Ouvrir le menu principal
Calman-Lévy (1p. 145-157).



XII.

DIPLOMATIE INDUSTRIELLE.


Lorsque Émile annonça à son père que le charpentier avait trouvé un libérateur, et qu’il lui eut rendu compte de l’emploi de sa journée, M. Cardonnet devint soucieux, et garda pendant quelques instants un silence aussi problématique que les pauses et les soupirs de M. de Boisguilbault. Mais la froideur apparente de ces deux hommes ne pouvait établir entre eux aucune ressemblance de caractère. Elle était toute d’instinct, d’habitude et d’impuissance chez le marquis, au lieu qu’elle avait été acquise par l’industriel à grand renfort de volonté. Chez le premier, elle provenait de la lenteur et de l’embarras de la pensée ; chez l’autre, au contraire, elle servait de voile et de frein à l’activité de pensées trop impétueuses. Enfin, elle était jouée chez M. Cardonnet. C’était une dignité d’emprunt, un rôle pour imposer aux autres hommes ; et, pendant qu’il paraissait se contenir ainsi, il calculait tumultueusement les effets et les moyens de sa colère près d’éclater. Aussi lorsque l’irrésolution chagrine de M. de Boisguilbault aboutissait à quelques monosyllabes mystérieux, le calme trompeur de M. Cardonnet couvait un orage dont il retardait à son gré l’explosion, mais qui s’exhalait tôt ou tard en paroles nettes et significatives. On eût pu dire que la vie de l’un s’alimentait par ses manifestations puissantes, tandis que celle de l’autre s’épuisait en émotions refoulées.

M. Cardonnet savait fort bien que son fils n’était pas facile à persuader, et que l’intimider par la violence ou la menace était impossible. Il s’était trop souvent heurté à ce caractère énergique, il avait trop éprouvé sa force de résistance, quoique ce n’eût été jusqu’alors que dans les petites occasions offertes au jeune âge, pour ne pas savoir qu’il fallait avant tout lui inspirer un respect fondé. Il ne commettait donc guère de fautes en sa présence, et s’observait, au contraire, avec un soin extrême.

« Eh bien, mon père, êtes-vous donc fâché de ce qui arrive d’heureux à ce pauvre Jean ? dit Émile, et me blâmez-vous d’avoir couru au-devant des bonnes intentions de son sauveur ? Je me suis fait fort de votre concours, et il faudra bien que ce méfiant charpentier apprenne à vous connaître, à vous respecter, et même à vous aimer.

— Tout cela, dit M. Cardonnet, ce sont des paroles. Il faut de suite écrire pour lui. Mon secrétaire est occupé, mais je présume que tu voudras bien prendre quelquefois sa place dans les occasions délicates.

— Oh ! de tout mon cœur, s’écria Émile.

— Écris donc, je vais te dicter. »

Et M. Cardonnet rédigea plusieurs lettres remplies de zèle, de sollicitude pour le délinquant, et tournées avec un rare esprit de convenance et de dignité. Il allait jusqu’à offrir aussi sa caution pour Jean Jappeloup, au cas, chose impossible pourtant, disait-il, où M. de

Boisguilbault, qui avait prévenu ses intentions, se désisterait de sa parole. Quand ces lettres furent signées et fermées, il dit à Émile de les faire partir de suite par un exprès, et il ajouta :

« Maintenant j’ai fait ta volonté ; j’ai interrompu mes occupations pour que ton protégé n’eût pas à souffrir du moindre retard. Je retourne à mes travaux. Nous dînerons dans une heure, et tu tiendras ensuite compagnie à ta mère, que tu as un peu délaissée tout le jour. Mais ce soir, quand les ouvriers auront fini leur tâche, j’espère que tu seras tout à moi, et que je pourrai t’entretenir de choses sérieuses.

— Mon père, je suis à vous ce soir et toute ma vie, vous le savez bien », dit Émile en l’embrassant.

