Le Livre des oraisons/XXIX

Alphonse Picard et Fils (p. 34-35).
◄  XXVIII
XXX  ►

XXIX

A toy le mien Dieu et la mienne misericorde ie rens graces, premierement de ce que tu mas donne aucune cognoissance de toy, a toy ie rens graces et loenge que moy, du commencement de mon enfance iusques a ceste vie courant, par trop et divers pechiez par la pacience de ta grant bonte a amendation mas atendu ; ie te loe et glorefie que moy ou braz de ta vertu de trop d’angoisses de perilz et miseres mas delivre que moy de cy en arriere de grans maulx et douleurs mon corps as delivre ; ie te loe et te glorifie que a moy sanite de membres, transquilite du temps, affection, et charite de tes servens lesquielx sont dons de ta sainte pitie as daigne ottroyer ; saint des saincts ; qui sainctifies toutes choses ie te beneis, ie te glorifie, ie taour, ie fais a toy grâces ; toutes choses te beneissent, les angelz et tes saincts ; ie te puisse beneir et aourer en toute ma vie et en toute ma composicion dedanz et de hors ma salut et illumination ; mes oyeulx te beneissent lesquielx tu as faiz et appareilliez pour regarder la biaulté de ta lumière, ma doulceur et ma délectation. Mes oreilles te puissent beneir, lesqueles tu as faites et preparees a ouyr lo voix de ta grant ioye, ma sauvete et ma recreation ; mes narines te puissent beneir, lesqueles tu as faites en delectation de loudeur de tes oignemens ; ma loenge mon cantic nouvel, ma exultation ; ma langue te puisse beneir, la quele tu as faite pour raconter tes merveilles, ma sagesse, ma meditation, mon conseil tout temps on te puisse aourer et beneir. Le mien cuer le quel tu as appareille et a moy donne pour cognoistre tes inestimables misericordes, ma doulce vie, et ma beneurte ; marme combien que elle soit pecheresse te puisse beneir, laquelle as faite et appareilliee a user de tes biens en ioye, cremeteux createur et tout puissant ie te beneis de tout mon corps et de toutes mes entrailles, mon Dieu ma doulce amour ; ie te desire, appelle moy s’il te plaist sire par mon nom, refrene moy de ma douleur, certes en mon corps a grant douleur, car ie suy loing de toy par ma coulpe, mal est pour moy et pour marme. Sire Dieu ie offre a toy les lermes de ma orphanete, avec moy seront les lermes de jour et de nuyt, ie seray peu de mes plours et marme sera abevree de mes douleurs, defauldra ma vie en douleur, et mes ans en gemissemens, que est a moy du ciel, et senz toy que vueil ie en la terre, rien ne desire, rien ne vueil, fors toy auquel ie suppli et requier par toy meismes que tu me vueillez pardonner mes pechiez et retourner en ta grace.