Ouvrir le menu principal

Le Mahâbhârata (traduction Ballin)/Volume 1/introduction

Traduction par Ballin, L..
Paris E. Leroux (1p. 11-12).

INTRODUCTION




J’ai entrepris de continuer l’œuvre de M. Fauche, le traducteur du Mahâbhârata. J’en donne aujourd’hui trois livres : 1° Çalyaparva (Livre de Çalya) ; 2° Sauptikaparva (Livre des événements arrivés pendant le sommeil des Pândouides) ; 3° Striparva (Livre des femmes). Plus heureux que M. Fauche, aurai-je le temps de terminer mon œuvre ? Ce n’est pas certain, car je ne suis plus jeune ; mais alors il en viendra un autre qui terminera ce que j’aurai du laisser inachevé.

Je me suis astreint à rendre, aussi littéralement que cela m’a été matériellement possible, le sens du texte du Mahâbhârata, édition de Calcutta. Le génie de la langue sanscrite est bien différent de celui de la langue française. Il comprend un nombre extrême de redites, qu’on ne peut pas toutes éviter en français, sous peine d’être incomplet ; d’autant plus que les auteurs sanscrits ont une tendance marquée aux jeux de mots par à peu près, qu’une traduction ne peut pas rendre, et qui perdent, en passant d’un idiome dans l’autre, tout le sel qu’ils peuvent avoir dans l’original.

Sans vouloir entrer dans les détails d’une notice bibliographique, je ne puis me dispenser de dire que, depuis l’interruption du travail de M. Fauche, il a paru une traduction anglaise du Mahâbhârata, par M. Protap Candra Roy, éditée à Calcutta. Elle m’a été, sans aucun doute, d’un grand secours ; mais je dois surtout rendre hommage à la bienveillante complaisance de M. Regnaud, professeur à la Faculté des Lettres de Lyon, qui a bien voulu m’aider de ses avis, dans les nombreuses difficultés que j’ai rencontrées dans mon travail de traducteur.