Ouvrir le menu principal


IX

Le Vol de l’âme


À mon ami Saint-René Taillandier.


 
I


L’AME


Dans cet air sombre et lourd qui pèse sur nos villes ;
J’ai peine à soulever le fardeau de mon corps ;
Courbé sous les douleurs et les travaux serviles,
Quand j’aspire à monter, je tombe et je m’endors.

J’entrevois du chemin, en marchant sur la boue,
Le grand mont qui se dore au soleil printanier ;
Une chaîne éternelle, et qu’en vain je secoue,
Loin des sommets en fleurs me retient prisonnier.


Pour fuir ce sol impur et l’odeur de nos tombes,
Pour m’approcher du ciel et goûter les beaux jours,
Ah ! que n’ai-je un instant les ailes des colombes
Qui volent sur nos toits en chantant leurs amours !


II


LES AIGLES


Nous montons si haut dans l’espace,
Nous planons dans un ciel si pur,
Que la terre à nos pieds s’efface
Comme un rocher noir dans l’azur.
Dans la sphère où le jour s’allume,
Nous allons baigner notre plume ;
La lumière est notre élément ;
En vain l’aurore en feu ruisselle,
Nous n’avons jamais devant elle
Baissé nos yeux de diamant.

Eh bien, nous te cédons l’empire !
Nous n’avons pu suivre ton cœur,
Ni respirer l’air qu’il respire
Dans son vol sublime et vainqueur.
Hier, nous, les porteurs de la foudre,
T’avons vu là-bas dans la poudre,

Sous les barreaux d’une prison,
Homme ! Et voilà que ta pensée,
Malgré les fers s’est élancée
Et nous dépasse à l’horizon.

Va donc, plus libre et plus rapide
Que l’oiseau roi sur les sommets,
Jusqu’au monde où l’esprit te guide
Nos ailes n’atteindront jamais ;
Nos yeux, que nul soleil ne lasse,
Ne sauraient regarder en face
Cet astre inconnu qui te luit ;
Nous avons lutté contre l’âme !
Elle monte encor dans la flamme ;
L’aigle est repoussé dans la nuit.