M. Cardonnet s’applaudit de n’avoir pas cédé à un premier mouvement d’humeur ; il venait de ressaisir tout son ascendant sur Émile. Le soir, lorsque l’usine étant fermée, les ouvriers furent congédiés, il se rendit dans une partie de son jardin que l’inondation n’avait pu atteindre, et se promena longtemps seul, réfléchissant à ce qu’il allait dire à cet enfant difficile à manier, et ne voulant pas le faire appeler avant de se sentir parfaitement maître de lui-même.

La fatigue fiévreuse qui suit une journée de surveillance et de commandement, le spectacle de dévastation qu’il avait encore sous les yeux, et peut-être aussi l’état de l’atmosphère, n’étaient pas très propres à calmer l’irritation nerveuse habituelle chez M. Cardonnet. La température avait éprouvé une révolution trop soudaine et trop violente pour n’être pas encore insolite et relâchée. L’air tiède était chargé de vapeurs, comme au mois de novembre, quoiqu’on fût en plein été. Mais ce n’étaient pas les brouillards frais et transparents de l’automne, c’était plutôt une fumée suffocante qui s’exhalait de la terre. L’allée où l’industriel marchait à grands pas était bordée, d’un côté, de buissons de rosiers et d’autres fleurs splendides. De l’autre ce n’étaient que débris, planches charriées et entassées en désordre, énormes cailloux roulés par les eaux ; et depuis cette limite où s’était arrêtée l’inondation, jusqu’au lit de la rivière, plusieurs arpents de jardin, couverts d’une vase noire rayée de sables rouges, offraient l’aspect de quelque forêt d’Amérique ravagée et entraînée à demi par les débordements de l’Ohio ou du Missouri. Les jeunes arbres renversés pêle-mêle entrecroisaient leurs troncs et leurs branches dans des flaques d’eau stagnantes, qui ne pouvaient s’écouler sous ces digues fortuites. De belles plantes flétries et souillées faisaient de vains efforts pour se relever, et restaient couchées dans la boue, tandis que, chez quelques autres, la végétation, satisfaite de l’humidité, avait fait déjà éclore, sur des rameaux à demi brisés, des fleurs superbes et triomphantes. Leur senteur délicieuse combattait l’odeur saumâtre des terres limoneuses, et lorsqu’une faible brise soulevait la brume, ces parfums et ces puanteurs étranges passaient alternativement. Une nuée de grenouilles, qui semblaient être tombées avec la pluie, croassaient dans les roseaux d’une manière épouvantable ; et le bruit de l’usine, qu’il n’était pas encore possible d’arrêter, et dont les rouages se fatiguaient en pure perte, causait à M. Cardonnet une impatience fébrile. Cependant le rossignol chantait dans les bocages restés debout, et saluait la pleine lune avec l’insouciance d’un amant ou d’un artiste. C’était pourtant un mélange de bonheur et de consternation, de laideur et de beauté, comme si la puissante nature se fût moquée de pertes ruineuses pour les hommes, légères pour elle qui n’avait besoin que d’une journée de soleil et d’une nuit de fraîcheur pour les réparer.

