Ouvrir le menu principal
Gervais Clouzier, 1680 (1 / 2, pp. 94-96).
◄  Huile de Plomb, oleum Saturni ⅩⅩⅩⅣ : Methode pour dégraisser les yeux par en bas. Maniere de donner le feu au dessus des yeux  ►


LOrs qu’il n’y a plus d’apparence de fluxion sur les yeux, & qu’il a les yeux autant clairs que son infirmité le peut permetre, on peut faire une opération de la main, qui a reüssi assez souvent à des Chevaux lunatics, elle a manqué à d’autres, ainsi quand le Cheval aura la veuë si affoiblie par la fluxion qu’elle sera presque perdue, il ne faut pas croire que l’opération la puisse rétablir : mais tout ce qu’on peut raisonnablement eeperer de cette operation est qu’elle maintiendra les yeux en l’estat qu’ils seront lors qu’on la fera, & empeschera qu’ils ne se perdent tout à fait.

On doit faire l’opération, si on peut au déclin de la Lune ; il faut abattre le Cheval pour avoir plus de facilité avec un sol marqué qu’on applique au coin de l’œil entre l’onglée, qui est un cartilage que tous les Chevaux ont, & l’œil, on a le moyen d’enfiler avec une éguille & du fil la dite onglée, & ce sol marqué que j’ay ordonné d’appliquer entre l’œil & l’onglée, fait qu’on peut la picquer & enfiler sans crainte de blesser l’œil ; estant enfilée de la sorte on ouvre la paupière d’enbas avec le doigt, & on tire le fil qui est attaché à l’onglée, laquelle sort, & tire apres soy un morceau de chair glanduleuse. On la tire doucement coupant peu à peu avec un bistoury ce qui la retient par les costez, & tirant l’onglée, le morceau de chair suit qui luy est attaché, on coupe tout doucement jusques à ce qu’on en aye osté gros comme le poulce, & long comme la moitié du doigt de chair glanduleuse, & de temps en temps en faisant l’opération, on lave l’œil avec de l’eau, pour en ôter le sang qui empesche de voir ce qu’on fait, le morceau de chair coupé à tous les deux yeux, on barre la veine au larmier, puis soir & matin on lave l’œil avec de l’eau de vie, ou de l’eau toute pure où l’on aura dissout du Lapis Mirabilis, le Cheval ne doit point manger d’avoine, mais seulement du son mouillé, & au bout de quinze ou vingt jours il peut travailler sans danger, & manger de l’avoine.

Cette opération a esté trouvée par un raisonnement fort naturel. De mesme qu’il y a des émunctoires ou réceptacle des mauvaises humeurs dans certaines parties du corps, il y en a au dessous des yeux en forme de chair glanduleuse & spongieuse, qui est comme l’égoût & le réceptacle de ce que le cerveau pousse d’indigeste, de crud, & d’acre sur l’œil : cette humeur fume & Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/109 Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/110