Ouvrir le menu principal

Le Récit d’un volontaire

LE RÉCIT D’UN VOLONTAIRE


Le morceau qui suit est extrait d’une nouvelle intéressante surtout parce qu’elle appelle l’attention sur l’éternel problème du meurtre militaire. Le cadre est l’une des innombrables, expéditions que la Russie a dû entreprendre pour dompter les Touraniens musulmans du Caukase.


I


Après m’être reposé et avoir fait un bout de toilette, j’allai voir un aide de camp que je connaissais d’ancienne date pour le prier d’informer son général que mon désir était de faire la campagne. Un carrosse élégant, un petit chapeau coquet et un minois rose et frais passèrent devant moi rapidement. De la fenêtre entr’ouverte de la maison du commandant parvenaient jusqu’à mon oreille les sons d’une polka quelconque — Lisa ou Katia, — tapée sur un vieux clavecin détraqué et enroué, le seul sans doute que possédât la forteresse. À la porte d’un marchand de vin je vis un groupe d’employés attablés, fumant des cigarettes et discutant vivement.

« Excusez, disait l’un, mais en ce qui concerne la politique, Maria Grigorievna en sait long. » Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/318 Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/319 Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/320 Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/321 Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/322 Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/323 Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/324 Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/325 Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/326 Page:Pages choisies des auteurs contemporains Tolstoï.djvu/327