Malgré les efforts de Cardonnet pour concentrer sa réflexion sur ses intérêts de famille, il était à chaque instant troublé et distrait par le souci de ses intérêts pécuniaires. « Maudit ruisseau, pensait-il, en fixant malgré lui ses regards sur le torrent qui roulait fier et moqueur à ses pieds, quand donc renonceras-tu à une lutte impossible ? Je saurai bien t’enchaîner et te contenir. Encore de la pierre, encore du fer, et tu couleras captif dans les limites que ma main veut te tracer. Oh ! je saurai régler ta force insensée, prévoir tes caprices, stimuler tes langueurs et briser tes colères. Le génie de l’homme doit rester ici vainqueur des aveugles révoltes de la nature. Vingt ouvriers de plus, et tu sentiras le frein. De l’argent, et toujours de l’argent ! Il faut une bien petite montagne de ce métal pour arrêter des montagnes d’eau. Tout est dans la question de temps et d’opportunité. Il faut que mes produits arrivent au jour marqué, pour compenser mes dépenses. Un mois d’indifférence et de défaillance perdrait tout. Le crédit est un abîme qu’il faut creuser sans hésitation, parce qu’au fond est le trésor du bénéfice. Creusons encore ! creusons toujours ! Sot et lâche est celui qui s’arrête en chemin et qui laisse ses avances et ses projets s’engloutir dans le vide. Non, non, torrent perfide, terreurs de femmes, pronostics menteurs des envieux, vous ne m’intimiderez pas, vous ne me ferez pas renoncer à mon œuvre, quand j’y ai fait tant de sacrifices, quand la sueur de tant d’hommes a déjà coulé en vain, quand mon cerveau a déjà dépensé tant d’efforts et mon intelligence enfanté tant de prodiges ! Ou cette eau roulera mon cadavre dans la fange, ou elle portera docilement les trésors de mon industrie ! »

Et dans la tension pénible de sa volonté, M. Cardonnet frappait du pied le rivage avec une sorte d’enthousiasme furieux.

Cependant il en revint à penser que de son propre sein était sorti un obstacle plus effrayant pour l’avenir que le torrent et les tempêtes. Son fils pouvait tout contrarier ou du moins tout détruire en un jour. Quelles que soient l’âpreté et la personnalité jalouse de l’homme, il ne peut jamais se satisfaire en travaillant pour lui seul, et il n’est point de capitaliste qui ne vive dans l’avenir par les liens de la famille. Cardonnet sentait au fond de ses entrailles un amour sauvage pour son fils. Oh ! s’il avait pu refondre cette âme rebelle, et identifier Émile à sa propre existence ! Quel orgueil, quelle sécurité n’eût-il pas goûtés ? Mais cet enfant, qui avait des facultés éminentes pour tout ce qui n’était pas le vœu de son père, semblait avoir conçu pour la richesse un mépris systématique, et il fallait trouver un joint, un point vulnérable pour faire entrer en lui cette passion terrible. Cardonnet savait bien quelles cordes il fallait faire vibrer ; mais pourrait-il contrarier et changer assez la nature de son propre esprit et de son propre talent, pour ne produire aucune dissonance ? L’instrument était à la fois délicat et puissant. La moindre faute d’harmonie dans le système qu’il fallait exposer trouverait un juge attentif et perspicace.

Enfin il fallait que Cardonnet, cet homme à la fois violent et habile, mais en qui les habitudes de domination l’emportaient sur celles de la ruse, se livrât à lui-même un combat terrible, étouffât toute émotion emportée, et parlât le langage d’une conviction qui n’était pas tout à fait la sienne. Enfin, se sentant plus calme et se croyant suffisamment préparé, il fit appeler Émile et retourna attendre à la même place où il avait été plongé dans une longue et pénible méditation.

« Eh bien, mon père, dit le jeune homme, en prenant sa main avec tendresse et très ému, car il sentait approcher le moment où il saurait ce qui devait l’emporter dans son cœur, ou de l’amour filial ou de la terreur et du blâme, me voici bien disposé à recevoir avec respect les confidences que vous m’avez promises. J’ai vingt et un ans, et je me sens devenir un homme. Vous avez bien tardé à m’émanciper de la loi du silence et de la confiance aveugle : mon cœur s’est soumis tant qu’il a pu, mais ma raison commence à parler bien haut, et j’attends votre voix paternelle pour les mettre d’accord. Vous allez le faire, je n’en doute pas, et m’ouvrir les portes de la vie ; car jusqu’ici je n’ai fait que rêver, attendre et chercher. J’ai flotté dans des doutes étranges, et j’ai déjà bien souffert sans oser vous le dire. À présent vous me guérirez, vous me donnerez la clef de ce labyrinthe où je m’égare ; vous me tracerez, vers l’avenir, une route que j’aimerai à suivre. Heureux et fier si j’y peux marcher avec vous !

