Ouvrir le menu principal
Gervais Clouzier, 1680 (1 / 2, pp. 239-240).
◄  Des seymes, & pieds fendus, nommez pieds de Bœuf ⅬⅩⅩⅩⅧ : Des Pieds Encastelez. Comment dessoler un Cheval  ►


LEs pieds sont encastelez lors qu’ils ont les talons si serrez, que le Cheval en boitte : ces sortes de pieds ont presque toûjours la fourchette fort étroite, les quartiers sont plus étroits proche du fer qu’aupres de la couronne, ainsi le pied ne prenant pas le rond qu’il doit prendre au talon prés du fer, le petit pied en est serré, la chair qui est autour de l’os du petit pied estant contrainte & trop pressée, cela fait boiter le Cheval.

Aux pieds encastelez il n’y a aucune rondeur aux talons, & les pieds semblent plûtost pointus & longs, que ronds comme ils doivent estre, car ceux qui ont une plus grande rondeur au talon, sont ceux qui sont les moins sujets à s’encasteler.

Un Cheval peut estre encastelé d’un seul quartier, & ce sera presque toûjours de celuy de dedans, qui est le plus foible, parce que la corne a moins d’épaisseur en dedans qu’en dehors : s’il l’est des deux quartiers, il est encore plus difficile à guerir, quoy qu’il puisse boitter aussi fort, n’estant encastelé que d’un des quartiers, que s’il l’estoit des deux.

La mauvaise ferrure peut causer l’encastelure, & la bonne la guerit, nous en parlerons amplement au Chapitre de la Ferrure : l’Encastelure est aussi causée par la sécheresse de pied, pour avoir la corne alterée & plaine de cercles, pour avoir ouvert les talons, & avoir affoibly les quartiers en creusant trop ce qui est la ruine des pieds, comme aussi pour avoir laissé trop croistre les talons.

Les Chevaux de legere taille y sont plus sujets que les Roussins ; les Chevaux Turcs, Barbes, ceux d’Espagne, & semblables doivent estre ferrez dans les regles, il ne s’en faut point fier aux Mareschaux, s’ils ne l’entendent tres-bien, & peu sçavent ménager ces pieds-là.

Il y a neantmoins des Chevaux fins, qui ont les pieds si excellens, & la corne si liante, qu’un Mareschal ne sçauroit les encaste1er ; comme aussi il y a des Roussins, des Coureurs & des Chevaux de carrosse qui y sont sujets, ausquels il faut beaucoup de soin.

Quand les fers à pantoufle, & les autres remedes pour l’encastelure n’ont pas restably les pieds, il faut dessoler ; qui est le dernier remede, & souvent le plus prompt & le meilleur : d’abord qu’il est dessolé, vous fendez la fourchette avec le bistori, & si Chap.
ⅼⅹⅹⅹⅷ
.
vous voulez pour le mieux vous placez une éclisse de fer, qui sera si vous voulez un vieil coûteau d’étrille, & l’ajustez en sorte quelle ouvre, ou plûtost tienne les talons ouverts, un pouce ou deux plus qu’ils ne l’étoient avant d’avoir esté dessolez. Les talons s’ouvrent avec cette éclisse, parce que la fourchette estant coupée ou fenduë, cede & s’ouvre dans le milieu ; mesme il m’est arrivé quelquefois, de faire dessoler des pieds si fort encastelez, qu’il leur a fallu ouvrir la corne des talons avec les triquoises, & ensuite placer l’éclisse & la mettre avec force, afin qu’elle puisse tenir les talons fort elargis : apres appliquez vostre appareil sur la sole, autour du pied pour l’humecter & la faire croistre ; la sole estant revenuë, & ayant toujours tenu cette éclisse de fer, le talon se trouvera élargy & aura pris sa premiere forme, c’est à dire la naturelle, car un talon encastelé rarement est un vice de la nature, mais il arrive par accident, ou de la méchante ferrure, ou de l’aridité du pied, & du peu de soin de l’humecter avec bons onguens.

Lors que dans un escole on a un Cheval encastelé, le remede ordinaire est de le ferrer à lunettes : ce remede est bon, mais je me fuis fort bien trouvé outre cela, de luy donner cinq ou six rayes de feu depuis le poil jusqu’au fer, faisant penetrer le feu environ l’épaisseur d’un écu blanc seulement, & en faire autant à chaque côté du talon : ces rayes de feu ramolissent la corne dans ce moment, laquelle lâche & cede, ainsi le petit pied qui estoit trop pressé, reprend sa place, & en est soulagé : ensuite il faut extrémement humecter le pied, avec des remolades ou de bons onguens de pied, souvent reïterez.