Ouvrir le menu principal

Comment Homenaz evesque des Papimanes nous monstra les uranopètes Decretales.

Chapitre XLIX.



Puys nous dist Homenaz. Par nos sainctes Decretales nous est enioinct & commendé visiter premier les Ecclises que les cabaretz. Pourtant ne declinans de ceste belle institution allons à l’Ecclise, après irons bancqueter.

Home de bien (dist frère Ian) allez davant nous vous suivrons. Vous en avez parlé en bons termes & en bon Christian. Ià long temps a que n’en avions veu. Ie m’en trouve fort resiouy en mon esprit, & croy que ie n’en repaistray que mieulx. C’est belle chose rencontrer gens de bien. Approchans de la porte du temple, apperceusmez un gros livre doré, tout couvert de fines & precieuses pierres, Balais, Esmerauldes, Diamans, & Unions, plus ou autant pour le moins excellentes, que celles que Octavian consacra à Iuppiter Capitolin. Et pendoit en l’air ataché à deux grosses chaines d’or au Zoophore du portal. Nous le reguardions en admiration. Pantagruel le manyoit & tournoyt à plaisir, car il y povoit aizement toucher. Et nous affermoit que au touchement d’icelles il sentoit un doulx prurit des ongles & desgourdissement de bras : ensemble temptation vehemente en son esprit de battre un sergent ou deux, pourveu qu’ilz n’eussent tonsure.

Adoncques nous dist Homenaz. Iadis feut aux Iuifz la loy par Moses baillée escripte des doigts propres de Dieu. En Delphes davant la face du temple de Apollo feyt trouvée ceste sentence divinement escripte ΓΝΩΘΙ ΣΕΑΥΤΟΝ. Et par certain laps de temps après feut veue ΕΙ aussi divinement escripte & transmise des Cieulx. Le simulachre de Cybèle feut des Cieulx en Phrygie transmis on champ nommé Pesinunt. Aussi feut en Tauris le simulachre de Diane, si croyez Euripides. L’oriflambe feut des Cieulx transmise aux nobles & treschristians Roys de France pour combatre les Infidèles. Regnant Numa Pompilius Roy second des Romains en Rome feut du Ciel veu descendre le tranchant bouclier dict Ancile. En Acropolis de Athènes iadis tomba du Ciel empire la statue de Minerve. Icy semblablement voyez les sacres Decretales escriptes de la main d’un ange Cherubin. Vous aultres gens Transpontins ne le croirez pas (Assez mal, dist Panurge) & à nous icy miraculeusement du Ciel des Cieulx transmises, en façon pareille que par Homère père de toute Philosophie (exceptez tousiours les dives Decretales) le fleuve du Nile est appellé Diipetes. Et parce qu’avez veu le Pape evangeliste d’icelles & protecteur sempiternel, vous sera de par nous permis les veoir & baiser au dedans si bon vous semble. Mais il vous convient par avant trois iours ieuner, & regulierement confesser, curieusement espluchans & inventorizans vos pechez tant dru, qu’en terre ne tombast une seule circonstance, comme divinement nous chantent les dives Decretales que voyez. A cela fault du temps.

Homme de bien (respondit Panurge) Decrotouères, voyre diz ie Decretales, avons prouveu en papier, en parchemin lanterné, en velin, escriptes à la main, & imprimées en moulle. Ià n’est besoing que vous penez à cestes cy nous monstrer. Nous contentons du bon vouloir, & vous remercions autant.

Vraybis (dist Homenaz) vous n’avez mie veu cestes cy angelicquement escriptes. Celles de vostre pays ne sont que transsumpts des nostres, comme trouvons escript par un de nos antiques Scholiastes Decretalins. Au reste vous pry n’y espargner ma peine. Seulement advisez si voulez confesser & ieuner les troys beaulx petitz iours de Dieu.

De cons fesser (respondit Panurge) tresbien nous consentons, Le ieune seulement ne nous vient à propous. Car nous avons tant & trestant par la marine ieuné, que les araignes ont faict leurs toilles sus nos dens. Voyez icy ce bon frère Ian des Entommeures (à ce mot Homenaz courtoisement luy bailla la petite accollade) la mousse luy est creue au gouzier par faulte de remuer & exercer les badiguoinces & mandibules.

Il dict vray (respondit frère Ian) I’ay tant & trestant ieuné, que i’en suys devenu tout bossu.

Entrons (dist Homenaz) doncques en l’Ecclise, & nous pardonnez si præsentement ne vous chantons la belle messe de Dieu. L’heure de myiour est passée, après laquelle nous defendent nos sacres Decretales messe chanter, messe diz ie haulte & legitime. Mais ie vous en diray une basse & seiche.

I’en aymerois mieulx (dist Panurge) une mouillée de quelque bon vin d’Aniou. Boutez, doncq, boutez, bas & roidde.

Verd & bleu (dist frère Ian) il me desplaist grandement qu’encores est mon estomach ieun. Car ayant tresbien desieuné, & repeu à usaige monachal, si d’adventure il nous chante de Requiem, ie y eusse porté pain & vin par les traictz passez. Patience Sacquez, chocquez, boutez, mais troussez la court, de paour que ne se crotte & pour aultre cause aussi, ie vous en prye.