7 janvier 1285. Cf. Chronique de Primat, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXIII, p. 103.
  295. G. de Nangis ajoute que le pape lui fit aussi parvenir de l’argent « magnam summam pecuniæ in suæ gentis sustentationem et regni Siciliæ subsidium destinavit ». Charles Ier, qui déjà le 10 août 1284 avait créé Robert d’Artois vicaire général de la Sicile, le nomma à sa mort régent du royaume. Ce choix fut ratifié par Martin IV qui, par une bulle du 16 février 1285, lui adjoignit le cardinal Girard de Parme (L. Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d’Anjou, p. 112 et 113).
  296. Ce fut le 16 août 1284 que Philippe le Bel épousa Jeanne, fille et héritière de Henri le Gros, roi de Navarre et comte de Champagne, mort depuis 1274. La Chronique latine de G. de Nangis ajoute qu’il fut fait chevalier le jour de l’Assomption. Rec. des Hist. des Gaules et de la Francde, t. XX, p. 569. Cf. Chronique de Primat, ibid., t. XXIII, p. 103.
  297. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 526-529.
  298. Avant la mention de la mort de Martin IV, G. de Nangis parle d’une grande tempête qui sévit en France le 24 novembre 1284 et de la mort du comte de Joigni tué en Italie au siège d’Urbin.
  299. 28 mars 1285, à Pérouse.
  300. Les Grandes Chroniques reproduisent l’erreur de G. de Nangis qui a confondu Honorius IV avec son successeur Nicolas IV. Le nom d’Honorius IV, avant son élection, était Jacques Savelli, et il n’était pas de l’ordre de Saint-François, tandis que celui de Nicolas IV, frère mineur, était Jérôme.
  301. G. de Nangis ajoute : « Eodem temporis concursi comes Burgundiæ Othelinus duxit in uxorem filiam comitis Attrebatensis Roberti, qui tunc in Apulia morabatur. »
  302. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans
  303. Il faut lire : 1285. G. de Nangis dit seulement : « Anno posterius annotato », « el mois de mars » (Chronique de Primat).
  304. Philippe le Hardi arriva dans le Toulousain avant la Pentecôte qui, en 1285, tomba le 13 mai. Il prit l’oriflamme à Saint-Denis en mars, arriva le 24 à Saint-Martial de Limoges où il demeura pendant huit jours, fut à Toulouse en avril et entra le 30 avril à Narbonne (Langlois, op. cit., p. 154 ; Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, p. 209).
  305. « Sane classis regia gentibus, armis ac victualibus munita regem tam ingens per æquora sequebatur, quod alter Neptunus posset non immerito appellari » (G. de Nangis. Cf. Langlois, op. cit., p. 154, et Lecoy de la Marche, op. cit., p. 207-208).
  306. « Expectavit enim ibidem aliquantulum gentem suam, quæ affluens e diversis partibus debebat in eadem urbe ex edicto regio congregari » (G. de Nangis).
  307. Jacques Ier, roi de Majorque.
  308. Les deux neveux du roi de Majorque étaient Philippe et Charles, fils de Philippe le Hardi et de sa première femme Isabelle, sœur de Jacques Ier.
  309. G. de Nangis est plus précis : « Sed quia Siculi principem Salernæ Karolum, quem captum tenebant, de urbe Messana ad quoddam castellum Siciliæ transtulerant, volentes cum ipso, sicut sibi dictum fuerat, reconciliari, timens Siculorum infidelitatem… fecit eum in terram suam Arragoniæ transportari. »
  310. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 530-531.
  311. « Visumque est genti suæ, et maxime regis Majoricarum, ut creditur, hortatu » (G. de Nangis).
  312. Genne, auj. Elne, Pyrénées-Orientales, arr. et cant. de Perpignan. Le nom de Genne lui fut donné sans doute par erreur de graphie. Elne, du latin Helena, était appelé au xiiie et au xive siècle par les Français du nord Eaune ou Iaune, la confusion de l’I et du J et de l’u avec n a donné Janne, d’où Genne (cf. Longnon, Les noms de lieu de la France, no 559, et Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 222, note 2).
