Ouvrir le menu principal

Le Mahâbhârata (traduction Ballin)/Volume 1/Chap46

Traduction par Ballin, L..
Paris E. Leroux (1p. 299-312).


CHAPITRE XLVI


LÉGENDES SARASVATIENNES


Argument : Sacre de Kârtikeya. Énumération des dieux présents et des suivants que chacun d’eux lui cède. Description de ces suivants et de leur manière de combattre.


2503. Vaiçampâyana dit : Alors, ayant rassemblé selon les préceptes tous les divers objets nécessaires au sacre, le feu étant allumé, Brihaspati sacrifia selon la règle à Agni,

2504. Placé sur un siège élevé, favorable, orné des plus excellents joyaux, rempli de bijoux divins, fourni par l’Himalaya.

2505. Après avoir récité les mantras (incantations) régulières et pris les matières destinées au sacre, ainsi que tous les objets propitiatoires, les troupes des dieux,

2506. Indra et Vishnou très héroïques, le soleil et Candramas (la lune), le créateur et l’ordonnateur du monde, ainsi que le Vent et le Feu,

2507. Poushan, Bhaya et Aryaman, Amça, Yivasvant, le sage Roudra, accompagné de Mitra et de Yarouna,

2508. Prabhou (le maître), entouré des Roudras, des Vasous, des fils d’Aditi, des dieux Açvins, des Viçvedevas, des Marouts, des Sâdyas et des Pitris.

2500. Des Gandharvas, des Apsaras, des Yakshas, des Rakshasas et des Pannagas (serpents), des innombrables Devarshis et des Brahmarshis,

2510. Des Vaikhânasas, des Vâlakhilyas, des Marîcipas (qui se nourrissent de la lumière), des Vâyvâhâras (qui se nourrissent du vent), des Bhrigous, des Angiras et des magnanimes Yatis.

2511. Entouré par les Sarpas (rampants), les pieux Vidyâdharas (porteurs de lumière), par les Yogasiddhas (qui ont acquis la perfection par l’ascétisme), Pitâmaha, Poulastya et Poulaha au grand ascétisme.

2512. Angiras, Kaçyapa, Atri, Marîci et Bhrigou, Kratou, Hara, Pracetas, et aussi Manou et Daksha,

2513. Les saisons, les planètes, les étoiles, ô maître des hommes, les rivières, ayant pris un corps, les Védas éternels,

2514. Les Mers, les Étangs, les diverses sortes de Tîrthas, la Terre, le Ciel même, les Points cardinaux et les Arbres, ô maître suprême des hommes,

2515. Aditi, la mère des dieux, Hri (la pudeur), Çrî (la fortune), Svâhâ (épouse du feu), Sarasvatî, Oumâ, Çacî (la lune), Sinîbalî, Anoumita (la lune un jour avant son plein), Kouhou (la nouvelle lune),

2516. Râkâ (le génie du jour de la pleine lune), Dhishanâ et les autres épouses des habitants du ciel, l’Himalaya, (le mont) Vindhya, le Mérou qui a plusieurs sommets,

2517. Airâvata (éléphant d’Indra), avec ses compagnons. (Les espaces de temps appelés) Kalâ, Kâshthâ, le mois et le demi mois, les saisons, la nuit et le jour, ô roi

2518. Ouccaisçravan le plus excellent des chevaux, Vâsouki, roi des serpents, Arouna, Garouda, les arbres et les plantes,

2519. L’adorable dieu Dharma (le devoir), se rencontrèrent réunis en ce lieu, ainsi que Kâla (le destin), la Mort, Yama et les suivants de Yama,

2520. Et des troupes de divinités de plusieurs sortes que leur grand nombre empêche d’indiquer. Ils s’assemblèrent de tous les entés pour le sacre de Koumâra.

2521. Alors, ô roi, tous ces dieux saisirent de toutes parts le vase contenant l’eau de l’ablution et les objets propitiatoires.

