Ouvrir le menu principal
Gervais Clouzier, 1680 (1 / 2, pp. 84-86).
◄  Des maux des Yeux ⅩⅩⅨ : Pour un coup sur l’œil. Lapis Mirabilis  ►


POur les coups, heurts & morsures, il faut observer avant d’appliquer les remedes, comme aussi dans la suitte du mal, pour juger de sa grandeur, & de l’esperance qu’on doit raisonnablement concevoir de sa guerison, & selon cela changer de remedes forts ou foibles, suivant l’importance de la maladie : si l’œil est fort gros & enflé, & qu’il en sorte de la matiere ou apostume, le mal sera long, puisque infailliblement le coup ou la morfure ont meurtry & corrompu quelque partie autour de l’œil en dedans, laquelle se change en matiere ; que si cette matiere continuë trop long-temps à paroistre, par exemple l’espace de douze ou quinze jours, le Cheval est en danger de perdre l’œil, hors qu’il jette sa gourme par les yeux ce qui se fait sans que l’œil en soit endommagé.

Quand le Cheval commencera à ouvrir l’oeil, si la vitre qui sera obscurcie du coup, est toute couverte d’une nuée de couleur tirant sur le vert, c’est mauvais signe ; s’il paroist sur la vitre des rougeurs comme du sang figé & resté là-dessus, c’est un mauvais signe en soy, c’est à dire que le coup est grand, & qu’il y a eu grande contusion, mais c’est une marque que la nature est forte, & chasse au dehors ce qui nuit & afflige l’œil, & que le mal sera de longue durée.

Si la vitre paroist offencée en quelque endroit, comme il arrive presque toujours à ces grands coups, il court grand risque, tout au moins qu’il luy restera une tache blanche sur l’œil, plus ou moins grande, comme une lentille ou comme un pois qui est comme un calus que la nature fait en cette endroit pour boucher le trou que le coup a fait.

C’est un tres mauvais figne, lors que dans le cours d’un mal long & ennuyeux, la substance de l’œil ou le globe devient plus petit, car l’œil est perdu sans resource : mais il ne faut pas se méprendre, car le mal diminuant l’enflure disparoist, & l’œil que vous aviez accoûtumé de voir gros & enflé vous semble plus petit, ce qui n’est pas, souvent aussi par la quantité des remedes Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/99 Chap.
ⅹⅹⅸ
.
un demy verre d’eau dans la fiolle, faites cas de ce remede, comme estant tres-excellent & à peu de frais, & qui produit de bons effets & pour les fluxions & pour les coups, je m’en sers souvent avec utilité au deffaut du Lapis Mirabilis.

Les remedes que nous avons décrits pour les fluxions, estant tous fort bons vous les ferez pour les coups, la seule différence eft de la saignée.

Quand vous aurez pendant quelques jours appliqué des restrinctifs ou des charges sur l’œil, & que le mal est au plus haut point qu’il puisse monter, pour lors prenez lierre terrestre, & feuille d’éclaire, pilez & exprimez le jus, laissez-le rasseoir, & ensuitte le passez au travers d’un papier gris, puis en mettez dans l’œil matin & soir ; ce remede deterge, desséche & éclaircit l’œil, qui seroit demeuré chargé.