— Mon enfant, répondit M. Cardonnet, un peu troublé de ce début plein d’effusion, tu as pris là-bas, l’habitude d’un langage emphatique que je ne peux pas imiter. Ces manières de dire sont mauvaises, en ce que l’esprit s’échauffe et s’exalte, puis bientôt s’égare, dans un exercice de sensibilité exagérée. Je sais que tu m’aimes et que tu crois en moi. Tu sais que je te chéris uniquement, et que ton avenir est mon seul but, ma seule pensée. Parlons donc raisonnablement, froidement, s’il est possible. Récapitulons d’abord un peu ta courte et heureuse existence. Tu es né dans l’aisance, et, comme je travaillais assidûment, la richesse est venue se placer sous tes pas, si vite et si naturellement en apparence, que tu ne t’en es guère aperçu. Chaque année augmentait la puissance d’extension de ta carrière future, et tu étais à peine sorti de l’enfance que j’avais songé à ta vieillesse et à l’avenir de tes enfants. Tu montrais d’heureuses dispositions ; mais ce n’était encore que pour des arts futiles, des choses d’agrément, le dessin, la musique, la poésie… J’ai dû combattre et j’ai combattu le développement de ces instincts d’artiste, quand j’ai vu qu’ils menaçaient d’envahir des facultés plus nécessaires et plus sérieuses.

« En créant ta fortune, je créais tes devoirs. Les beaux arts sont la bénédiction et la richesse du pauvre ; mais la richesse exige des forces mieux trempées pour supporter le poids des obligations qu’elle impose. Je me suis interrogé moi-même ; j’ai vu ce qui avait manqué à mon éducation, et j’ai pensé que nous devions nous compléter l’un par l’autre, puisque nous étions, par la loi du sang, solidaires de la même entreprise. J’avais l’intelligence des théories industrielles auxquelles je me suis voué ; mais, n’ayant pas été rompu à la pratique d’assez bonne heure, n’ayant pas étudié la spécialité de ma vocation, n’arrivant que par l’instinct et une sorte de divination aux solutions de la géométrie et de la mécanique, j’étais exposé à faire des fautes, à m’engager dans de fausses voies, à me laisser égarer par mes rêves ou ceux des autres, enfin à perdre, outre des sommes d’argent, des jours, des semaines, des années, le temps enfin, qui est le plus précieux de tous les capitaux. J’ai donc voulu que tu fusses instruit dans ces sciences au sortir du collège, et tu t’es astreint, malgré ton jeune âge, à des travaux ardus. Mais ton esprit a voulu bientôt prendre un essor qui t’éloignait de mon but.

« L’étude des sciences exactes te conduisait, malgré moi, malgré toi-même, à la passion des sciences naturelles, et, prenant des chemins de rencontre, tu ne songeais qu’à l’astronomie et aux rêveries des mondes où nous ne pouvons pénétrer. Après une lutte où je ne fus pas le plus fort, je te fis abandonner ces sciences, faute de pouvoir te ramener à une saine et utile application ; et renonçant à faire de toi un mécanicien, je cherchai en quoi tu pourrais m’être utile. Quand je dis m’être utile, j’imagine que tu ne te méprends pas sur le sens des mots. Ma fortune étant la tienne, je devais te former pour cette œuvre qui bientôt aura probablement usé ma vie à ton profit ; c’est dans l’ordre. Je suis heureux de faire mon devoir, et j’y persisterai malgré toi, s’il le faut. Mais la raison et l’amour paternel ne devaient-ils pas me pousser à te rendre propre, sinon au développement, du moins à la conservation et à la défense de cette fortune ? L’ignorance où j’étais de la législation m’avait mis cent fois à la merci des conseils ignares ou perfides ; j’avais été la proie de ces parasites de la chicane, qui, n’ayant ni vrai savoir, ni saine intelligence des affaires, exigent une soumission aveugle de leurs clients, et compromettent leurs plus graves intérêts par sottise, entêtement, présomption, fausse tactique, vaines subtilités et le reste. Je me suis dit alors qu’avec une intelligence claire et prompte comme la tienne, tu pouvais, en peu d’années, apprendre le droit, et te faire une assez juste idée des détails de la procédure, pour n’avoir jamais besoin d’autre guide, d’autre conseil, d’autre confident, surtout, que toi-même. Je n’ai jamais voulu faire de toi un rhéteur, un avocat, un comédien de cour d’assises ; mais je t’ai demandé de prendre tes inscriptions et de passer tes examens… Tu me l’avais promis !