2522. Ô roi, au moyen d’aiguières d’or, des eaux salutaires et divines de la Sarasvatî et des autres objets divins requis pour la cérémonie,

2523. Les dieux, joyeux, sacrèrent les (quatre formes de) Koumâra, (en qualité de magnanime généralissime, remplissant les Asouras de terreur.

2524-2526. Comme (il avait été fait) jadis (pour) Varouna (en qualité de) maître des eaux, Brahma ancêtre du monde, ô grand roi, ainsi que le très éclatant Kaçyapa, et les autres (dieux) célèbres dans le monde, le consacrèrent par l’aspersion. Le maître Brahma, joyeux, lui donna (pour compagnons) quatre forts Siddhas (saints), rapides comme le vent, doués d’une énergie qu’ils pouvaient accroître à volonté, suivis d’un grand cortège. (C’étaient) Nandisena (qui réjouit l’armée), Lohitâksha (qui a les yeux rouges) et Ghantâkarna (qui a des grelots pour oreilles).

2527, 2528. Son quatrième suivant était appelé Koumoudamâlina (couronné de lotus). Ensuite, le maître Sthânou au grand éclat donna à Skanda, Kâma, accompagné d’une suite nombreuse, possesseur de cent pouvoirs magiques, doué de force et d’héroïsme pouvant s’accroître à sa volonté, destructeur des ennemis des dieux, ô Indra des rois.

2529. Dans le combat des dieux contre les Asouras, celui-ci, furieux, tua, avec ses deux bras, quatorze millions de daityas aux œuvres terribles.

2530. Les dieux lui donnèrent aussi l’armée entière des Nirritis, invincibles, destructeurs des ennemis des immortels, ayant les caractères distinctifs de Vishnou.

2531. Et tous les dieux, avec Vâsava, ainsi que les Gandharvas, les Yakshas, les Rakshasas, les Mounis et les Pères, poussèrent le cri de la victoire.

2532. Yama (lui) donna ensuite deux suivants Ounmâtha (carnage) et Pramâtha (destruction), tous les deux très héroïques, très éclatants et semblables à Kâla (le temps).

2533. Soubhrâja (très brillant) et Bhâsvara (brillant) étaient deux suivants du soleil. Le majestueux Soleil les donna avec plaisir à Kârtikeya.

2534. Soma offrit aussi deux serviteurs : Mani (joyau) et Soumani (beau joyau), parés de fleurs et (enduits) d’onguents blancs, semblables, (en éclat), au sommet de Kailâsa.

2535. De même, le (Feu) qui se nourrit des offrandes, donna à son fils deux compagnons, héros consumant les armées ennemies, Jvâlâjihva (qui a une langue de flamme) et Jyotis (éclat) 22

2536-2538. Amça donna aussi au sage Skanda cinq serviteurs : Parigha (bâton ferré), Vata, Bhîma (terrible), à la grande force, les deux violents et héroïques Dahati et Dahana (brûlant). Vâsava, tueur des héros ennemis, donna au fils du feu, Outkroça (aigle de mer) et Pañcaka (le nombre cinq), tous les deux armés de bâtons qui étaient des tonnerres. Certes ces deux (serviteurs) tuèrent (jadis), dans les combats de nombreux ennemis du grand Indra.

2539. Le très glorieux Vishnou donna à Skanda ces trois suivants : Cakra (disque), Yikramaka (errant) et Samkrama (congrès, réunion), à la grande force.

2540. Satisfaits, les A.çvins, les deux meilleurs des médecins, donnèrent à Skanda : Vardhana (accroissant) et Nandana (réjouissant), habiles dans toutes les sciences.

2541. Le très glorieux Dhâtar (créateur) donna au magnanime : Kounda (jasmin), Kousouma (fleur), Koumouda (fleur de lotus nocturne), Dambara (tumulte) et Adambara (fracas).

