Le Diable à Paris/Série 4/Les étudiants de Paris

Les étudiants de Paris
Le Diable à ParisJ. HetzelVolume 4 (p. 1-27).

Les étudiants de Paris

par Gavarni
T4 - d215 - Les étudiants de Paris - 1.png
Mosieu et M’ame Ernest.

T4 - d216 - Les étudiants de Paris - 2.png

Adieu, mon bonhomme, je te laisse ma pipe et ma femme… t’auras bien soin de ma pipe !…

T4 - d217 - Les étudiants de Paris - 3.png

— Mosieu, j’suis Cocardeau ! — Eh bien ? — Eh bien !… eh bien ! j’suis le malheureux époux de la malheureuse que vous… qui vous… enfin, j’suis Cocardeau ! — Eh bien ?

T4 - d218 - Les étudiants de Paris - 4.png
À présent, tu peux filer !


T4 - d219 - Les étudiants de Paris - 5.png

— Ma chère, comment peux-tu supporter un homme qui pipe toute la journée dans des horreurs de machines comme ça ?

— Prends garde ! ça va te manger… Eh bien ! ma petite, j’étais comme toi, avant : rien qu’un cigare ça me mettait dans tous mes états ; mais depuis que je connais Henri, ah ! bien… à présent je suis culottée, vois-tu !

T4 - d220 - Les étudiants de Paris - 6.png

— Et le dimanche, que fais-tu, mon garçon ? — Ma cousine, le dimanche, nous allons dans un jardin qu’on appelle la Grande-Chaumière, où nous entendons de la musique religieuse. — Après vêpres ? — Après vêpres, ma cousine.

T4 - d221 - Les étudiants de Paris - 7.png

— Qu'est-ce que c'est que cette infamie de petite bête-là ?

— C'est un cousin à moi, Nini, que je te présente.

T4 - d222 - Les étudiants de Paris - 8.png

Voilà huit mois, Auguste, que vous me promettez un mantelet ; c’est pas gentil ! tu n’as pas le sou ! tu n’as pas le sou ! tu avais bien besoin d’acheter encore un cadavre, n’est-ce pas ?… Égoïste, va !

T4 - d223 - Les étudiants de Paris - 9.png

— Comment vont nos petits époux, ce matin ?

— Félix dort comme un sabot, la mariée fume un bout de cigare.

T4 - d224 - Les étudiants de Paris - 10.png
Mon cher ami, je suis en affaire avec mon oncle…


T4 - d225 - Les étudiants de Paris - 11.png
La première cure.


T4 - d226 - Les étudiants de Paris - 12.png

— Voyons, mauvais sujet ! trouvez-vous que nos bals vaillent bien vos bastringues de la Chaumière ? Est-ce que nos femmes ne valent pas vos grisettes ?

— C’est un autre genre, mon cher oncle, mais c’est moins amusant !

T4 - d227 - Les étudiants de Paris - 13.png
DONATION ENTRE VIFS.


T4 - d228 - Les étudiants de Paris - 14.png

— Tu ne la reconnais pas, Eugénie, l’ancienne à Boulinguet ? une belle blonde… qui aimait tant les meringues et qui faisait tant sa tête… Oui, Boulinguet l’a fait monter pour 36 francs… — Si c’est vrai ! — Non, va ! c’est un tambour de la garde nationale… Bête ! tu ne vois donc pas que c’est un homme ?

T4 - d229 - Les étudiants de Paris - 15.png
On demande « la barbe rouge du numéro sept »


T4 - d230 - Les étudiants de Paris - 16.png

— Combien ? — Devine… — Trente francs ? — Quatre francs ! — Cré nom !

T4 - d231 - Les étudiants de Paris - 17.png

M’ame Perpignan !… M’ame Perpignan !… deux douzaines, une bouteille, deux pains, un filet champignons, une pomme sautée, et deux cigares… des quatre sous ! Rondement !

T4 - d232 - Les étudiants de Paris - 18.png
NON BIS IN IDEM !
(Axiome de droit.)


T4 - d233 - Les étudiants de Paris - 19.png
Pas le sou, un jour de Chaumière !…


T4 - d234 - Les étudiants de Paris - 20.png

Est-ce aussi votre tuteur qui laisse des épingles noires sur votre oreiller ?…

T4 - d235 - Les étudiants de Paris - 21.png

— C’est moi ! — C’est moi ! — Elle me fait l’œil. — Elle gingine à mon endroit — Tu t’abuses, mon petit. — Tu erres, mon vieux. — (À la fois.) Tiens, tiens, tiens ! nous avons raison tous deux… elle louche !

T4 - d236 - Les étudiants de Paris - 22.png

— Qu’est-ce que t’as qui te chiffonne ? les Anglais veulent de l’argent… promets-leur-en. Ton père n’en veut plus donner… tire-lui une carotte…

Ce n’est pas ça… c’est ma femme qui se marie, et ça m’embête !

T4 - d237 - Les étudiants de Paris - 23.png
Excusez !