— Eh bien, mon père, me suis-je révolté, ai-je manqué à ma parole ? dit Émile, surpris d’entendre M. Cardonnet parler avec un mépris superbe et quasi insolent de ces professions, dont il avait essayé de faire ressortir l’honneur et l’éclat, lorsqu’il s’était agi de décider son fils à les étudier.

— Émile, reprit l’industriel, je ne veux pas te faire de reproches ; mais tu as une manière passive et apathique de te résigner, cent fois pire que la résistance. Si j’avais pu prévoir que tu perdrais ton temps, j’aurais vite songé à quelque autre chose ; car, je te l’ai dit, le temps est le capital des capitaux, et voilà deux années de ton existence qui n’ont rien produit pour le développement de tes moyens, et par conséquent pour ton avenir.

— Je me flatte pourtant du contraire, dit Émile en souriant avec un mélange de douceur et de fierté, et je puis vous assurer, mon père, que j’ai beaucoup travaillé, beaucoup lu, beaucoup pensé, je n’ose pas dire beaucoup acquis, durant mon séjour à Poitiers.

— Oh ! je sais fort bien ce que tu as lu et appris, Émile ! je m’en suis aperçu de reste à tes lettres, quand même je ne l’aurais pas su par mon correspondant ; et je te déclare que toute cette belle science philosophico-métaphysico-politico-économique est ce qu’il y a, à mon sens, de plus creux, de plus faux, de plus chimérique et de plus ridicule, pour ne pas dire de plus dangereux, pour la jeunesse. C’est à tel point que tes dernières lettres m’auraient fait pâmer de rire comme juge si, comme père, je n’en avais éprouvé un chagrin mortel ; et c’est précisément en voyant que tu étais monté sur un nouveau dada, et que tu allais encore une fois prendre ton vol à travers les espaces, que j’ai résolu de te rappeler auprès de moi, soit pour un temps, soit pour toujours, si je ne réussis pas à te remettre l’esprit.

— Votre raillerie et votre dédain sont bien cruels, mon père, et affligent plus mon cœur qu’ils ne blessent mon amour-propre. Que je ne sois pas d’accord avec vous, c’est possible : je suis prêt à vous entendre refuser toutes mes croyances ; mais que, lorsque pour la première fois de ma vie, j’éprouvais le besoin et j’avais le courage de verser dans votre sein toutes mes pensées et toutes mes émotions, vous me repoussiez avec ironie… c’est bien amer, et cela me fait plus de mal que vous ne pensez.