2542. Tvashtar (l'artisan universel) donna à Skanda : Cakra (disque) et Anoucakra, deux forts serviteurs, maîtres de troupes de démons doués d’un grand pouvoir magique.

2543-2555. Le roi Mitra donna au noble Koumâra les deux magnanimes et savants ascètes, Souvrata (qui a de beaux vœux), et Satyasandha (vérace), agréables à voir, comblant les désirs et renommés dans les trois mondes. Yidhàtar (l’ordonnateur du monde) donna à Kârtikeya, les magnanimes Souprabha 23 (très éclatant) et Çoubhakarman (qui a des œuvres pures). Poushan, ô Bharatide, lui donna deux très grands magiciens, célébrés dans les trois mondes : Pânîtaka et Pânika. Ô le plus grand des Bharatides, le Vent offrit à Kârtikeya deux compagnons à la grande bouche et à la grande force : Bala (fort) et Atibala (très fort). Varouna Satyasangara (qui tient ses promesses) donna à Kârtikeya les deux très forts Yama et Atiyama, ayant des bouches de (poisson) timi. L’Himalaya, ô roi, donna au fils du feu les magnanimes Souvarcas (très éclatant) et Ativarcas (très éclatant). Ô Bharatide, Merou donna au fils d’Agni, Kâncana (doré) et Meghamâlin (qui a une couronne de nuages), Merou donna (encore) au fils du feu deux autres suivants : Sthira (ferme) et Atisthira (très ferme). Le magnanime Vindhya lui donna deux autres suivants très forts, très héroïques, combattant avec de grosses pierres, Oucchringa et Atiçringa.

L’Océan donna aussi au fils du feu deux serviteurs armés de massues, Sangraha (union) et Vigraha (séparation). La belle Parvatî lui donna Ounmâda (folie), Poushpadanta (dont les dents sont des fleurs) et Çankoukarna (aux oreilles pointues). Vâsouki, maître des serpents, ô tigre des hommes, donna au fils du feu deux serpents, Jaya (victoire) et Atijaya (très victorieux). De même, les Sâdhyas, les Roudras, les Vasous et les Pères,

2556. Les mers, les rivières et les montagnes, qui sont douées de grande force, lui donnèrent des surveillants de troupes d’armées, pourvus de piques et de lances,

2557. Ayant diverses manières de combattre et parés d’ornements divers. Ecoute maintenant les noms des autres soldats de Skanda,

2558. Porteurs de diverses armes et couverts d’ornements brillants : Çankoukarna (qui a les oreilles pointues), Nikoumbha (Croton polyandrum), Padma (lotus) et Koumouda (lotus blanc),

2559. Ananta (sans fin), Dvâdaçabhouja (qui a douze bras), Krishna (noir), Oupakrishnaka (noirâtre), Ghrânaçravas, Pratiskandha (épaule contre épaule), Kâncanâksha (qui a des yeux d’or) et Jalandhama (qui souffle de l’eau). 2560. Aksha (œil), Santarjana (menaçant), ô roi, Kounadîka (petit cours d’eau), Tamontakrit (qui met fin aux ténèbres), Ekâksha (qui n’a qu’un œil), Dvâdaçâksha (qui a douze yeux), et le roi Ekajata (qui n’a qu’une tresse),

2561. Sahasrabâhou (qui a mille bras), Vikata (étrange d’aspect), Vyâghrâksha (qui a des yeux de tigre), Kshitikampana (qui fait trembler la terre), Pounyanâman (qui a un nom salutaire), Sounàman (qui a un beau nom), Soucakra (qui a un beau disque) agréable à voir.

2562. Pariçrouta (loué), Kokanada (qui a le cri du loup), Priyamâlyânoulepana (qui a des guirlandes et des collyres agréables), Gajodara (ventre d’éléphant), Gajaciras (qui a une tête d’éléphant), Skandhàksha (qui a des yeux aux épaules), Çatalocana (qui a cent yeux).