  313. Dès le 22 mai, et peut-être quelques jours plus tôt, la ville d’Elne fut investie (Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 223).
  314. « Fingentes se velle ad invicem de reddenda civitate consilium habituros » (G. de Nangis).
  315. « Sed quia sanctæ matris ecclesiæ et ministrorum ejus præceptum contempserant, damnato et impio præbentes auxilium, ipsis nec loci sanctitas suffragium contulit, aut fortitudo potuit prævalere » (G. de Nangis).
  316. Sur le sac d’Elne qui eut lieu le 25 mai 1285, voir Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, p. 156, et Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, p. 223-230.
  317. À l’art de seu, à la branche de sureau. « Sic ergo stultus et insipiens populus, qui se super baculum arundineum conquassandum cito, Petrum de Arragonia, innitebat, sua superbia et insipientia deletus » (G. de Nangis).
  318. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 530-533.
  319. Du 3 au 6 juin l’armée de Philippe le Hardi campa près d’Elne, à Palau-del-Vidre, Pyrénées-Orientales, arr. de Céret, cant. d’Argelès (Langlois, op. cit., p. 157 ; Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 243, et Hist. de Languedoc, n. éd., t. IX, p. 106).
  320. Le pas de l’Écluse (arr. et cant. de Céret), situé entre le Boulou et Bellegarde (comm. de l’Écluse), est dominé par le col de Panissars. Sur le passage des Pyrénées par Philippe le Hardi, voir Lecoy de la Marche, op. cit., p. 238 à 244, et Hist. de Languedoc, t. IX, p. 107, note 1.
  321. Le 7 ou le 8 juin, les Français tentèrent de franchir le col de Panissars (Langlois, op. cit., p. 157, et Hist. de Languedoc, t. IX, p. 108, note 4).
  322. « Qui captus apud Januam fuerat » (G. de Nangis).
  323. Le col de la Massane.
  324. Le col de Massane dut être franchi probablement dans la nuit du 8 au 9 juin, en tout cas avant le 11, jour où les troupes royales se trouvaient dans les premières vallées du comté d’Ampurias (Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XXII, p. 453. Cf. Lecoy de la Marche, op. cit., p. 243-244).
  325. Pierrelate, auj. Perelada, Espagne (Catalogne), prov. de Girone. Sur la prise de cette ville, dans laquelle les Français entrèrent probablement le 20 juin, voir Lecoy de la Marche, op. cit., p. 246-249.
  326. Acoisié, reposé.
  327. Philippe, plus tard Philippe IV le Bel.
  328. Figuieres, auj. Figueras, Espagne, prov. de Girone.
  329. « Apud Petramlatam » (G. de Nangis), à Perelada.
  330. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 532-535.
  331. Gironne, auj. Girone, en espagnol Gerona, Espagne (Catalogne), ch.-l. de la prov. de Girone.
  332. « Qui inter eos et civitatem discurrebat » (G. de Nangis), probablement le Ter.
  333. La rivière fut franchie le 27 juin et le siège de Girone commença le 28 (Lecoy de la Marche, op. cit., p. 253).
  334. Les Grandes Chroniques n’ont pas bien traduit G. de Nangis et ont confondu Raimond Folch, vicomte de Cardone, le défenseur de Girone, avec Raimond Roger. « Habebant enim quendam capitaneum Remondum de Cerdona militem comitis Fuxi, et Remondi Regori cujusdam militis in Francorum exercitu militantis consanguineum. »
  335. Sur le siège de Girone, voir Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 253 à 271.
  336. La phrase latine est plus claire : « Petrus etiam de Aragonia latens in insidiis, eos qui ad portum Rosarum pro victualibus exercitui asportandis ibant et revertebantur, sæpe damnificabat in pluribus, si contigisset quod conductum peroptimum non haberent. »
  337. Le sommage, l’approvisionnement.
  338. Rose, auj. Rosas, Espagne (Catalogne), prov. de Girone.
  339. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 534-537. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 104).