T4 - d238 - Les étudiants de Paris - 24.png

Quand on pense que voilà ce que c’est qu’un homme… et que les femmes aiment ça !

T4 - d239 - Les étudiants de Paris - 25.png

Oreste et Pylade seraient volontiers morts l’un pour l’autre ; mais ils se seraient brouillés, s’ils n’avaient eu qu’une cuvette et qu’un pot à eau.

T4 - d240 - Les étudiants de Paris - 26.png

Que diable ! mon neveu, il est bon d’être laborieux, mais on ne peut pas toujours travailler ! Aussi, à la campagne, on s’amuse : fais comme moi.

T4 - d241 - Les étudiants de Paris - 27.png

— Il y a que cet animal de Margouty ne veut pas me payer mes sept livres dix sous que sa femme me doit… Vous, Benjamin, qui êtes avocat, qu’est-ce qu’il faut faire ? — Faut citer Margouty devant le juge de paix du treizième arrondissement.

T4 - d278 - Les étudiants de Paris - 28.png

— Hier, nous avons été à Vincennes avec… tu sais… Lolotte.

— Comment ! toujours ?… Ah çà ! mais, mon vieux Charles, t’as donc été condamné à la Lolotte à perpétuité ?

T4 - d279 - Les étudiants de Paris - 29.png
Il fait son droit

T4 - d280 - Les étudiants de Paris - 30.png

— Dis donc, Charles, Paul a donc connu Sophie ?

— Jamais ! c’est Sophie qui a connu Paul.

T4 - d281 - Les étudiants de Paris - 31.png

M. Charles rêve que sa maîtresse est infidèle.
Mlle Félicité rêve au moyen de l'être.


T4 - d282 - Les étudiants de Paris - 32.png
Il étudie la médecine !…


T4 - d283 - Les étudiants de Paris - 33.png

— Quelle différence y a-t-il entre les bergères et les petits écus ?

— C’est qu’on peut faire danser l’argent sans les femmes, et qu’on ne les fait pas danser sans argent.

T4 - d284 - Les étudiants de Paris - 34.png

— V’là mon épouse ! attention : j’ai dîné hier avec toi !… — Où ? — Chez… Guichardy. — Bon !

T4 - d285 - Les étudiants de Paris - 35.png
Les lettres de l’ancienne.

T4 - d286 - Les étudiants de Paris - 36.png

— Mademoiselle Bienaimée ! — Elle n’y est pas… qu’est-ce que vous lui vouliez ? — Oh rien ! je voulais lui parler… mais vous lui direz, s’il vous plaît, qu’on l’attend rue Neuve-Saint-Georges… elle saura bien ce que ça veut dire. — J’ai bien peur de le savoir aussi, moi, ce que ça veut dire !

T4 - d287 - Les étudiants de Paris - 37.png

— Ô l’amour d’une femme ! ô ineffable chose ! douce au cœur et splendide à la pensée ! sainte poésie qui vous caresse en vous couvrant de majesté : manteau doublé d’hermine…

— Avec les queues.

T4 - d288 - Les étudiants de Paris - 38.png

Essaye un peu de ne pas me mener à tous les jugements, quand tu seras procureur du roi, et tu verras !

T4 - d289 - Les étudiants de Paris - 39.png
Bal à la Renaissance ce soir : lâche ton boulet !


T4 - d290 - Les étudiants de Paris - 40.png

— Quand je serai ministre de la justice, j’empêcherai les femmes d’empêcher les étudiants d’étudier.

— Et on te dira zut.

T4 - d291 - Les étudiants de Paris - 41.png
L’heure du berger.


T4 - d292 - Les étudiants de Paris - 42.png
ARTICLE 212 DU CODE CIVIL.

« Les époux se doivent mutuellement fidélité, secours, assistance. »

T4 - d293 - Les étudiants de Paris - 43.png

Eh ! mon cher, ne te plains pas ! tu seras médecin, je serai procureur du roi : quand tu seras obligé d’avoir du talent je serai forcé d’avoir des mœurs. C’est ça qui sera dur !

T4 - d294 - Les étudiants de Paris - 44.png

Angélique ! Angélique ! Elle n’y est pas… cependant, sapristi ! je vois une paire de bottes

T4 - d295 - Les étudiants de Paris - 45.png

Figurez-vous, mon petit mosieu Constantin, que mon scélérat connaissait cette infamie de Félicité-là depuis tout plein de temps !… Le soir il me disait : Nini, je vas à mon cours de Myologie comparée… j’avalais ça ; je lui disais : Va !… jour de Dieu, Constantin, fallait-il être cornichonne !

T4 - d296 - Les étudiants de Paris - 46.png

— Ça vaut une pièce de quatorze francs…

— …… tra, la, la, la ! « Mes vœux sont ceux d’un simple bachelier ! » Trois livres dix sous.

— Nous sommes loin d’être d’accord, bourgeois.

— Et votre quimbarde aussi, l’ancien !