2563. Jvâlâjihva (qui a une langue de flamme), Karâlâksha (qui a des yeux qui avancent), çitikeca (qui a les cheveux noirs), Jatin (qui a des tresses), Hari (fauve), Pariçrouta (loué), Kokanada (qui a le cri du loup), Krishnakeça (qui a les cheveux noirs), Jatâdhara (qui porte des nattes),

2564. Catourdarashtra (qui a quatre défenses), Oushtrajihva (qui a une langue de chameau), Meghanâda (qui a une voix de tonnerre), Prithouçravas (honoré au loin), Vidyoutâksha (qui a les yeux comme la foudre), Dhanourvaktra (dont la face est un arc), Maroutâçana(qui se nourrit du vent), Jâthara (ventre).

2565. Oudarâksha (qui a des yeux au ventre), Rathâksha (essieu de char), Vajranâbha (qui a un nombril de diamant), Vasouprada (donneur de trésors), Samoudravoga (qui a l'élan de la mer), Cailakampin (ébranleur de montagnes), ô Indra des rois.

2566. Vrisha (taureau), Meshapravâha (file de béliers), Nanda (amusement), Oupanandaka, Dhoûmra (fumeux), Çveta (blanc), Kalinda, Siddhàrta (qui a atteint son but, Varada (qui comble les désirs).

2567. Priyaka (gazelle à la peau toute blanche), Nanda (plaisir), Gonanda (plaisir des bœufs), Pratâpavant (majestueux), Ânanda (bonheur), Pramoda (grande joie). Svastika (en forme de croix), Dhrouvaka (poteau).

2568. Kshemavâha(qui apporte la paix), Souvâha (léger à porter), Siddhapâtra (vase de sainteté), ô Bharatide, Govraja (qui a un troupeau de bœufs), Kanakâpida (qui a une guirlande d’or), chef de beaucoup de suivants.

2569. Gâyana (chanteur), Hasana (rieur), Vâna (trait), l’héroïque Khadga (glaive), Vaitâlin, Gatitâlin, Kathaka (conteur), Vâtika (venteux).

2570. Hamsaja (né d’un flamant), Pankadigdhânga (dont le corps est souillé de boue), Samoudronmâdana (brûlant d’amour pour la mer), Ranotkata (enragé au combat), Prahàsa (le rire), Çvetasiddha, Nandaka (qui réjouit).

2571. Kâlakantha (le paon), Prabhâsa, Koumbhândaka en est un autre, Kâlakâksha (qui a des yeux noirs), Sita (blanc), et aussi Bhoûtaloumathana (l’anéantisseur des êtres.)

2572. Yajnavâha (qui porte le sacrifice), Pravâha (cours d’eau), Devayâjin (qui sacrifie aux dieux), Somapa (qui boit le soma), Majjala qui a un grand éclat, Kratha (qui tue), Krâtha (meurtre).

2573. Touhara et Touhàra, l’héroïque Citradeva (dieu brillant), Madhoura (doux), Souprasâda (facile à apaiser), et le très fort Kirîtin (qui porte un diadème).

2574. Vatsala (tendre), Madhouvarna (couleur de miel), Kalasodara (dont le ventre est une aiguière), Dharmada (qui donne la vertu), Manmathakara, et l’héroïque Soûcîvaktra (dont la bouche est une aiguille).

2575. Çvetavaktra (qui a la face blanche), Souvaktra (qui a une belle face), Cârouvaktra (qui a une face charmante), Pândoura (blême), Dandabâhou (dont les bras sont des bâtons), Soubâhou (qui a de beaux bras). Raja et Kokilaka (coucou).

2576. Acala (immobile), Kanakâksha (qui a des yeux d’or), Celui qui est le maître des enfants, Sancâraka (conducteur), Kokanada, Gridhrapatra (qui a des ailes de vautour), Jambouka (chacal).

