Le secret de l’amulette/Épilogue

Éditions Édouard Garand (p. 48).

ÉPILOGUE

Le lecteur, sans doute, aimera savoir ce qu’il advint des principaux personnages de cette nouvelle historique.

Voici ce que l’on en peut dire.

M. de Saint-Pierre, le 2 novembre 1752, fut envoyé par M. Du Quesne, le gouverneur général, pour remplacer le capitaine de Marin qui se mourait, et prendre le commandement de la Belle Rivière (Ohio). Il périt à l’attaque du camp du général Johnson, au fort Lydias, en 1755. Il commandait les sauvages sous les ordres du baron de Dieskau.

M. le chevalier de Niverville se distingua dans plusieurs incursions faites dans la Nouvelle-Angleterre, et au siège de Québec en 1759.

Joseph et Pierre imitèrent son exemple. C’était l’époque où une lutte gigantesque allait s’engager entre quelques milliers de Français, de Canadiens et un nombre cinq ou six fois supérieur d’Anglais.

Nos deux braves combattirent vaillamment et se couvrirent de gloire.

Le cœur de Joseph de la Vérendrie avait gardé fidèlement le souvenir de la jolie jeune personne qu’il avait connue au bal de M. de Longueuil, en 1749, car en 1755, il l’épousait à Ville-Marie.

Le volage Pierre de Noyelles s’est-il fixé plus tard. Nous l’ignorons. Après la cession du pays, il passa en France avec son père, sa mère et ses frères.

Quand les deux amis eurent partagé l’or apporté, des Montagnes Rocheuses, chacun se trouva possesseur d’une somme équivalent à environ cent mille livres.