  340. Latin : « Radulpho de Nigella Franciæ constabulario. » C’est Raoul II de Clermont, seigneur de Nesle, qui, en 1285, succéda comme connétable à Humbert de Beaujeu.
  341. Jean II, seigneur de Harcourt, qui mourut le 21 décembre 1302.
  342. Le comte de la Marche était alors Hugues XIII, fils aîné de Hugues XII, qui lui succéda en 1270 et mourut le 1er novembre 1302.
  343. « In aurora » (G. de Nangis), au point du jour.
  344. D’après G. de Nangis, ce serait le roi d’Aragon qui aurait attaqué les Français : « Petrus vero ipsos venire percipiens, quia pauci ad suorum numerum videbantur, in damnum sui ipsius, vel potius mortis dispendium, eosdem invadere festinavit. » Cf. Chronique latine, éd. Géraud, t. I, p. 265 : « Quos videntes Arragonii, quia pauci ad eorum numerum videbantur, protinus irruerunt in ipsos. » Voir sur ce fait d’armes Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 260-263, et Langlois, op. cit., p. 160-161.
  345. Ce passage relatif à l’intervention de Mathieu de Roye n’est pas tiré des Gesta Philippi de G. de Nangis.
  346. Pierre III, roi d’Aragon, mourut plusieurs mois après, le 10 novembre 1285.
  347. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 536-537.
  348. La ville de Girone ouvrit ses portes le 7 septembre 1285 (Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 271, et Langlois, op. cit., p. 162).
  349. G. de Nangis dit qu’il y avait une telle pénurie de vivres que : « cives in brevi fame defecissent ».
  350. G. de Nangis n’accuse pas aussi expressément de trahison le comte de Foix et Raimond Roger : « Propter quod patenter ostenditur, aut regem Franciæ fuisse proditum, aut Fuxi comitem et Remondum Rogeri simplices et deceptos, qui bene statum civium minime advertissent. »
  351. Guillaume de Nangis, Gesta Philippi regis Franciæ, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 536-539. Cf. Chronique de Primat (Ibid., t. XXIII, p. 104 et 105).
  352. Sur le désarmement d’une partie de la flotte de Philippe III, voir Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 267.
  353. Sur la bataille de Rosas qui eut lieu le 4 septembre 1285, voir Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 268, et Langlois, op. cit., p. 161 et 162.
  354. Jean II, seigneur d’Harcourt.
  355. Le camp devant Girone fut levé le 13 décembre. Sur la retraite de l’armée française, voir Langlois, op. cit., p. 163 et 164, et Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 272-278.
  356. G. de Nangis dit seulement : « Transeuntes igitur per passum Eclusæ montes Pyrenæos. »
  357. Voir, sur deux de ces combats qui eurent lieu le 30 septembre et le 1er octobre, Lecoy de la Marche, op. cit., t. I, p. 276-277, et Langlois, op. cit., p. 164.
  358. Philippe le Hardi mourut à Perpignan le 5 octobre 1285 (cf. Hist. de Languedoc, t. X, note vii, p. 40-42).
  359. « Vix potuit per annos plurimos consolationis remedium a quoquam recipere vel habere » (G. de Nangis).
  360. G. de Nangis donne plus de détails : « Exequiis ergo regis Philippi expletis, et ossibus per excoctionem a carne sejunctis, carnem quidem et viscera apud Narbonam in majori ecclesia sepelientes. »
  361. Latin : « absque dispensatione duntaxat summi pontificis », c’est-à-dire sans autorisation du Souverain Pontife.
  362. Cette dernière partie n’est pas tirée de G. de Nangis.
  363. D. Félibien, dans son Hist. de l’abbaye de Saint-Denis, p. 551, donne l’épitaphe de la reine Isabelle.
  364. Le jour de l’Épiphanie, le 6 janvier 1286.
  365. Cf. ci-dessus, chap. xxii.
  366. Louis de France, créé comte d’Évreux par Philippe le Bel en avril 1307, mort le 9 mai 1319.
  367. Marguerite épousa Édouard Ier, roi d’Angleterre.
  368. Rodolphe, duc d’Autriche, fils d’Albert d’Autriche, de la maison de Habsbourg.