2577. Lohâjavaktra (qui a une face de chèvre rouge), Javana (rapide), Koumbhavaktra (qui a la face comme une cruche), Koumbhaka (cruche), Svarnagrîva (qui a le cou doré), Krishnaujas (qui a un éclat noir), Hamsavaktra (qui a une face de flamant), Candrabha (brillant comme la lune).

2578. Pânikoûrcan, Çamboûka (coquillage), Cikshaka (instituteur), Pancavaktra (qui a cinq faces], Çâshavaktra (qui a une face de canne à sucre), Jambouka (chacal), Çâkavaktra (qui a une face de légume), Kounjala.

2579, 2580. De nobles suivants, doués d’ascétisme, toujours agréables aux brahmanes, magnanimes, provenant de Pitâmaha, appartenant aux grands cortèges, (qu’ils fussent) adolescents, enfants ou vieillards, ô Janamejaya, se tenaient par milliers près de Koumâra.

2581. Ô Janamejaya, écoute (la description de) ceux qui avaient des visages de diverses sortes. (Il y en avait qui présentaient) des faces de tortue, de coq, de lièvre et de hibou.

2582. D’autres, avec des visages d’âne, de chameau, des têtes de sanglier, des faces avec des dents de chat ; d’autres avec de longues faces, ô Bharatide,

2583. Des faces d’ichneumon et de hibou ; d’autres avec des faces de corneille, de souris, d’ichneumon babhrouka, des visages de paon.

2584. D’autres, avec des visages de poissons, de béliers, de chèvres, de buffles, d’ours, de tigres, de lions, de léopards.

2585. De terribles, avec des visages d’éléphant, des bouches de crocodile. (Il y en avait dont) le visage était semblable à celui de Garouda (ou qui avaient des faces) de kankou (héron), de loup ou de corbeau.

2586. D’autres, avec des faces de bœuf, d’âne et de chameau, avec des bouches de chat, avec de gros ventres, de grands pieds, de grands corps, avec des yeux (qui ressemblent à) des étoiles, ô Bharatide.

2587. D’autres, avec des becs de tourterelle et d’autres avec des faces de taureau. D’autres, avec des becs de kokilas (coucous), ou des visages de faucon et de perdrix francolin.

2588. D’autres, avec des faces de lézards, de serpents, (ou) porteurs de vêtements sans tache, de visages en forme de flèche, de beaux visages, de faces déplaisantes.

2589. Des serpents, des (êtres) vêtus d’habits d’écorce, ou ayant des visages qui étaient des muffles de vache, (d’autres) ayant le ventre gros, (d’autres) avec des corps minces, des ventres minces, de gros corps.

2590. Des (êtres) ayant le cou court, (ou) de grandes oreilles, (quelques-uns) portant, pour ornement, divers serpents, couverts de peaux d’éléphant ou d’antilope noire,

2591. Des (êtres) ayant la bouche sur l’épaule, ô grand roi, (ou bien) sur le ventre, dans le dos, à la joue, à la jambe.

2592. Beaucoup avaient la bouche sur le côté ou en divers endroits (du corps). (Il y avait) aussi des chefs de troupes, porteurs de bouches d’insectes ou de becs d’oiseaux.

2593. D’autres ayant la bouche comme diverses bêtes fauves (ou divers serpents), de nombreux bras, plusieurs têtes, plusieurs ventres ; quelques-uns ayant pour bras différents arbres, d’autres avec la tête sur la hanche.

2594. Des visages avec des anneaux de serpents. Ceux qui habitent divers buissons, ceux qui ont le corps entouré de guenilles, des (êtres) revêtus de divers habits dorés.

2595. Des porteurs d’ornements divers, de couronnes variées et de diverses sortes de parfums, d’habits divers, de vêtements de peaux.

2596. Ceux qui ont sur la tête un bandeau, un turban, ceux qui ont un beau cou, ceux qui ont beaucoup d’éclat, les porteurs d’un diadème, de cinq tresses de cheveux, de cheveux dorés.