— Il y a plus d’orgueil que tu ne penses, toi, dans cette douceur puérile. Ne suis-je pas ton père, ton meilleur ami ? Ne dois-je pas te faire entendre la vérité quand tu t’abuses et te ramener quand tu t’égares ? Allons ! arrière la vanité entre nous ! Je fais de ton intelligence plus de cas que toi-même, puisque je ne veux pas la laisser se détériorer par de mauvais aliments. Écoute-moi, Émile ! Je sais fort bien que c’est la mode chez les jeunes gens d’aujourd’hui de se poser en législateurs, de philosopher sur toutes choses, de réformer des institutions qui dureront plus longtemps qu’eux, d’inventer des religions, des sociétés, une morale nouvelle. L’imagination se plaît à ces chimères, et elles sont fort innocentes quand elles ne durent pas trop longtemps. Mais il faut laisser cela sur les bancs de l’école, et avant de la détruire, connaître et pratiquer la société : on s’aperçoit bientôt qu’elle vaut encore mieux que nous, et que le plus sage est de s’y soumettre avec adresse et tolérance. Te voilà trop grand garçon pour gaspiller tes désirs et tes réflexions sur un sujet sans fond. Je désire que tu t’attaches à la vie réelle, positive ; qu’au lieu de t’épuiser en critiques sur les lois qui nous gouvernent, tu en étudies le sens et l’application. Si cette étude, au contraire, te porte à un esprit de réaction et de dépit contre la vérité, il faut l’abandonner, et aviser à trouver quelque chose d’utile à faire et à quoi tu te sentes propre. Voyons, nous sommes ici pour nous entendre et pour conclure : pas de vaines déclamations, pas de dithyrambes poétiques, contre le ciel et les hommes ! Pauvres créatures d’un jour, nous n’avons pas de temps à perdre à interroger notre destinée avant et après notre courte apparition sur la terre. Nous ne résoudrons jamais cette énigme. Nous avons pour devoir religieux de travailler ici-bas sans relâche et de nous en aller sans murmure. Nous devons compte de notre labeur à la génération qui nous précède et qui nous forme, et à celle qui nous suit et que nous formons. C’est pourquoi les liens de famille sont sacrés, et l’héritage inaliénable, malgré vos belles théories communistes auxquelles je n’ai jamais pu rien comprendre, parce qu’elles ne sont pas mûres, et qu’il faut encore des siècles au genre humain pour les admettre. Réponds-moi, que veux-tu faire ?

— Je n’en sais absolument rien, répondit Émile accablé sous l’étroitesse et la froideur de tant de lieux communs, débités avec une facilité hautaine et brutale. Vous tranchez si fièrement des questions qu’il me faudra peut-être toute ma vie pour résoudre, que je ne saurais vous suivre dans cette course ardente vers un but inconnu. Je suis trop faible et trop borné apparemment pour trouver dans ma propre activité la récompense ou le motif de tant d’efforts. Mes goûts ne m’y portent nullement. J’aime le travail de l’esprit, et j’aimerais celui du corps, si l’un devenait le serviteur de l’autre pour conquérir les satisfactions du cœur ; mais travailler pour acquérir, et acquérir pour conserver, et pour acquérir encore, jusqu’à ce que la mort mette un terme à cette soif aveugle, voilà ce qui n’a ni sens ni attrait pour moi. Il n’est en moi aucune faculté que vous puissiez employer à cet usage ; je ne suis pas né joueur, et les chances passionnées de la hausse et de la baisse d’une fortune ne me causeront jamais la moindre émotion.

« Si mes aspirations et mes enthousiasmes sont des chimères indignes d’un esprit sérieux, s’il n’y a pas une vérité éternelle, une raison divine des choses, un idéal qu’on puisse porter dans l’âme, pour se soutenir et se diriger à travers les maux et les injustices du présent, je n’existe plus, je ne crois plus à rien ; je consens à mourir pour vous, mon père ; mais vivre et combattre comme vous et avec vous, je n’ai ni cœur, ni bras, ni tête pour ce genre de travail. »

M. Cardonnet se sentit frémir de colère, mais il se contint. Ce n’était pas sans dessein qu’il avait provoqué si maladroitement l’indignation et la résistance de son fils. Il avait voulu l’amener à dire toute sa pensée, et tâter, pour ainsi dire, son enthousiasme. Quand il vit, au ton amer et à l’expression désespérée du jeune homme, que cela était aussi sérieux qu’il l’avait craint, il résolut de tourner l’obstacle, et de manœuvrer de manière à ressaisir son influence.