2597. Des porteurs de trois, de deux, de sept tresses de cheveux, de toupets, de diadèmes, ceux qui ont la tête rasée, ceux qui ont les cheveux entrelacés.

2598. Quelques-uns porteurs de couronnes brillantes, quelques-uns ayant le visage velu. Des (êtres) n’ayant d’autre plaisir que le combat, incapables d’être vaincus, (même) par les plus grands des dieux.

2599. Des noirs, (d’autres) dont le visage est décharné, ceux qui offrent un gros dos, un ventre mince, un dos large, un dos court, (ou bien) le ventre et le pénis pendants,

2600. De grands bras, des bras courts, (il y avait) des nains avec des membres courts, des jambes courtes, des bossus, des êtres dont la tête est munie d’oreilles d’éléphant,

2601. De nez d’éléphant, de tortue ou de loup. Ceux dont la respiration est longue, qui ont de longues jambes ; d’horribles, dont la tête est baissée.

2602. Des porteurs de longues défenses, de courtes défenses, d’autres avec quatre défenses, et d’autres, ô roi. par milliers, semblables au roi des éléphants.

2603. Des (êtres) ayant le corps très régulier, de très resplendissants, de bien parés, ayant les yeux jaunâtres, des oreilles (semblables à des) dents, le nez rouge, ô Bharatide.

2604. Des porteurs de larges défenses, de grandes défenses, de grosses lèvres, de cheveux fauves, de pieds, de lèvres et de défenses de diverses sortes, de mains et de têtes diverses.

2605. Ô Bharatide, couverts de peaux de diverses sortes, les maitres, ayant des langages divers, habiles dans les idiomes des différents pays, bavardant entre eux,

2606. Joyeux, appartenant aux grands cortèges, courent çà et là. (Quelques-uns ont) de longs cous, des ongles longs, de longs pieds, de longues têtes et de longs bras.

2607. Des yeux jaunes, un cou bleu, des oreilles pendantes, ô Bharatide. Quelques-uns sont semblables aux Vrikodaras (êtres fantastiques à la suite de Çiva), (ou) ont l’apparence d’amas de collyres.

2608. D’autres ont les yeux blancs, le cou rouge, les yeux rougeâtres ; beaucoup, ô roi, sont tachés de noir, ou ont des couleurs bariolées, ô Bharatide,

2609. Sont semblables par leurs guirlandes à des queues de bœuf grognant. (Il y en a qui présentent) des lignes blanchâtres ou rouges, diverses couleurs, une même couleur, un éclat semblable à celui du paon.

2610. Écoute encore (ce que) je vais te raconter de leurs armes, (et de la manière dont elles sont) saisies par les compagnons restant (à décrire).

2611. Quelques-uns ont les mains élevées, avec des cordes, la bouche ouverte, des visages d’ânes, des yeux dans le dos, le cou bleu, des bras pareils à des barres de fer.

2612. (Il y en a) qui portent à la main le çataghni, le disque ou le pilon, l’épée, la massue ou le bâton, ô Bharatide,

2613-2615. Des massues, le bhouçoundi ou des javelots. Porteurs d’armes terribles de diverses espèces, les magnanimes et très forts suivants du grand cortège, doués d’une grande vélocité et d’un élan irrésistible, aimant les combats, ayant un grand éclat, le corps orné d’une multitude de grelots, dansèrent envoyant le sacre de Koumâra. Ô roi, ceux-ci et d’autres nombreux suivants du grand cortège,

2616-2618. S’approchèrent du magnanime et glorieux Kârtikeya, et (ces) héros, (les uns) divins, (les autres atmosphériques, (d’autres) terrestres, désignés par les dieux, étaient les serviteurs de Skanda. Des milliers, des millions et des dizaines de millions de tels (êtres), s’approchèrent du magnanime que l’on venait de consacrer) par l’aspersion de l’eau, et l’entourèrent.